Liber Pilosus: Cistercian bindings from Clairvaux Abbey bound in seal skin

Clairvaux Abbey, founded in 1115 and governed by the future Saint Bernard until his death in 1153, housed an exceptional library which was one of the most important in the western world. While the abbey enjoyed remarkable prosperity as early as the 1130s, the initial collection was formed from the donations of the first monks to arrive at Clairvaux and then from the Abbey’s own scriptorium, as well as from donations. At the end of the 12th century, Clairvaux library held around 350 volumes in different parts of the abbey, depending on their intended use. During the 13th century, the library expanded through purchases, attaining 1,000 volumes by the beginning of the 14th century. The collection continued to grow throughout the middle ages, as is attested to by an inventory drafted in 1472 for l’abbé Pierre de Virey by Jean de Voivre, the then librarian of Clairvaux, which recorded 1,790 works. Lire la suite

Liber Pilosus : les reliures cisterciennes de Clairvaux recouvertes de peau de phoque

L’abbaye de Clairvaux, fondée en 1115 et gouvernée par le futur saint Bernard jusqu’à sa mort en 1153, abritait une exceptionnelle bibliothèque figurant parmi les plus riches d’Occident. Alors que l’abbaye jouissait d’une remarquable prospérité dès les années 1130, la constitution du fonds initial se fit grâce aux dons des premiers moines venus de Cîteaux, puis par la production du scriptorium de l’abbaye, ainsi que par des donations. A la fin du siècle, la bibliothèque de Clairvaux possédait environ 350 volumes, conservés dans différents lieux de l’abbaye, selon les usages auxquels ils étaient destinés. Dès le milieu du 13e siècle, la bibliothèque s’enrichit, principalement grâce à des achats, jusqu’à atteindre 1 000 volumes au début du 14e siècle. La collection continua à se développer tout au long du Moyen Âge, ce dont témoigne un inventaire rédigé en 1472 pour l’abbé Pierre de Virey par Jean de Voivre, alors bibliothécaire à Clairvaux, répertoriant 1 790 ouvrages. Lire la suite

J. Delmulle – Présence des Pères grecs (annexes)

Vous trouverez dans ce document PDF les annexes d’un article qui vient de paraître :

Jérémy Delmulle, « Présence des Pères grecs dans les bibliothèques anciennes de France du VIIIe au XIIe siècle : le témoignage des inventaires », dans Transmission et réception des Pères grecs dans l’Occident, de l’Antiquité tardive à la Renaissance. Entre philologie, herméneutique et théologie. Actes du colloque international organisé du 26 au 28 novembre 2014 à l’Université de Strasbourg, éd. E. Prinzivalli, F. Vinel et M. Cutino, collab. I. Perée, Paris, Institut d’Études augustiniennes, 2016 (Collection des Études augustiniennes. Série Moyen Âge et Temps Modernes, 53), p. [305]-336 + 39* p. d’annexes. Lire la suite

Le Recueil Chartier d’Antoinette de Maignelais, maîtresse du roi Charles VII

Le manuscrit qui a été proposé comme le numéro 18 de la vente du 25 mai 2016 chez Christie’s à Londres est un manuscrit dont on avait perdu la trace depuis 1937. C’est à ce moment-là qu’il fut vendu chez Sotheby’s à Londres à la librairie Maggs. Le collectionneur alsacien Maurice Burrus l’a acheté en 1938 et après sa mort en 1959 le manuscrit est resté dans la famille, jusqu’à maintenant.<--break->

A la vente du mois de mai, le manuscrit n’a pas été vendu (cf. les résultats de la vente, ou encore cet article dans la New York Times) et nous attendons de savoir ce qu’il va devenir. Seulement quelques rares photos du manuscrit sont disponibles pour l’instant, sur le site de Christie’s, sur Twitter (ici, ici, ici) ou des blogs (ici). Lire la suite

Inventaire des livres et manuscrits de l’abbaye de Gembloux – 1795

Fondée par Guibert, moine de Gorze, et son aïeule Gista vers 922, l’abbaye de Gembloux faisait partie de la congrégation de Bursfeld en 1505. Elle possédait une bibliothèque très importante ainsi qu’un scriptorium et une école abbatiale fondés par l’abbé Olbert (1012-1048) ; ce dernier a doté la bibliothèque d’au moins 150 volumes. À la suite de l’annexion par la France le 1er octobre 1795, l’abbaye a été supprimée en 1796, ses biens ont été confisqués par l’État révolutionnaire français (et vendus en 1797).
Quant à la bibliothèque, elle a été dispersée en 1794 : après l’arrivée à Gembloux des militaires français les religieux ont été expulsés de l’abbaye, cependant avant leur départ ils ont pu cacher les livres dans les maisons aux environs de Gembloux. Lire la suite

Terminologie ancienne du livre

Le lexique médiéval du livre et des bibliothèques est souvent ambigu et polysémique. Les graphies anciennes des vocables déroutent le lecteur. Leur interprétation exige se satisfait rarement d’équivalences simples. Les notices qui suivent, – « work in progress » alimenté au fil des lectures et des recherches, sans aucune prétention d’exhaustivité – propose de répertorier et d’analyser le vocabulaire concernant les livres et les bibliothèques en usage dans les actes de la pratique (catalogues et inventaires anciens, testaments, comptes, etc.), notamment les titres de livres  – titres uniformes et  titres de forme -, les bibliothèques, les systèmes de classement, les manuscrits eux-mêmes et leur description matérielle, etc.

Lire la suite

Les Heures Gros-Carondelet vendues à Hambourg : informations supplémentaires sur le manuscrit

Le 21 mai 2012, la maison de vente Ketterer Kunst à Hamburg a vendu (Auktion: 391 : Wertvolle Bücher, no. 6) un beau manuscrit flamand complètement inconnu à la recherche jusqu’à maintenant, les Heures Gros-Carondelet. Nous proposons ici un petit développement à propos du contexte de la genèse de ce manuscrit tout en y incluant quelques informations supplémentaires. Lire la suite

La bibliothèque du collège parisien de la Sorbonne : une bibliographie

La bibliothèque du collège parisien de la Sorbonne : une bibliographie (par Claire Angotti, Gilbert Fournier, Donatella Nebbiai)

La bibliothèque du collège de Sorbonne, fondé vers 1260 à Paris par Robert de Sorbon avec le soutien du roi, a été l’une des plus importantes collections de livres connues au Moyen Age (plus de 1000 volumes à la fin du 13e siècle) et a joué un rôle important dans les processus de diffusion et de validation des savoirs. Née comme bibliothèque d’étude pour les théologiens, elle s’est imposée, en quelques décennies seulement, comme la bibliothèque générale de tous les étudiants parisiens. Lire la suite