Terminologie ancienne du livre

Cite this article as: Martin Morard, "Terminologie ancienne du livre," in Libraria, 25/08/2021, https://libraria.hypotheses.org/86.

§  DERNIÈRE MISE À JOUR : 11.10.2021

§  DERNIÈRES NOTICES RENSEIGNEES (par ordre de mise en ligne)

aureus, exorcisme, foleus, symbola, arca, archivum, clavis, exedra, linteum, ligamen, evangelista, evangelistarium, exemplum, quaternarius. volumen. commentarius. commentarius perpetuus postilla, stille, biblia postillata, scogius, domuncula, alapa, custodia, colundellus, quaternullus crinale, batticum, Psalterium continuum, Nabla, intercisum, legendier, légende, legenda, commemoratio, commémoraison, Ad usum, Proprietas, Cista, Studium, Penne, Glosa marginalis, Glosa / sententia interlinearis, Glosatus, Spalmus/ Spalterium, Originalia, Summa copiosa, Summa Hostiensis, biblia pulpitalis, pulpitarium, Suggestum, Apparatus

INDEX

responsable editorial

rédacteurs

argumentaire

chaque notice comporte

Principales sources citées

Bibliographie sommaire

Typologie des lexèmes

Abréviations

Notices

  1. Ad usum (TC) [21.1.2014]
  2. Alapa (1) [22.06.2016]
  3. Alapa (2) [22.01.2017]
  4. Almariolum
  5. Almarium
  6. Ambo
  7. Anagliphus (R C) [15.2.2011]
  8. Analogium (M)
  9. Antibiblium [28.11.2011]
  10. Antiphonarium (L T) [20.2.2011]
  11. Apparatus Archidiaconi (T) [23.7.2013]
  12. Apparatus (T) [9.1.2013]
  13. Appendicula-ae f. (M) [8.9.2010]
  14. Arca / archa (M)
  15. Archetypus
  16. Archibancus (M)
  17. Archivaire [27.11.2010]
  18. Archivum (L)
  19. Arcile (M)
  20. Arconus (M)
  21. arcorus
  22. Arma (C)
  23. Armariolus (M)
  24. Armarista (P)
  25. Armarium (B M) [10.9.2010]
  26. Ars maior (T) [15.2.2011]
  27. Ars minor [15.2.2011]
  28. Ars prima (T) [15.2.2011]
  29. Asnier (M C L) [28.08.2011]
  30. Asseles (R)
  31. Asser (R)
  32. Assis –dis (C)
  33. Asurium (E)
  34. Atsalos
  35. Aureus, -a, -um (E R T)
  36. Auricalchus (E R)
  37. Aurum
  38. Aurum finum (C E R)
  39. Batticum, -i n. (C R)
  40. Bambaxina [carta] (C)
  41. Banca (M)
  42. Bancus
  43. Banem
  44. Biblia [9.11.2010]
  45. Biblia portativa (c)
  46. Biblia postillata [29.9.2017]
  47. Biblia pulpitalis [15.6.2013]
  48. Biblia scholaris (C) [23.2.2012]
  49. Bibliotheca (C T) [8.11.2010]
  50. Bibliotheca 2 (M) [8.11.2010]
  51. Bibliotheca 3 (C T) [29.11.2010]
  52. Bicolumpnatus (C) [8.11.2010]
  53. Bolognese (foglio) (C)
  54. Bombex
  55. Bombicina (carta) (C)
  56. Breviarium (L C) [19.11.2010]
  57. Breviarium manuale (L) [27.08.2012]
  58. Breviarium maior in Psalmos (T) [27.01.2011]
  59. Breviarium messis (T) [3.8.2012, révision 1.5.2016]
  60. Breviarium minor in Psalmos (T) [27.01.2011]
  61. Breviarium secundum Ieronimum (T)
  62. Bullatus, bullatum (C R)
  63. Bursaria (B)
  64. Caducus (E)
  65. Calnarmes
  66. Calx-is f. (C) [17.1.2011]
  67. Cantonus (R)
  68. Capella (M) [5.8.2012]
  69. Capsa veneta (M)
  70. Capseta
  71. Caracter / Karacter
  72. Caresmel (T)
  73. Carta (C)
  74. Cartabellus / cartapellus / cartabulus (C) [11.10.2010]
  75. Casonus
  76. Castigo
  77. castigatio
  78. Catena (R)
  79. Catena (T) [5.2.2011]
  80. Catenatus (R)
  81. Cathedra (M) [13.10.2010]
  82. Chanterel (T) [17.07.2012]
  83. Chirium
  84. Cima –ae f. (T) [27.01.2011]
  85. Choveta, Choverta : à renseigner
  86. Cisioianus (T) [21.9.2010]
  87. Cista (M) [8.8.2013]
  88. Citramontanum à renseigner
  89. Clausura à renseigner
  90. Clavetus à renseigner
  91. Clavis (M)
  92. Codex (C)
  93. Codicellus (c) à renseigner
  94. Codicellus magnus (c) à renseigner
  95. Codicillus
  96. Cofrus (M)
  97. Collatio
  98. Collatus
  99. Collecta (L) [13.10.2010]
  100. Collectio generalis
  101. Collectorium (T)
  102. Columna
  103. Commentarius (T) [16.8.2018]
  104. commentarius perpetuus (T) [2.10.2018]
  105. commemoratio (T) [17.2.2014]
  106. Compagnatus liber
  107. Comparo
  108. Concordantie portabiles
  109. Confero
  110. Coniecto
  111. coniectura
  112. consummatio (T) [5.2.2011]
  113. continuatio (T) [3.12.2010]
  114. coopertorium
  115. coperto di pagonazzo
  116. Copista
  117. Cordello (R)
  118. Copiosa, voir Summa copiosa
  119. Corium-ii n. (R)
  120. Colundellus (C) [26.01.2017]
  121. correctio
  122. correcto
  123. Corrector
  124. Correctus
  125. Corrigo
  126. Corrompere
  127. Corrosio [13.10.2010]
  128. Corrosura
  129. Corrotto
  130. Corruttela
  131. Crinale [27.5.2016]
  132. Croceus [13.10.2010]
  133. Culaccio (a culaccio)
  134. Custodia (C) [04.02.2014]
  135. Deauratus (E R)
  136. Deauricalchus (E R)
  137. Declaratio (T) [8.8.2011]
  138. Defendo tueor
  139. Demi journel, Demi missel, Demi breviaire (L T)
  140. Depositum-i n. (B) [27.11.2010]
  141. Dictionnarium pauperum (T) [19.11.2010]
  142. Discipulus (T) [5.5.2011]
  143. Disquaternatus
  144. Distigatus
  145. Diurnal (T L) [18.7.2012]
  146. divinatio
  147. divino
  148. Doctrina ecclesiastica (T) [9.11.2010]
  149. Domuncula (B) [2.1.2017]
  150. Dormitorium / Bibliotheca dormitorii (B) [2.8.2012]
  151. Ecclesiastica (T)
  152. Edo publico
  153. Emendatio
  154. Emendator
  155. Emendatus
  156. Emendo
  157. Epistolarium (T) [5.11.2010]
  158. Espungere
  159. Evangelia (T) [26.5.2012]
  160. Evangelista (T)
  161. Evangelistarius / evangelistarium (T L)
  162. Exedra (L P)
  163. Exemplar (Exemplarium)
  164. Exemplum [30.12.2019]
  165. Exorcismus (L C T) [11.10.2021]
  166. Facies
  167. Farrago/ farrariges scripturarum (C E) [27.11.2010]
  168. Festorale (T L) [27.11.2010]
  169. Fibula
  170. Figura
  171. Figuratio
  172. Firmaculum
  173. Firmatorium (C R) [5.11.2010]
  174. Flos theologiae (T) [19.11.2010]
  175. Foleus [C T]
  176. Folio
  177. Forestel (M) [17.07.2012]
  178. forma Gallica
  179. Forma pausa
  180. Forma, Forme : voir Lettres de forme
  181. Formula
  182. Fulcimentus
  183. Funcerius rubeus
  184. Fundellus à renseigner
  185. Gallo
  186. Giovanni di Marcanova
  187. Glosa (T) [27.1.2011]
  188. Glosa continua (T) [16.2.2011]
  189. Glosa / Sententia interlinearis (T) [27.1.2011]
  190. Glosa / Sententia marginalis (T) [17.7.2013]
  191. Glosarius (T) [27.01.2011]
  192. Glosatura magna / maior (T) [27.1.2011]
  193. Glosa minor (T) [22.04.2016]
  194. Glosatura media (T) [27.01.2011]
  195. Glosatura parva / parva glosatura (T) [27.1.2011]
  196. Glosatura scolastica (T) [29.1.2011]
  197. Glosatus (T) [17.7.2013]
  198. Glosatus per loca
  199. Glossula (T) [27.1.2011]
  200. Glutinatus : à renseigner
  201. Gradus
  202. Granarius (T) [14.11.2011]
  203. Grate
  204. Guiotina (T)
  205. Hyperglosae-arum f. [28.1.2011]
  206. Illuminatus
  207. Illustrer [11.10.2010]
  208. Impressus
  209. in integrum restituo
  210. In librum redigo
  211. Incathenatus (R)
  212. Incaustum
  213. Index librorum prohibitorum (T C) [5.2.2011]
  214. Indica (E R)
  215. Infirmitorium
  216. Initium
  217. Inscriptio
  218. Innovatio [14.06.2017]
  219. Integrare
  220. Integro
  221. Integro
  222. Interlinearis (T) [28.1.2011]
  223. Interliniare (T) [27.1.2011]
  224. Intitulatio
  225. Inventaire
  226. Intercisus – a- um (T) [26.1.2015]
  227. Ivor-is n. (C) [15.11.2011]
  228. Journel (T)
  229. Lacuna
  230. Lacunoso
  231. Lapis vitreus
  232. Lates
  233. Laudes ecclesie (T L)
  234. Lectio
  235. Lectorium (M)
  236. Légenda, Légende, Legendier (T) [17.2.2014]
  237. Letorile
  238. Lettre
  239. Lettre couraus
  240. Lettres de Forme (P C)
  241. Lettres de molle (P C)
  242. Libellus
  243. Liber (T C) [20.2.2019]
  244. Liber glosatus (T) [27.1.2011]
  245. Libraria
  246. Librarista (P)
  247. Librarius (P) : voir Librarista
  248. Ligamen (C R) [5.12.2020]
  249. Ligatura (C)
  250. Linteum (M)
  251. Littera
  252. Littera caduca (E)
  253. Littera psalterialis (E) [18.2.2011]
  254. Livre : voir Liber
  255. Livre de plomb (C) [19.2.2011]
  256. Littera antiqua
  257. Littera Attica
  258. Littera barbara
  259. Littera Etrusca
  260. Littera Gallica
  261. Littera Germanica
  262. Littera Gothica
  263. Littera Italica
  264. Littera Longobarda
  265. Littera maior / maiuscula
  266. Littera Theutonica
  267. Loculus (M)
  268. Locus
  269. Longobardum (E)
  270. Longus
  271. Lumière
  272. Manuale (T) [9.11.2010]
  273. Manuale Augustini (T) [9.11.2010]
  274. Margo
  275. Mariale (T)
  276. Marien-Psalter (T)
  277. Matines (livre) (T) [11.9.2010]
  278. Membrana
  279. Membrana carta
  280. Mettre en lumière [11.10.2010]
  281. Mezano bolognese
  282. Minuta
  283. Missale mixtum (L T) [3.3.2011]
  284. Mi-temps (C) [17.07.2012]
  285. Mutilo
  286. Nabla / Nablum [26.1.2015]
  287. Nocturnus-i m. ; Nocturne (T) [1.9.2010]
  288. Nota (E C) [18.8.2012]
  289. Numidus
  290. Obscurus
  291. Omnilogus (T) [à identifier 11.2.2011]
  292. Ordinatus
  293. Ordo
  294. Ordo judiciarius (T)
  295. Originalia [16.6.2013]
  296. Pagonazo (R) [7.6.2012]
  297. Pandecta [6.2.2011]
  298. Pandectes [6.2.2011]
  299. Papirus
  300. Parmora, Parmoris
  301. Parva glosa
  302. Pecus, Pecudinis
  303. Pellis corii
  304. Pellis pilosa
  305. Penne [17.7.2013]
  306. Pergamenum [18.9.2012]
  307. Perse
  308. Petafiectum
  309. Pharetra (T) [19.11.2010]
  310. Pictura
  311. Plomb
  312. Pluteus/Plutei (M) [1.8.2013]
  313. Poetria (T)
  314. Ponere
  315. Portabilis
  316. Portativus, portatilis
  317. Postes (R)
  318. Postilla (T)

Postillata (voir : Biblia postillata)

Postilla aurea (voir : aureus)

  1. Postilla perpetua (T) [29.1.2011]
  2. Psalterialis
  3. Postis
  4. Principium
  5. Pressura (C) [13.11.2013]
  6. Promptuarium (T) [5.5.2011]
  7. Proprietas [21.1.2014]
  8. Psalterium (T L) [19.11.2010]
  9. Psalterium continuum (C T) [25.4.2016]
  10. Psalterium sancti Ieronimi (T) [1.9.2010]
  11. Pulpitarium / Pulpitorium (C) [15.6.2013]
  12. Pulpitum-i n. (M) ou Pulpitrum [8.9.2010]
  13. Quaternarius
  14. Quaternio [25.01.2017]
  15. Quaternullus [26.01.2017]
  16. Quaternus [25.01.2017]
  17. Quinternus
  18. Rapiarius (T) [14.11.2011]
  19. Rapularius (T) [14.11.2011]
  20. Rasura tituli
  21. Ratio e auctoritas
  22. Ravolto
  23. Reale (charta)
  24. Recenso
  25. Recognoso
  26. Reconditus in armario
  27. Redigere
  28. Repositorium (B) [20.07.2012]
  29. Restituo
  30. Revestiaire (B)
  31. Revideo
  32. reviso
  33. Rosa
  34. Rota
  35. Rotulus- i m. (C)
  36. Rubeus
  37. Rubrica
  38. Rubrum
  39. Sachet
  40. Sanil
  41. Sayette
  42. Scannum (M) [11.11.2013]
  43. Scartabellum [22.5.2016]
  44. Scedula-ae f.
  45. Scheda (schedula)
  46. Scogius (C) [12.01.2017]
  47. Scolastica (T)
  48. Scrinium
  49. Scriptura
  50. Scriptura
  51. Scrittura corsiva
  52. Sedes
  53. Sedile
  54. Semimissale, semibreviarium, demi journel (T)
  55. Semipsalteria (T)
  56. Sententia (T) [17.7.2013]
  57. senza mende
  58. Seratura
  59. Signaculum
  60. Signatum a modum nocissinum
  61. Signeau, Signet
  62. Solarium
  63. Spalmus, Spalterium (T) [26.6.2013]
  64. Spissitudo
  65. Stall
  66. Stampa
  67. Staulum
  68. Stille (T) [29.9.2017]
  69. Studium (B) [23.7.2013]
  70. Suggestum (M) [7.6.2013]
  71. Summa de abstinentia (T) [19.11.2010]
  72. Summa Archiepiscopi (T) = Summa Hostiensis* [16.6.2013]
  73. Summa aurea (T) [16.6.2013, rév. 2.5.2016]
  74. Summa compendiosa (T) = Summa Hostiensis [16.6.2013]
  75. Summa copiosa (T) = Summa Hostiensis [16.6.2013]
  76. Summa Guillelmi Altissiodorensis (+1231) [2.5.2016]
  77. Summa Hostiensis (T) [16.6.2013]
  78. Supputacio librorum
  79. Sutus
  80. Symbolum – symbola
  81. Synodale [28.8.2012]
  82. Tabula [13.10.2010]
  83. Tabularium (B) [8.4.2012]
  84. Tabulatus
  85. Tascabilis (C)
  86. Teca librorum
  87. Terminologia scripture Italia meridionale
  88. Textus (C) [5.11.2010]
  89. Textus argenteus (C R) [5.11.2010]
  90. Textus aureus (C R)
  91. Textus epistolarum [5.11.2010]
  92. Theologia (T) [9.11.2010]
  93. Thesaurus (4.8.2012)
  94. Tiretaine
  95. Titres des livres au Moyen Âge [31.3.2011] (T)
  96. Titulus
  97. Transversaliter scriptus
  98. Treillis
  99. Triangulare: voir triangulus
  100. Triangulus (M) [26.7.2012]
  101. Tricolumpnatus (C)
  102. Trippe de velours (M) [16.11.2011]
  103. Vacheta
  104. Vade mecum (T)
  105. Varieta
  106. varius
  107. Velutus
  108. Vestiarium (B) [1.5.2011]
  109. Vestiarium in libraria (B M)
  110. Volumen-inis n. (T C) [2011, révision 20.2.2019]
  111. Yvor : voir Ivor

responsable editorial

rédacteurs

argumentaire

chaque notice comporte

Principales sources citées

Bibliographie sommaire

Typologie des lexèmes

Abréviations

 

Notices

1.     Ad usum (TC) [21.1.2014]

Signification(s)

  1. Expression consacrée, très fréquente, désignant le lieu, le diocèse, le couvent, l’église, la personne morale qui célèbre la liturgie selon les usages consignés dans un livre. Dans ce cas, l’expression qualifie un texte et ne désigne pas nécessairement une appartenance du livre à la personne morale désignée. Un couvent dominicain français pourrait théoriquement conserver dans sa bibliothèque un missel à l’usage de l’église de Milan, par exemple. Dans l’exemple ci-dessous, un capitulaire « à l’usage » du prieuré de Moissac, a appartenu avant sa confiscation, au prieuré bénédictin de la Daurade de Toulouse dont les religieux venaient du prieuré de Moissac.

Attestation :

  • 14e siècle : Capitulaire férial à l’usage du monastère bénédictin de Moissac

« Feriale ad usum monasterii Moissiaci » (Toulouse, Bibl. mun., ms. 85).

Signification(s)

  1. Dans un ex-libris, l’expression ad usum désigne l’autorisation faite à un religieux de conserver certains livres à son usage personnel, le plus souvent pour toute sa vie, sans qu’il puisse l’aliéner sans permission. On observera vite des dérogations à ce principe, les religieux disposant d’une certaine marge de manœuvre, encadrée par leur législation propre, pour échanger et même acheter ou vendre des livres. Que l’expression y figure ou nom, le statut de livre « à l’usage » est implicite dans tout ex-libris nominatif de religieux ou de moine, même si les exemples sont nombreux, dès le 13e siècle, d’ex-libris de religieux où l’expression ad usum ne figure pas. On évitera donc de parler, à propos des livres d’individus membres d’ordres religieux, de « collection privée », de « propriété » ou même d’appartenance, puisque d’une part ces livres n’appartiennent pas en propre aux religieux qui en ont l’usage personnel durant leur vie, et que, d’autre part, ces livres finissaient par être intégrés dans les bibliothèques conventuelles. La propriété réelle des livres « à l’usage » d’un religieux est déterminée, surtout dans les ordres mendiants, par le contexte d’acquisition et d’usage du livre, en particulier par l’origine de l’argent qui a permis de l’acquérir : livre acquis par le couvent de formation du frère, héritage ou dons, livre acquis par le frère dans le cadre de son enseignement, etc. La personne morale à laquelle appartenait réellement au Moyen-Âge un manuscrit portant une indication d’usage nominatif (ex-libris) peut donc être soit le couvent auquel le livre a été emprunté, soit, en cas de nouvelle acquisition, son couvent de formation initiale (noviciat), un couvent de formation intellectuelle passive (le frère y fait ses études) ou active (le frère y enseigne), ou encore un des multiples couvents auxquels chaque frère était assigné au cours de sa vie active. L’historien est souvent dans l’impossibilité de pouvoir trancher. Les règles ont évolué, les pratiques aussi. Faute de plus de précision, on désignera ces livres comme propriété du couvent explicitement mentionné dans l’ex-libris (« Hic liber est [éventuellement ad usum] fratris N., conventus Y. ») ou, à défaut, du couvent où le livre se trouvait avant d’être intégré à une collection publique, en l’associant au nom du frère qui en bénéficiait pour son usage.

Il arrive que les livres dont l’usage avait été concédé à des frères durant leur vie soient intégrés dans la bibliothèque commune après leur mort. Les mentions de ces livres figurent parfois dans des annexes ou ajouts de certains catalogues anciens, avec mention des frères bénéficiaires.

Chez les dominicains, l’expression ad usum n’est pas courante au Moyen Âge. Humbert de Romans préfère parler, de manière juridiquement plus exacte, de livres « assignés » à [l’usage de] tel frère[1]. La réalité est bien attestée, par exemple dans les item 92, 95, 96 et  97 du catalogue du couvent de Dijon, datable des années 1307-1325[2].

Attestation :

1307-1325 c. Catalogue du couvent O. P. de Dijon

« 95. Item liber quidam in gallico[xvi] qui incipit / De decem preceptis, et loquiturde virtutibus / et viciis[63]. Prior, frater Iohannes de Manso habet. /

  1. Item frater Richardus Divionensis habet bibliam de conven-/tu que fuit/ [120] fratris Milonis de Maynegyo. /page 5 = f. 147r]/
  2. Item frater Matheus habet summam de casibus[64] / que fuit fratris Milonis. / »

Attestation :

14e siècle. Ex-libris d’un frère mineur du couvent de Toulouse

« Hic liber est ad usum fratris Petri de Vereyriis ordinis minorum conventus Tholoze. Orate Deum pro anima eius que requiescat in pace. Amen ». (BMT 211, f. 250v, main cursive du 14e s., provenance Toulouse, Couvent O.F.M.)

Voir aussi :

Proprietas*.

Rédigé par :

Martin Morard

2.     Alapa (1) [22.06.2016]

Signification(s)

Plat ou emboîtage orné, attesté en particulier à propos d’évangéliaires[3]. Néosémie du latin classique alapa, qui signifie « giffle, soufflet ».

Muratori, éditeur du texte d’Agnellus de Ravenne, qui en donne la plus ancienne attestation, écrivait : « Le terme barbare d’alapae, inconnu des auteurs de glossaires, désigne – il n’y a, à mon avis, aucun doute possible là-dessus – les plats extérieurs dans lesquels l’évangéliaire avait été enserré[4]. »

Attestation :

  • 831-836. Agnellus de Ravenne, Liber pontificalis Ecclesiae Ravennatis, « De sancto Petro », 27

« Et hic beatissimus alapas evangeliorum ex auro optimo et gemmis lucidissimis fecit […] ».[5]

Attestation :

  • 831-836. Agnellus de Ravenne, Liber pontificalis Ecclesiae Ravennatis, « De sancto Martino », 169 :

« et alapas evangeliorum aureas parvas », [6].

Rédigé par :

Jérémy Delmulle

3.     Alapa (2) [22.01.2017]

Signification(s)

Selon le contexte, le mot pourrait aussi désigner simplement des ornements ou fibules.[7]

Voir aussi :

Alapa (1)

Rédigé par :

Martin Morard

4.     Almariolum

Voir aussi :

Armarium*

5.     Almarium

Voir aussi :

Armarium*

6.     Ambo

7.     Anagliphus (R C) [15.2.2011]

Autre(s) formes(s)

Anaglificus, anagliphicus, anaglifus, annagliphus

Signification(s)

Adjectif latin anagliphus-a-um, formé du grec ancien ana : « du bas vers le haut » et glyphè : « ciselure », diffusé par la Vulgate (III Reg. 6, 32)

L’adjectif qualifie le travail de ciselure ou de sculpture effectué en bas-relief sur un objet quelconque, le plus souvent métallique, linteau de porte, pièce d’orfèvrerie ou plat de reliure.

Expression(s)

L’expression opus / ars  anagliphum(-pha) désigne le travail de ciselure effectué sur le support et non pas le livre ou le plat lui-même.

Attestation :

  • 1075-1140 c. : Chronica casinensis, III 31, p. 403.6

« Evangelium cum tabula fusili de argento opere anaglifo et pulcherrime deaurato. »

Rédigé par :

Martin Morard

8.     Analogium (M)

Signification(s)

Pupitre.

Attestation :

  • 1480 : Cîteaux, p. 372

« Libri sequentes sunt in dicta sexta banca de latere dormitorii inferius sub analogio… »

Attestation :

« Alius parvus liber incathenatus in analogio in claustro… »

Attestation :

« In parvis analogiis claustri. Parvus liber in cathenatus ad analogium cathedre in opposito capituli continens… »

Rédigé par :

Martin Morard

9.     Antibiblium [28.11.2011]

Signification(s)

Sorte de gage donné en échange du prêt d’un livre

Attestation :

  • 1200 c. : Uguccione da Pisa, Derivationes, art. Bibo (B64), éd. E. Cecchini, Firenze, 2004, t. 2, p. 125 :

« Antibiblium idest pignus quod pro codice mutuato datur quasi contra biblum datum. »

10. Antiphonarium (L T) [20.2.2011]

Signification(s)

Antiphonaire.

  1. Livre liturgique contenant le recueil des antiennes, ou refrains chantés de la psalmodie, du répertoire chanté de l’office (liturgie des heures).

Les livres portant ce titre peuvent contenir autre chose que des antiennes.

  1. Chez les chartreux, l’antiphonaire contient toutes les pièces ornées destinées au chant de l’office de nuit (antiennes, répons prolixes et brefs) à l’exception des récitatifs ou pièces assimilées (psaumes, cantiques, hymnes).

Expression(s)

Antiphonarium cartusiense

Signification(s)

  1. Ailleurs, et assez souvent, l’antiphonaire contient les psaumes de l’office et les antiennes qui l’accompagnent. Le terme désigne alors un psautier choral :

Attestation :

  • 1742 : Lérins (Saint-Honorat), O.S.B, Inventaire des biens, p. 82

« Antiphonaire ou psotier à l’usage de ce monastère, 1 vol. grand in folio manuscrit.

– un autre petit psotier du même usage, 1 vol. grand in quarto. »

Rédigé par :

Martin Morard

11. Apparatus Archidiaconi (T) [23.7.2013]

Signification(s)

Guy de Byasio, archidiacre de Bologne, Apparatus ad Sextum.

Attestation :

1335 (22 décembre). Avignon. Testament de Guillaume de Pierre[8]

« Item Apparatum Archidiaconi super Sexto decretalium in uno volumine. »

Rédigé par :

Martin Morard

12. Apparatus (T) [9.1.2013]

Signification(s)

  1. Commentaire technique, comprenant de nombreux renvois aux commentaires et documents parallèles de certains textes de référence, destinés à en faciliter la lecture en lien avec une tradition interprétative. Ainsi l’apparat aux Decrétales de Grégoire IX renvoie au Decret de Gratien et aux compilations juridiques qui traitent des mêmes sujets.

Attestation :

1307 : Dijon OP

« 83. Item frater Herveus habet summam de cassibus cum apparatu, / et mutuavit predictus frater Herveus supra predictam summam c<entum> f<lorinos>, ad [100] valorem quinquaginta solidorum divion<ensium>. »

Signification(s)

  1. Le terme est parfois employé comme adjectif pour désigner un texte accompagné d’un apparat, à l’image d’un texte glosé.

Attestation :

1307 : Dijon OP

« 25. Item Decretales apparate in uno volumine. /

  1. Item Decretales alie apparate / in uno volumine.»

Attestation :

Signification(s)

  1. Glose de la Bible

Attestation :

1275-1325cc. St-Martial de Limoges (titre de fin de la Glose de Gilbert de Poitiers)

« Epistole Pauli ad hebreos cum apparatu vel glosa »[9]

Synonyme(s)

Glosa.

Rédigé par :

Martin Morard

13. Appendicula-ae f. (M) [8.9.2010]

Autre(s) formes(s)

Appendiculum-i n.

Casier pour ranger les livres, parfois élément d’un meuble de rangement plus vaste comme un pupitre ou un banc (vers 1525).

Le terme, polysémique et de traduction difficile, est à nuancer selon les contextes. Il désigne généralement un « petit appendice » (Gaffiot, de pendeo : pendre), un objet suspendu ou appuyé (un appentis), voire un appartement ou une annexe.

Dans l’exemple ci-dessous, la forme verbale recludas (de recludo-dere) suivi de l’ablatif pluriel appendiculis semblent indiquer

– soit le retour au lieu d’où le livre vient (ablatif de lieu) ; dans ce cas, les appendiculae désignent des espaces de rangement, clos, dans lesquels les livres étaient renfermés, associés vraisemblablement à un meuble de rangement appelé pulpitum* (pupitre) ; voir l’illustration de la Bible historiale du manuscrit Paris, Bibl. Mazarine, ms. 313, f. 1v (vers 1415-1420 ?) qui montre les livres de la Bible, prototype de la bibliothèque antique, rangés dans des casiers, éventuellement suspendus à une paroi ;

– soit l’ablatif de moyen ; dans ce cas, les appendiculae pourraient désigner des attaches qui servent à fermer le livre (fermoirs). Néanmoins, Du Cange ignore ce sens du mot et ne connaît que le précédent[10].

Attestation :

  • 1525 circa : Inventaire de la bibliothèque de l’abbaye de Vauluisant, O. Cist., Yonne[11].

« Collectoris huius tabellae prologus. Quo facilius foret in hac Vallis-Lucentis lucida bibliotheca lecturis scire eos qui inibi continentur libros ac ex his quos desideraverint illico magnumque extra laborem adinvenire, navavi opellam huic tabellae colligendae, cuius tam non difficilis est intellectus, ut omni lecturo statim pateat. Sunt enim singula pulpita singulis ac propriis numeris in fronte signata, libri vero cuiuslibet pulpiti certis litteris distincti atque ut libri iidem, <si> urgente forsan necessitate aliave de causa e suo loco tollantur, eo quo depositi sunt loco recollocari valeant, notavi in singulorum primordiis librorum numerum pulpiti cui supponi debeant. Caeterum, obtestor te, quisquis es hic lecturus, ut, decenter proutque est adamatoris bonarum litterarum, libros tractes seu revolvas, revera ut suo quem nunc tenent loco esse sinas, folia aut semifolia e libris ne tollas vel laceres legendo. Si quid erroris occurat, si vales corrigas. Post lecturam vero librum diligentius suis appendiculis recludas. »

Rédigé par :

Martin Morard (d’après les informations communiquées par François Bougard)

14. Arca / archa (M)

Signification(s)

Coffre pouvant contenir des livres.

L’exemplum rapporté par la lettre 82 de Pierre Damien (cit. infra) suppose que l’arca soit un meuble (ou une armoire encastrée) d’un volume restreint. Après complies, le sacristain y range une vingtaine de livres de choeur, enveloppés d’une toile de lin (linteum) accidentellement imprégnée par la cire du flambeau qu’il tenait en faisant ce travail. Avant que l’arca ne fut refermée, une particule enflammée tomba sur la toile ; le feu couve mais ne prend pas. Au matin, ce n’est pas le local (arcivum) qui est rempli de fumée, mais l’arca que le sacristain ouvre pour en reprendre les livres nécessaires à l’office, épargnés par la combustion lente du tissu. On peut donc déduire que le feu ne s’est pas étendu faute d’oxygénation suffisante et, par conséquent, que l’espace de l’arca, non occupé par les livres, était suffisemment restreint pour ne pas permettre au feu de s’étendre. A propos de l’imaginaire et des interprétations symbolico-religieuses concernant les phénomènes d’ignition et/ou de non-combustion, cf. Fr. Bougard, « Le feu de la justice et le feu de l’épreuve, IV-XIIe siècle », in : l fuoco nell’alto Medioevo, Spoleto, (Settimane di studio della Fondazione Centro italiano di studi sull’alto Medioevo, 60), 2013, p. 389-432.

Attestation :

  • 1061 : Ravenne (S. Apollinare in Classe)

Petrus Damiani, Epistolae, Epist 82 ad abbatem Desiderium Montis Cassini, eMGH Epp. Kaiserzeit 4,2, p. 446.5-24 : (texte signalé par François Bougard) :

« 5| Pridie certe dum iam sol ad occasum vergeret, ‎frater quidam, Iohannes nomine, ad me venit et miraculum celebri memoria dignum sibi 7| dudum ‎contigisse narravit.‎ Cum, inquit, in Classernae monasterio 8| degerem et commissam michi sacrorum exedram ‎custodirem, quadam die 9| post completorium libros aecclesiae in arcivo congessi, deinde clavem ‎10| imprimens, ut cotidie consueveram, obseravi.‎ Sed ut post liquido patuit, 11| de cereo, quem ferebam, nesciente me vapor emicuit, et linteum, quo 12| liber operiebatur, afflavit. Mane autem facto cum arcam aperirem, ut libros tollerem, repente michi in vultum fumus et igneus vapor occurrit. Stupefactus ilico atque perterritus, si forte de libris adhuc aliquid superesset, coepi curiose perquirere. Sed o incomprehensibilis divinae virtutis effectus! Cum omnes lintei viginti circiter exusti essent in cineremque reducti, quibus nimirum codices fuerant involuti, ipsi codices omnino servabantur inlaesi. Porro arcam ignis penetraverat, et largum combustionis orbem in eius fundo reliquerat. Hoc itaque comperto fratres divinam laudavere potentiam, quoniam, qui in Chaldaico camino Hebreos custodierat pueros, nunc in arcae flagrantis incendio suos etiam servaverat libros. Est autem frater ille, qui michi ista narravit, idiota quidem, sed tam ferventis oboedientiae, tam purissimae vitae, ut nequaquam videatur indignum, quod Deus per eum dignaretur exhibere prodigium ».

  • 1480 : Cîteaux, p. 386

« Sequuntur libri existentes in cofro seu archa iuxta gradus ascensus ad vestiarium in libraria »

Synonyme(s)

Coffrus.

Rédigé par :

Martin Morard [10.4.2021]

15. Archetypus

Bibliographie

Rizzo 1984, p.   308.

16. Archibancus (M)

Attestation :

  • 1464 : Nonantola, p. 272

« In archibanco ante fenestram sacrestie bipartito, quamplurima instrumenta autentica. »

Rédigé par :

Martin Morard

17. Archivaire [27.11.2010]

Signification(s)

Terme français. Archiviste, responsable du dépôt des archives.

Attestation :

  • 1742 (19 février) : Lérins (Saint-Honorat), O.S.B, Inventaire des biens (1742, 24 février), p. 13

« Au fonds d’icelle [bibliothèque] nous avons vu qu’il y a un grand armoire à deux portes qui sont fermées à clef dans lequel lédit supérieur et religieux nous ont dit que sont enfermés les titres, papiers et documents de la dite abaye dont ledit D. Verrayon archivaire a les clefs… »

Rédigé par :

Martin Morard

18. Archivum (L)

Autre(s) formes(s)

Arcivum. Archives.

Signification(s)

Lieu ou meuble dans lequel est conservé l’arca* (librorum / cartarum etc.). Un même ensemble (château, monastère) peut abriter plusieurs archives. Attenant au choeur de l’église, l’archivum peut contenir des livres liturgiques. L’officier chargé de sa garde le ferme à clé le soir après complies.

D’après la lettre 82 de Pierre Damien à Ravenne l’arcivium relève de l’exedra sacrorum* et contient l’arca librorum.

Attestation :

  • 1061 : Italie : Ravenne (S. Apollinare in Classe), d’après Pierre Damien, Epistola 82.

Petrus Damiani, Epistolae, Epist 82 ad abbatem Desiderium Montis Cassini, eMGH Epp. Kaiserzeit 4,2, p. 446.5-24 : (texte signalé par François Bougard) :

« 5| Pridie certe dum iam sol ad occasum vergeret, ‎frater quidam, Iohannes nomine, ad me venit et miraculum celebri memoria dignum sibi 7| dudum ‎contigisse narravit.‎ Cum, inquit, in Classernae monasterio 8| degerem et commissam michi sacrorum exedram ‎custodirem, quadam die 9| post completorium libros aecclesiae in arcivo congessi, deinde clavem ‎10| imprimens, ut cotidie consueveram, obseravi ».

Voir aussi :

archivum. arca. exedra.

Rédigé par :

Martin Morard [10.4.2021]

19. Arcile (M)

Signification(s)

Du latin arca* : meuble pour conserver les livres.

Rédigé par :

Martin Morard

20. Arconus (M)

Attestation :

  • 1212 : Novara, inventaire de la cathédrale de Novara, col. 1192-1194

« [Livres liturgiques] in arconis de choro ».

Rédigé par :

Martin Morard

21. arcorus

22. Arma (C)

Signification(s)

Armoiries, armes héraldiques

Rédigé par :

Martin Morard

23. Armariolus (M)

Autre(s) formes(s)

Armariolum

24. Armarista (P)

Signification(s)

Du latin Armarium* : bibliothécaire

Rédigé par :

Martin Morard

25. Armarium (B M) [10.9.2010]

Autre(s) formes(s)

(latin) : Almarium, armararius*

Autre(s) formes(s)

(ancien français) : Aulmaire, armaires.

Le terme peut désigner, selon les contextes et les époques,

– une niche aménagée dans un mur pour y conserver les livres : « Armarium claustri collationis »

– une pièce entière destinée à abriter les livres d’un monastère ou d’un couvent,

– un meuble (armoire) : « Armarium librarie »

– au sens large : tout lieu où des écrits sont rassemblés et conservés.

Attestation :

  • Hieronymus Stridonenis [†420] , Epist. 53, 3 :

« Cur dicitur Paulus apostolus vas electionis [Ac. 9, 15] ? Nempe quia legis et Scripturarum sanctarum armarium erat. »

Attestation :

  • Corbie, xie siècle[12]:

« Hii codices reperti sunt in armario Sancti Petri. »

Selon la lexicographie médiévale, armarium est d’abord le lieu où les corps de métier rangent leurs « armes », c’est-à-dire leurs outils, et, par analogie, les livres des clercs, assimilés à leurs « armes ».

Attestation :

  • Carcassonne, Bibliothèque des dominicains, XIIIe siècle

« Iste liber est de armario fratrum predicatorum Carcassonensium » (Paris, BnF, lat. 194, f. 1, main du XIIIe s)

Attestation :

  • Jean Balbi de Gênes, Catholicon, « Armarium »

« Armarium dicitur generaliter locus ubi instrumenta et arma cuiuscumque artis reponuntur, quia cuiuslibet artis sunt sua arma ut clericorum arma sunt libri. »

Expression(s)

Armarium claustri

Armarium claustri collationis

Armarium ecclesie

Armarium in claustro

Armarium in sacristia

Armarium intrinsecus

Armarium juxta librariam

Armarium librarie

Armarium sacristie

Armarium seu librarium

Almarium picturatum

Rédigé par :

Martin Morard (révisé 11.10.2013)

26. Ars maior  (T) [15.2.2011]

Signification(s)

Titre de la première partie de l’Ars grammatica de Donat, référence fondamentale du trivium. Édition de référence : Donati ars maior, éd. Louis Holtz, 1981, p. 603-674 ; Grammatici latini 4, éd. J. Keil, p. 367-402.

Rédigé par :

Martin Morard

27. Ars minor [15.2.2011]

Titre de la seconde partie de l’Ars grammatica de Donat, référence fondamentale du trivium.

Édition de référence : Donati ars minor, éd. Louis Holtz, 1981, p. 585-602 ; Grammatici latini 4, éd. J. Keil, p. 355-366.

Voir aussi :

Ars prima*

Rédigé par :

Martin Morard

28. Ars prima (T) [15.2.2011]

Synonyme(s)

Ars minor.

Ars prima désigne fréquemment au Moyen Âge la seconde partie de l’Ars grammatica de Donat, référence fondamentale du trivium.

ixe siècle : Remigii Autissiodorensis In Artem Donati minorem commentum ad fidem codicum manu scriptorum, éd. W. Fox, Leipzig, 1902, p. 1 :

« Incipit ars (vel editio) prima Donati grammatici Urbis Romae. Iste titulus varie et dissimiliter invenitur. Quidam codices habent incipit ars prima, quidam vero incipit editio prima, quod utrumque exponitur. »

Voir aussi :

Ars minor*.

Rédigé par :

Martin Morard

29. Asnier (M C L) [28.08.2011]

Autre(s) formes(s)

Ânier, asinarius

Signification(s)

Terme rare, dont la signification demeure conjecturale.

De « ase » en langue d’oc : peut-être meuble où sont enchaînés les livres,

Attestation :

  • 1568: Evêché de Rodez, ms. 35, f. 31v[13]

[Texte d’une fondation qui demande que tout soit fait] « … ut latius continetur in libro regularum divini officii pro regimine chori huius ecclesie Ruthenensis, in asino chori cathenato »

Il pourrait s’agir de livres contenant les parties de l’office chantées par cœur, que les chantres ou choristes qui avaient des difficultés de mémoire pouvaient aller consulter au cours de l’office, d’après le contexte de l’inventaire suivant :

Attestation :

  • 1476: Bayeux, inventaire du trésor de la cathédrale Notre-Dame, article 315 (f. 97, éd. Deslandes 1896, p. 398)

[Parmi les livres liturgiques : ] « Item, deux asniers, donc [sic] l’ung est enchainé en hault du cueur, du costé senestre [côté de l’évangile], et l’autre est en chapitre ».

Rédigé par :

Martin Morard (terme et sources signalés par Monique Peyrafort, corrigé 2.07.2012)

30. Asseles (R)

Voir aussi :

Asser*

31. Asser (R)

32. Assis –dis (C)

Signification(s)

Plats d’une reliure. Voir Asser*

Rédigé par :

Martin Morard

33. Asurium (E)

Signification(s)

Azur

Signification(s)

34. Atsalos

35. Aureus, -a, -um (E R T)

Synonymes :

lat. : pulcher, egregius ; deutsch :  prächtig, herrlich ; engl. : beautiful, splendid:

Voir aussi :

Textus aureus*

Signification(s)

Recouvert d’or, doré, en or ; par extension : de qualité supérieure, excellent. Voir.

L’adjectif aureus désigne en général tout ce qui, par analogie avec l’or, premier analogué, est excellent, beau ou de qualité supérieure. L’or renvoie plus particulièrement au divin et à ce qui y est associé.

Aureus signale l’excellence codicologique des manuscrits et des textes qu’ils contiennent, notamment par analogie avec le texte des Ecritures dont les exemplaires les plus solennels étaient écrits en lettres d’or (chrysographie ; voir ici Textus aureus*).

Par extension, l’adjectif est utilisé en latin (déjà chez les classiques), et dans plusieurs langues vernaculaires (français, italien, allemand, etc.) pour qualifier l’excellence d’un objet, d’un texte, d’une expression.  L’usage est à l’origine de l’expression française « parler d’or », qui désigne une formule excellente qui s’impose par sa qualité et sa pertinence.

L’adjectif entre dans la composition des titres secondaires de nombreux ouvrages médiévaux ou modernes. Il s’agit presque toujours de titres métaphoriques, dus non aux auteurs, mais aux milieux récepteurs des œuvres ainsi désignées.

Cette association d’aureus aux titres anciens et sa signification appelle une étude approfondie qui devra tenir compte non seulement des catalogues médiévaux, mais aussi des préfaces des éditeurs et imprimeurs des 15e et 16e siècles et même de l’analyse des annotations. Elle devra être mise en relation avec l’histoire de la philosophie à la fin du Moyen Âge, spécialement avec le regain d’intérêt à cette époque pour le néo-platonisme.

Dans l’état actuel de notre enquête, il semble que la mode des ‘titres dorés’ découle à la fois de la chrysographie des textes sacrés et de l’appropriation christianisée, au Moyen Âge et à la Renaissance, du concept platonicien et néo-platonicien de la « chaîne d’or », dérivé d’Homère. Zeus était réputé tirer les humains et les dieux vers le ciel par une « chaîne d’or (ou plutôt un « câble » σειρά) », matérialisation des rayons du soleil, assimilé par le néo-platonisme chrétien au lien de la charité corrélé à la vérité. L’image est devenue le symbole – pour faire bref – de l’interconnexion des savoirs fondée sur la participation des êtres[14]. L’attestation de la réception chrétienne de ce concept est déjà attestée vers 1230-1240 dans les postilles bibliques d’Hugues de Saint-Cher (Hugues de Saint-Cher, Postilla in Qo. 12, 6c : mystice (ed. M. Morard, http://Gloss-e.irht.cnrs.fr) : « Moraliter et mystice simul exponitur de toto genere humano, hoc modo : Memento Creatoris tui {b} Antequam rumpatur <funes argenteus> id est doctrina fidei, que de argento Sacre Scripture velut ansulis testimoniorum et mandatorum connectitur. {c} Et recurrat vitta aurea] vel catena aurea (alia littera) id est caritas, que in fine temporum recurret a latitudine et longitudine sui cursus. Refrigescet enim caritas multorum et abundabit iniquitas sicut dicit Dominus, Mt. 24.b. Antequam igitur ista duo fiant id est pereat doctrina fidei et caritas refrigescat, hortatur Salomon nos memorari Creatoris nostri, non scientialiter tantum addiscendo et cogitando, sed sapientialiter timendo et amando,  quasi dicat : . cuilibet nostrum, dum traheris argenteo fune doctrine fidei et catena caritatis Dei et proximi, curre ad Deum. Deus enim beneficiis quasi quadam catena caritatis trahit te. Unde Os. 11.b. In funiculis Adam traham eos in vinculis caritatis.{104vb} Item proximus exemplis quasi eadem catena caritatis similiter trahit te. Unde Ct. 1.c. ubi nos habemus. Murenulas aureas faciemus tibi ; alia editio habet : Catenulas aureas faciemus tibi. Similiter doctrina fidei est funis, quo intellectus hominis vincitur, ne sequens naturales rationes superbiendo oberret. Eccl. 6.d. Decor vite est in Sapientia et vincula illius alligatura salutis. Item Eccl. 21.d. Ornamentum aureum prudenti doctrina et quasi brachiale in brachio dextro ».

Cependant le néoplatonisme, et son renouveau à la Renaissance, est probablement une des causes  culturelles de de l’application du qualificatif aureus au titre d’ouvrages à prétention encyclopédique (Summa, Catena, etc.).

Nous nous contentons pour l’instant de noter quelques titres en précisant la date la plus ancienne connue de sa qualification de aureus :

NOTA BENE : le contenu de ce tableau est destiné à évoluer constamment.

 
titre secondaire auteur et titre primitif terminus ante quem
Summa que dicitur catena aurea Titre copié de seconde main et probablement mal lu par les éditeurs du testament dont il est extrait[15]. Le document original est perdu et Baluze, qui en est l’éditeur, est connu pour avoir corrigé ou développé de manière erronée les abréviations des manuscrits qu’il éditait. Il peut s’agir de la Summa Hostiensis, qui est un ouvrage de droit canonique à succès de la fin du XIIIe siècle, bien que le qualificatif aurea et le substantif summa ne lui soient pas appliqués par ailleurs avant l’imprimerie. Quétif[16] estime qu’il s’agit de la première occurrence de l’application de l’expression ‘Catena aurea’ à l’Expositio continua super quatuor evangelia de Thomas d’Aquin. Mais celle-ci n’est jamais appelée Summa par ailleurs et surtout ce titre n’apparaît jamais dans les 400 manuscrits de la Catena avant 1465 (voir infra). Selon nous, cette attestation n’est donc pas authentique. Une expression proche – mais dépourvue de l’adjectif aurea – est déjà attestée en 1307 dans le catalogue du couvent OP de Dijon, item 84. (voir supra)[17].

 

[Avignon, 1321, OP ?]

 

Catena aurea entium Henri de Herford (OP 1300-1370), Catena aurea entium, cf. Iolanda Ventura, « On Philosophical Encyclopaedism in the Fourteenth Century : the Catena aurea entium of Henry of Herford », dans Une lumière venue d’ailleurs. Héritages et ouvertures dans les encyclopédies d’Orient et d’Occident au Moyen Age. Actes du colloque de Louvain-la-Neuve, 19-21 mai 2005, Louvain, 2008, p. 199-245. 1370
Commentum aureum Jean de Nova Domo, Commentaire d’Alexandre † 1418 (Z. Kaluza, Les querelles doctrinales à Paris; nominalistes et réalistes aux confins du XIVe et du XVe siècles, Paris, Bergamo, 1988, p. 154-195.
Catena aurea  Thomas d’Aquin, Expositio continua in quatuor evangelia (1264-1268 c.) ; une des premières allusion à la notion de « chaîne » appliquée à l’œuvre semble dater de 1307 : « In cathenis evangelista de opere fratris Thomas » (1307, inventaire des dominicains de Dijon, voir infra). Le qualificatif aureus ne semble pas s’être diffusé de façon décisive avant le 15e siècle. Sur l’histoire du titre de la Catena aurea, cf. M. Morard, Famosus Glossator, t. 1 : petite histoire de la Catena (en préparation) 1465 (Vaticano, BAV, Vat. lat., 795, f. IIv)

 

Carmina aurea Aurea Carmina Pythagoras 1495, Vienne (om. Hain.)
Catena aurea  « Catena aurea Cartusiensis super Psalmos », catalogue du monastère San Salvatore de Bologne, 1533, dans Vigili, p. 304, no 148.

Il s’agit de François Dupuy, chartreux : « Cathena aurea super Psalmos » ou, moins vraisemblablement, de Ludolphe de Saxe In Psalmos (selon M.-H. Laurent, dans Vigili, p. 304).

ed. princeps 1520 « Quidam cartusiensis »
Corona aurea Brutus, Jacobus, ord. Salvat., Corona Aurea coruscantibus gemmis et preciosissimis conserta  margaritis in qua he perpulchre et scientifice 

materie parisiensi more pertractantur.

1496, Venise (Hain)
Lectura aurea Mayno (Jason de), In prima Infortiati partem Lectura aurea Hain-Copinger *10976 = Copinger II, 3946?
Legenda aurea Jacques de Voragina,  Legenda aurea ; voir Vita aurea  
Opus aureum Thomas d’Aquin, Expositio continua in quatuor evangelia (1264-1268 c.) 1493 (Hain 1336*)
– Aureum opus Thomas d’Aquin, De ente et essentia 1496 (éd.)
Opusculum aureum Cf. Fortunatianus Chirius Consultus. Hoc in volumine aurea hec opuscula continentur…

 

1495 (Hain-Copinger 7305*)
Plectrum super Psalmos  François Dupuy, chartreux, Catena in Psalmos.

Voir aussi Catena aurea

1520
Postilla aurea Hugues de Saint-Cher, Postilles sur toute la Bible

 

1496  (éd. Postilla aurea doctoris irrefragabilis Domini Alexadri de Ales…)
Regula aurea    
Repetitio aurea Mayno (Jason de), Repetitio aurea Jasonis Hain-Copinger *10976 = Copinger II, 3946?
Summa aurea Guillaume d’Auxerre (1250-1261), Summa aurea* 1500 terminus post quem
Summa aurea Henri de Suze (1200?-1271), alias Ostientis : Summa aurea* 1500
Summa aurea En Angleterre, dans linventaire de Leicester du 15e siècle : « Summa aurea Iohannis Andree (+1348) super Hostiensi et Innocencio’ » désigne le commentaire de Giovanni d’Andrea sur les Décrétales et la Summa Hostiensis[18]. 1400-1500 »
Vita aurea Jacques de Voragine, Legenda aurea Dijon 1307 OP § 81 : « Item vita sanctorum, que vocatur vita aurea, in uno volumine »

Voir aussi :

Textus aureus*

Rédigé par :

Martin Morard (première rédaction 18.12.2011, dernière révision : 10.10.2021)

36. Auricalchus (E R)

Autre(s) formes(s)

aurichalchus, aurichalcus. Voir Aureus*

37. Aurum

38. Aurum finum (C E R)

39. Batticum, -i n. (C R)

Autre(s) formes(s)

bacticum, bactica, battica, battatum

Signification(s)

  1. Synonyme de gemma, pierres précieuses ou semi-précieuses, utilisées pour l’ornementation de plats de reliures[19].

Bibliographie

Sur l’étymologie de ce mot, cf. « 3 batus » (par les Bénédictins de St. Maur, 1733–1736), dans du Cange, et al., Glossarium mediae et infimae latinitatis, éd. augm., Niort : L. Favre, 1883‑1887, t. 1, col. 607a. http://ducange.enc.sorbonne.fr/BATUS3

  1. Par analogie, cabochon ou clou de métal fixé sur le plat d’une reliure pour éviter l’usure du frottement[20]. Dans l’exemple ci-dessous, l’expression « cum batticis bullatis » laisse entendre que ces cabochons pouvaient avoir diverses formes, polygonales ou sphériques : d’où l’expression battica bullata.

Attestation :

XIVe siècle (après 1341), Italie, Todi, San Fortunato, OFM : liste de 6 ‘psautiers’ inscrite à la suite de l’inventaire de 1341 c. de la bibliothèque conventuelle[21] :

« [1] <U>num psalterium cum bacticis conventus Tuderti. /

« [2] <U>num psalterium cum bacticis conventus Tuderti. /

« [3] <U>num psalterium magnum cum bacticis bullatis conventus Tuderti. /

« [4] <U>num psalterium cum bacticis conventus Tuderti. /

« [5] <U>num psalterium cum bacticis conventus Tuderti. /

« [6] <U>num psalterium parvum cum bacticis bullatis conventus Tuderti. / »

Rédigé par :

Martin Morard, 2016.04.25

40. Bambaxina [carta] (C)

Autre(s) formes(s)

banbaxina (latin), de bambaxe (italien), bambagia, bambazia, bambagina (italien)

Signification(s)

Papier bombycin, ou papier ordinaire fait de chiffon de toile ;

« … in carta bombaxina… » ; « Una loricha, in pena e bambagia, in ase, vechio ».

Attestation :

  • XIVe 2/2 : Inscription lapidaire des papetiers de Bologne présentant les formats de papier en usage à Bologne, éd. Briquet, Les filigrannes, 2:

« Queste sieno le forme del chumune de bollogna deche grandeça dene essere le charte de bambaxe che se farano in Bollogna esso destreto chome qui de sotto edivixado. » = [Que celles-ci soient les formes de la commune de Bologne, de quelles grandeurs doivent être les papiers bombycins qui se feront à Bologne et dans son district comme celles exposées ci-dessous.]

Bibliographie

Briquet, Les filigranes, p. 2-4 ; cf. aussi, ibid. p. 103, 781, 783.

Voir aussi :

bombex, bombicina.

Rédigé par :

Martin Morard

41. Banca (M)

Autre(s) formes(s)

(latin): bancus-i m.

Signification(s)

Du latin banca-ae f. = banc

Rédigé par :

Martin Morard

42. Bancus

43. Banem

44. Biblia [9.11.2010]

Synonyme(s)

Bibliotheca*, Instrumentum, Pandectes*, Sacra Scriptura, Theologia*, Textus*

Signification(s)

  1. Du grec Biblos, le livre.
  2. Dès le IVe siècle, biblion-ii n. (pluriel τὰ βιϐλία ta biblia) prend chez saint Clément le sens biblique d’Ancien Testament : (iiie siècle, Ad Corinthios epistulae versio latina, éd. G. Morin, Anec. Mareds. II, 2, 14, 2).
  3. L’usage de « biblia » au féminin pour désigner la bible complète remplace presque définitivement celui de (sacra) bibliotheca au cours du xiie siècle seulement. La date de ce basculement est encore à préciser (Lehmann). Le mot est bien sûr absent du latin de la Vulgate latine (Ve siècle), mais il l’est encore, de façon plus problématique, du vocabulaire d’Uguccio de Pise, vers 1200, alors qu’il était déjà d’un usage courant à cette époque[22].

♣ Dans les inventaires anciens, on prendra garde à ne pas confondre « biblia » au neutre pluriel, signifiant « les livres », avec la Bible au sens d’Ecriture Sainte. La position de « biblia » à l’intérieur d’une liste structurée peut être un indice en faveur du sens moderne (Ecriture Sainte), surtout lorsque le mot apparaît en tête de liste ou d’une série de livres bibliques. L’hypercriticisme de Paul Lehmann en la matière doit être entendu, mais de façon raisonnable (cf. sens 1, exemple qu’il semble ignorer). L’expression « Biblia in N voluminibus », par exemple, ne laisse guère de doute sur la nature biblique de l’article (contrairement à la prudence de Lehmann qui me paraît ici excessive).

Bibliographie

Bogaert (Pierre-Maurice), « Eptaticus. le nom des premiers livres de la Bible dans l’ancienne tradition chrétienne grecque et latine », dans Titres et articulations, 1997, p. 313-337 [à propos des mots eptateuque, octateuque et pentateuque].

Lehmann, « Mittelalterliche Büchertitel », p. 3-5.

Paul (André), « Les diverses dénominations de la Bible », Recherches de sciences religieuses, 83/3 (1995), p. 373-402 [Analyse surtout le lexique grec d’un point de vue qui mêle acceptions codicologiques et théologiques.]

Petitmengin (Pierre), « La Bible à travers les inventaires de bibliothèques », Le Moyen Âge et la Bible, Paris (Bible de tous les temps), p. 31-53.

 

Sigles titres équivalents ou contenus groupes de livres Testament
Gen. Genesis=Bereshit   Ancien Testament
Ex. Exodus   Ancien Testament
Lv. Leviticus   Ancien Testament
Nm. Numeri   Ancien Testament
Dt. Deuteronomium / Deuteronomius (sic)   Ancien Testament
=> Gen. Ex. Lev. Num. Deut. Pentateuchus/-um/-on Ancien Testament
=> Pentateuchon + Ios. Iud. (Ruth) Eptaticus/ heptateuchus/-um/-on[23] Ancien Testament
=> Pentateuchon + Ios. + Iud. (Ruth) + I-II Reg.=> Octateuchus/-um/-on[24] Ancien Testament
Ios. Iosue = Liber Iesu / Hiesus Nave   Ancien Testament
Iud. Iudicum libri   Ancien Testament
1-2Rg. Libri Regum I-II   Ancien Testament
3-4Rg. = 1-2Sm. Libri Samuelis I-II   Ancien Testament
1-4 Rg.

 

Libri Regum = Libri Malachim = Libri Regnorum (confusion possible, en raison des proximités textuelles, avec le livre des Chroniques; voir infra) libri Regum Ancien Testament
1-2Par. Libri Paralipomenon = Chronicorum = Verba dierum = Libri Dabreiamin (à ne pas confondre avec Libri Regum, / Regnorum, voir supra)   Ancien Testament
Man. Oratio Manasses   Ancien Testament
1Esr. Liber Esdras I   Ancien Testament
2Esr. (Neh.) Neemias = Liber Esdras II (Vulgata)   Ancien Testament
3Esr. Liber Esdras III = alias Esdras II (Versio altera) = De templi restitutione (Paris, BnF, latin 111, f. 193rb, saec. 9)   Ancien Testament
4Esr. Liber Esdras IV = Liber Esdre tertius (4Esr. 1-2) + Liber Esdre quartus (4Esr. 3-14) + Liber quintus (4Esr. 15-16)    
1-2Mcc. Libri Machabaeorum   Ancien Testament
=> Iudit., Tob., Esth., I-II Mac., Ps. 151, III-IV Esdras => pseudepigraphi Veteris Testamenti Ancien Testament
  Ruth, Esth., Iudith libri mulierum Ancien Testament
=> Reg. Par. Esdr. Mac. Neem. libri Historici Ancien Testament
Idt. Iudith   Ancien Testament
Tob. Thobias / Tobias   Ancien Testament
Esth. Esther   Ancien Testament
I-II Mac. Machabaeorum libri II   Ancien Testament
Ps. Psalterium = Liber hymnorum vel soliloquiorum   Ancien Testament
Prov. Parabolae (Vulgate) = Proverbia = Masloth (hébreu)   Ancien Testament
Sap. Liber Sapientiae = Sapientia Salomonis   Ancien Testament
Eccle. Qohelet=Ecclesiastes (grec) = Concionator Coeleth, Colethe,   Ancien Testament
Eccli. Ecclesiasticus = Sir Assyrim / Syrasirim= Iesu filii Sirach liber (Grec) = Siracides   Ancien Testament
Cant. Canticum = Cantica / Canticum canticorum   Ancien Testament
=> Prov., Eccle., Cant. libri Salomonis (alias Ydida, Ididia) Ancien Testament
=> Prov., Sap., Eccle., Eccli., Cant. libri Sapientiales

libri didactici

Ancien Testament
Is. Isaias   Ancien Testament
Hier. Hieremias   Ancien Testament
Tren. / Lam. Threni = Lamentationes   Ancien Testament
Bar. Baruch   Ancien Testament
Ez. Ezechiel   Ancien Testament
Dan. Daniel   Ancien Testament
  Is., Hier., Tren. / Lam., Ez., Dan., Bar. (magni) prophetae Ancien Testament
Os. Osee   Ancien Testament
Iol. Ioel   Ancien Testament
Am. Amos   Ancien Testament
Abd. Abdias   Ancien Testament
Ion. Ionas   Ancien Testament
Mich. Michaea   Ancien Testament
Nah. Nahum   Ancien Testament
Hab. Habacuc   Ancien Testament
Ag. Aggaeus   Ancien Testament
Soph. Sophonias   Ancien Testament
Zach. Zacharias   Ancien Testament
Mal. Malachias   Ancien Testament
=> duodecim prophetae parvi prophetae Ancien Testament
=> parve prophetae duodecim prophetae Ancien Testament
Math Matthaeus   Nouveau Testament
Marc Marcus   Nouveau Testament
Luc Luca   Nouveau Testament
Ioh Iohannes   Nouveau Testament
=> Mat. Marc. Luc. Ioh. evangelia Nouveau Testament
Rom. Epistola Pauli ad Romanos   Nouveau Testament
I-II Cor. Epistola prima / secunda Pauli ad Corinthios   Nouveau Testament
Gal. Epistola Pauli ad Galatas   Nouveau Testament
Eph. Epistola Pauli ad Ephesios   Nouveau Testament
Phil. Epistola Pauli ad Philipenses   Nouveau Testament
Col. Epistola Pauli ad Colossenses   Nouveau Testament
I-II Thes. Epistola prima/secunda Pauli ad Thessalonicenses   Nouveau Testament
I-II Tim. Epistola prima / secunda Pauli ad Timotheum   Nouveau Testament
Tit. Epistola Pauli ad Titum   Nouveau Testament
Philem. Epistola Pauli ad Philemon   Nouveau Testament
Hebr. Epistola (Pauli ?) ad Hebraeos   Nouveau Testament
  Rom. I-II Cor. Gal. Eph. Phil. Col. I-II Thes. I-II Tim. Tit. Phil. Hebr. epistolae Pauli Nouveau Testament
Act. Actus apostolorum   Nouveau Testament
  Epistolae Pauli + Epistolae catholicae epistolae canonicae Nouveau Testament
  I-III Ioh., I-II Petr., Iuda., Iac. epistolae catholicae vel canonicae Nouveau Testament
I-III Ioh. Epistole Iohannis   Nouveau Testament
I-II Petr. Epistolae Petri   Nouveau Testament
Iuda Epistola Iudae   Nouveau Testament
Iac. Epistola Iacobi   Nouveau Testament
Ap. Apocalypsis = Liber revelationum   Nouveau Testament
Laod. Epistola Pauli ad Laodicenses pseudepigraphus Novi Testamenti Nouveau Testament

 

Martin Morard (mis à jour le 12.12.2011)

45. Biblia portativa (c)

Bible portative, c’est-à-dire, dans le lexique législatif des ordres religieux mendiants, livre qu’un religieux est autorisé à transporter lors d’un changement d’affectation, et qui, par le fait même, est fabriqué dans un format relativement réduit dont les mesures exactes ne sont jamais précisées.

Bibliographie

Ruzzier, Entre université et ordres mendiants, 2010.

Voir aussi :

Portabilis*

Martin Morard

46. Biblia postillata [29.9.2017]

Bible annotée. L’expression peut désigner aussi bien une bible annotée qu’une bible glosée au sens précis du terme ou même un exemplaire de la bible moralisée.

Attestation :

« … Item bibliam nostram postillatam legamus ad usum confessorum regum Francie qui pro tempore fuerint, quandiu tamen confessore predicti in ipso officio permanebunt ».

Voir aussi :

Postilla*

Martin Morard

47. Biblia pulpitalis [15.6.2013]

Bible de grand format, de la taille des livres destinés à être consultés sur un banc ou pupitre de bibliothèque (voir ici pulpitum). L’expression vise à distinguer la bible ainsi désignée d’une bible portable (biblia tascabilis ou portabilis). On pourrait aussi songer à une bible de chœur destinée à la lecture publique sur lutrin dans le chœur des religieux, durant l’office de matines (à l’exclusion des lectures de la messe), par analogie avec le pulpitarium* de la liturgie dominicaine. Cependant, un tel ouvrage ne semble pas avoir sa place dans la bibliothèque d’usage d’un dominicain, fût-il provincial en charge.

Attestation :

  • 1304 (25 août). Donation livres par Guillaume de Pierre Godin au couvent dominicain de Bayonne[26]

« … Biblia grossa pulpitalis cooperta de corio viridi… »

Martin Morard

48. Biblia scholaris (C) [23.2.2012]

Autre(s) formes(s)

Biblia scolaris, biblie scolares.

Signification(s)

Expression apparemment peu fréquente utilisé pour désigner un exemplaire de la bible destiné à l’étude, et distingué, de ce fait, des bibles de chœur. L’expression vise à la fois la taille et la mise en texte. Contrairement aux bibles de chœur en plusieurs volumes, de format parfois imposant, qui sont copiées en gros caractères pour pouvoir être lues dans la semi-pénombre et à une certaine distance par les cantilateurs liturgiques, les bibles d’étude sont portables, destiné à un usage semi-privé, leur texte plus serré, est présenté et organisé selon les standards mis en place à cette époque dans lex milieux universitaires.

Auguste Molinier, dans son édition du nécrologe de Saint-Martin-des-Champs (voir ci-dessous), suggère que cette expression désignait l’Histoire scolastique de Pierre le Mangeur. Il ne nous semble pas toutefois, et jusqu’à plus ample informé, que cette identification puisse être retenue, compte tenu du contexte, de la différence entre scolaris et scolasticus et du statut de la Bible et de l’Histoire scolastique dans la seconde moitié du xiiie siècle. L’œuvre de Pierre le Mangeur n’est plus commentée à l’université à cette époque depuis la fin des années 1240 environ. Bien qu’elle soit encore très utilisée par les théologiens et les prédicateurs, personne ne lui accorde le même statut que la Bible et ne se risquerait à la qualifier de Bible pour étudiants.

Attestation :

  • 1262 (après). Nécrologe de Saint-Martin-des-Champs (Paris)[27]

« Evrardus prior huius loci […]

Item dedit nobis bibliam in tria voluminibus.

[…]

Item plures libros.

Item duas biblias scolares…. »

Rédigé par :

Martin Morard (texte signalé par Monique Peyrafort)

49. Bibliotheca  (C T) [8.11.2010]

Synonyme(s)

Biblia*, Armarium*, Scannum*, Textus*

Signification(s)

Terme polysémique désignant par métonymie, selon les contextes et de façon parfois équivoque, soit le bâtiment, soit le coffre ou l’armoire contenant des livres ou des archives, soit une collection de livres, soit la Bible elle-même, qu’elle soit en un ou en plusieurs volumes. Tous ses sens, hormis l’équivalence avec la Bible, sont connus et utilisés dès l’Antiquité.

Attestation :

  • 1200 c. : Uguccione da Pisa, Derivationes, art. Bibo (B64), éd. E. Cecchini, Firenze, 2004, t. 2, p. 124-125 :

«  Bibo […], unde bibulus-a-um, qui multum bibit […] [3] et hic biblus-bli, iuncus, quia aquarum est bibulus et aliquando dicitur pro libro quia antiqui de iuncis solebant contexere pergamenum et ibi scribere antequam esset usus carte et secundum hoc componitur cum teca, quod est repositorium vel scrinium, ubi aliquid reponitur, [4] et dicitur hec bibliotheca idest biblorum theca, idest librorum repositio, scilicet armarium, unde per similitudinem quidam liber in ecclesia dicitur bibliotheca quia multi libri ibi continentur. »

50. Bibliotheca 2 (M) [8.11.2010]

Synonyme(s)

Armarium*, Scannum*

Armoire destinée à recevoir des livres. L’usage est attesté en latin dans la Vulgate, pour désigner, sans équivoque, la bibliothèque du scribe Néhémie.

Attestation :

  • 2 Mac. 2, 13

« Inferebantur autem in descriptionibus et commentariis Nehemiae haec eadem : et ut construens bibliothecam congregavit de regionibus libros et prophetarum et David, et epistolas regum, et de donariis. 14 Similiter autem et Iudas ea quae deciderant per bellum quod nobis acciderat, congregavit omnia, et sunt apud nos. 15 Si ergo desideratis haec, mittite qui perferant vobis. »

Attestation :

Les 8 sections de la bibliothèque, réparties chacune à gauche et à droite d’une travée centrale, sont appelées indifféremment « scannum », mais l’explicit de l’inventaire « Finis descriptionis librorum predictarum bibliothecarum » suppose que « bibliotheca » et « scannum » soient implicitement considérés comme synonymes.

Rédigé par :

Martin Morard

51. Bibliotheca 3 (C T) [29.11.2010]

Signification(s)

Livre isolé (au sens d’exemplaire matériel) ou groupe de livres qualifiés de « bibliothèque » en raison de leur valeur de recueil. En ce sens le terme de bibliotheca est appliqué en priorité à des ensembles codicologiques susceptible d’avoir valeur d’encyclopédie du ou des savoirs. Au Moyen-âge, il s’agit presque systématiquement du texte biblique, soit dans son intégralité, soit réparti en plusieurs volumes qui peuvent contenir chacun plusieurs livres (voir ci-dessous exemple 1201 : Crémone).

Cicéron approche ce sens au moins une fois considérant le « libellus » de la Loi des XII tables comme l’équivalent de presque toutes les bibliothèques des philosophes, mais sans le qualifier formellement de bibliotheca.

Attestation :

  • 55 avant J.-C. M. Tullius Cicero, De oratore, 1, 195, Teubner, 1995, p. 74.19

« Fremant omnes licet, dicam quod sentio: bibliothecas mehercule omnium philosophorum unus mihi videtur XII tabularum libellus, si quis legum fontis et capita viderit, et auctoritatis pondere et utilitatis ubertate superare. »

La Bible en revanche, composée de plusieurs ensemble de textes initialement copiés indépendamment les uns des autres, est qualifiée de bibliotheca  soit sous sa forme de collection de volumes distincts, soit sous sa forme pandecte (voir ici Biblia, Pandecte).  Bien que la Vulgate ignore cet usage, c’est saint Jérôme (350 c.-420) qui semble le premier à en faire usage, en prenant soin toutefois d’y ajouter toujours un adjectif (sacra / divina)[28] dans le but implicite d’éviter la confusion avec le sens commun et matériel du mot bibliothèque. La réception des écrits de Jérôme assurera le succès de la formule jusqu’à l’orée du xiie siècle.

Attestation :

  • Hieronymus, Epistulae, epist. 5, 2, CSEL 54, p. 22.14

« Et quoniam tribuente domino multis sacrae bibliothecae codicibus abundamus, impera vicissim: quodcumque vis, mittam. »

Attestation :

  • Hieronymus, De viris inlustribus, c. 81, p. 43.4

« Eusebius, Caesareae palaestinae episcopus, in scripturis diuinis studiosissimus et bibliothecae divinae cum pamphilo martyre diligentissimus pervestigator, edidit infinita volumina… »

L’inspiration semble lui être venu d’Origène (c. 185 – 254) traduit par Rufin (c. 345 – 410) qui assimile la connaissance cordiale des Ecritures à l’Arche d’Alliance qui contenait les tables de la Loi comme une bibliothèque.

Attestation :

  • Origenes sec. translationem Rufini, In Exodum homiliae , hom. 9, 4, p. 242.15

« Habeat et arcam testamenti, in qua sint tabulae legis, ut ‘in lege Dei meditetur die ac nocte’ et memoria eius arca et bibliotheca efficiatur librorum Dei, quia et propheta beatos dicit eos, qui memoria tenent mandata eius, ut faciant ea. »

Cassiodore († 580), qualifie également le Psautier, synthèse de toute l’Ecriture, de «  bibliothèque spirituelle ».

Attestation :

  • 538-550 circa. Cassiodore, Expositio psalmorum, in Ps. 150, CCSL 98.

« Novum et vetus testamentum tanta proprietate complectitur, ut revera spiritalem  bibliothecam in hoc libro intellegas esse constructam. »

Isidore de Séville ne reprend pas vraiment l’expression hiéronymienne à son compte, bien qu’il en donne indirectement le fondement historique et codicologique en expliquant que l’Ancien Testament des juifs et des chrétiens est une collection (bibliotheca) de vingt deux livres, résultat du travail effectué par le scribe à la suite de la destruction des rouleaux originaux de la Loi et des Prophètes (au sens large) lors de l’incendie du Temple.

Attestation :

  • 560-636. Isidorus Hispalensis, Etymologiarum siue Originum libri XX, 6, 3, 1

« Bibliotheca a Graeco nomen accepit, eo quod ibi recondantur libri. Nam bibliôn  librorum, thêkê repositio interpretatur. Bibliothecam Veteris Testamenti Esdras scriba post incensam Legem a Chaldaeis, dum Iudaei regressi fuissent in Hierusalem, divino afflatus Spiritu reparavit, cuncta que Legis ac Prophetarum volumina quae fuerant a gentibus corrupta correxit, totum que Vetus Testamentum in viginti duos libros constituit, ut tot libri essent in Lege quot habebantur et litterae libros constituit, ut tot libri essent in Lege quot habebantur et litterae. »

Attestation :

  • † 657. Eugenius Toletanus, Libellus carminum, carmen 8, p. 218, versus 1

« Regula quos fidei commendat noscere libros,

hos nostra praesens  bibliotheca tenet.

Quinque priora gerit veneranda volumina Legis,

hinc Iosue Sopthim que, hinc Ruth Moabitica gesta;

bis bini Regum nectuntur in ordine libri

atque bis octoni concurrunt inde Prophetae;

en Iob, Psalterium, Salomon et Verba dierum.

Esdrae consequitur, Esther, sapientia Iesu,

Tobi et Iudith: concludit haec Macchabeorum. »

La rareté de l’usage du terme bibliotheca pour désigner la Bible à la période patristique et dans le très haut Moyen Âge paraît contraster avec la fréquence de son usage dans la littérature bibliothéconomique entre le IXe et la fin du XIe siècle. Comme souvent dans l’histoire du christianisme occidental, les usages qui se réclament des périodes fondatrices antérieures et de l’autorité des Pères, mais ils n’en dépendent qu’en vertu de recréations volontaires et quasi autonomes, plus qu’en raison de véritables dépendances. Autrement dit, sous réserve de plus ample informé, il faudrait peut-être attribuer davantage la désignation quasi ordinaire et courante de la Bible par Bibliotheca (le plus souvent privée des adjectifs sacra, divina) au christianisme carolingien qu’à une pratique fixée par la première littérature chrétienne.

Voir encore, parmi mille exemples possibles :

Attestation :

  • 1201: Crémone, Cathédrale, inventaire du trésor[29]

« 1. Magnum librum, librum inquam bibliotheca, in quo continetur Pentateucum Moysi. Et liber Iosue, liber Iudicum et liber Ruth et quatuor libri Regum.

  1. Item aliam bibliothecam, in qua continetur Paralipomenon, PArabole Salomonis, Psalterium, Ecclesiastes, Cantica conticorum, lber Sapientie, liber Ihesu filii <Sirach>, Ysaias, Ieremias, Ezechiel, Daniel, Iob.
  2. Item aliam bibliothecam, in qua continetur Iudith, Ester, Esdras, libri Machabeorum , Actus Apostolorum, Epistule canonice, Apocalipsis, Epistule Pauli, IIII evangeliste. »

Attestation :

  • 1217, 2 novembre : testament de Philippe de Dreux, évêque de Beauvais puis archevêque de Reims[30]

« Item do, lego ecclesie Beati Petri omnes meos libros legales et theologie glossatos et meliorem bibliothecam, … ».

Rédigé par :

Martin Morard

52. Bicolumpnatus (C) [8.11.2010]

Autre(s) formes(s)

Bicolunptanus

Signification(s)

Mis en page sur deux colonnes.

Attestation :

  • 1381 : Assise, Libraria secreta, 1381, n° 190, p. 170

« Psalterium glosatum et per totum bicolunpnatum ».

Voir aussi :

Tricolumpnatus, corundellus, columpna

53. Bolognese (foglio) (C)

Autre(s) formes(s)

Bologniesi

  • 1496, Bec, n°1, p. 333

« XXX volume di libri scioli, in stampa, di fogli bologniesi, che trattano di Bello Judaico… … »

  • 1496, Bec, n°3, p. 333

« Uno umiliario, in pena e charte pechora, in foglio mezano bolognese, choperto di rosso, vechio… »

54. Bombex

Autre(s) formes(s)

Bonbex

Signification(s)

Bombex-icis (latin) : papier de chiffons

Bibliographie

  • 1381 : Assise, Libraria secreta, n°145, p. 149 

« Doctrinale optimum et bene glosatum, cum cathena, partim in cartis pergameni sive de corio, et partim in cartis de bonbice et cum postibus bullatis »

Voir aussi :

Bambaxina (carta)*

55. Bombicina (carta) (C)

Autre(s) formes(s)

(italien) : bombaxina, bombagina, bombacina, bombice, bombycina, di bombycino

Signification(s)

Papier de chiffon, de qualité commune, sinon inférieure.

Attestation :

  • Gargan, « Galeazzo Facino… », Italia medioevale e umanistica, 26 (1983), p. 284

« Un libro greco in charta bombicina antiquo ».

Voir aussi :

Bombex*

56. Breviarium (L C) [19.11.2010]

Signification(s)

1.1 Titre désignant l’état abrégé ou sélectif d’une oeuvre ou d’un corpus. Le bréviaire liturgique est un état abrégé de l’intégralité de la liturgie des heures canoniales, destiné à la récitation privée.

1.2 Le Breviarium in Psalmos* est un commentaire des Psaumes incomplet, attribué au Moyen Âge à saint Jérôme [CPL 629] : PL 26 [1845], 821-1270; [1884], 863-138.

  1. Par métonymie, dans les actes de la pratique anciens (titres manuscrits, étiquettes, listes de livres, inventaires, etc.), le terme peut désigner de simples psautiers ou des psautiers-hymnaires, comme il appert, par exemple, de la pratique des moniales dominicaines des congrégations de réforme en Italie du nord au xve siècle (Recherches de Sylvie Duval, thèse en cours). Ici encore, le terme désigne des textes qui forment un état réduit ou abrégé d’un corpus de textes liturgiques plus étendu.

Voir aussi :

Psalterium* Breviarium maior*, Breviarium minor*

Rédigé par :

Martin Morard (23.01.2017 nouvelle rédaction)

57. Breviarium manuale (L) [27.08.2012]

Signification(s)

Bréviaire portatif ou manuel ; à distinguer d’un bréviaire de chœur (breviarium chorale).

Rédigé par :

Martin Morard

58. Breviarium maior in Psalmos (T) [27.01.2011]

Signification(s)

Breviarium in Psalmos [CPL 629] : Commentaire des 150 psaumes du Psautier gallican attribué à saint Jérôme au Moyen Âge, dont l’attribution est aujourd’hui discutée et controversée.

Attestation :

  • 1130-1148 : Gerland de Besançon, In Psalmos, prol. [31]:

« Que ponentur videlicet per I. litteram, notare nomen Ieronimi in minori Breviario loquentis ; per E. nomen eiusdem quia ipse Eusebius etiam dictus est in maiori Breviario loquentis. »

Rédigé par :

Martin Morard

59. Breviarium messis (T) [3.8.2012, révision 1.5.2016]

Signification(s)

(Par conjecture) : Bréviaire cistercien destiné à la célébration de la liturgie des heures pendant la période de la moisson ou le temps d’été (de Pâques aux calendes d’octobre, 1er novembre). Les coutumes cisterciennes prévoient en effet que durant le temps de la moisson certains offices diurnaux soient célébrés dans les champs, sur le lieu de travail (none).

Attestation :

  • XIIIe s. : Clairmarais, O. Cist. (Le catalogue médiéval de l’abbaye cistercienne de Clairmarais et les manuscrits conservés, éd. S. Staats)[32]

« [135] (239) Breviarium messis in parvo volumine coque [= quoque] grosso » qu’il faut lire ainsi : « Bréviaire pour <le temps de> la moisson, de petit volume et aussi gros ».

Bibliographie

Cf. Usus antiquiores ordinis cisterciensis, c. 85 : De tempore secationis et messionis, PL 166, col. 1460B-1461C.

Rédigé par :

Martin Morard

60. Breviarium minor in Psalmos (T) [27.01.2011]

Signification(s)

Titre qui désigne au Moyen-Âge les Tractatus LIX in Psalmos de saint Jérôme [CPL 592], commentaire partiel du Psautier, ainsi appelé pour le distinguer du Breviairum maior*.

Attestation :

  • 1130-1148 : Gerland de Besançon, In Psalmos, prol. [33]:

« Que ponentur videlicet per I. litteram, notare nomen Ieronimi in minori Breviario loquentis ; per E. nomen eiusdem quia ipse Eusebius etiam dictus est in maiori Breviario loquentis. »

Rédigé par :

Martin Morard

61. Breviarium secundum Ieronimum (T)

Signification(s)

  1. Breviarium in Psalmos : Commentaire des psaumes d’auteur inconnu, attribué à saint Jérôme au Moyen Âge.
  2. Psautier abrégé (en contexte liturgique ou dévotionnel) ; voir : Psalterium sancti Ieronimi.

Attestation :

  • 1379 : Pise, Chartreuse de Calci, Inventaire, n° 134, p. 54 

« Item septem psalteria et unum breviarium secundum Ieronimum. »

Rédigé par :

Martin Morard

62. Bullatus, bullatum (C R)

Signification(s)

  1. Orné de boulons.

Attestation :

  • 1381 : Assise, Libraria publica, p. 78

« Biblia omnium maior […] cum postibus sive tabulis bullatis et cathena. »

  1. De forme sphérique

voir ici Batticum : « … cum bacticis bullatis… »

63. Bursaria (B)

Autre(s) formes(s)

Busaria

Signification(s)

Lieu initialement destiné au travail du cuir (?), affecté postérieurement à la bibliothèque.

  • 1305 : San Martino al Cimino (O. Cist.), Catalogue, p. 543 

« Hii sunt libri qui repositi sunt in camera que vocatur bu<r>saria monasterii Sancti Martini in Monte Viterbii ».

Donatella Nebbiai (13.10.2010)

64. Caducus (E)

Voir Liber caducus*, Littera caduca*

65. Calnarmes

Calame, roseau dont les anciens se servaient pour écrire (Littré). Désigne peut-être des grandes palmes ou des espèces végétales exotiques.

66. Calx-is f. (C) [17.1.2011]

Signification(s)

Nom latin désignant le talon (anatomique), et, par analogie, le bas d’une page appelé aussi en français « marge de pied », voire la fin d’un manuscrit.

Attestation :

In calce : dans la marge inférieure. L’expression latine est encore courante en italien.

Rédigé par :

Martin Morard

67. Cantonus (R)

Attestation :

  • 1466 : Codice diplomatici dell’universita di Pavia, t. 2, n° 634, anno 1466, p. 491 

« Et est legatus in assidibus, copertis a parte superiori corio alto et a parte inferiori de corio viridi, cum cantonis de auricalcho »

68. Capella (M) [5.8.2012]

Signification(s)

  1. Petite église.
  2. Ensemble des ornements liturgiques nécessaire à la célébration de la messe pontificale : chasuble, tunicelle, étoles, dalmatiques, tuniques, chapes, mitres, voile huméral, etc. Normalement, tous les ornements d’une chapelle sont de même couleur. On peut donc parler de chapelle blanche, or, rouge et, pour les évêques et les cardinaux, de chapelles verte, noire, violette.
  • 1280 c. : Salimbene de Adam, Cronica, CCCM 125-125A, p. 297.30 (Vat. lat. 7260, f.  296a)

« Item idem frater Iohannes dixit nobis quod pulcherrimam capellam portabat ad donandum domino pape. Et appellabat capellam, ut nobis exposuit, omnia pontificalia paramenta que ad missam celebrandam diebus sollemnibus necessario requiruntur. »

  1. Office pontifical solennel célébré par le pape en présence de la famille pontificale.

Martin Morard

69. Capsa veneta (M)

Signification(s)

Boîte, petit coffre, provenant de Venise ou à la façon de ceux qui se font en Vénétie.

  • 1467 : G. de Marcanova, univ., anno 1467, p. 217

« [Libri] in quadam capsa veneta… »

Rédigé par :

Martin Morard

Martin Morard

70. Capseta

Boîte, petit coffre

  • 1464 : Nonantola, p. 272

« Item una capseta lignea pielle [sapin] cum quatuor candelotis… »

71. Caracter / Karacter

Type de lettre : karacteris uncialis = en écriture onciale

72. Caresmel (T)

Titre de forme appliqué à des recueils de sermons pour le carême.

Monique Peyrafort

73. Carta (C)

Autre(s) formes(s)

Charta.

Signification(s)

Feuille qui peut être, selon les périodes et les lieux, de parchemin, de cuir, de papier. Le mot carta sans déterminatif doit être traduit avec prudence et ne renvoie pas toujours et nécessairement à du papier. Ainsi, la catalogue des dominicains de Padoue de 1498 distingue les livres « in bona carta » des livres « in papiro » (cf. éd. L. Gargan, Lo studio teologico… a Pavia, 1971, p. 259 § 73 et 76 et passim).

.

  • 1439 : Perugia, S. Domenico [OP], n° 313, p. 75

« Item Sextus Decretalium sine tabulis cum coopertura de carta, in satis grandi volumine in pecudinis et littera pulcra. »

Expression(s)

carta bergamina / bregamina

carta bombaxina *.

carta de corio = cuir

carta edina : à renseigner

carta papiri = papier,

carta pergameni, membrane carta = parchemin,

Martin Morard [10.4.2021]

74. Cartabellus / cartapellus / cartabulus (C) [11.10.2010]

Autre(s) formes(s)

provençal : cartabel ; occitan : cartapel ; italien : scartabello, scartabbillà, scartabellus ; français moderne : cartable.[34].

Voir aussi :

brouillard, brogliacio (italien) ; scartabellus

Etymologie

L’origine et le sens du mot latin semble avoir posé problème aux lexicographes en raison de la rareté des occurrences dans les sources littéraires exploitées[35]. Il faut peut-être ajouter aux références habituellement examinées, la forme gréco-latine  chartopoles, cartopoles, chartapola, c(ha)rtapōlēs (χαρτοπώλης), marchand de papier, littéralement : celui qui tourne et retourne du papier donc qui le négotie [36], autrement dit le papetier. Par métonymie, le mot désigne non seulement celui qui brasse du papier, mais ce qui contient le papier, qu’il s’agisse d’un encartage ou même d’un meuble (cf. cartonier).

Signification(s)

Titre de forme – peu fréquent en latin dans les textes littéraires[37], plus fréquent dans les actes de la pratiques tels que les marques de possession, titres de manuscrits, le vocabulaire notarial ou bibliothéconomique, les inventaires.

Le mot désigne :

  1. sens métonymique : cartable, ce qui contient ou permet de conserver des cahiers ou documents ensemble mais dans un ordre aléatoire non imposé par la couture (cf. custodia)
  2. sens générique : brouillard, registre, cahier de brouillon, recueil de documents.
  3. sens spécifique : au plus tard au début du 13e siècle (voir exemples ci-dessous), registre ou recueil de textes pris en note dans le désordre et souvent en première écriture : registre de brèves, recueil de sermons, de poésies, de chansons, voir grimoir.

N.B. : la signification de « feuille volante », surtout au singulier, nous paraît être un sens dérivé tardif et réducteur qui ne s’impose pas à la lecture du Breviari d’amor  (voir plus loin).

Attestation :

  • 13e s. (avant 1240-1271 ? ) : Gilbert de Aquila Anglicus / (+ 1240/1250 ?), Compendium medicinae

[De suffocatione matricis] : « Caveant a generantibus sperma neque[38] audienda sunt | mendosa deliramenta magistrorum qui docent digitorum fricationem et regularium in regulari usu veneris[39] hanc egritudinem removere cum suis cartabellis nepharia scrutantes et a natura aut sacris scripturis aliena monentes ». [40]

C’est vraisemblablement à tort que le Dictionary of Medieval Latin from British Sources, Turnhout, 2015 © Brepols Publishers NV propose ici de traduire cartabellus par « spell, enchantment (?) ». Le Compendium fait plus vraisemblablement allusion à un livre de recettes, au sens de grimoire, cahier de notes. Le plus ancien manuscrit daté du Compendium est daté de 1271[41]. L’œuvre est datée généralement des années 1240. Il s’agit donc de la plus ancienne occurrence du terme que nous ayons pu repérer à ce jour.

L’auteur du Compendium, difficile à identifier, serait d’origine anglaise (Legle, Aegle, et non de l’Aquila en Italie) et aurait enseigné sur le continent. Son lien avec l’école Salernitaine de médecine est contesté, son enseignement à Montpellier semble aujourd’hui plus probable. Le Compendium, diffusé par exemplar et pecia, aurait été largement utilisé à Paris (Murano ?#). L’utilisation de cartabellus, qui ne semble pas être une citation, indique, à notre avis, un contexte indéniablement italien ou franco-méridional.

Attestation :

  • 1287 (après)-1298 (avant) : Petrus Iohannis Olivi, Postilla super Psalmos, prol. [42]

« Quartum est de forma libri huius et primo quoad ordinem et connectionem psalmorum. Putant enim quidam sic eos connecti sicut partes librorum communiter connectuntur. Unde et dicunt quod prima quinquagena psalmorum agit ad penitentiam, secunda de iustitia et misericordia, et tertia de Dei laude et gloria. In cuius signum quinquagesimus psalmus prime quinquagene agit expresse de penitentia dicens : « Miserere mei Deus » etc. Quinquagesimus vero secunde cantat de misericordia et iustitia dicens : « Misericordiam et iudicium cantabo tibi Domine » etc. Ultimus vero tertie, scilicet : « Laudate Dominum in sanctis eius » est de laude divina. Estque rectus ordo. Nam primo est mens a peccatis mundanda, secundo in operibus iustitie et misericordie exercenda, et tertio in Dei contemplationem et laudem sublevanda. Licet autem hoc prima facie pulcrescat, superficiale tamen est potius quam reale, tum quia in qualibet quinquagena sunt plures psalmi sibi in hiis aut in aliis materiis conformes, tum quia sicut in cartapello plurium sermonum quilibet sermo habet sic per se formam et materiam suam quod vero connectitur ad alios sermones quasi pars ad partem unius totalis sermonis, sic est et in Psalmis et Proverbiis Solomonis. /f. 163rb/ Et idem est in libro plurium prosarum vel cantilenarum. Nam una prosa connectitur alteri sed habet per se sententiam suam plenam. Et idem est divinis. Nec tamen nego quoniam inter quosdam psalmos possit aliqua connexio dari, non tamen potest in pluribus nisi forte mistica et non magne neccessitatis vel utilitatis, iuxta quod et numerus trium quinquagenarum congruum misterium prefert, scilicet Trinitatis, et iubilei Spiritus Sancti in quinquagesimo die a paschate dati. Datque trinam libertatem quasi trinum iubileum, primam scilicet in remissione omnium peccatorum, secundam in perfectione virtutum et meritorum seu in quiete contemplationis, tertiam in adeptione premiorum glorie Dei. Vel per primam signatur gratia Sinagoge data, et per secundam gratia Ecclesie de gentibus data, per tertiam vero gratia utriusque simul in Christo adunande, vel gratia Ecclesie triumphantis. Non etiam vacat a misterio quod sunt ibi quinque tricenarii psalmorum et quindecim denarii seu decem quindene. Non igitur intendo connectioni psalmorum insistere sed unumquodque tamquam quoddam totum per se sumptum exponere. »

Le franciscain Pierre de Jean Olivi  (+ 1298), (exemple ci-dessous) utilise la forme latine à propos du Psautier pour expliquer les rapports des Psaumes les uns avec les autres et nuancer les commentateurs médiévaux, dont la Magna glosatura de Pierre Lombard, qui soutenaient que les Psaumes avaient été réunis en cinq livres ou en trois cinquantaines en raison de thématiques communes, voire de liens sémantiques intrinsèques et quasi nécessaires. Olivi nuance : les Psaumes ne s’enchaînent pas comme les parties cohérentes d’un livre mais “sicut in cartapello”, comme dans les recueils de sermons, de chansons ou de poésies, documents mis par écrit dans un ordre relativement aléatoire, au fil de leur production, suscepibles par la suite de reclassements multiples, tout en présentant certains rapports en fonction desquels ils peuvent être agencés différemment dans chaque collection. Il s’avère effectivement que des tables ou des manchettes proposent souvent le réagencement de ce genre de textes selon un ordre déterminé par des finalités particulières (thématique, liturgique, biblique)[43].

Attestation :

  • 1288-1292 c. Provence : Matfre Ermengaud, Breviari d’amor[44]

« …En libres e en cartabels »[45].

Les occitanistes ont cru devoir interpréter la formule comme un parallélisme antithétique opposant les deux objets évoqués par le poète : d’une côté le livre et de l’autre des « feuilles volantes ». En fait l’expression « feuille volante » est trop réductrice. « Libres » et « cartabels » se distinguent l’un de l’autre comme ce qui est attaché, cousu ou relié (le livre), et ce qui est assemblé dans un ordre aléatoire à l’intérieur d’un  contenant non contraignant : le « cartabel ». Les nuances apportées par le prologue d’Olivi, contemporain de Matfre (supra) et de la même langue maternelle que lui, montrent que le mot désigne surtout un objet contenant des éléments associés en liasse.

Attestation :

  • 14e siècle, Italie, OFM : marque de possession d’un recueil de sermons

« Iste cartabellus est a usus [sic] fratris Bartholomei ordinis minorum quem donavit sibi frater Paulus de Rocca. » (ms. Syracusa, Biblioteca Alagoniana, 15, f. 120v [recueil de sermons de saint Antoine de Padoue et d’autres auteurs franciscains])[46].

Attestation :

  • 1359, Italie (Rome) : Enregistrement notarial de Paulus de Seromanis (fl. 1359-1387)

Roma, Archivio Capitolino, Notai, Sezione I, vol. 649/4, f. 1r :

«  Il notaio Paolo de Seromanis intitola il protocollo delle imbreviature dell’anno 1359, traccia il proprio segno monogrammatico e aggiunge la sottoscrizione notarile.

In nomine Domini amen. Anno Domini millesimo IIIcLVIIIo pontificatus domini Innocentii pape VI, indictione XIIa mensibus et diebus infrascriptis. Hic est liber sive cartabulus mei Pauli de Seromanis notarii sub brevitate contines in se contractus diversarum matheriarum factos editos et compositos tempore supradicto. (S) Scriptus per me Paulum de Seromanis sacre prefecture auctoritate notarium publicum.s]) »[47].

Rédigé par :

Martin Morard [29.5.2016]

75. Casonus

76. Castigo

Bibliographie

Rizzo 1984, p.  276

77. castigatio

Bibliographie

Rizzo 1984, p.   276.

78. Catena (R)

Autre(s) formes(s)

Cathena

Signification(s)

Chaîne pour attacher un livre à un pupitre, à un banc, à une stalle, dans une bibliothèque, une église, un cloître.

Attestation :

  • 1381 : Assise, Libraria publica, p. 78 :

« Biblia omnium maior […] cum postibus sive tabulis bullatis et cathena. »

Attention : l’expression « in cathenis » ne désigne pas nécessairement des livres matériellement enchaînés ; elle peut désigner une chaîne exégétique ; voir ci-dessous : Catena (T).

Rédigé par :

Martin Morard

79. Catena (T) [5.2.2011]

Autre(s) formes(s)

Cathena

Signification(s)

Chaîne ou florilège composé d’extraits d’auteurs mis bout à bout de manière à constituer une suite cohérente. Plusieurs ouvrages ont reçu le titre de chaîne dont le plus célèbre est sans doute l’Expositio continua in quatuor evangelia de Thomas d’Aquin également appelée Catena aurea. Dans l’inventaire de 1307 de la bibliothèque des dominicains de Dijon, l’ouvrage est désigné par la formule « les quatre évangélistes [mis] en chaînes [c’est-à-dire mis bout à bout] par l’œuvre (ou l’industrie) de frère Thomas ».

Attestation :

1307 : Dijon OP

« 84. Item habentur in cathenis quatuor evangeliste de opere fratris Thome,/ quos dedit conventui frater Iohannes de Talento. /

Rédigé par :

Martin Morard [9.1.2013]

80. Catenatus (R)

Autre(s) formes(s)

Cathenatus, incatenatus, incathenatus

Livre enchaîné.

Rédigé par :

Martin Morard

81. Cathedra (M) [13.10.2010]

Signification(s)

Chaire, siège ou cathèdre. Nom du siège

– de l’évêque dans les églises cathédrales ;

– du célébrant dans le sanctuaire des églises de monastères de chartreux ou de chartreuses ;

– du siège disposé dans une des galeries du cloître des abbayes bénédictines, cisterciennes ou canoniales, où se faisait la lecture qui précédait complies. Destinée à l’abbé, au supérieur ou au lecteur selon les circonstances, ce siège pouvait être accompagné d’un pupitre.

Attestation :

  • 1480 : Cîteaux, Catalogue, p. 372 :

« Aliud volumen, similie precedenti […] incathenatum ad cathedram seu pulpitum* cornu claustri iuxta ostium coquine… »

Rédigé par :

Martin Morard

82. Chanterel (T) [17.07.2012]

Signification(s)

Probablement un livre de chant (à confirmer).

Attestation :

  • 1379 (9 septembre) Testament de Guie de Granges (Remiremont, BM, ms. 4, f. 145)

Un « chanterel »

Rédigé par :

Monique Peyrafort

83. Chirium

84. Cima –ae f. (T) [27.01.2011]

Signification(s)

Du latin cima –ae f. : la cîme, la partie haute ou le sommet d’un écrit.

85. Choveta, Choverta : à renseigner

Attestation :

  • 1264 : Chartes de Sainte-Marie d’Arche, p. 264, n. 49 :

« Ego notarius predictus interliniavi in secunda linea de cima [en marge : intercaler] »

86. Cisioianus (T) [21.9.2010]

Autre(s) formes(s)

cisianus, cisivianus (sic), cisiojanus, cisio janus, cisio ianus, ; au pluriel latin : cisioiani, etc.

Signification(s)

Au sens large : synonyme de « Table de comput ».

Au sens propre : titre de forme latinisé de poèmes mnémoniques, composés de syllabes formant onomatopées, destinés à retenir les dates fixes du calendrier sanctoral et temporal. Le mot cisioianus est ainsi constitué à partir de la première et de la dernière syllabe du premier vers, mentionnant la première fête du mois de janvier : « Ci[rcumci]sio, ian[uari]us » [1er janvier]. Il en existe de nombreux types, ouverts à de nombreuses variations. Le cisioianus latin contient normalement autant de syllabes qu’il y a de jours dans le mois. Souvent formés de douze paires d’hexamètres (une par mois de l’année), dans les monastères cisterciens ils étaient composés de douze distiques, composés d’un hexamètre et d’un pentamètre.

L’usage du cisioianus est né de l’habitude de dater les jours en fonction du calendrier liturgique. Les premiers cisioiani latins se sont répandus à partir de la fin du xiie siècle, en Europe centrale et septentrionale, et particulièrement en Allemagne. On en a aussi des attestations en Ecosse, et en Irlande. Des versions vernaculaires apparaissent à partir du xive siècle, surtout en allemand, mais aussi en français (xvie siècle)[48].

Certaines variantes propres aux calendriers locaux permettent de dater et localiser les manuscrits qui les contiennent. Les cisioiani circulent en effet soit à l’intérieur de calendriers (dans des livres d’heures, missels, etc.), soit sous forme de fascicules indépendants, comme l’attestent certains catalogues de bibliothèques.

Le premier cisioianus indépendant fut imprimé en 1443/144 par Gutenberg (GW 7054), mais le premier livre a porter explicitement ce titre n’aurait été imprimé qu’en 1457.

Au xvie siècle, la Réforme protestante entraînant l’abandon de la datation des jours par les fêtes des saints, l’usage du cisioianus se réduit puis disparaît dans les régions concernées. Au xviie siècle, le cisioianus cesse d’être en usage dans l’espace germanique.

Attestation :

  • 1405 circa : Nicolaus de Doberberg, Catalogue des livres de l’abbaye cistercienne de Zwettl, Autriche[49]

« Item cisioianus secundum formam ordinis in fine libri evangeliorum. […] Item cisioianus teutonicalis in fine libri Isaie et Ieremie et Ezechiel. » (texte aimablement signalé par Donatella Nebbiai).

  • Illustration

« Januarius » dans le Cisiojanus du Speculum humanae salvationis (manuscrit allemand, vers 1430[50]) : les versets mnémotechniques sont placés sous la double image du mois, en deux colonnes, à raison d’une syllabe par jour.

Bibliographie :

« Cisiojanus », Encyclopédie en ligne Wikipédia (version allemande, excellente synthèse avec transcriptions et de nombreux liens vers des exemples en ligne).

Grotefend (Hermann), Zeitrechnung des deutschen Mittelalters und der Neuzeit, art. « Cisiojanus », version en ligne H. Ruth.

Holtorf (A.), « Cisiojanus », Die deutsche Literatur des Mittelalters. «Verfasserlexikon», t. 1, Berlin, 1978, col. 1285-1289.

Kully (Rolf Max), « Cisiojanus. Studien zur mnemonischen Literatur anhand des spätmittelalterlichen Kalendergedichts », dans Schweizerisches Archiv für Volkskund 70, (1974), p. 93-123.

Kully (Rolf Max), « Cisiojanus. Comment savoir le calendrier par cœur », dans Jeux de mémoire. Aspects de la mnémotechnie médiévale, B. Roy, P. Zumthor (dir.), Montréal-Paris, 1985, p. 149-156.

Pickel (Karl), Das heilige Namenbuch von Konrad Dangkrotzheim. Mit einer Untersuchung über die Cisio-Jani. Straßburg, London 1878 (Elsässische Litteraturdenkmäler aus dem vierzehnten bis siebzehnten Jahrhundert Bd. 1).

H.-G. Schmitz, « Cisiojanus », Lexikon des gesamten Buchwesens, t. 2, 1988, p. 130.

Rédigé par :

Donatella Nebbiai, Martin Morard

87. Cista (M) [8.8.2013]

Signification(s)

Coffre à livres. Le terme serait assez rare.

Bibliographie

Cf. Genest 1989, p. 140.

Rédigé par :

Martin Morard

88. Citramontanum à renseigner

89. Clausura à renseigner

90. Clavetus à renseigner

Voir aussi  : Clavis

91. Clavis  (M)

Signification(s)

Clé, verrou, élément du système d’obturation des huisseries, pièce de bois ou de métal qui bloque un système d’obturation (portes, fenêtre, couvercle, etc.) : « clavem imprimens […] obseravi » « j’ai verrouillé en enfonçant la clé ». Son utilisation est attestée pour la fermeture des coffres à livres et des bibliothèques.

Attestation :

  • 1061 : Italie : Ravenne (San Apollinare in Classe), d’après Pierre Damien, Epistola 82.

Petrus Damiani, Epistolae, Epist 82 ad abbatem Desiderium Montis Cassini, eMGH Epp. Kaiserzeit 4,2, p. 446.9 (texte signalé par François Bougard)  :

« Cum, inquit, in Classernae monasterio 8| degerem et commissam michi sacrorum exedram ‎custodirem, quadam die 9| post completorium libros aecclesiae in arcivo congessi, deinde clavem ‎10| imprimens, ut cotidie consueveram, obseravi ».

Voir aussi :

arca. archivum. clavetus

Rédigé par :

Martin Morard [10.4.2021]

92. Codex (C)

Signification(s)

Livre composé de cahiers assemblés, initialement distingué du volumen ou rouleau.

Expression(s)

codex pergamineus

codex in papiro

93. Codicellus (c) à renseigner

Signification(s)

Petit « codex ».

94. Codicellus magnus (c) à renseigner

95. Codicillus

96. Cofrus (M)

Voir aussi :

Arca*

97. Collatio

Bibliographie

Rizzo 1984, p.   249.

98. Collatus

Signification(s)

Collé, enduit de colle

Expression(s)

Pergamenum collatum

« … collatum sive glutinatum… »

99. Collecta (L) [13.10.2010]

Signification(s)

Collecte ou première oraison du formulaire d’une messe de rite romain latin ; par analogie et hors du contexte des formulaires de messe : toute oraison liturgique. Exemple : « Ils chantèrent les litanies avec leur collecte » ; c’est-à-dire : ils chantèrent les litanies, suivies de l’oraison par laquelle elles s’achèvent dans les livres liturgiques.

Expression(s)

Collecta generalis : oraison commune, destinée à plusieurs intentions ou à une intention générale, distinguée des oraisons propres à une fête ou un saint.

Attestation :

  • 1480 : Cîteaux, Catalogue de la bibliothèque, n° 437

« Prima pars missalis […] penultimum [folium] in quadam collecta generali de alia littera desinit. » C’est-à-dire : « Première partie d’un missel […] dont l’avant-dernier feuillet se termine au milieu d’une oraison générale [copiée] dans une autre écriture. »

Rédigé par :

Martin Morard

100.                   Collectio generalis

101.                   Collectorium (T)

à renseigner

102.                   Columna

Autre(s) formes(s)

Columpna, colonna.

Synonyme(s)

Corondella.

Signification(s)

Colonne de texte sur la page manuscrite.

103.                   Commentarius (T) [16.8.2018]

La quasi totalité des commentaires bibliques médiévaux d’origine scolaire n’ont pas de titre propre mais uniquement et accidentellement des dénominations génériques telles que postilla, expositio, in + nom du livre biblique, note in, notule, glose, etc. Tous ces noms sont polysémiques et équivoques. Le mot commentarius ou commentaire dans des listes anciennes doit donc être interprété avec prudence. Il s’agit le plus souvent d’un titre de forme ajouté de seconde main par les catalogueurs ou les bibliothécaires.

Rédigé par :

Martin Morard

104.                   commentarius perpetuus (T) [2.10.2018]

Signification(s)

Titre parfois donné, semble-t-il au 17e siècle au plus tard, à la série continue des commentaires d’Hugues de Saint-Cher, en l’occurrence la Glose dominicaine, plus connue comme version brève des postilles bibliques d’Hugues de Saint-Cher[51].

Attestation :

« Biblia sacra cum comment<ario> perpetuo. Ms. »

Synonyme(s)

Postilla perpetua*

Rédigé par :

Martin Morard

105.                   commemoratio (T) [17.2.2014]

Autre(s) formes(s)

Français : commémoration, commémoraison

Signification(s)

  1. Antienne suivie d’un versicule et d’une oraison, chantée à la fin des offices de vêpres et laudes, pour faire mémoire de saints ou de fêtes inscrits au martyrologe mais dont l’office liturgique n’a pas pu être célébré en raison de la préséance de la fête du jour. Par exemple : commémoration de sainte Anasthasie le jour de Noël.
  2. Office votif (c’est-à-dire non imposé par le calendrier liturgique de l’Eglise romaine) de la Vierge Marie, appelé aussi parfois « petit office de la Vierge », ou « office De Beata», célébré tant par le clergé régulier que séculier, tous les jours dans certains ordres religieux (chartreux, dominicains, etc.), une fois par semaine, en principe le samedi, par le clergé séculier. Cet office est composé des vêpres, laudes et matines ; les chartreux y ajoutent la messe sèche* De beata. Les antiennes et lectures peuvent changer en fonction des ordinaires et des coutumes.

Attestation :

  • 1476 : Bayeux, inventaire du trésor de la cathédrale Notre-Dame, article 297

« Item, une neuve légende pour la commémoration Nostre-Dame, commençante eu premier fieullet : vota mea [….] ». (éd. Deslandes 1896, p. 397, texte communiqué par Monique Peyrafort).

Signification(s)

  1. Le chant quotidien du Salve regina après vêpres ou complies est une commémoration ou mémoire de la Vierge.

Rédigé par :

Martin Morard

106.                   Compagnatus liber

Voir aussi :

Liber (non) compagnatus.*

107.                   Comparo

Bibliographie

Rizzo 1984, p.   249.

108.                   Concordantie portabiles

109.                   Confero

Bibliographie

Rizzo 1984, p.   246.

110.                   Coniecto

Bibliographie

Rizzo 1984, p.  287

111.                   coniectura

Bibliographie

Rizzo 1984, p.  287

112.                   consummatio (T) [5.2.2011]

Signification(s)

Chaîne (T)*, florilège, œuvre composée d’extraits d’auteurs divers.

Attestation :

Du Cange, t. 2, p. 530b : « 2. Consummatio » :

« Opus ex diversis auctoribus collectum, in Præfatione Digesti ».

Voir aussi :

Catena (T)*

Rédigé par :

Martin Morard

113.                   continuatio (T) [3.12.2010]

Signification(s)

Commentaire continu, verset par verset, d’un livre biblique ; ce terme peut être appliqué également aux livres glosés, notamment la Glosatura magna* de Pierre Lombard.

Attestation :

  • xiiie siècle, première moitié : Pierre Lombard, Magna glosatura in Psalmos[52]

« Incipit continuatio magistri Petri Lombardi qui fuit Novariensis et episcopus Parisiensis super psalterium. »

Voir aussi :

Glosa continua*

Rédigé par :

Martin Morard

114.                   coopertorium

à renseigner

115.                   coperto di pagonazzo

116.                   Copista

Rizzo 1984, p. 195.

117.                   Cordello (R)

Signification(s)

Italien. Cordon, ficelle utilisée en reliure pour coudre les cahiers entre eux, attache souple de tissu ou de chanvre.

118.                   Copiosa, voir Summa copiosa

119.                   Corium-ii n. (R)

Autre(s) formes(s)

Corio (italien)

Signification(s)

Cuir, peau.

Expression(s)

« Carta de corio »

« Corium album » = cuir blanc

« Corium de yvore » = cuir couleur ivoire (voir Yvor*)

« Corium grigeum » = cuir gris

Attestation :

  • 1381 : Assise, Libraria publica, p. 143

« Secunda pars postille eiusdem cum postibus et corio grigeo. »

« Corium nigrum » = cuir noir.

« Corium rubeum » = cuir rouge

« Pella corii » = peau de cuir, pièce de cuir

120.                   Colundellus (C) [26.01.2017]

Autre(s) formes(s)

colondellus, corundellus, corondellus,

Voir aussi :

Columna, colonna, bicolumpnatus, tricolumpnatus

Signification(s)

Colonne d’écriture. Le diminutif (-dellus) ne signifie pas qu’il s’agisse de colonne plus petites que les autres. Les incipit et explicit repères de début et de fin de volume de certains inventaires de la bibliothèque pontificale d’Avignon utilisent le terme, quel que soit le nombre de colonnes (, la taille et le contenu des ouvrages.

Attestation :

  • Inventaire de la librairie pontificale d’Avignon, n° 36 (= ms. Paris, BnF, lat. 59)

« Biblia magna, glosata usque ad librum Baruch inclusive […] que incipit in tercio corundello primi folii in glosa po et finit in ultimo corundello penultimi folii in textu  opprobriis. »[53]

Attestation :

  • 1387 (11 septembre). Don des Dominicains à la cathédrale de Barcelone

« Primus autem corondellus prime pagine secundi folii incipit : […] et finit : […]. Tercius vero corondellus eiusdem pagine incipit : […] et finit : […] ».[54]

  • Benoît XIII, Inventaire après décès de la Grande Librairie, n° 72.

Rédigé par :

Jérémy Delmulle & Martin Morard

121.                   correctio

Bibliographie

Rizzo 1984, p.   275.

122.                   correcto

Bibliographie

Rizzo 1984, p.  215.

123.                   Corrector

Bibliographie

Rizzo 1984, p.   275.

124.                   Correctus

Bibliographie

Rizzo 1984, p.  215.

125.                   Corrigo

Bibliographie

Rizzo 1984, p.   268.

126.                   Corrompere

Bibliographie

Rizzo 1984, p.   286.

127.                   Corrosio [13.10.2010]

Signification(s)

Du latin : Corrosio-ionis f., adj. : corrosus-a-um.

Corrosion, fait qu’un livre soit abîmé par l’usure, le temps, les éléments.

Attestation :

  • 1480 : Cîteaux, Catalogue de la bibliothèque, n° 288

« Textus de Celo et mundo […] in mediocri volumine, valde corrosus in principio, principio carens, cuius secundum folium post corrosionem incipit… »

Rédigé par :

Martin Morard

128.                   Corrosura

Voir aussi :

Corrosio.

129.                   Corrotto

Bibliographie

Rizzo 1984, p.    221.

130.                   Corruttela

Bibliographie

Rizzo 1984, p.   219.

131.                   Crinale [27.5.2016]

Synonyme(s)

sertum

Signification(s)

Titre métaphorique de livre, faisant allusion à la chevelure (crinis) ou à un ornement capillaire (couronne).

D’après Du Cange, le crinale est aussi une sorte de cierge fait de plusieurs mèches tressées dont l’usage est attesté à la fin du 15e siècle à Cracovie[55].

Le mot crinale inclut dans le titre d’un livre d’un texte renvoie à la notion d’ornement tressé ou de guirlande (cf. corona rosarum, rosaire) plutôt qu’à celle du luminaire, en référence à la répétition d’éléments rythmiques ou littéraires qui justifient l’analogie avec une tresse de cheveux, une guirlande, un diadème, etc.

Attestation :

  • 14e-15e siècles : Sertum seu Crinale Beatae Marie Virginis
Konrad <von Haimburg>, al.  Konrad <von Gaming>, al. Conrad <von Haimburg>, chartreux, mort prieur de la chartreuse de Gamming en 1360, est l’auteur d’un bref recueil d’hymnes mariales qui circulent sous ce nom en allemand et en latin. Le mot « repetitio » intervient comme rubrique.

Attestation :

« Crinale de beata Virgine tempore paschali » (Lübeck, Universitätsbibl., Theol. pract. 8° 1057 all., f. 83-85).

Rédigé par :

Martin Morard

132.                   Croceus [13.10.2010]

Signification(s)

Couleur safran, jaune ou dorée.

  • 1430 : Perugia, San Domenico (1430), p. 178

« Item due practice in medicina cum uno antidotario in volumine magno et croceo et littera bona. »

Rédigé par :

Martin Morard

133.                   Culaccio (a culaccio)

134.                   Custodia (C) [04.02.2014]

Signification(s)

  1. Tout ce qui sert à la protection d’un support d’écriture.
  2. Par métonymie : Garde, feuillet de garde qui sert à cette protection

Expression(s)

« Custodia libri »

Attestation :

  • Statuts de Bologne

« Item ligatores librorum non ligent in aliquo aliquem quaternum vel cartam non scriptam nisi pro custodia libri ».[56]

Le texte des Statuts de Bologne associe expressément le fait d’envelopper dans quelque chose (ligent in aliquo) et de lier les éléments d’un cahier à la « protection » du livre, sans que cela ne donne encore au mot custodia le sens technique de feuillet de garde.

Attestation :

  • 1412 (14 mai). Note de Gilles d’Aspremont, bibliothécaire du chapitre cathédral de Reims, dans le ms. Reims, BM, 384 (f. 37)

« Libellus […] in quo sunt 34or folia sine primo folio et isto ultimo que faciunt custodiam libri »

Voir aussi :

Cartabellus, scartabellus

Rédigé par :

Jérémy Delmulle & Martin Morard (26.1.2017)

135.                   Deauratus (E R)

Voir aussi :

Textus aureus/argentus*, Aureus*

136.                   Deauricalchus (E R)

Autre(s) formes(s)

deaurichalchus, deaurichalcus.

Voir aussi :

Aureus*

137.                   Declaratio (T) [8.8.2011]

Signification(s)

Bref commentaire ou de glose continue d’un texte.

Attestation :

  • xve siècle : ms. Berlin, Staatsbibliothek, Lat. fol. 848, f. 132r

« … Et sic finitur compendiosa declaratio psalterii collecta de glosa magistri Petri Manducatoris. Deo laus sempiterna » (f. 194rb)

138.                   Defendo tueor

Bibliographie

Rizzo 1984, p.   284.

139.                   Demi journel, Demi missel, Demi breviaire (L T)

Voir aussi :

Semi…*

140.                   Depositum-i n. (B) [27.11.2010]

Autre(s) formes(s)

dépost, dépôt (français), deposito (italien)

Signification(s)

Lieu de conservation de documents manuscrits ou imprimés, de livres ou d’archives. Le terme est utilisé notamment par les dominicains du 18e siècle pour désigner leurs archives.

Attestation :

  • après 1773 ca. : AD Côte d’Or, H53 (cartulaire 221), Cartulaire du couvent dominicain de Dijon, contregarde inférieure

« Cet antique manuscrit est vraiment précieux pour nous parce qu’il est du premier siècle de la fondation de l’ordre et de la maison desquels il présente les titres et privilèges, conservés en originaux ou copies authentiques dans le dépost de ce couvent. […] On voit par ce volume [le recueil des titres du couvent entre 1237 et 1285] que nous n’avons rien perdu. Voiez à cet égard le catalogue raisonné du dépost. ».

Rédigé par :

Martin Morard [révisé 9.10.2012]

141.                   Dictionnarium pauperum (T) [19.11.2010]

Signification(s)

Titre parfois donné à la Summa de abstinentia (recueil très diffusé attribué à Nicolas de Biart, O.P., fin xiiie siècle).

Voir aussi :

Pharetra*, Flos theologiae*

Rédigé par :

Martin Morard

142.                   Discipulus (T) [5.5.2011]

Signification(s)

Pseudonyme de Iohannes Herolt OP [†1468], auteur de Sermones Discipuli, Cologne, 1474 etc. ; cf. Kaeppeli, SOPMA, § 2387.

A ne pas confondre avec Martin le Polonais, O.P. († 1278), auteur du Promptuarium exemplorum ? ; voir Promptuarium*.

Rédigé par :

Martin Morard

143.                   Disquaternatus

144.                   Distigatus

145.                   Diurnal (T L) [18.7.2012]

Rédigé par :

Titre de forme appliqués aux bréviaires qui ne contiennent que les heures liturgiques de l’office de jour (prime, tierce, sexte, none, vêpres, éventuellement complies). Le détail de leur contenu varie en fonction des ordres ou diocèses auxquels ils sont destinés, ainsi que des périodes.

Rédigé par :

Martin Morard

146.                   divinatio

Bibliographie

Rizzo 1984, p.  287.

147.                   divino

Bibliographie

Rizzo 1984, p.  287

148.                   Doctrina ecclesiastica (T) [9.11.2010]

Signification(s)

Titre donné parfois aux œuvres suivantes :

– Jean Beleth, De ecclesiasticis officiis

Attestation :

  • 1640 ca. : Lérins (Saint-Honorat), O.S.B, « Bibliotheca Lerinensis antiqua », f. 8r 

« Iohannis Beleth, De doctrina ecclesiastica sive de ecclesiasticis officiis et Institutiones morum ex naturis avium, vol. 1 in 4° ».

Rédigé par :

Martin Morard

149.                   Domuncula (B) [2.1.2017]

Voir aussi :

Loculus

Signification(s)

Compartiment des armoires (armaria) de la bibliothèque pontificale du palais d’Avignon, subdivisé par des étagères (postes) transversales (de 1 à 5) et une cloison médiane (dans le sens de la hauteur), d’après l’inventaire de 1407. Le nombre de compartiment par armoire allait de deux à onze.

Attestation :

  • Avignon. Organisation de la Grande Librairie[57]:

« Ut facilius sequens ordinacio perpendatur, libet attendere quod grandis libraria sacri palacii Avinionis est in quadro posita, et in quolibet quadro dicte librarie sunt armaria lignea que per diversas domunculas a sumo usque ad deorsum distincta sunt. Quelibet eciam domuncula per postes transversales et medios subdividitur, set de huiusmodi subdivisione transverssali non est curandum in presenti ordinacione ; set solum et dumtaxat de distinctione domuncularum a summo usque ad deorsum, in quarum qualibet erunt duo distincti ordines librorum collocatorum ibidem, incipiendo numerum illorum ab infima parte cuiuslibet ordinis contenti in domuncula usque ad summum eius, taliter quod principium ordinis sequentis a parte infferiori connumerando correspondeat fini ordinis precedentis, ipsum a parte superiori terminanti, et eodem contextu numerus sequatur numerum. […] Et sic epilogando tota libraria dividitur in quatuor armaria principalia, quodlibet armarium in certas domunculas, primum videlicet in quinque domunculas, secundum in duas, tercium in XI, quartum in duas ; et quelibet domuncula in tot ordines quot sunt in qualibet vie librorum ab infime usque ad summum ordinate, non curando de distinctionibus domuncularum per postes transverssales, ut supra tactum est ».

Rédigé par :

Martin Morard

150.                   Dormitorium / Bibliotheca dormitorii (B) [2.8.2012]

Signification(s)

Dortoir d’un couvent ou d’une abbaye.

Il faut faire attention au fait que l’expression « Bibliothèque du dortoir », à Clairvaux par exemple, ne désigne pas nécessairement une collection de livres destinés à être lus au dortoir, mais, le lieu de conservation du fonds. Ainsi à Clairvaux, le fonds qualifié de « bibliothèque du dortoir » regroupe des livres conservés dans le bâtiment du dortoir, mais dont le contenu désigne des livres essentiellement destinés à la formation philosophique et théologique des frères clercs.

Rédigé par :

Martin Morard

151.                   Ecclesiastica (T)

Signification(s)

Titre uniforme appliqué à : Eusèbe de Césarée, Histoire ecclésiastique

Attestation :

  • 1472 : Clairvaux, Catalogue de Pierre de Virey, Clairvaux 1, no 1388, p. 239

Rédigé par :

Martin Morard

152.                   Edo publico

Bibliographie

Rizzo 1984, p.   319.

153.                   Emendatio

Bibliographie

Rizzo 1984, p.   269, 293

154.                   Emendator

Bibliographie

Rizzo 1984, p.   268.

155.                   Emendatus

Bibliographie

Rizzo 1984, p.   214.

156.                   Emendo

Bibliographie

Rizzo 1984, p.   249.

157.                   Epistolarium (T) [5.11.2010]

Synonyme(s)

epistoler

Signification(s)

Epistolier, c’est-à-dire lectionnaire liturgique contenant le texte des péricopes des épîtres du Nouveau Testament et les lectures non évangéliques destinées à être lues à la messe.

Attestation :

  • 1246 : Toulouse, Saint-Sernin [58]

« … Et vestimentum completum presbiteri, et duas esquelas, et unum breviarium completum, et unum epistolarium, et missale, et officiarium, et psalterium et canetas… […]  29. […] Tres libros qui vocantur mixtum, et I epistoler, et sex missalia et I evangelister cum litteris de auro. »

Rédigé par :

Martin Morard

158.                   Espungere

Rizzo 1984, p.   284.

159.                   Evangelia (T) [26.5.2012]

Voir aussi :

evangelista*

Signification(s)

Peut désigner trois réalités codicologiques au moins :

– le texte biblique des évangiles

– des harmonies évangéliques (Diatessaron)

– le texte biblique des évangiles structurés par péricope organisées selon l’année liturgique.

Rédigé par :

Martin Morard

160.                   Evangelista (T)

Evangelista-ae f. désigne en première intention les auteurs des évangiles. Par synecdoque, désigne le contenu de leur écrit principal, à savoir le livre qui contient le texte des évangiles.

Le contexte peut aussi désigner un commentaire sur les évangiles, comme le montre l’exemple ci-dessous qui désigne les quatre évangiles mis en chaîne par l’industrie (de opere) par Thomas d’Aquin, c’est-à-dire la Catena aurea ou Expositio continua in quatuor evangelia. L’allusion aux chaînes n’a rien à voir avec le titre moderne de cette œuvre (Catena aurea) qui en désigne le genre littéraire, à savoir une « chaîne » exégétique.

Attestation :

 

1307 : Dijon OP

« 84. Item habentur in cathenis quatuor evangeliste de opere fratris Thome, / quos dedit conventui frater Iohannes de Talento. /

Rédigé par :

Martin Morard [9.1.2013 – 20.1.2020]

161.                   Evangelistarius / evangelistarium (T L)

Synonyme(s)

evangelister.

Signification(s)

Evangéliaire, livre liturgique du ministre de la proclamation solennelle des évangiles, contenant les seules péricopes des évangiles chantés dans le cadre liturgique. Les terminologies latines et germaniques distinguent le livre destiné à la lecture liturgique, composé de péricopes tirées des Evangiles, appelé “evangelistarium”, en allemand “Evangelistar”, du livre contenant le texte intégral des quatre évangiles (“liber evangeliorum”, “evangelium”, en allemand “Evangeliar”).

Attestation :

1246 : Toulouse, Saint-Sernin

« 29. […] Tres libros qui vocantur mixtum, et I epistoler, et sex missalia et I evangelister cum litteris de auro. »

Attestation :

1432 : Chartreuse, Chapitre general de 1432[59]

« Ut correctio uniformis de missalibus capellarum facta in domo Cartusie ad exemplar librorum chori domus, videlicet missalis maioris altaris, epistolarii et gradualis et evangelistarii, maneat ut est, nec alicui liceat super hos aliquid immutare sine consilio diffinitorum capituli generalis ».

Rédigé par :

Martin Morard [15.11.2012 – 20.1.2020]

162.                   Exedra (L P)

Signification(s)

Ensemble des dépendances d’un lieu de culte servant à la conservation des objets destinés au culte, vases sacrés, ornements, reliques et reliquaires et livres de choeur. Exemple : « exedra sacrorum ».

Attestation :

  • 1061 : Italie : Ravenne (S. Apollinare in Classe), d’après Pierre Damien, Epistola 82.

[Petrus Damiani, Epistolae, Epist 82 ad abbatem Desiderium Montis Cassini, eMGH Epp. Kaiserzeit 4,2, p. 446.8 : (texte signalé par François Bougard)]

« Cum, inquit, in Classernae monasterio 8| degerem et commissam michi sacrorum exedram ‎custodirem, quadam die 9| post completorium libros aecclesiae in arcivo congessi, deinde clavem ‎10| imprimens, ut cotidie consueveram, obseravi ».

Synonyme(s)

Sacristia. Thesaurus.

Voir aussi :

archivum. Arca.

Rédigé par :

Martin Morard [10.4.2021]

163.                   Exemplar (Exemplarium)

Bibliographie

Rizzo 1984, p. 185.

164.                   Exemplum [30.12.2019]

Signification(s)

Entre autres significations connues, exemplum désigne aux 13e siècle au plus tard et 14e siècle, dans les milieux scolaires, en France comme en Italie, une simple citation biblique alléguée dans un commentaire ou une argumentation. Dans certains commentaires bibliques[60], la note marginale « exemplum » – abrégée notamment « exm » – ne renvoie pas à des exempla au sens défini par l’histoire de la prédication, mais à de simples lieux bibliques allégués pour justifier une argumentation ou une explication de termes.

  • 13e siècle, troisième tiers : Anonyme, Correctoire biblique dit « Sorbonne 2 », sur Mc. 1, 2-3, Paris, BnF, lat. 15554, f. 231r

« Exemplum sequens e duobus prophetis compositum est : nam hoc “Ecce mitto” etc. in Malachia, hoc autem “Vox clamantis” etc. in Isaia : Sicut scriptum est in Isaia propheta : Ecce ego mitto  angelum meum ante faciem tuam| qui preparabit viam tuam ante te vox clamantis in deserto parate rectas facite semitas eius[61]

Bibliographie

Voir aussi Rizzo 1984, p. 189.

Rédigé par :

Martin Morard

165.                   Exorcismus (L C T) [11.10.2021]

Signification(s)

Fascicule ou simple feuillet (bifeuillet au plus), marouflé ou non, destiné à l’usage du célébrant hebdomadier (dans les établissements conventuels) ou du desservant (églises séculières), sur lequel est copié ou imprimé le texte des prières destinées à la confection de l’eau bénite, célébrée le dimanche avant la messe conventuelle ou paroissiale. Le terme d’ « exorcisme » vient de l’incipit de la première prière prescrite par ce rituel, la bénédiction du sel qui sera mélangé à l’eau à la fin de la bénédiction. Cette prière commence par « Exorcizo te, creatura salis ». L’exorcisme peut prendre la forme d’un libelle plus important contenant en outre d’autres prières du rituel qui doivent être récitées par le prêtre pendant des cérémonies au cours desquelles il n’a pas accès au missel d’autel (processions, enterrements, absoutes, etc.). Le mot « exorcisme » ne permet pas de présumer du contenu exact du libelle, sinon qu’il commence par la bénédiction de l’eau ou sert ordinairement à cette cérémonie.

  • 1669 (26 mai). Inventaire de la sacristie de Saint-Honoré de Lérins, AD des Alpes maritimes, H 130, f. 5r[62]

«Exorcismes. – De plus un exorcisme sur le velin pour faire l’eau bénite ».

Rédigé par :

Martin Morard

166.                   Facies

167.                   Farrago/ farrariges scripturarum (C E) [27.11.2010]

Farrago,-inis (lat.) : fatras, potpourris, masse informe.

Signification(s)

L’expression « farrago scripturarum » est un lieu commun particulièrement prisé à la période moderne pour désigner, généralement négativement, des masses désordonnées de documents – souvent anciens ou sans valeur – sans ordre ni repères.

  • 1613 : Dom Vincent Barralis, O. S. B., Chronologia sanctorum et aliorum illustrium virorum ac abbatum sacrae insulae Lerinensis, Lyon, 1613, p. 75 :

« Porro apponimus hic instructionem Fausti ad monachos inter farragines scripturarum Lerini repertam… »

Rédigé par :

Martin Morard

168.                   Festorale (T L) [27.11.2010]

Livre liturgique contenant les textes nécessaires à la célébration des fêtes.

  • 1742 ( 24 février) : Lérins (Saint-Honorat), O.S.B, Inventaire des biens, p. 80 :

« Festoralé monasterii Lirinenci, 1 vol. grand in folio / manuscrit. »

169.                   Fibula

170.                   Figura

171.                   Figuratio

172.                   Firmaculum

173.                   Firmatorium (C R) [5.11.2010]

Autre(s) formes(s)

Fermatorium

Signification(s)

Du latin firmatorium-i n., fermoir de reliure.

Attestation :

  • 1480 : Inventaire de la Sainte-Chapelle de Paris, 1480[63]

« Et est in dicto libro unum firmatorium auri ad duas platenas intertenentes ad unam copulariam, supra quod firmatorium sunt duo esmaillia de nigellatura, et quatuor parve turquesie, cum tribus parvis grenatis; et pendet in dicto firmatorio una huppa in buttuno, munita parvis parletis, quarum plures defficiunt. Et solebat esse unum aliud firmatorium simile, quod de presenti non est repertum ; ymmo repertum est et traditum dicto cappicerio presenti. In eo tamen defficit una parva patena auri, supra quam rivatur supra librum. »

Il s’agit d’un évangéliaire encore conservé aujourd’hui sous la cote Paris, BnF, lat. 8851.

Voir Appendicula*.

Rédigé par :

Martin Morard

174.                   Flos theologiae (T) [19.11.2010]

Signification(s)

Titre parfois donné à la Summa de abstinentia (recueil très diffusé attribué à Nicolas de Biart, O.P.)

Voir aussi Pharetra*, Dictionnarium pauperum*

Martin Morard

175.                   Foleus [C T]

foleus-folei m. (lat. Italie du Nord, 13e 4/4 )

Autre(s) formes(s)

  1. folium

Signification(s)

Terme à la signification problématique, inconnu des principaux lexiques latins consultés à l’exception du Dictionnary of British Medieval Sources qui le traduit par « foal » (ânon ou poulain), à partir d’un exemple non équivoque : « foleus [cf. fola] of a foal. 13‥ pelliparius habeat pellicia, penulas, fururas ex pellibus agninis vel foleis (Nominale) Neues Archiv IV 342 ». (Dictionnaires consultés : Meyer-Lübcke, Romanisches etymologisches Wörterbuch, Du Cange, Niermeyer, Database of Latin Dictionnaries, etc.)

Cependant une annotation manuscrite relevée dans les marges d’un manuscrit de droit civil du dernier tiers du 13e siècle (sur la date, voir infra), suggère que le mot est dérivé de folium et désigne, par métonymie, soit un bifeuillet isolé, soit même, par métonymie,  un assemblage de feuillets : bifeuillet(s), cahier(s), peut-être pecia.

Attestation :

  • 1262-1286 : Montpellier, BU Historique de Médecine, ms. H8, Institutes et Authentica de Justinien, 294vb marg. inf. (encre rouge sans équivalent dans le reste du ms.):

« Iste foleus est Petri qui stat ad scolas magistri Iacobini de Regio »

Note

Le ms. H8 est une production d’atelier, composés de plusieurs unités codicologiques hétérogènes, en partie copiées par exemplar et pecia. Je reprends, corrige et complète le relevé des indications de pièces commencé par G. Murano, Opere diffuse per exemplar e pecia, Turhout, 2005, p. 39 (mention) et notices 317, 321, 323.

– f. 67ra-206vb [ACCURSIUS, Glossa ordinaria in Authenticum]  (Murano, Per exemplar e pecia § 321 ; Indice Destrez) : f. 69rb : « f. i. p. » ; f. 75rb : « f. .ii. p. »; f. 82va : «fi. .iii.» ;   f. 92ra : «fi. .iiii.» ; f. 100rb : «  fi. .v. » ; f. 107rb : « fi. .vi. pe. de ap<paratu>. » ; f. 112va : « fi. vii. » ; f. 119vb : « fi.  v[. iii] » ; f. 125ra : « fi. ix » ; f. 126r : « fi. .x. » ; f. 135v : « fi. .xi. » ; f. 141ra : « hic incipit .xiii. » ; f. 148r : « fi. p. .xiii. » (encadrement festonné) ; f. 148v : « incipit xiiii » (encadré dans un losange à besants); f. 160v : « hic fi<nitu>r. p. .xv. » ; f. 169v : « hic ; fi. p. .xvi. » ; f. 179v : « hic ; fi. p. .xvii. » ; f. 187v : « hic fi. pet. .xviii. » ; f. 203ra : « hic. incipit .xx. » ; f. 76ra, f. 82rb, 125vb : « va-cat in pe. ». Les indications de pièces sont encadrées à lignes droites et angles aigus pour les premières, puis par des cadres festonnés.

– f. 207ra-276vb [Accursius, Glossa ordinaria in Tres libros] (Murano, Per exemplar e pecia § 317 ; Indice Destrez) : f. 210rb : « fi. .i.» (entouré d’un trait zoomorphe, chien assis ?); f. 214rb : « f. .ii. »; f. 220vb : « hic. fi. p. .iii. » ; f. 223ra : « hic. fi. p. .iiii. » ; f. 232r : « Hic fi. p. .vi. » ; f. 237va : « fi. pe. .vii. » ; f. 240rb : « hic. fi. p. viii. » ; f. 245rb : « hic. fi. pec. viiii. » ; f. 251vb : « hic incipit xi pe » ; f. 258rb : « h<ic> fi<nit>ur xi » ; f. 269rb : « Inc. fi. (!) pe. .xii. » ; f. 276vb (explicit) : « hic fi. p. xiii. » Les indications de pièces sont encadrées par un cadre festonné.

– f. 277ra-297rb (f. 297r : nouveau cahier, textus sine glossa) [Consuetudines feudorum avec Iacobus Columbi et Accursius, Glossa ordinaria in Consuetudines feudorum]  (Murano, Per exemplar e pecia § 323 ; Indice Destrez; P. Weimar, « Die Handschrifien des ‘Liber feudorum’ und seiner Glossen, Rivista întemazionale di diritto commune, 1 (1990) 31-97, ici 81 n. 53) : f. 278rb : « hic incipit .ii. p<ecia> » ; f. 283rb : « hic incipit pet… » (sic); f. 281vb : « fi… p. » ; f. 288vb : « h<i>c f.<inis> p.<ecie> iiii » ; f. 290v : « Hic fi<nitur> pe. viiii » [sic ! pas de lacune dans le texte copié] ; f. 294rb « finis pe<cie> xii » ; f. 295ra : « fi. p. xiii ») ; f. 296r : « fi. p. xiiii ». Les indications de pièces sont encadrées à lignes droites et angles aigus.

– f. 297b-298 : Fredericus II, Constitutio ad decus et honorem [1220] (textus sine titulo neque glossa) : [ed. Weigang, MGH Const. II, 106-109, n° 85] : « Ad decus et decorem imperii et [ + ad Ed.] laudem Romani principis …- …imperiali animadversione nichilominus puniendus ».f. 298 marg. inf. plusieurs annotions à mains cursives de la fin du 13e s. (comptes de copistes) : « xxxiii (ou xxxvi ?) / xliii (!) / p<ign>us magistri Jacobini de Regio pro testu Infortiati et testu C. decretalium (?) » ; plus à gauche autres mains : « De usu feudorum d… xlvii s. » ; en dessous : «  Usus feudorum ca. ap<paratus>. precii… viii s. [ou l. ?] » ; le long de la marge de couture, autre main  (grosse écriture carrée) : « Maistro Iacominus de Regio ».

La numérotation des pièces indique que ces parties ont été copiées indépendamment,  à partir d’exemplars différents, correspondant aux différentes parties du livre.

Les trois systèmes de pièces utilisent des abréviations et une syntaxe différente ; elles sont encadrées de cartouches de styles différents mais qui alternent dans les différentes unités codicologiques.

Les trois derniers cahiers qui contiennent les Consuetudines feudorum ne sont pas parfaitement homogènes avec le corps d’ouvrage principal (nombre de lignes, degré d’usage et de salissure du parchemin, mains ? et surtout iconographie et décor). Les deux premiers cahiers de cette unité codicologique sont des quinions avec réclames cohérentes (f. 277-286, 287-296) ; le dernier bifeuillet (297-298)  ne comporte que le texte central, sans glose, ce qu’on observe pour cet appendice au Code dans d’autres manuscrits produits à Bologne au 14e s. (v. g. Munchen, Clm 3502  copié à Bologne par Iacobus Çacharie actif  en1319 ; cf. Murano, Copista, p. 56).

La note du f. 294v est susceptible de deux interprétations. 1° une marque de possession informelle faite à l’occasion d’un prêt ; 2° un simple essai de plume, sans rapport avec l’ouvrage : « Cet ânon appartient à Pierre qui se trouve aux écoles de maître Jacobin de Regio ». Seule la première est pertinente dans le contexte du volume.

Jacobin de Regio est en effet mentionné, outre la note du f. 294v, à deux reprises sur le verso du f. 298 comme copiste payé pour la confection du Liber feudorum seul. La signature le long de la pliure du dernier feuillet « Iacob. Minus de Regio » est sans doute le nom officiel que se donnait le maître d’atelier, équivalent du sobriquet Iacobinus.

Le personnage est connu. Il a été signalé par G. Murano, Copisti a Bologna, Turnhout, 2006, p. 139-140, notice 143, à partir du Chartularium Studii Bononiensis, pour avoir copié ou vendu plusieurs exemplaires du Codex,  alors qu’il demeurait à Bologne, dans le quartier San Felice, entre 1269 et 1286.  G. Murano, Copisti, n. 474 lui attribue le ms. Vat. lat. 1375 dont la souscription attribue la rubrication à un homonyme : « Ut rosa flos florum sic liber iste librorum | quem Iacobinus depinxit manu Reginus » (f. 350v) Mais ce manuscrit est bien postérieur au nôtre et Jacobinus Reginus ne saurait être confondu avec notre copiste.

Deux documents complémentaires semblent en revanche pouvoir être ajoutés à sa prosopographe.

Un Jacobin de Regio est signalé en 1292 comme docteur et maître de grammaire à Conegliano, cité épiscopale à 60 km au nord de Venise, aux autorités de laquelle il réclame salaire pour demeurer et enseigner aux écoles de la cité : Archivio Municipale Vecchio di Conegliano, b. 487, fasc. n. 3, c. 1r (répertoire concernant le Consiglio Maggiore di Conegliano  et les autres services de la commune, ms. sec. XVIII de la main de Domenico Del Giudice): « 1292 die martis […] Provisio facta per dominos Odoricum Paniras, Andream de Scoto, […] quondam Iohannis Rubei et Zanovellum notarium de Coneclano electos […] ad providendum super peticione magistri Iacobini de Regio doctoris gramatice qui petit sibi auxiliari pro comune in aliquo salario pro morando et stando in Coneclano ad docendum scolares Coneclani ad honorem hominum et comunis Coneclani […] Actum sub domo comunis burgi Coneclani » (texte signalé et édité par Dario Canzian, « L’élite intellettuale et professionale di Conegliano l’élite intellettuale e professionale di conegliano veneto fra tre e quattrocento », dans F. Lattanzio, G. M. Varanini, I centri minori italiani nel tardo Medioevo: cambiamento sociale, crescita economica, processi di ristrutturazione (secoli XIII-XVI) : atti del XV Convegno di studi organizzato dal Centro di studi sulla civiltà del tardo Medioevo, San Miniato, 22-24 settembre 2016, Firenze, 2018, p. 208.

En 1297-1298, un certain Bortolomeo quondam Iacobini de Regio est actif à Bologne comme notaire en 1297-1298, auprès de l’officine du juge ‘al disco dell’orso’, d’après le registre I 11 des archives d’Etat de Bologne :; cf.  M. Giansante, Inventario : Comune – Curia Del Podestà (I 11), Ufficio del giudice al disco dell’orso (1236 – 1507), Archivio di Stato di Bologna, 1996, p. 20 : bursa 15/7 : « … Bartholomeus q<uondam> Iacobini de Regio, notarius… ).

Si les Jacobini de Regio mentionnés sont un seul et même personnage, on peut reconstruire le parcours suivant.

1° les trois derniers cahiers (2 quinions et un bif.) du manuscrit Montpellier H8, ont été copiés par Iacobin de Regio – ou sous sa direction –  d’après les indications du f. 298v.

2° Les actes du Chartularium Studii Bononiensis montrent que celui-ci a cessé d’être actif auprès de l’Alma mater Bononiensis entre 1269 et 1286.

3° La note du f. 294v indique qu’il tenait école, ce que ne signale pas le Chartularium Studii Bononiensis.

4° Jacobini réapparaît à Conegliano  en 1292 comme maître tenant école.

5° La mention, à Bologne du notaire Bartolomeo de Regio comme « quondam Iacobini de Regio » apprend que Iacobini tait mort en 1298 au plus tard et qu’il avait à cette date un fils en âge d’exercer une activité de notaire. Il était donc né au plus tard en 1278.

6° La copie était donc achevé avant 1298, probablement avant 1292, plus probablement encore durant la période d’activité de Jacobin à Bologne. Dans ce cas il faut supposer qu’il y faisait école parallèlement à son activité de copiste.

7° On doit raisonnablement écarter l’hypothèse d’une copie à Conegliano entre 1286 et 1298, car la requête déposée auprès de la cité suggère que Jacobini n’y disposait pas de sources de revenus complémentaires. La ville n’étant pas pourvue d’école de droit assurant une clientèle suffisante à un copiste. On peut supposer que, les infirmités de l’âge lui avaient ôté les moyens de son gagne-pain professionnel principal, sans lui interdire de poursuivre une activité scolaire qu’il avait sans doute déjà commencée à Bologne.

8° Bologne  est l’origine la plus probable du manuscrit ; le style du décor de la première partie du manuscrit révèle des influences iconographiques mélangées, pour partie vénitiennes et pour partie bolonaises. Le style des indications de pièces indique la collaboration de plusieurs ouvriers à la correction du texte. Malgré la similitude d’aspect des 3 derniers cahiers avec le reste du manuscrit, les références à Jacobini ne concernent formellement que la fin du manuscrit qui seul peut être daté en conséquence. Les premiers ensembles codicologiques sont sans doute quasi contemporaines ou de peu antérieurs.

9° On peut donc dater l’usage  foleus attesté par la note du f. 294v entre 1270 et 1290 environ et conclure que le terme désigne bien un « feuillet » ou une entité codicologique assimilable. La position de la note de possession, à l’avant-dernier feuillet du second cahier, exclut que le terme foleus puisse désigner un feuillet matériel isolé. Elle suggère qu’il s’agit au moins d’un bi-feuillet, sinon du cahier. La note pourrait aussi avoir été reportée sur le manuscrit à partir d’une pièce (pecia) qui a servi à la copie de cette partie du manuscrit. Dans ce cas foleus désignerait la pièce ou un feuillet d’une pièce emprunté pour compléter la copie de l’ouvrage. Je n’ai pas trouvé d’autre occurence du terme dans les travaux publiés de G. Murano sur la production bolonaise par pecia.

Martin Morard (26.8.2021)

176.                   Folio

Autre(s) formes(s)

folium-ii n. ;  foglio (ital.)

Signification(s)

Feuillet.

Voir foleus.

Expression(s)

Foglio mezano Bolognese

Quarto de folio

Folio mezzo

Rédigé par :

177.                   Forestel (M) [17.07.2012]

Autre(s) formes(s)

forestol

Signification(s)

Pupitre, lutrin

Attestation :

  • 1529 : inventaire après décès d’Hélion Jouffroy (Rodez, AD de l’Aveyron, 18 H 7, f. 1-3, éd. Desachy, 2012, p. 107) :

Les livres d’Hélion Jouffroy étaient rangés sur des « limandes a maniere de forestols »

Rédigé par :

Monique Peyrafort

178.                   forma Gallica

Bibliographie

Rizzo 1984, p. 130.

179.                   Forma pausa

180.                   Forma, Forme : voir Lettres de forme

181.                   Formula

182.                   Fulcimentus

183.                   Funcerius rubeus

184.                   Fundellus à renseigner

Autre(s) formes(s)

Fondellus

185.                   Gallo

186.                   Giovanni di Marcanova

187.                   Glosa (T) [27.1.2011]

Autre(s) formes(s)

Glossa

Signification(s)

Glose. Le terme peut désigner plusieurs types de textes :

  1. toute annotation, simple ou complexe, toute remarque adventice associée ou non à un texte commenté

Attestation :

  • 1150 av. : Heriveus Burgidolensis monachus, De correctione quorundam lectionum, G. Morin éd., Rev. Bén. 24 (1907), p. 36-61

« Quod additum est In manibus vestris, idest Et lucerne ardentes in manibus vestris [Luc. 12, 35] nec in libro invenitur nec nisi in paucis ecclesiis frequentatur. Et idcirco debet radi quia glosa est. »

Signification(s)

  1. commentaire rédigé en bonne et due forme, sans mise en page particulière ;

Attestation :

  • 861 : Polyptique de Saint Remi de Reims, éd. Guérard, p. 56

« Quaterniones glosarum quatuor. »

Signification(s)

  1. recueil d’interprétations (Liber glosarum) ;

Signification(s)

  1. Glose de la Bible ou de livres juridiques ;

Signification(s)

  1. N’importe quel livre glosé (voir Liber glosatus*).

6.

Nota bene : le substantif « glossa / glosa » suivi d’un nom propre ou d’un simple prénom au génétif peut désigner, selon les contextes :

– le propriétaire d’un livre qualifié de glose (surtout dans les catalogues de manuscrits)

Attestation :

  • Passim :

« Glosa Iohannis…. Glosa Petri »

Signification(s)

Surtout dans les monastères et plus particulièrement chez les chanoines, il peut s’agir d’un livre ayant appartenu à un membre de la communauté, ou un supérieur de celle-ci.

l’auteur / compilateur d’un livre glosé (Glose biblique ou autre) de référence en circulation à l’époque de la rédaction du document

Attestation :

  • à partir du 12e siècle, plus particulièrement après 1150 environ

« Glosa Anselmi » = Glose ordinaire dite d’Anselme de Laon sur un ou plusieurs livres de la Bible.

« Glosa Giliberti / Gisleberti, etc. » = Glose de Gilbert de Poitiers / de la Porrée sur les Psaumes ou les épîtres de saint Paul (mais voir aussi paragraphe précédant).

« Glosa Petri / Lombardi » = Glose de Pierre Lombard sur les Psaumes ou les épîtres de saint Paul

Signification(s)

l’auteur d’une sentence citée dans un livre glosé (très fréquent dans la littérature scolastique)

Attestation :

  • 13e siècle, 2e moitié : Pseudo Albert le Grand, Commentarii in Psalmos, Ps. 9 § 1, in Opera omnia, t. 15, Paris, Vivès, 1892, p. 112

« Secundum autem Glossam Augustini, titulus nulli alludit historiae, sed tacta causa efficiente per hoc quod dicitur Psalmus David, et utilitate per hoc quod additur in finem…. »

Il s’agit ici en fait des Enarrationes d’Augustin d’Hippone sur les Psaumes (CCSL 38, p. 58-59) cités par la  Magna Glosa de Pierre Lombard sur les Psaumes, in loco citato (PL 191, 129C).

Synonyme(s)

Glosatura, Apparatus (pour les textes juridiques)

Voir aussi :

Apparatus*, Glosa interlinearis*, Glosa maior*, Glosa marginalis*, Glosa media*, Glosa minor*, Glosa scolastica*, Hyperglosa*, Liber glosarum*, Liber glosatus*.

Rédigé par :

Martin Morard

188.                   Glosa continua (T) [16.2.2011]

Autre(s) formes(s)

Glossa continua

Signification(s)

Selon les contextes et les intentions des auteurs, l’expression glosa continua peut revêtir l’un ou l’autre sens suivant, voire les deux :

  1. Glose en colonnes continues, dont les éléments ou sentences (gloses marginales et gloses interlinéaires) sont associées dans une même unité syntaxique. Il peut s’agir soit de la Glosa media de Gilbert de la Porrée ou de la Glosa magna de Pierre Lombard copiée dans leur mise en page la plus répandue, soit, à partir des années 1262-1268 de l’Expositio continua (Catena aurea) de Thomas d’Aquin, ou, à partir de 1375, de la chaîne sur les Psaumes du prémontré Pierre de Herenthals.

♣ La Glosa continua se distingue ainsi de la Glose discontinue (Psalterium intercisum*, Glosa per loca*, Glosa marginalis*,) ; ces dernières expressions désignent alors plutôt la mise en page primitive des gloses bibliques carolingiennes ou laonnoises où les sentences parsèment l’espace blanc laissé dans les marges et entre les lignes du texte biblique.

Attestation :

« Super psalterium Davit : glosa marginalis ; et glosa continua magistri Gisleberti [Gilbert de Poitiers] episcopi Pictavis ; et glosa continua magistri Petri, episcopi Parisii. […] Super quatuordecim epistolas Pauli glosa marginalis ; et glosa continua Gisleberti episcopi Pictavis ; et glosa continua Petri episcopi Parisii. Super Matheum glosa marginalis, et glosa continua magistri Anselmi ; et alia glosa continua. »

Signification(s)

  1. Glose ou commentaire verset par verset d’un livre biblique, expliqué selon l’ordre du texte biblique et non .

Voir aussi :

Continuatio*, Intercisus*

Rédigé par :

Martin Morard

189.                   Glosa / Sententia interlinearis (T) [27.1.2011]

Signification(s)

Glose interlinéaire, intercalée entre les lignes d’un texte glosé. L’expression apparaît au cours du dernier tiers du xie siècle.

Attestation :

  • 1092-1101 c. : Daniel de Lérins, Commentaire des Psaumes, épître dédicatoire [65]

« … tueri marginalium cum interlinearibus diversitatem sententiarum… ».

Voir aussi :

Interlineari*

Rédigé par :

Martin Morard

190.                   Glosa / Sententia marginalis (T) [17.7.2013]

Signification(s)

Glose discontinue ou interrompue, dont les sentences sont disposées par blocs indépendants répartis dans l’espace blanc des marges du texte biblique. L’expression désigne ainsi des manuscrits dont la mise en page se distingue de celle de la Glosa continua*.

Attestation :

« Super psalterium Davit : glosa marginalis ; et glosa continua magistri Gisleberti [Gilbert de Poitiers] episcopi Pictavis ; et glosa continua magistri Petri, episcopi Parisii. […] Super quatuordecim epistolas Pauli glosa marginalis ; et glosa continua Gisleberti episcopi Pictavis ; et glosa continua Petri episcopi Parisii. Super Matheum glosa marginalis, et glosa continua magistri Anselmi ; et alia glosa continua. »

Attestation :

  • 1264-1277 c. : Humbert de Romans, Expositio regulae beati Augustini, c. 162, p. 495 :

« Respondeo: Impoenitenti peccanti in nos non tenemur peccata dimittere dimissione exteriori, et sic intelligitur Interlinearis; vel non tenemur in foro poenitentiali dimittere, et sic loquitur Marginalis; et haec non sunt contra illa quae dicta sunt de dimissione interiori facienda offendenti fratri. »

Martin Morard

191.                   Glosarius (T) [27.01.2011]

Autre(s) formes(s)

Glossarius

Glossaire, recueil de gloses ou d’interprétations.

  • xie siècle, Gorze, l. 185

« Glosarius super Historiam. »

Voir aussi :

Liber glossarum*, glosa*.

192.                   Glosatura magna / maior (T) [27.1.2011]

Autre(s) formes(s)

Glossatura maior*

Glose sur les Psaumes et les épîtres de saint Paul compilée par Pierre Lombard († 1160).

Synonyme(s)

Glosa maior*, Glosa continua*

Voir aussi :

Glosa*

Rédigé par :

Martin Morard

193.                   Glosa minor (T) [22.04.2016]

Autre(s) formes(s)

Minor glosa

Signification(s)

Glose sur les Psaumes et les épîtres de saint Paul attribuée à Anselme de Laon .

Attestation :

XIVe s. (début, avant 1341), Italie, Todi, San Fortunato, OFM : « Nomina librorum conventus fratrum minorum de Tuderto »[67] :

« [23] Item psalterium glosatum de minori glosa ».

Synonyme(s)

Parva glosatura*

Voir aussi :

Glosa*

Rédigé par :

Martin Morard

194.                   Glosatura media (T) [27.01.2011]

Signification(s)

Glose sur les Psaumes et les épîtres de saint Paul attribuée à Gilbert de la Porrée.

Synonyme(s)

Glosa media*

Voir aussi :

Glosa*

Rédigé par :

Martin Morard

195.                   Glosatura parva / parva glosatura (T) [27.1.2011]

Signification(s)

Glose sur les Psaumes et les épîtres de saint Paul attribuée à Anselme de Laon (†1117)

Attestation :

  • 1157-1217 : Alexander Neckam, Speculum speculationum, éd. R. M. Thomson, Oxford, 1988 (Auct. Brit. 11), p. 153.4 

« Super illum item locum Psalmi Complaceat tibi Domine ut eruas me [Ps. 39, 14] dicit Glosa ‘Tibi uni Deo’ et super hoc verbum complaceat in parva glosatura habetur ‘Trinitati’. »

Synonyme(s)

Glosa minor*, Glosa parva*.

Voir aussi

Glosa*.

Rédigé par :

Martin Morard

196.                   Glosatura scolastica (T) [29.1.2011]

Autre(s) formes(s)

Glossatura scolastica

  1. Chaîne biblique anonyme d’auteurs ecclésiastiques du Moyen Âge central, à l’exclusion des Pères de l’Église, rédigée au début du xiie siècle, probablement dans un milieu cistercien. Le texte est constitué de fragments, introduits par une rubrique ou un bref titre, contenant le plus souvent le nom de l’auteur source. Les fragments se suivent selon l’ordre du texte biblique qu’ils expliquent, mais ce dernier n’est pas reproduit in extenso.
  2. L’expression peut aussi désigner la Glose de la Bible attribuée à Anselme de Laon, lui-même parfois qualifié de scolasticus[68].

Attestation :

  • 1170-1220 ca. : Annales de l’abbaye Saint-Pierre de Jumièges, p. 67 :

« Unde ex quatuor euvangeliis secundum scolasticam glosaturam et in alio volumine textus eiusdem. »

Synonyme(s)

Glosa/glossa scolastica

Voir aussi :

Scolastica*

197.                   Glosatus (T) [17.7.2013]

Adjectif qui, lorsqu’il qualifie un type ou un titre de livre (Corpus iuris glosatum, Cantica glosata), désigne normalement un ouvrage dont la mise en page est en forme de Glose discontinue avec sentences réparties dans la marge. Dans l’exemple ci-dessous, les sentences sont explicitement désignées comme étant réparties de part et d’autre du texte biblique.

Attestation :

  • 1305; San Martino al Cimino [O. Cist.], catalogue, p. 543 :

« Item Cantica canticorum glosata que incipiunt in textu Osculetur me et in glosa a dextris textus sinagoga ; a sinistris vox precedentium. »

Rédigé par :

Martin Morard

198.                   Glosatus per loca

Signification(s)

Texte partiellement glosé ou dont les gloses ne sont pas disposées de manière systématique et continue.

Antonyme : « glosatus continuus ».

Voir Glosa continua* ; Glosa marginalis*, Liber glosatus*.

199.                   Glossula (T) [27.1.2011]

Signification(s)

Notes explicatives.

Attestation :

  • 881-890 : Notker le Bègue / Balbulus, Notatio de illustribus viris, PL 131, 998A

« Si glossulas volueris in totaim Scripturam divinam, sufficit Hrabanus Magontiacensis archiepiscopus. »

Attestation :

  • xiie siècle : Actus pontificum Cenomannis in urbe degentium, G. Busson, A Ledru éd., Le Mans, 1901 (Arch. hist. Maine, 2), p. 441:

« Psalterium cum glossulis. »

Rédigé par :

Martin Morard

200.                   Glutinatus : à renseigner

Synonyme(s)

« Collatus »

201.                   Gradus

202.                   Granarius (T) [14.11.2011]

Autre(s) formes(s)

Granarium, grannarius, grannarium.

Signification(s)

  1. Synonyme de rapiarius* / rapularius*, désignant, par métaphore avec le grenier où se conservent les gerbes de blés, un livre dans lequel on conserve des textes nombreux.

Attestation :

  • 1450 c. : Köln, GB 8° 96 (provenance : Kreuzherren-Bibliothek)
  1. 1r : « [Rapularius] : habentur in eo multa bona collecta ex diversis libris et doctoribus, unde a quodam venerabili sene abbate dictus est Granarius.  »
  2. Titre du recueil de matériaux pour la prédication de Wilhelm de Bernkastel

Attestation :

  • Manuscrit Trier, Stadtsbibliothek, 293/1966, prol. f. 12r,

« Quesivi, congregavi et in unum redegi istos ‘acervos tritici’ [Cant. 7, 2] »

Bibliographie

Staubach, « Diversa raptim undique collecta : Das Rapiarium im geistlichen Reformprogramm der Devotio moderna », 2000, p. 116.

Rédigé par :

Martin Morard

203.                   Grate

204.                   Guiotina (T)

Signification(s)

Titre uniforme appliqué

– en priorité au recueil ou « Somme » des sermons de Guy d’Evreux, OP (SOPMA § 1400)

– accessoirement aux recueils de sermons de Jacques de Lausanne, OP (SOPMA § 2088-2089).

Attestation :

  • 1472 : Clairvaux, Catalogue de Pierre de Virey, Clairvaux 1, no 1088-1089, p. 204.

Rédigé par :

Martin Morard

205.                   Hyperglosae-arum f. [28.1.2011]

Autre(s) formes(s)

Yperglosa

Signification(s)

Néologisme formé du préfixe hyper [du grec ancien ὑπέρ, hypér] : « au-dessus, au-delà », et de glosa : glose. Terme très rare, attesté au milieu du xiie siècle pour désigner les explications exégétiques d’un livre biblique glosé, synonyme de glose, de scolie, ou de glose de la Glose.

Attestation :

  • 1150 c. : Glosa media Gilberti Porretani (1Cor. 1), f. 59v (éd. p. 25) annotation dans la marge inférieure :

« Iste yperglose distincte et sane quidlibet exponunt. »

Voir : Glosa*, Glosa interlinearis*

Martin Morard

206.                   Illuminatus

Expression(s)

Illuminatus auro et asurio

Illuminatus secundum antiquum modum

207.                   Illustrer [11.10.2010]

Synonyme(s)

« Mettre en lumière »

Signification(s)

Au xviie siècle : Imprimer, éditer, au sens de tirer de l’obscurité (sans aucun lien avec l’illustration au sens actuel du terme).

Attestation :

  • 1659 : Paris, Saint-Victor, O.S.A., Jean de Toulouse, t. 1, p. 171.

« [1610, sommaire : ] St Bernard illustré par le P. Picard. […] Au mois de janvier de ceste année, le P. Jean Picard susd. mist en lumière quelques épistres de st Bernard non encore imprimées, avec des notes et observations par luy faictes sur touttes les épistres dud. st Bernard ; lequel œuvre il dédia à Messire Dominique de Vicq, abbé du Bec, du depuis archevesque d’Auch. »

= Sancti Bernardi Claraevallensis, abbatis primi, religiosissimi ecclesiae doctoris,… opera omnia,… Accesserunt S. Bernardi aliquot Epistolae è Bibliotheca S. Victoris Parisiensis nunqua editae, & notae F. Jo. Picardi,… Cum indice duplici, altero locorum sacrae scripturae passim ab ipso S. Bernardo explicatorum, altero coque nouo & amplo rerum & verborum. Paris, 1609[69], fol., 40 cm [exemplaire de la Société de Port-Royal à Paris, cote BPa259]

Rédigé par :

Martin Morard

208.                   Impressus

209.                   in integrum restituo

Bibliographie

Rizzo 1984, p.   276.

210.                   In librum redigo

Bibliographie

Rizzo 1984, p.   307.

211.                   Incathenatus (R)

Voir aussi :

cathenatus*

212.                   Incaustum

Signification(s)

Encre dont la qualité est parfois précisée dans les sources :

Expression(s)

« Incaustum malum ».

213.                   Index librorum prohibitorum (T C) [5.2.2011]

Signification(s)

Catalogue de livres interdits, parfois appelé simplement Index, promulgué par l’autorité politique ou ecclésiastique. Le premier catalogue de ce type fut publié en 1544 par l’université de Paris. En 1559, l’autorité ecclésiastique catholique romaine édita à son tour un Index régulièrement mis à jour jusqu’en 1966. Les Index librorum prohibitorum concernent uniquement les livres imprimés. L’Index a été promulgué par une décision du Ve concile du Latran qui instituait la censure, exigeait le contrôle des écrits déjà publiés et l’exercice d’un contrôle des publications antérieures. Leur publication est la conséquence de l’utilisation de l’imprimerie pour la diffusion des idées jugées dissidentes, notamment les idées protestantes.

Bibliographie

Index librorum prohibitorum: 1600-1966, Jesús Martínez de Bujanda, Montréal, Genève, Sherbrooke, 2002.

Rédigé par :

Martin Morard

214.                   Indica (E R)

Signification(s)

Adjectif latin. Couleur indien ou indigo, assimilé à la couleur noire :

Attestation :

  • 1379 : Pise, Chartreuse de Calci, Inventaire de la bibliothèque, n° 39 :

« Unum psalterium glosatum de tela nigra sive indica » (identification probable avec le manuscrit Firenze, Laurenziana, Calci, 22[70])

Rédigé par :

Martin Morard

215.                   Infirmitorium

216.                   Initium

217.                   Inscriptio

218.                   Innovatio [14.06.2017]

Signification(s)

Conjecture : Explication, déclaration

  • Paris, Sorbonne, Tabula [71]

« De repudiis innovatio » [traité du Talmud]

Rédigé par :

Judith Kogel, Martin Morard

219.                   Integrare

Bibliographie

Rizzo 1984, p.   285.

220.                   Integro

Bibliographie

Rizzo 1984, p.  , 217.

221.                   Integro

Bibliographie

Rizzo 1984, p.  276

222.                   Interlinearis (T) [28.1.2011]

Adjectif substantivé, fréquemment utilisé pour désigner la glose interlinéaire de la Bible.

Attestation :

  • 1197 (avant) : Pierre le Chantre, Verbum abreviatum (†1197), cap. 1, 3[72] :

« Unde prima ad Timotheum [1, 3]: Precepi ut denuntiares ne aliter docerent – interlinearis: “quam nos” – textus [v. 4]: neque intenderent fabulis et genealogiis interminatis – “que sine termino sunt; vel prohibitis,” alia interlinearis – textus: que questiones – interlinearis: “lites” – prestant magis quam edificationem Dei que est in fide.»

Attestation :

  • 1240 c. : Anonyme [attribué à Hugues de Saint-Cher (†1263), Super Apocalypsim expositio I (‘Vidit Iacob’), cap. 11[73]:

« Unde sicut Christus precise non perfecit tres annos et dimidium in sua praedicatione, sic isti non perficient. Et hec solutio habetur in interlineari que dicit sicut ipse predicavit. »

voir Glosa / Sententia interlinearis*

223.                   Interliniare (T) [27.1.2011]

Signification(s)

Du latin interlinio –are : intercaler

  • 1219 (10 novembre) : Diplomatarium Portusnaonense, Joseph Valentinelli éd., Wien, 1865 (Fontes rerum Austriacarum. Diplomataria et acta, t. 24), p. 5-6.

« Ego Bitulfus Melula imperiali auctoritate notarius presens ad hec omnia suprascripta et pacta et confecta interfui et equitavi cum eis: preterea in presentia mei notarii dominus Offaldus de Ragogna preceperat domino Adlardo et iuratoribus ut suo nomine irent cum illis et predicta facere confici et adimpleri et dessignari in gratia domini Liopoldi ducis Austrie et Styrie, quod et factum est. Et hec omnia suprascripsi prout ab eisdem iuratis audivi et intellexi et designare eis vidi, et ita causa memorie in publicam formam reduxi et scripsi, et has duas particulas superius interlineatas meis propriis manibus interlineavi, scilicet eis et notario quorum designatorum unus. »

Rédigé par :

Martin Morard

224.                   Intitulatio

225.                   Inventaire

226.                   Intercisus – a- um (T) [26.1.2015]

Autre(s) formes(s)

intercissus – a – um

Traduction proposée : intercalé.

Qualificatif servant à désigner la mise en page de livres glosés, en particulier les psautiers,  lorsque les versets du texte biblique, reproduits in extenso à longues lignes, parfois rubriqués et / ou avec un module d’écriture différent, sont interrompus par celui des gloses. Dans les textes, cette précision, appliquée au Psautier, me paraît postérieure à la diffusion de la Magna glosatura de Pierre Lombard (après 1160) et à l’intégration de ses commentaires dans le corpus de la Bible glosée. Elle s’applique aussi à la Glosa media de Gilbert de la Porrée, mais on peine à trouver des manuscrits de ce dernier, avec cette mise en page, dont la date soit indubitablement antérieure aux exemplaires de Pierre Lombard de même présentation[74]. En tout état de cause, il s’agit de distinguer les livres ainsi qualifié de ceux de la Glose dite ‘ordinaire’, dont le texte biblique est copié d’une traite, disposé au centre du feuillet (mise en page est dite « continue » (« textus continuus », « psalterium continuum »).

Exemple : 1275 (Biblioteca capitolare di Monza), p. LIX n°88-96 : « Item Iohannes evangelista intercissus… Psalterium intercissus »

Voir aussi :

Psalterium intercisum*.

Rédigé par :

Martin Morard

227.                   Ivor-is n. (C) [15.11.2011]

Autre(s) formes(s)

yvor

Signification(s)

Couleur ivoire

« Aliud volumen parvum ligatum in corio de yvore, Augustinus in libro de Trinitate… »

Voir : Corium*

Rédigé par :

Martin Morard

228.                   Journel (T)

Signification(s)

Titre de forme de livre liturgique appliqués aux diurnaux*.

Autre(s) formes(s)

« Demi journel » = journel pour une moitié de l’année liturgique (partie d’hiver ou partie d’été).

Attestation :

  • 1472 : Clairvaux, Catalogue de Pierre de Virey, Clairvaux 1, p. 330-334.
  • 1472 (avant) : Fragment d’une première édition de Pierre de Virey, Troyes, BM, 2299, Clairvaux 1, p. 365-370.

Rédigé par :

Martin Morard

229.                   Lacuna

Bibliographie

Rizzo, 1984, p. 236.

230.                   Lacunoso

Bibliographie

Rizzo,  1984, p.  239

231.                   Lapis vitreus

232.                   Lates

233.                   Laudes ecclesie (T L)

Signification(s)

Cantiques bibliques de l’office de laudes.

Attestation :

  • 1379 : Pise, Chartreuse de Calci, inventaire de la bibliothèque, no 31

« Item unum librum dopmini Brunonis episcopi in laudibus ecclesie »[75].

Rédigé par :

Martin Morard

234.                   Lectio

Bibliographie

Rizzo 1984, p.  209.

235.                   Lectorium (M)

Signification(s)

Lectoire ou pupitre placé au milieu du chœur d’une église destiné principalement à la lecture publique de la bible et des leçons de l’office ; terme courant dans le lexique de l’ordre des chartreux.

Synonyme(s)

analogium

Rédigé par :

Martin Morard

236.                   Légenda, Légende, Legendier (T) [17.2.2014]

Signification(s)

Tout type de texte, hagiographique ou non, destiné à une lecture liturgique ou publique.

Attestation :

  • 1476 : Bayeux, inventaire du trésor de la cathédrale Notre-Dame, articles 298-299, 352-354

« Légendier de omélies et expositions de évangiles »

Signification(s)

A l’évidence, il ne s’agit pas de recueils hagiographiques, mais plutôt d’homéliaires ou de sermonnaires ou de tout autre recueils de ce type, organisé selon l’ordre liturgique ou non.

Attestation :

  • 1476 : Bayeux, inventaire du trésor de la cathédrale Notre-Dame, article 297

« Item, une neuve légende pour la commémoration Nostre-Dame, commençante eu premier fieullet : vota mea [….] ». (éd. Deslandes 1896, p. 397).

Voir aussi

« Commemoratio »

Rédigé par :

Martin Morard

237.                   Letorile

238.                   Lettre

239.                   Lettre couraus

240.                   Lettres de Forme (P C)

Article en préparation

Rédigé par :

Monique Peyrafort

241.                   Lettres de molle (P C)

Autre(s) formes(s)

 Lettre de mole.

Article en préparation

Monique Peyrafort

242.                   Libellus

Expression(s)

Libellus desolatus

Libellus longus et transversaliter scriptus

243.                   Liber (T C) [20.2.2019]

Autre(s) formes(s)

Livre (français)

Signification(s)

Le terme peut renvoyer soit à une entité codicologique matérielle indépendante, soit aux partitions intellectuelles d’une oeuvre, initialement diffusées indépendamment les unes des autres.

Synonyme(s)

Volumen

Expression(s)

Liber caducus (C)

Liber correctus

Liber delectus

Liber glosatus*

Liber in pressura*

Liber non compagnatus

Liber parvus secundum morem antiquum

Liber utillimus

244.                   Liber glosatus (T) [27.1.2011]

Autre(s) formes(s)

Liber glossatus

Signification(s)

Texte d’une œuvre (livre biblique, juridique, médical, auteur classique, etc.) intégralement copié et accompagné d’annotations marginales ou interlinéaires appelées gloses.

Expression(s)

« Glosatus per loca » = Partiellement glosé, muni d’annotations par endroits.

Attestation :

  • 1480 : Cîteaux, n° 380, p. 379 :

« Textus Sententiarum in mediocri volumine, glosatus per loca cuius secundum folium incipit…. »

« Glosatus aliqualiter et male » : Partiellement et mal glosé.

  • 1480 : Cîteaux, n° 329, p. 374 :

« Liber de Celo et mundo [Aristote] aliqualiter et male glosatus, cuius secundum folium incipit… »

Signification(s)

Il arrive néanmoins dans les catalogues anciens, la littérature, les titres de reliure (étiquettes, titres au dos, etc.), que l’expression désigne le seul commentaire d’une œuvre donnée sans que celle-ci ne figure intégralement dans le livre ni que le manuscrit désigné ait adopté la mise en page spécifique des livres glosés. Dans l’état actuel des connaissances, aucune généralisation n’est possible. Chaque catalogue est un cas à part qui peut ou non observer une certaine régularité dans sa façon de distinguer les livres glosés au sens strict et les commentaires simples.

Voir aussi :

Glosa*

Rédigé par :

Martin Morard

245.                   Libraria

Expression(s)

Libraria communis

Libraria publica

246.                   Librarista (P)

Signification(s)

Bibliothécaire. Terme usuel dans l’usage de l’ordre des Ermites de Saint-Augustin.

Rédigé par :

Martin Morard

247.                   Librarius (P) : voir Librarista

248.                   Ligamen (C R) [5.12.2020]

Signification(s) 1 (C R)

Lien reliant plusieurs feuillets, reliure. (à documenter).

Voir aussi :

ligatura

Signification(s) 2 (C T)

Archivistique (Angleterre, archives de l’Echiquier)  : faisceau ou ballot de rotuli réunis par un lien physique.

« Quere residuum huius loquele in ultimo rotulo huius ligaminis, scilicet […] » (note marginale)

« Quere principium huius loquele in quarto rotulo precedenti in hoc ligamine in dorso » [76]

Rédigé par :

Martin Morard

Signification(s) 3 (C T)

Par métonymie 1. entité codicologique (hypothétique) : support d’écriture formé par un assemblage de feuillets liés ; 2. entité textuelle : compilation ou recueil composite de textes copiés sur un tel support.

Attestation :

1446 (24 janvier) : Zadar (Croatie). « Hec omnia que continenter (!) in hoc ligamine scripta fuerunt per me Leonardum Sanuto domini Marini de Venetiis tunc Iadre [Zadar] die exeuntem MCCCCXLVI. die XXVIIII° januarii ». (recueil composite copié par le signataire du colophon sur un volume papier homogène de 166 f.BAV, Vat. lat. 5087, f. 158r) [77].

Note

L’auteur du colophon est Leonardo Marino Sanuto (al. Sanudo), aristocrate vénitien, sénateur de la Sérénissime, mort à Rome en 1476, père de l’historien Marino Sanuto le jeune. L’origine du document cité atteste l’usage du mot en Italie et sur les rives de l’Adriatique dans la 2e moitié du 15e siècle au plus tard.

À partir de ce seul colophon, il n’est pas possible de savoir si ligamen désigne une unité codicologique matérielle composée de plusieurs feuillets et/ou cahiers, maintenus par une couture, à la manière d’un codex, ou s’il s’agit plutôt d’une entité textuelle formée par des textes hétérogènes réunis par un copiste, par analogie avec une  gerbe ou une botte d’herbes (Niermeyer, Mediae Latinitatis Lexicon 1976, « ligamen : balle de marchandise ».

L’usage archivistique britannique désignant le lien qui réunit un faisceau de rouleaux a signification archivistique du terme (signification 2) Le parallélisme avec le colophon qui se lit au f. 19 du même manuscrit incite à penser que ligamen est ici synonyme de compilation : « ¶ Compilata anno Ihesu Christi MCCCVI. ¶ Scripta per me Leonardus Sanuto domini Mar<i>ni  1446 die 29 novembris Iadre ».

Le ligamen semble donc caractérisé par la présence d’un lien à la fois matériel et analogigue qui l’apparente au « recueil composite » de la terminologie codicologique moderne[78]. Il se distingue en cela du cartabellus qui renvoie plutôt à un assemblage aléatoire par encartage ou emboîtement.

Cette acception codicologique ne figure ni dans le Du Cange, ni dans les dictionnaires de la latinité classique et médiévale (Brepols : Database of Latin Dictionaries ; Niermeyer).

Voir aussi :

cartabellus

Rédigé par :

François Bougard & Martin Morard[79]

Signification(s) 4

(21e siècle, néo-latin) Lien hypertexte électronique.

Note :

Le terme est utilisé en ce sens dans des documents latins de rédaction récente qui ne doivent rien aux sources et aux usages médiévaux.

Rédigé par :

Martin Morard

249.                   Ligatura (C)

Reliure (Blaise médiéval)

250.                   Linteum (M)

Signification(s)

Pièce d’étoffe, linge, en principe de lin ou de chanvre (le drap de laine est qualifié de pannum) utilisé pour protéger les livres à l’intérieur des coffres ou armoires à livres. La lettre 82 de Pierre Damien précise qu’il y a autant de lintei que de livres (lin. 16).

Attestation :

  • 1061 : Ravenne (S. Apollinare in Classe)

Petrus Damiani, Epistolae, Epist 82 ad abbatem Desiderium Montis Cassini, eMGH Epp. Kaiserzeit 4,2, p. 446.11.16 : (texte signalé par François Bougard) :

« 5| Pridie certe dum iam sol ad occasum vergeret, ‎frater quidam, Iohannes nomine, ad me venit et miraculum celebri memoria dignum sibi 7| dudum ‎contigisse narravit.‎ Cum, inquit, in Classernae monasterio 8| degerem et commissam michi sacrorum exedram ‎custodirem, quadam die 9| post completorium libros aecclesiae in arcivo congessi, deinde clavem ‎10| imprimens, ut cotidie consueveram, obseravi.‎ Sed ut post liquido patuit, 11| de cereo, quem ferebam, nesciente me vapor emicuit, et linteum, quo 12| liber operiebatur, afflavit. Mane autem facto cum arcam aperirem, ut libros tollerem, repente michi in vultum fumus et igneus vapor occurrit. Stupefactus ilico atque perterritus, si forte de libris adhuc aliquid superesset, coepi curiose perquirere. Sed o incomprehensibilis divinae virtutis 16| effectus! Cum omnes lintei viginti circiter exusti essent in cineremque reducti, quibus nimirum codices fuerant involuti, ipsi codices omnino servabantur inlaesi. Porro arcam ignis penetraverat, et largum combustionis orbem in eius fundo reliquerat. Hoc itaque comperto fratres divinam laudavere potentiam, quoniam, qui in Chaldaico camino Hebreos custodierat pueros, nunc in arcae flagrantis incendio suos etiam servaverat libros. Est autem frater ille, qui michi ista narravit, idiota quidem, sed tam ferventis oboedientiae, tam purissimae vitae, ut nequaquam videatur indignum, quod Deus per eum dignaretur exhibere prodigium ».

Rédigé par :

Martin Morard [10.4.2021]

251.                   Littera

Expression(s)

  1. Littera antiqua communis
  2. Littera Apulie
  3. Littera antiqua
  4. Littera Attica*
  5. Littera aurea
  6. Littera barbara
  7. Littera caduca*
  8. Littera cecata
  9. Littera citramontana
  10. Littera communis
  11. Littera cursiva
  12. Littera etrusca
  13. Littera gallica
  14. Littera germanica
  15. Littera gothica
  16. Littera gracilina
  17. Littera grossa
  18. Littera italica
  19. Littera latina
  20. Littera longobarda
  21. Littera maior
  22. Littera maiuscola
  23. Littera mala
  24. Littera moderna
  25. Littera nigra
  26. Littera nostrana
  27. Littera parisina
  28. Littera psalterialis*
  29. Littera rubea
  30. Littera sollempnis
  31. Littera subtilissima
  32. Littera testura
  33. Littera theutonica
  34. Littera ultramontana
  35. Littera uncialis
  36. Littera vetus

252.                   Littera caduca (E)

253.                   Littera psalterialis (E) [18.2.2011]

Signification(s)

Lettre de très gros module, utilisée pour la copie des psautiers choraux.

Attestation :

  • 1275 (Zürich, CH) : Conradi Summa de arte prosandi, p. 439 

« Et breviter in literis seu epistolis penitus reprobatur litera nimis grossa seu psalterialis. »

Rédigé par :

Martin Morard

254.                   Livre : voir Liber

255.                   Livre de plomb (C) [19.2.2011]

Signification(s)

Livre fait de feuilles de plomb gravées.

Attestation :

« Je viens d’apprendre que le livre de plomb dont s’estoit vanté Barjole, a esté vendu enfin au Sieur Roux, et par luy donné à Monseigneur le cardinal duc de Richelieu. On a promis à mon frère de le lui faire voir, il est composé de douze ou dix-huit lames de plomb (faites pour contenir de l’écriture que l’on traçois cum stylo ferreo) reliés ensemble par divers anneaxu, sans que les feuillets se puissent ouvrir, et est de la grandeur d’un pied de longueur, et de deux tiers de pied de largeur. »

Rédigé par :

Martin Morard

256.                   Littera antiqua

Bibliographie

Rizzo 1984, p. 117.

257.                   Littera Attica

Bibliographie

Rizzo 1984, p. 134.

258.                   Littera barbara

Bibliographie

Rizzo 1984, p. 133.

259.                   Littera Etrusca

Bibliographie

Rizzo 1984, p. 135.

260.                   Littera Gallica

Bibliographie

Rizzo 1984, p. 130.

261.                   Littera Germanica

Bibliographie

Rizzo 1984, p. 132.

262.                   Littera Gothica

Bibliographie

Rizzo 1984, p. 126.

263.                   Littera Italica

Bibliographie

Rizzo 1984, p. 132.

264.                   Littera Longobarda

Bibliographie

Rizzo 1984, p. 122.

265.                   Littera maior / maiuscula

Bibliographie

Rizzo 1984, p. 126.

266.                   Littera Theutonica

Bibliographie

Rizzo 1984, p. 132.

267.                   Loculus (M)

Signification(s)

Niche dans laquelle on range des livres. Ne pas traduire par « tablette ».

Voir aussi :

Domuncula

268.                   Locus

269.                   Longobardum (E)

Signification(s)

Paléographie : qualification donnée à certaines écritures italiennes, notamment la bénéventine.

Synonyme(s)

bénéventaine (écriture) [81]

Rédigé par :

Martin Morard

270.                   Longus

271.                   Lumière

Voir « Mettre en lumière », « Illustrer »

272.                   Manuale (T) [9.11.2010]

Signification(s)

Chez les chartreux, petit rituel portatif contenant le texte des offices célébrés hors de l’église et des processions : mise en cellule du novice, extrême onction, levée de corps, procession de la Fête-Dieu, antienne « Collegerunt » des Rameaux, etc.

Attestation :

  • 1379 : Pise, Chartreuse de Calci, inventaire de la bibliothèque, no 10 

« Unum manuale vestitum panno rubeo »[82].

Rédigé par :

Martin Morard

273.                   Manuale Augustini (T) [9.11.2010]

Signification(s)

Texte commençant par « Quoniam in medio laqueorum »,

tantôt attribué à saint Augustin [cf. Soissons, BM 122, f. 67 ; BM 126, f. 39v, etc.],

tantôt sans attribution : [Chalons-sur-Marne, BM 59, f. 41 ou Lérins (Saint-Honorat), O.S.B, « Bibliotheca Lerinensis antiqua » (fin xviie siècle), f. 9v].

Sous une forme ou sous l’autre, ce texte circule souvent avec les Meditationes de saint Anselme (par exemple : Lérins ; Soissons, BM 126).

Rédigé par :

Martin Morard

274.                   Margo

275.                   Mariale (T)

Signification(s)

Titre de forme appliqué à des ouvrages comprenant principalement des textes à caractère marial.

Attestation :

  • 1472 : Clairvaux, Catalogue de Pierre de Virey, Clairvaux 1, p. 223-224.

Rédigé par :

Martin Morard

276.                   Marien-Psalter (T)

Voir : Matines (livre)*

277.                   Matines (livre) (T) [11.9.2010]

Signification(s)

Terme liturgique polysémique français qui peut désigner soit un office liturgique (matutinae-arum f.), soit un livre commençant par cet office.

Au sens liturgique, qui est aussi le plus courant, on appelle « matines » l’office liturgique de nuit, longtemps célébré très tôt le matin. Chez certains moines d’obédience bénédictine, là où l’office de nuit est qualifié de vigiles, on appelle parfois matines l’office liturgique des laudes qui le suit, célébré au petit matin.

Au sens codicologique et par métonymie, selon les lieux et les époques, « matines » en français, « matutinale » ou « matutinalis liber » en latin, est un titre de forme générique qui désigne dans les actes de la pratique (listes de livres et catalogues, inventaires, comptes, etc.) différents types de livres liturgiques ou dévotionnels dont le contenu ne peut souvent être précisé, en l’absence d’exemplaire identifié[83] :

  1. 1132: Livre contenant l’office ecclésiastique des matines, ou des bréviaires nocturnaux[84]. Pourrait répondre à cette définition la formule « matines de clercs »[85]. Voir par exemple des manuscrits liturgiques comme Douai, BM 1038, 1039 désignés par le Catalogue général des manuscrit comme « Lectiones dictae in horis matutinis secundum ritum breviarii benedictini », xiie siècle ; Douais, BM 1040, idem xiiie siècle et les nombreuses occurrences attestées par exemple dans les catalogues anciens des bibliothèques suisses et allemandes[86].
  2. B. : L’appartenance à un clerc peut désigner un bréviaire de nuit, mais les clercs possèdent aussi des livres d’heures à partir du XIVe siècle.
  3. XIVe-XVe siècle, jusqu’au XIXe siècle: Livret de prières ou livres d’heures commençant par les matines de l’office de la Vierge [87].

N.B. C’est à tort que P. Carpentier, repris par plusieurs dictionnaires, identifie Matines (sans complément) et office de la Vierge à partir d’un exemple peu probant : « Lit. remiss. ann. 1392. in Reg. 142. ch. 266 : Unes heures ou Matines de Nostre Dame. »[88] Les dépouilles des bibliothèques ecclésiastiques au temps de la papauté d’Avignon apportent des exemples plus anciens qui montrent indéniablement que l’office de la Vierge ne constitue que la première partie d’un livret qui contient en outre d’autres textes, comme les psaumes de la pénitence et les litanies ainsi que l’office des morts :

  • 347.4 B 2 (1353) : « Item Matutine beate Marie »
  • 348.54 B 32 (1353) : « Item quidam parvus liber in quo sunt Matutine beate Marie et Septem psalmi cum Letania et officium mortuorum… »
  • 348.65, 23 (1353) : « Item Matutine Marie pulcre que incipiunt in secundo folio post ymagines || Venite exultemus [= Ps 94 invitatoire des matines].
  • 349.1 (1353) : « Item Matutine [Al. : officium Beate = Reg. Av. 122] beate Marie modici valoris. »
  • 364.9 A 20 (1364 c.) : « Item Matutine beate Marie, finit prima carta preocupemus ante || [Ps. 94 invitatoire des matines] et finit ultima carta solvat por||. » = ? ibid. B24 : « Item librum modivum continentem officia beate Marie et mortuorum. »
  • 373.7 A 244-254 : « Item XI Matutine de beata Maria cum vigillis mortuorum non illuminate nec ligate, sub diversis quaternis, non existimate. »

Qu’on qualifie les matines de Notre-Dame d’heures ne justifie pas que tout livre qualifié de « Matines » contienne ordinairement et exclusivement l’office de la Vierge. La référence à l’office de la Vierge vient plutôt de ce que beaucoup de livres d’heures commencent par l’office de la Vierge qui commence lui-même par l’heure des matines. On notera que tous les exemples trouvés permettant d’établir un lien entre « matines » et office de la Vierge ne sont jamais qualifiés seulement de « matines » mais toujours de « matines de l’office de la Vierge », lequel tient, à lui seul, en quelques feuillets et circule rarement seul.

Voir par exemple Köln, Historiches Archiv der Stadt, Handschriften (Wallraf) (Best. 7010), 26, xve siècle, papier, 166 f., 11/12 l. par feuillet, dimensions de la paume d’une main, qui contient l’office de la Vierge, les Psaumes de la pénitence et les litanies des saints, l’office des défunts, le rituel de la communion aux malades et quelques prières indiquant une origine dominicaine, probablement féminine (cf. f. 164).

  1. 1752: « Livre dans lequel on commence à apprendre à lire aux enfants »[89], dont le contenu est probablement celui d’un livre d’heure plus ou moins développé contenant au moins les Sept Psaumes de la Pénitence dans lesquels il est devenu courant, à partir de la fin du XIIIe siècle, d’apprendre à lire aux enfants, en l’absence de psautiers complets, trop onéreux.
  2. 1833: Psautiers, peut-être, ou recueils de quelques psaumes destinés à l’apprentissage de la lecture [90]. Il est plus probable que le XIXe siècle ait qualifié à tort de « psautier » des livres d’heures ou des recueils de prières en raison de la pratique médiévale qui utilisait des psautiers, puis les psaumes de la pénitence, comme livres d’apprentissages de la lecture, avant qu’ils ne soient remplacés dans les usages populaires par les livres d’heures et les livres de dévotion[91]. Du xiiie siècle au xvie siècle, les « matines » étaient en tout cas clairement distinctes du psautier proprement dit[92].
  • Variantes

On énumère ainsi dans les contrats et inventaires de biens : « petites matines » [93], « grandes matines »[94], « matines à femmes »[95], « matines de clercs » (voir plus haut) dont les spécificités restent encore à préciser. La qualification « grandes » ou « petites » doit être entendue, comme pour les livres d’heures, en fonction de leur format plutôt que de leur contenu.

  • Remarques

Le terme ne figure pas dans les catalogues anciens et les livres provenant de l’abbaye de Clairvaux[96], de Pontigny[97], de Saint-Victor de Marseille[98], les listes de dépouilles pontificales[99], le registre de prêt de la Sorbonne (1402-1536),

Plusieurs des principaux dictionnaires spécialisés en ancien français, comme les dictionnaires et lexiques publiés par Frédéric Godefroy[100], ainsi que l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert ignorent l’acception codicologique de matines. L’index de Michel Poppof a une entrée propre à « matines » renvoyant à des manuscrits concernant en tout ou en partie les offices liturgiques du matin, sans que cela réponde à un titre ancien ; les exemplaires répertoriés ne permettent notamment pas de préciser ce que pouvaient être les livres répondant aux acceptions 2. 3. et 4. ci-dessus définies et attestée par la littérature citée.

Rédigé par :

Martin Morard

278.                   Membrana

279.                   Membrana carta

280.                   Mettre en lumière [11.10.2010]

Signification(s)

Aux xvie -xviie siècle : imprimer, faire imprimer, publier, au sens de tirer de l’ombre, rendre visible. A ne pas confondre avec le fait d’enluminer un manuscrit. C’est la simple traduction française de l’expression latine qui figure sur la page de titre de nombreux livres d’éruditions des érudits de l’époque : prodere in lucem ; ainsi le Spicilegium de Dom Luc d’Achery : « … prodeunt nuc primum in lucem opera et studio domni Lucae Dacherii… » (1668)

Synonyme(s)

« Illustrer » (synonyme).

Attestation :

  • 1615 : Paris, Saint-Victor, O.S.A., Jean de Toulouse, t. 1, p. 199.

« Le premier jour d’avril, le R. P. Denis Coulomp, prieur, mit en lumière ses Exhortations pieuses sur les sept parolles de Nostre Seigneur en la croix, lesquelles il dédia à Madame Marie de Loraine, abbesse de Chelle. »

Il s’agit des Exhortations pieuses sur les sept paroles proférées par nostre Sauveur Jésus-Christ en l’arbre de la Croix… par R. P. Denys de Coulomp, Paris, P. Ménier, 1615, in-12.

Attestation :

  • 1629 : Paris, Saint-Victor, O.S.A., Jean de Toulouse, t. 1, p. 429.

« Cette année, Mr l’archevesque de Rouen, nostre abbé commendataire[101], mit en lumière un livre in-quarto intitulé Annales Ecclesiae… » (t. 1, p. 429).

Cet ouvrage, violemment censuré, n’est pas identifiable à partir des données de Jean de Thoulouse dans les bibliothèques publiques française (CCFR, BnF, BSG).

Attestation :

  • 1640 : Paris, Saint-Victor, O.S.A., Jean de Toulouse, t. 2, p. 104.

« [La vie du R. P. Asseline] a esté amplement escritte et mis en lumière du depuis par le R. P. Anthoyne de St-Pierre…. ».

Ouvrage effectivement paru sous le titre La vie du R. P. Dom Eustache de Saint-Paul Asseline… religieux de la congrégation de Notre-Dame des Feuillants, Paris, 1646, in 8, 551 p.

Attestation :

  • 1674-1740 : Louis Maimbourg [1610-1686], Histoire de l’hérésie des iconoclastes et de la translation de l’Empire aux Français, IV, Paris, S. Mabre-Cramoisy, 1674, p. 33[102]:

« Le Père Maimbourg reconnoit de bonne foi que ce livre [un vieux manuscrit] fut écrit sous l’empereur Charlemagne. ‘Il étoit demeuré dans l’obscurité […] jusqu’à l’an 1549, qu’un Luthérien l’ayant trouvé dans un ancien manuscrit, le mit en lumière avec une préface de sa façon, sous le nom emprunté d’Eli Pbili, dans laquelle il se déchaîne terriblement contre le culte des images. »

Rédigé par :

Martin Morard

281.                   Mezano bolognese

282.                   Minuta

Bibliographie

Rizzo 1984, p.   304.

283.                   Missale mixtum (L T) [3.3.2011]

Autre(s) formes(s)

Missale mistum, missale misticum, liber misticus.

Signification(s)

Dans l’aire liturgique mozarabo-languedocienne, de part et d’autre des Pyrénées, livre liturgique dit de seconde génération où sont associés dans un même volume les pièces initialement réparties entre plusieurs livres spécialisés destinés aux différents acteurs liturgiques (sacramentaire, lectionnaire, graduel) et à différents rites (messe, rituel, liturgie des heures). Le « mixtum » se distingue alors de l’« immixtum », c’est-à-dire du sacramentaire ne contenant que les pièces de la messe réservées au prêtre (livre dit de première génération), selon la structure vulgarisée par la tradition du sacramentaire d’Hadrien, devenue majoritaire au cours du ixe siècle[103].

Non sans hésitation Du Cange suggère qu’il s’agit d’un missel auquel ont été ajoutés des éléments qui ne concernent pas « la messe »[104]. Cette intuition est confirmée par un petit livret de la fin du xie siècle provenant de la chapelle de Saint-Guilhem de Combret, au diocèse d’Elne-Perpignan, intitulé « Liber misticus » par déformation de mixtus. Il contient des extraits de la messe, du bréviaire et du rituel[105]. Mais on ne saurait exclure que l’expression désigne aussi des missels pléniers qui contenaient tout ce qui est nécessaire à la messe, distingués des anciens sacramentaires, alors appelés missales [106]. C’est ce qui ressort de l’édition imprimée du missel plénier mozarabe procurée en 1500 par l’archevêque de Tolède Ximénès, sous le nom de « missale mixtum »[107]. L’expression court de Tolède à Limoges et a perduré au-delà de la romanisation des liturgies locales qui ne fut d’ailleurs jamais totale avant le concile de Trente[108]. Assez rare, elle est, de soi, moins liée à un rite précis qu’à des habitudes propres à l’aire liturgique concernée.

La philologie moderne a imposé à l’expression un sens ignoré de la littérature médiévale : pour avoir cru devoir associer le qualificatif immixtum à la tradition « pure » du sacramentaire grégorien primitif, on a qualifié de « mixtes » les sacramentaires gélasiens contaminées par l’influence d’autres familles.

Attestation :

  • 1246 : Toulouse, Saint-Sernin

« 29. […] Tres libros qui vocantur mixtum, et I epistoler, et sex missalia et I evangelister cum litteris de auro. »

Attestation :

  • 1263 : Toulouse, Saint-Sernin

« Mixtum quod portatur ad altare » (C19)

Bibliographie

Morard, Saint-Sernin, p. 238-239.

Rédigé par :

Martin Morard

284.                   Mi-temps (C) [17.07.2012]

Signification(s)

Bréviaire ou, plus rarement, missel organisé en deux parties ; généralement l’une est consacrée au temporal, l’autre au sanctoral. Il peut arriver aussi que les deux soient mêlées selon le cours continu de l’année liturgique ; la première partie court alors de l’Avent à la fin du Carême et la seconde de Pâques à la Saint André.

Attestation :

  • 1425 : Testament d’Isabelle de Quingey, 1425 (Remiremont, BM, ms. 4, f. 145)

un vieux bréviaire « de tout le temps » [couvrant toute l’année liturgique], et un autre petit « de demi temps » [pour une moitié de l’année liturgique]

Attestation :

  • 1456, novembre : Obit de Jehan Macuti, 1456, au plus tôt, [novembre] (Paris, BNF, nal 349, p. 184)

« un livre en « II demis temps » [livre liturgique organisé suivant les deux moitiés liturgiques de l’année  ; ici, sans doute un missel, d’après des mentions postérieures de reliure]

Attestation :

  • 1466 : Testament de Jean II Baudoin (Épinal, AD des Vosges, G 406)

« mon demi temps »

Rédigé par :

Monique Peyrafort et Martin Morard

285.                   Mutilo

Bibliographie

Rizzo 1984, p.   239.

286.                   Nabla / Nablum [26.1.2015]

Signification(s)

Terme hébreu (נבל nével), latinisé (nablum -i n. sing., nabla neutre pluriel), adopté par le latin de la Vulgate :

1Par. 15, 16 (voir aussi v. 20, 28, 51) : « Dixit quoque David principibus Levitarum ut constituerent de fratribus suis cantores in organis musicorum nablis videlicet et lyris et cymbalis ut resonaret in excelsum sonitus laetitiae ».

L’exégèse patristique (Hilaire de Poitiers, Cassiodore, Isidore de Séville) et médiévale, profitant du vide sémantique laissé par Jérôme qui s’était contenté d’une translittération au lieu d’une traduction,  des Psaumes, a décidé qu’il s’agissait de l’instrument emblématique du Psalmiste. Elle écartait ou repoussait de la sorte tous les autres instruments évoqués par la Bible à ce sujet. Cette exégèse promue par Isidore au rang d’étymologie véhiculés par la Grande Glose de Pierre Lombard sur les psaumes :

« Dicitur quoque Psalterium, quod nomen accepit a quodam musico instrumento, quod Hebraice nablum, Graece psalterium, a Graeco psallein quod est tangere, Latine [55B] organum dicitur, quod est decachordum et a superiori reddit sonum per manuum tactum. »

L’association de nablum (nabla au pluriel latin) et de psalterium fait partie de la partie de la culture cléricale élémentaire au moins jusqu’à la fin du Moyen-Âge ; elle ne suppose pas nécessairement une connaissance particulière de l’hébreu. Néanmoins son utilisation dans le vocabulaire des bibliothèques, est exceptionnel. L’utilisation de nablum  pour désigner un psautier, au sens d’une entité codicologique, ou même le texte des Psaumes, est néanmoins attestée par Cassiodore  :

Cassiodore, Exposition psalmorum, praef., 4 (CCSL 97) : « Apud hebraeos dicitur nablum, quod tamen in suprascripto libro frequenti repetitione uulgatum est. »

L’auteur de l’inventaire de Crémone fait donc sans doute reference à Cassiodore et étend sa désignation du Psautier hébreu aux livres latins, les « nabla » de chœur ne pouvant être des livres hébreux. En l’absence de textes plus explicites, ont doit se  contenter de ces observations, pour interpréter le document ci-dessous, en relevant que le même inventaire mentionne également un « Psaltherium » (§ 73, p. 76), sans qu’on sache si la distinction entre nabla et psalterium repose sur un quelconque fondement  objectif.

Attestation :

  • Crémone, Cathédrale, inventaire du trésor, 1201

« 20. Duo nabla in choro. [psautiers de choeur]

[…]

  1. Gislebertum super Psalterium.
  2. Casiodorum super Psalterium.
  3. Tria nabla intercisa. [psautier glosés, voir ici article intercisum]
  4. Omelias Augustini super Iohannem.

[…] »[109].

Voir aussi :

Intercisus.

Rédigé par :

Martin Morard (texte communiqué par Donatella Nebbiai)

287.                   Nocturnus-i m. ; Nocturne (T) [1.9.2010]

Autre(s) formes(s)

Latin : Nocturnus-i m..

Signification(s)

A partir du xiiie siècle, et dans les ordres mendiants surtout, terme qui désigne une partie d’un commentaire continu du Psautier, correspondant à l’explication des Psaumes qui suivent le premier psaume des matines* de chaque jour de la semaine.

Le nocturne codicologique correspond donc à

1er nocturne : Ps 1 à 25           = principalement les Psaumes des matines du dimanche

2e nocturne : Ps 26 à 37         = principalement les Psaumes des matines du lundi

3e nocturne : Ps 38-51            = principalement les Psaumes des matines du mardi

4e nocturne : Ps 52-67            = principalement les Psaumes des matines du mercredi

5e nocturne : Ps 68-79            = principalement les Psaumes des matines du jeudi

6e nocturne : Ps 80-96            = principalement les Psaumes des matines du vendredi

7e nocturne : Ps 97-108          = principalement les Psaumes des matines du samedi

8e nocturne : Ps 109-150        = Psaumes diurnaux (prime, tierce, sexte, none et vêpres)

Expression(s)

En titre courant d’un manuscrit : « Quartus nocturnus » (= In Ps 52-67).

Attestation :

  • 1298 ca. : Catalogue des oeuvres de Thomas d’Aquin (Praha, Knihovna metropolitni kapituly A 17/1, f. Iv) :

« Si autem alia sibi attribuantur, non ipse scripsit [uel fecit seu notauit], sed alii recolegerunt post ipsum legentem uel predicantem, puta :
– Super Paulum a XI. c. I. ad Cor. usque ad finem : fr. Raynaldus socius eius.
– Lecturam sup. Iohannem qua non inuenitur alia melior : idem socius.
– Lecturam super tres nocturnos <Psalterii> : idem socius. »

Signification(s)

A ne pas confondre avec Nocturnum-i n. qui désigne soit l’office des matines*, soit une des parties de celui-ci.

Bibliographie

Cf. Morard, La harpe des clercs, 2008, p. 252-268.

Rédigé par :

Martin Morard

288.                   Nota (E C) [18.8.2012]

Signification(s)

  1. annotation
  2. (pluriel)  : glose marginale. Ex. : « Biblia cum notis » peut désigner une bible glosée.
  3. (pluriel) : notes de musique. Ex. : « Psalterium cum notis » peut désigner aussi bien un psautier avec antiennes notées qu’un psautier glosé en certains contextes.
  4. (singulier) écriture d’un manuscrit ; le terme, associé à des adjectifs qui en précisent notamment la qualité ou la taille, forme une locution très prisée des catalogeurs et érudits, spécialement à la période moderne et chez les mauristes :

Synonyme(s)

(Liber) notae bonae : écriture soignée ? (Montfaucon)

… notae egregiae : écriture de facture agréable ? (Montfaucon)

notae optimae : écriture de la meilleure facture ? (Montfaucon)

… notae minoris : écriture de petit module ? (Montfaucon)

… notae maioris : écriture de gros module ? (Montfaucon)

… nota mediocris : écriture de module ou de qualité moyenne ?

Attestation :

Montfaucon, Biblioteca bibliotecarum, t. 1, p. 231 : Bibliotheca S. Joannis de Carbonara Augustinianorum.

« … Codex Evangeliorum alius ejusdem ætatis, bonæ notæ, membranaceus, cum Epistola Eusebii Carpiano.

Duo item alii codices Evangeliorum minoris notæ & vetustatis. »

Rédigé par :

Martin Morard

289.                   Numidus

290.                   Obscurus

291.                   Omnilogus (T) [à identifier 11.2.2011]

Signification(s)

Titre d’ouvrage à identifier.

« … 130. Omnilogus … »

Rédigé par :

Martin Morard

292.                   Ordinatus

293.                   Ordo

294.                   Ordo judiciarius (T)

Autre(s) formes(s)

 Ordo judiciorum, ordo iudiciorum

Signification(s)

Titre de forme appliqué à des directoires*, specula* ou sommes* de droit canonique ou civil d’auteurs divers.

Attestation :

  • 1472: Clairvaux, Catalogue de Pierre de Virey, Clairvaux 1, n° 1558 = Troyes, BM 1783

Attestation :

  • 1472: Clairvaux, Catalogue de Pierre de Virey, Clairvaux 1, n° 1559 = Maître Tancrède, Somme, exemplaire non identifié.

Attestation :

  • 1472: Clairvaux, Catalogue de Pierre de Virey, Clairvaux 1, n° 1560 = Maître Gilles (Egidius), Somme, exemplaire non identifié.

Attestation :

  • 1472: Clairvaux, Catalogue de Pierre de Virey, Clairvaux 1, n° 1561 = Guillaume Durand, Speculum judiciale = Troyes, BM, 118.

Rédigé par :

Martin Morard

295.                   Originalia [16.6.2013]

Signification(s)

Du latin originalis, le terme désigne dans la littérature médiévale, surtout à partir du xiie siècle, les œuvres des pères et docteurs ecclésiastiques, distinguées des sentences, gloses et recueils d’excerpta. L’expression ne désigne pas des documents « originaux », authentifiés par l’auteur, au sens que lui donne la diplomatique moderne, mais plutôt des textes qui font autorité. Cependant le terme originalia n’est pas toujours utilisée dans ce sens rigoureux.

Chez Bonaventure de Bagnoregio, O.F.M., originalia décrit les écrits des Pères en tant qu’ils sont les interprètes authentiques de l’Écriture sainte, et distinct des « Sommes des maîtres » ainsi que des écrits des théologiens en aval (cf. In Hexameron, 19, 6-13). Aucune place n’est faite dans cette typologie au statut intermédiaire de la Glose composée d’extraits des originalia réécrits et agencés en fonction du texte biblique, mais il est plus que probable que les théologiens du XIIIe siècle assimilaient les pères cités par la Glose aux originalia, en tant que sentences faisant autorité.

Ainsi, dans le document de 1304 ci-dessous cité, le donateur mentionne six « volumes » des originalia d’Augustin, mais le détail de leur contenu montre, par la présence des « Sentences de Prosper » qui sont extraites des œuvres d’Augustin parfois avec certaines libertés, que la mention d’« originalia » ne doit pas conduire à exclure absolument la présence de texte de nature différente.

Attestation :

1304 (25 août). Donation livres par Guillaume de Pierre Godin au couvent dominicain de Bayonne[110]

« Item sex volumina originalium Augustini. Primum continet De civitate Dei. Secundum super Genesim ad litteram qui est primus [liber in hoc volumine] et septem alios quorum ultimus est liber Sententiarum Prosperi. Tertium sermonem Arrianorum […] Quintum : librum Confessionum et aliquos libros Bernardi et Hugonis. »

Dans des textes plus littéraires, notamment dans la littérature théologique, la référence à tel Père « in originali » peut aussi renvoyer à une citation connue indirectement par l’intermédiaire d’une chaîne exégétique ou d’une glose, lorsque cette dernière identifie sa source et que l’auteur lui fait une confiance suffisante pour cite le Père en question selon la teneur de son texte original.

Bibliographie

De Ghellinck (J.), « Originale et originalia », Archivum latinitatis Medii Aevii 14 (1934), p. 5-105 ; Rizzo 1984, p.  318.

Rédigé par :

Martin Morard

296.                   Pagonazo (R) [7.6.2012]

Autre(s) formes(s)

 Paghonazo, pabonazo, paonazo, pavonazo.

Signification(s)

De l’italien. Couleur rouge pourpre d’un matériau de couvrure ou d’un tissu teint.

Attestation :

  • xve siècle 4/4: Florence, San Marco : catalogue dit de Modène, XIIII occident. 13 = Firenze, Bibl. Nazionale, Conventi Sopressi J.II.31[111]

« Logica magistri Pauli de Pergula in volumine parvo pagonazo in membranis. »

Bibliographie

Cf. Art. “Pabonazo” dans Nicholas Eastaugh, Valentine Walsh, Tracey Chaplin, Ruth Siddall, The Pigment Compendium, Burlington, 2004.

Rédigé par :

Martin Morard

297.                   Pandecta [6.2.2011]

Signification(s)

Recueil des livres du code de Justinien.

Rédigé par :

Martin Morard

298.                   Pandectes [6.2.2011]

Bible en un volume contenant tous les livres de l’Ancien et du Nouveau Testament, distingué de la Sacra Bibliotheca qui est la collection des livres de la bibles réunis en plusieurs volumes distincts : Pentateuque ou Octateuque, livres historiques, prophètes, livres sapientiaux, évangiles, épîtres, etc.

Martin Morard

299.                   Papirus

300.                   Parmora, Parmoris

301.                   Parva glosa

Voir Glosatura minor*

302.                   Pecus, Pecudinis

303.                   Pellis corii

304.                   Pellis pilosa

305.                   Penne [17.7.2013]

Signification(s)

  1. Nom fém. plur. : penna-pennae = la plume (à écrire) ; le terme est déjà connu d’Isidore de Séville.
  2. Tissu de velours ras ; entre le velours et la peluche (Gay-Stein 1928, t. 1, 740).
  3. Réunion de peaux d’animaux composant une fourrure d’une certaine étendue (Havard, t. 4, 42).

306.                   Pergamenum [18.9.2012]

Signification(s)

  1. Parchemin, matériau ordinaire du livre médiéval en Europe jusqu’à la fin du xiiie siècle, fait de peaux de veau, de chèvres, de porc, de vache.

Expression(s)

Pergamenum collatum seu glutinatum

Pergamenum notatum

Signification(s)

  1. Peu aussi désigner n’importe quel support d’écriture, y compris le papier ou le papirus.

Attestation :

  • 1319: Dominique Grima, O. P., Principium biblicum 1[112]

« Sicut dicit Glosa in fine Deuteronomii[113], librum Veteris ac Novi Testamenti bibliotecam appellamus eo quod multi libri sunt in uno volumine repositi. Nam theca idem est quod repositio et biblii idem quod libri. Et dicitur a biblus quod est iunctus, dictus a bibo, -bis, quia est aquarum bibulus ex quo scilicet iunco solebant antiqui contexere pergamenum, et ibi scribere ante usum cartarum[114]. »

Rédigé par :

Martin Morard

307.                   Perse

Signification(s)

Toile peinte provenant à l’origine d’Orient (Littré).

Rédigé par :

Martin Morard

308.                   Petafiectum

309.                   Pharetra (T) [19.11.2010]

Signification(s)

Titre parfois donné à la Summa de abstinentia (recueil de distinctions très diffusé attribué à Nicolas de Biar, O.P., fin xiiie siècle)

Voir aussi Dictionnarium pauperum*, Flos theologiae*

Rédigé par :

Martin Morard

310.                   Pictura

311.                   Plomb

Voir : Livre de plomb*

312.                   Pluteus/Plutei (M) [1.8.2013]

Pupitre d’une bibliothèque. Dans le latin classique, le terme désigne aussi bien une tablette ou étagère qu’un pupitre. Au Moyen Âge et à la période moderne, la signification précise du terme doit être déduite de son contexte. Ainsi, pour ne prendre qu’un exemple tardif, le catalogue de la bibliothèque commune des dominicains de Toulouse en 1683 (Toulouse, BM, ms. 883)  distingue plutei et tabulae. On peut donc en déduire raisonnablement que pluteus y désigne la partie haute et sans doute inclinée des éléments de rangement, sur laquelle étaient déposés les in-folio et sous laquelle étaient disposées les étagères (tabulae) servant au rangement des petits formats.

Rédigé par :

Martin Morard

313.                   Poetria (T)

Signification(s)

Titre uniforme appliqué notamment à des œuvres d’auteurs de l’Antiquité, tels que Virgile, Ovide, Orace, Lucain, Juvénal, Stace, etc.

Attestation :

  • 1472: Clairvaux, Catalogue de Pierre de Virey, Clairvaux 1, p. 275-279.

Rédigé par :

Martin Morard

314.                   Ponere

315.                   Portabilis

Portable, qui peut être déplacé. Le livre « portable » est compatible avec des dimensions relativement importante ; il ne doit pas être confondu avec un livre « miniature ».

Rédigé par :

Martin Morard

316.                   Portativus, portatilis

317.                   Postes (R)

Signification(s)

Ais de bois servant de plat pour la reliure d’un livre.

Attestation :

  • 1381: Assise, Libraria publica, p. 78

« Biblia omnium maior […] cum postibus sive tabulis bullatis et cathena. »

Synonyme(s)

tabula.

Rédigé par :

Martin Morard

318.                    Postilla (T)

Autre(s) formes(s)

postillae, postille ; français : postilles

Signification(s)

Titre donné à partir du 13e siècle à tout type de commentaire de texte et de livre contenant des commentaires, le plus souvent bibliques, mais aussi philosophiques. Le terme est appliqué de préférence aux commentaires d’origine scolaire, le plus souvent des commentaires. Il appartient au titre original des commentaires sur toute la Bible de Hugues de Saint-Cher, Nicolas de Gorran, Nicolas de Lyre : Postille super Biblia, Postille super Danielem, etc. Dans les gardes des manuscrits, les listes de livres ou sur les étiquettes, “postilla” peut désigner aussi bien de commentaires continus en deux colonnes que (plus rarement semble-t-il) des livres glosés ou accompagnés de notes, marginales ou non.

L’origine du mot est impossible à déterminer avec précision. On admet généralement qu’il s’agirait de la forme substantivée de l’expression “post illa verba” qui introduit parfois l’explication du lemme dans les commentaires de texte. Il pourrait aussi s’agir d’une forme dérivée de “stillae” (gouttes) par analogie avec les explications brèves et suivies qui sont données par les maîtres des écoles à la suite de chaque lemme d’un texte commenté.

Le Correctoire biblique d’Hugues de Saint-Cher (Prv. 12, 11) semble établir une hiérarchie descendante entre texte biblique hébreu (“detractatos hebreos et antiquos”), commentaires patristiques (“Beda exponit”, “Glosa” et “postille”. Dans l’exemple ci-dessous, il explique à propos de versets propres au texte grec du livre des Proverbes qu’ils n’appartiennent pas aux traités hébreux et anciens et que Bède ne les commente pas, mais que – si certaines “gloses” semblent les expliquer – « il s’agit moins de gloses que de postilles ». Postille semble donc relever ici d’un type de commentaire d’autorité moindre que la Glose proprement dite.

Attestation :

  • 1230-1240 c. : Hugues de Saint-Cher, Correctorium biblicum[115]

« Hunc versum et multos in sequentibus detractatos hebr. et ant. non habent nec Beda exponit, et, si que glose videantur exponere, magis sunt postille quam glose ».

Synonyme(s)

Stille, Commentarius / Commentarium, Notula(e), Expositio(nes), Glossa(e).

Voir aussi :

Biblia postillata*, Postilla aurea, Postilla perpetua

Rédigé par :

Martin Morard [révision du 30.11.2017]

Postillata (voir : Biblia postillata)

Postilla aurea (voir : aureus)

319.                   Postilla perpetua (T) [29.1.2011]

Signification(s)

Titre parfois donné à la série continue des commentaires de Nicolas de Lyre sur toute la Bible, édités dans les années 1330[116].

Synonyme(s)

Commentarius perpetuus*

Rédigé par :

Martin Morard

320.                   Psalterialis

Voir :

Littera psalterialis*

321.                   Postis

322.                   Principium

323.                   Pressura (C) [13.11.2013]

Signification(s)

Imprimerie, presse d’imprimerie.

Attestation :

  • Saint-Maximin, O. P., 1508

[221]. « Item Vita Terentii, in pressura et mediocri volumine » [L’expression revient dans 22 item de cet inventaire dressé sur ordre de la cour des comptes de Provence].

324.                   Promptuarium (T) [5.5.2011]

Autre(s) formes(s)

Promptuarius-i m.

Synonyme(s)

concordancie.

Signification(s)

Du substantif latin promptuarium-i n.  : réserve, armoire, magasin, cellier, cave, dérivé de l’adjectif promptus-a-um : disponible, prêt, à portée de main.

Par analogie, le terme est devenu un titre de forme, métaphorique, qui désigne des répertoires ou recueils organisés permettant un repérage et une consultation rapide de textes grâce à des systèmes de référence alphabétiques, numériques ou thématique.

Des promptuaria ont été rédigés dans plusieurs disciplines ou domaines prédication, pastorale ecclésiastique, médecine, droit. Il se prête particulièrement aux recueils de sentences, de formules, de recettes, et autres textes courts. Par exemple, le Promptuarium exemplorum de Martin le Polonais, O.P. († 1278), rédigé entre 1260 et 1280 environ, est un recueil d’exempla pour prédicateurs, publié en annexe des Sermones pro tempore et sanctis du même auteur et destiné à les illustrer (il a cependant aussi fait l’objet d’une tradition textuelle indépendante).

Le mot est attesté comme titre dès la seconde moitié du xive siècle.

Attestation :

  • Urbain V, Inventaire de la bibliothèque pontificale d’Avignon, n° 467[117]:

« Item Promptuarium sive concordancie auctoritatum sanctorum, coopertum corio rubeo… »

Le titre promptuarium est absent de la terminologie des listes de dépouilles ecclésiastiques avignonais du xive siècle[118]. Jusqu’à plus ample informé, il semble s’être néanmoins répandu dès la seconde moitié du xive siècle. A partir du xve siècle, il semble avoir rencontré une vogue grandissante, au point de servir à rebaptiser certains ouvrages. Ainsi le Promptuarium exemplorum de Martin le Polonais, n’a reçu le titre de promptuarium qu’à l’occasion de ses premières éditions imprimées (Strasbourg, Georges Husner, 1484 et Johannes Grüninger, 1488)[119]. On voit dès alors fleurir des promptuaria à tout propos : Promptuarium (de miraculis) beate Virginis ; Promptuarium de festis sanctorum intimandis ; Proptuaria exemplorum, etc. En Allemagne, promptuarium ne semble pas attesté dans les catalogues anciens édités avant le xve siècle[120].

Attestation :

  • Benoît XIII, Inventaire après décès de la Grande Librairie, n° 542[121].

« Item quidam liber Promptuarium sive concordancie auctoritatum sanctorum patrum vocatus, copertus cum tabulis de corio rubeo, et incipit in primo colondello secundi folii || sit creatura, et finit in eodem convenissent. || »

Attestation :

  • 1440 (mars). Bernardus de Rousergue (†1475), Promptuarium Ecclesiae[122]

Attestation :

  • Hain 13398

« Promptuarium rerum moralium et theologicarum ».

Attestation :

  • Copinger 4886.

« Promptuarium medicinae »

Attestation :

  • Widberg. OPraem.

« Prompturarium sive manoductorium notariatus »[123]

Attestation :

  • Freising. Cathédrale.

« Promptuarium iuris, quod incipit ‘Quoniam vita brevis’ ».[124]

Attestation :

« Item sermones discipuli de tempore et de sanctis cum proptuario exemplorum »

[Il s’agit de Iohannes Herolt OP [†1468], Sermones Discipuli, Cologne, 1474 etc. ; cf. Kaeppeli, SOPMA, § 2387].

Attestation :

  • Paris.

Jean de Montholon [†1528], Promptuarium diuini iuris et utriusque humani, Paris, 1520 (Moreau, 2, 2429).

Attestation :

  • Paris.

« Hippocrate, Promptuarium Hippocratis in locos communes…, Charles  Arthur Du Plessis, éd., Paris, Laurent d’Houry, 1683, in-4° de (16)-608 p. » [L’ouvrage se présente sous la forme d’un dictionnaire d’aphorismes rangés alphabétiquement.]

Signification(s)

Un Promptuarium peut en cacher un autre ! Comme le montre l’exemple ci-dessous, Promptuarium peut aussi désigner un recueil factice contenant toutes sortes de textes formant une sorte d’arsenal textuel composé de divers manuels ou répertoires, tous caractérisés par une relative brièveté, une organisation systématique, l’intention de favoriser la mémorisation, de proposer des formulaires, le fait d’être accompagnés de répertoires, etc.  Le vocabulaire utilisé est sans équivoque à cet égard : recapitulatio…, registrum… concordancia…, versus…, tractaculus…, articuli… etc.

Attestation :

  • Saint-Gall. OSB. Inventaire de la bibliothèque personnelle de Gall Kemly[126]

« Item in libro qui dicitur ‘Promptuarium divinorum eloquiorum’ qui est bilibris, continentur hec subnotata :

Primo compendium theoloyce veritatis secundum septem libros.

Item formalia sermonum ab adventu usque ad XLm per omnes dominicas et ibidem plura de corea, de ludo, de ieiunio, de contricione, confessione prima, etc. vide in registro abc-darii in fine.

Item exposicio passionis Domini historialis brevis cum textu etc.

Item XV rubrice negociorum ad proponendum negocia pro diversis necessitatibus.

Item quomodo leguntur iura.

Item tractatulus de arte memorativa.

Hec continentur in superiore parte.

In parte inferiori continetur : Explanciones librorum biblie veteris et novi testamenti.

Item concordancie librorum correspondentes sibi mutuo utrorum testamentorum.

Item nupcie abbatheos, quod est memorialie totius biblie.

Item recapitulatio speculi humane salvacionis.

Item tractatulus de creatione mundi et eius etatibus et de arentum prevaricacione.

Item alphabetarium auctoritatum biblie.

Item notabilia de sensibus Sacre Scripture.

Item de distinccione quatuor temporum mundi.

Item formalia sermonum per omnes dominicas ab pasca usque ad finem anni et alia multa notabilia sicut habetur in registro.

Item de beata virgine de sanctis et de commune sanctorum, de dedicacione, multa de animabus et plura.

Item versus Raymundi de sacramentorum dispensacione et pluribus dubiis.

Item articuli pronunciandi in cena Domini vel palmarum contra eos qui suspendendi sunt a communione, in quibus reperiuntur casus episcopales et scrutinia confessorum.

Item  tractaculus de rebus mundi et eius ymaginibus, vide registrum eiusdem ibidem, etc.

Est finis materiarum huius libelli. »

Bibliographie

Pflug (G.) , « Promptuarium », Lexikon des gesamten Buchwesens, 6, p. 114.

Lebourgeois (Anne-Elyse), Le Promptuarium exemplorum de Martin le Polonais, O.P. (†1278). Édition critique et commentaire, thèse d’Ecole des chartes, dactyl., Paris, 2002.

Rédigé par :

Martin Morard

325.                   Proprietas  [21.1.2014]

Signification(s)

Dans un ex-libris, proprietas est un terme, assez rare semble-t-il. Il y désigne l’appartenance d’un livre à la communauté, personne morale apte à être propriétaire, à la différence des religieux qui en sont membres, à qui seul l’usage des livres est concédé, sans réelle propriété, puisque le droit impliqué par le vœu de pauvreté ou son équivalent, interdisent toute propriété aux religieux profès (voir ici Ad usum). L’insistance sur cette notion de propriété dans l’ex-libris cité en exemple ci-dessous est à mettre en relation directe avec les controverses sur la pauvreté des ordres mendiants opposant les dominicains et la théologie pontificale orthodoxe aux franciscains spirituels qui refusaient toute propriété même collective. La querelle avait revêtu une acuité particulière sous le règne de Jean XXII au début du 14e siècle.

Attestation :

  • 14e siècle. Ex-libris du couvent dominicain de Montauban (province de Toulouse),

« Istius libri proprietas est conventus Montis Albani ordinis fratrum predicatorum ». (Toulouse, Bibl. mun. 741, f. 228r, main du 14e s.)

Rédigé par :

Martin Morard

326.                   Psalterium (T L) [19.11.2010]

Autre(s) formes(s)

Spalterium (voir ici Spalmus), Psaltherium[127] ; psautier, pseautier, psotier, saltier.

Signification(s)

  1. Psautier de la Bible ou de la liturgie chrétienne : Recueil de 150 ou 151 psaumes (poésies religieuses) qui composent le livre des Psaumes de l’Ancien Testament, dont la langue originale est l’hébreu. Traduit en grec par les Septante, il fit très tôt l’objet de traductions latines en milieu chrétien. La version vieille latine en usage à Rome fit l’objet de deux révisions sur le grec par saint Jérôme qui traduisit aussi le psautier à nouveaux frais sur l’hébreu. Le Psautier acquit un rôle très important dans les pratiques religieuses de l’Occident latin de la fin de l’Antiquité à la fin du Moyen Âge. Il prit de ce fait des formes codicologiques et liturgiques très complexes.
  2. Livre de dévotion contenant le psautier enrichis de prières annexes, de pièces chantées. A partir de la seconde moitié du 14e siècle, « psautier » peut désigner aussi un bréviaire (le psautier, souvent placé en tête, donne alors son nom au livre par métonymie).

Attestation :

  • 1466 Testament de Jean II Baudoin, 1466 (Épinal, AD des Vosges, G 406)

– « mon petit salcier [ou saltier] de parchemin et notez »

– « mon salcier [ou saltier] en papier »

Signification(s)

  1. Tout commentaire exégétique désigné par son contenu, en particulier les psautiers glosés*.

Les catalogues de bibliothèques et les inventaires modernes, dressés sur simple relevé des titres des volumes (titres au dos ou sur le plat), se sont souvent contenté de désigner comme psautier des livres glosés, voir de simple commentaires du Psautier, sans texte biblique intégral.

Attestation :

« … 50. Soliloquium Augustini. 51-53. Prima pars psalterii, secunda, tercia. 54. Augustinus de Trinitate… »

Il s’agit ici des Tractatus in Psalmos [Enarrationes depuis la Renaissance] d’Augustin d’Hippone. L’ouvrage circule souvent, tout comme les Explanationes in Psalmos de Cassiodore, en trois livres, plus rarement en deux parties.

Attestation :

  • Bologne, catalogue de la bibliothèque du couvent des franciscains (O.F.M)

L’expression « psalterium intercissum » revient sept fois[128].

Signification(s)

  1. Antiphonaire*.

Attestation :

  • Lérins (Saint-Honorat), O.S.B, Inventaire des biens, p. 82

« Antiphonaire ou psotier à l’usage de ce monastère, 1 vol. grand in folio manuscrit.

– un autre petit psotier du même usage, 1 vol. grand in quarto. »

Bibliographie

Morard, La harpe des clercs, 2008.

Voir aussi :

Breviarium*, Antiphonarium*

Rédigé par :

Martin Morard (révisé le 26.1.2015)

327.                   Psalterium continuum (C T) [25.4.2016]

Signification(s)

Psautier, en principe glosé, dont le texte biblique est copié d’une traite, disposé au centre du feuillet, dont la mise en page est dite « continue » (« textus continuus », « psalterium continuum »)

Attestation :

  • XIVe siècle (après 1341), Italie, Todi, San Fortunato, OFM : inventaire de récolement des livres de la bibliothèque[129].

« [38] Psalterium continuum /

[39] Postilla super Psalterium ».

Rédigé par :

Martin Morard

328.                   Psalterium sancti Ieronimi (T) [1.9.2010]

Autre(s) formes(s)

Psalterium (sancti) Hieronymi

Signification(s)

Expression particulièrement ambiguë désignant

– soit le livre biblique des psaumes dans l’une ou l’autre des traductions latines effectuées par saint Jérôme au ive siècle (soit le Psautier gallican ou iuxta Septuaginta / LXX / Septante, soit le Psalterium iuxta hebreos, exceptionnellement le Psalterium romanum). Dans ce cas, le titre uniforme le plus courant est psalterium Ieronimi. En l’absence d’exemplaire subsistant identifié et portant ce titre, il n’est pratiquement pas possible, à partir des inventaires anciens, de choisir entre ces versions à partir de la seule expression Psalterium Ieronimi.

Bibliographie

Morard, La harpe des clercs, 2008, p. 92-93.

Signification(s)

– soit un psautier abrégé, livret de dévotion, d’origine carolingienne, contenant seulement une sélection de versets du Psautier biblique, dont la récitation était considérée comme équivalente à celle du Psautier biblique intégral.

Bibliographie

Morard, La harpe des clercs, 2008, p. 800-836.

Voir aussi :

Breviarium secundum Ieronimum*

Rédigé par :

Martin Morard

329.                   Pulpitarium / Pulpitorium (C) [15.6.2013]

Signification(s)

Dans la liturgie dominicaine, livre de chœur de grand format contenant l’intégralité des pièces notées des seules parties liturgiques qui doivent être chantées par les chantres hebdommadiers et les religieux qui ont à exécuter les parties ‘solistes’ de l’office. Il s’agit donc pas nécessairement d’un recueil de chants à l’exécution difficile, mais des chants qui doivent être exécutés hors du groupe conventuel et des stalles où se tient le couvent, en solo (duo, trio), au pupitre : invitatoires, versets des répons, gloria des répons, intonations et réintonations des pièces du graduel, des antiennes et des Psaumes, doxologies, intonation des hymnes, etc.

(Voir tableau détaillé des pièces dans Meyer 2005 ou Boyle-Gy 2004, p. 201)

Le pulpitarium n’a d’utilité que là où certaines parties de l’office sont chantées par des religieux qui suivent l’office choral avec un bréviaire non noté et « montent » au lutrin à tour de rôle pour chanter un verset ou entonner une antienne, tandis que, de l’autre côté du lutrin, la scola chante le reste de l’office à partir de l’antiphonaire ou du graduel.

Le mot pulpitarium est exceptionnel dans la littérature latine médiévale courante (d’après les bases textuelles consultables en ligne : Patrologie, Library of latin Texts [état 2008], etc. ), ni même, fait plus remarquable, dans les œuvres publiées d’Humbert de Romans (Opera de Vita regulari, Turin, 1956), les actes des chapitres généraux dominicains, ou les différentes éditions des Constitutions depuis les origines jusqu’à nos jours. C’est un terme propre à l’encyclique adressée par Humbert de Romans au chapitre général de 1256 pour lui recommander la réforme liturgique préparée sous son autorité. On le trouve dans les manuscrits de la liturgie dominicaine, notamment sous la forme de titre courant.

Il est ainsi décrit en 1719 par Quétif-Echard, Scriptores ordinis praedicatorum, t. 1, p. 144a : « Pulpiarium : Omnia continet ab uno, duobus, quatuor in medio odei ad pulpitum canenda, Gloria responsorium octo tonorum, venite octo tonorum, intonationes antiphonarum, versus responsoriorum, litanias, versus gradualium post epistolas, tractus, alleluia, haec etiam universa in nota. »

  • Humbert de Romans, Lettre au chapitre général[130]

« Sciatis eciam, quod voluntatum fratrum circa predictum fuit officium tam diversa petencium varietas, quod impossibile fuit in ipsius ordinacione satisfacere voluntatibus singulorum. Propter quod quilibet vestrum ferre debet pacienter, si fortassis occurrerit ei aliquid in ipso officio sue sentencie minus gratum. Ut autem scire possitis, utrum totum habeatis officium, noveritis · XIII · esse volumina, in quibus multipliciter continetur videlicet: ordinarium, antiphonarium, lectionarium, psalterium, collectarium, martyrologium, libellum processionale, graduale, missale maioris altaris, evangelistarium eiusdem, epistolarium eiusdem, missale pro minoribus altaribus, pulpitorium et breviarium portatile. »

Pour Michel Huglo, le pulpitarium devait être associé au chant polyphonique pratiqué à Notre-Dame de Paris dès la fin du xiie siècle, à l’instigation des organistes. « Ce livre spécial, consignant le texte des chants associés aux circonstances les plus solennelles de l’année liturgique, pourrait ainsi avoir été constitué pour servir de support à cette pratique de chant polyphonique » (p. 15). Constatant la coïncidence entre les pièces polyphoniques chantées dès le xiiie siècle à Notre-Dame de Paris et copiées à part dans certains manuscrits[131], Christian Meyer transforme en thèse le rapprochement prudent établi par Huglo expliquant les antécédents du pulpitarium dominicain. Selon Meyer,  « ce livre a été constitué […] pour servir de support à une pratique de chant polyphonique destinée à rehausser l’éclat des moments les plus festifs de l’année liturgique. » (Meyer 2005, p. 18). Cette hypothèse, dans la mesure où elle fait de la polyphonie la raison d’être de la création du pulpitarium, n’est pas acceptable, bien que l’auteur ait parfaitement raison d’attirer l’attention sur l’intérêt des dominicains pour le chant polyphonique. Contrairement aux livres analogues de Notre Dame, le pulpitarium dominicain rassemble des pièces destinée à la liturgie quotidienne. Comme le note d’ailleurs Meyer, la législation dominicaine interdisait formellement le chant polyphonique au choeur. Le pulpitarium, promulgué par le Maître général Humbert de Romans et livre officiel de l’ordre, ne pouvait servir ordinairement de support à une telle pratique. Meyer argue que le chapitre de Bologne (1242)[132] n’interdisait qu’une forme de chant polyphonique « relativement rapide et léger » et que d’autres formes, plus sévères, auraient pu être admises. Cette idée est étrange et, il faut le dire, peu crédible. Au contraire, le chapitre de 1250 et 1306 renforcent l’interdiction, ce que l’auteur n’a pas noté[133]. Que la polyphonie ait été encouragée, voire pratiquée par certaines communautés dominicaines n’est pas à contester. Les insistances du chapitre général, qui disparaissent à partir de 1306, en sont la preuve. Mais que la liturgie officielle de l’ordre ait intentionnellement favorisé ces pratiques sous l’unique prétexte que le pulpitarium contient des textes du même genre (intonations, versets, etc.) que le liber organi des polyphonies de Notre-Dame, alors même qu’on y trouve du xiiie siècle au xve siècle, aucune trace de musique polyphonique, ne s’accorde ni avec la réalité de la réalité liturgique, ni avec la réalité institutionnelle de l’ordre des frères prêcheurs, ni avec la connaissance actuelle que l’on a du contenu et de la structure du magnus liber organi, dont l’existence seule est signalée par une source unique postérieure au Prototype. Que la pratique de la polyphonie remonte au xiie siècle et sa mise par écrit au second tiers du xiiie siècle change rien[134]. Il est évident que dans le contexte d’un office liturgique du Moyen Âge central, les pièces polyphoniques ou solennisées étaient toujours les mêmes pour des raisons de solennité et d’économie du temps. Il ne pouvait s’agir que de pièces exécutables par les meilleurs chanteurs, ordinairement exécutées par les ‘solistes’, et plus courtes que le chant du convent. Il ne viendrait à l’idée de personne de chanter en polyphonie la psalmodie intégrale de l’office : la longueur de l’office de la curie adopté par les dominicains – qui comporte plus de psaumes au total que l’office monastique – l’impératif de brièveté imposé par Humbert de Romans, nous semblent contredire fortement la théorie de Christian Meyer. Si la polyphonie s’est développée parfois en milieu dominicain, comme les exemples avancés par M. Meyer semblent le montrer, il convient de distinguer soigneusement ce qui relève de la liturgie stricte et de l’ajout de pièces polyphoniques ornementales. D’autre part, deux des trois exemples cités par M. Meyer (p. 16, n. 31) concernent des couvents de moniales. Mais on ne peut confondre l’éthos liturgique des frères avec celui des moniales : bien qu’appartenant au même ordre, leur genre de vie diffère radicalement. Les moniales ont une vie monastique dont l’activité principale est la liturgie chorale, alors que les frères ont tout fait pour fuir les longueurs de l’office. Enfin, il est normal dans un ordre de prédicateurs itinérants, que l’intérêt pour la musique polyphonique pratiquée dans les paroisses visitées se développent. Avant de conclure à une pratique ordinaire par les frères, il faudra donc réfléchir à deux fois. On ne saurait inférer de la pratique actuelle de l’ordre à la pratique ancienne.

Les exemplaires conservés sont rares. Six ont été répertoriés à ce jour. Les plus complets et les plus anciens sont contenus dans les mss. Rome, Santa- Sabina, Arch. Gen. O. P., XIV-L-1, f. 370-392 (manuscrit exemplaire ou pseudo prototype de la liturgie dominicaine copié vers 1256-1259) et Londres, BL, Add. 23935, p. 440-445 (1265 c.). Un autre exemplaire, daté de 1269, provient du couvent de Marienthal (Bruxelles, Bibl. Royale, 139). Des fragments ont été retrouvés dans des souffleries d’orgues anciens (Récollets de Saverne, vers 1300), à Colmar (xive siècle, 2e moitié avec additions). Pierre-Marie Gy et Michel Huglo[135] estiment que son usage s’est perdu parce qu’il faisait double emploi avec l’Antiphonaire, le Graduel, et, ajoutons-le, l’Hymnaire, ce qui est exact. Il n’en demeure pas moins que le livre fut encore copié ou complété dans la seconde moitié du xve siècle. Christian Meyer va jusqu’à suggérer que la disparition même du pulpitarium serait liée à un reflux de l’intérêt pour la polyphonie, voire d’une interdiction de celle-ci à la fin du Moyen Âge. Etant donné ce qui vient d’être dit, l’hypothèse devra être reformulée. Les textes législatifs cités plus-haut obligent à faire le constat d’un silence sur la polyphypothonie entre 1306 et le xixe siècle[136]. L’existence du pulpitarium encore au xve siècle, la rareté des attestations, ne renforcent pas la théorie. L’invention de l’imprimerie, la difficulté que pouvait représenter la copie et surtout l’impression de ce genre de livre a sans doute dissuadé d’en poursuivre la diffusion. La multiplication et la diffusion de livres de chœur meubles et maniables grâce à l’imprimerie a rendu inutile la copie fastidieuse de pulpitaria.

L’existence du pulpitarium ne se justifie initialement que dans une perspective matérielle d’économie du livre et de pauvreté. Là où il y a pulpitarium, il n’est pas nécessaire de disposer de livres notés complets de grand format au milieu du choeur. Les chantres ne quittent leurs stalles que pour chanter leurs parties communes. Ainsi le choeur n’a pas à être dégarni de ses meilleurs éléments. Les bons chanteurs y sont autant nécessaires qu’à la scola.

En conclusion, le pulpitarium n’est que la transcription codicologique d’une pratique liturgique qui n’a rien de spécifiquement dominicain et que l’on retrouve depuis bien longtemps chez les moines et les chanoines, où, en certaines circonstances, une scola, petit groupe de chantres, parfois revêtus de chape (les chapiers), exécutent les parties solennelles des offices (à ne pas confondre avec les offices solennels) ou certains ‘solo’ (intonations, versets de répons, parties de chants alternées, etc.). Seuls les chartreux ignorent cet usage. Les dominicains, de ce point de vue, n’ont rien inventé, sinon un livre noté qui dispensait les chantres de dégarnir trop longtemps les deux choeurs qu’ils n’avaient à quitter que pour chanter leurs parties communes. En se regroupant au centre ou sur un côté du choeur à des moments précis, ils n’avaient pas à feuilleter le graduel ou l’antiphonaire pour retrouver la partie à chanter. Il était ainsi possible de suivre l’office dans un livre non noté et de chanter les parties notées à partir du pulpitarium central ou peut-être des pulpitaria répartis dans les stalles de chaque choeur. Ainsi s’expliquent les mouvements de va-et-vient entre les stalles et le pupitre dont font état les ordinaires de l’ordre et le Tractatus parisien de instructione novitiorum du xiiie siècle (?) publié avec les œuvres d’Humbert[137] :

Attestation :

  1. 4 : « Item, novitii diligenter respiciant in Antiphonaria, Gradualia, Psalteria, et alios libros de pulpitis suis, et figant ibi imaginationes suas, ut ipsi eo melius sciant vertere folia, et invenire quae invenienda sunt. » (Humbert de Romans, p. 530)
  2. 6 : « Potest se transferre ad horam modicam ad aliud pulpitum in eodem choro, ubi habetur Psalterium, propter psalmos dicendos. Sed hoc intelligendum est de magnis conventibus, ubi in uno choro sunt duo vel tria pulpita: et non de illis ubi nisi unum solum habetur. Idem etiam faciant aliquando propter saeculares, quando veniunt ad funus, vel propter aliam bonam causam, ut puta quando multitudo dominorum venerit ad nos ad missam. » (p. 533)

Bibliographie

Meyer 2005 : Meyer (Christian), « Le Pulpitarium des frêres prêcheurs », Archivum Fratrum Praedicatorum 75 (2005), p. 5-28.

Voir aussi l’article consacré à ce livre et ses manuscrits sur le site Musicalia medievalia

Rédigé par :

Martin Morard

330.                   Pulpitum-i n. (M) ou Pulpitrum [8.9.2010]

Synonyme(s)

analogium, lectrum

Mot latin neutre, parfois aussi décliné au masculin (voir ci-dessous).

Signification(s)

Dans un lieu de culte, une salle de chapitre, un cloître, pupitre ou lutrin destiné à soutenir le ou les livres de chant ou de la lecture publique des leçons de l’office. Le lutrin ne supporte pas qu’un livre. Il peut posséder deux faces ou plus, et tourner sur lui-même (voir ici triangulum*).

Sur le pupitre comme lieu liturgique dans la topographie des églises dominicaines, voir Costantino G. Gilardi, « Ecclesia laicorum e Ecclesia fratrum : luoghi e oggetti per il culto e la predicazione secondo l’Ecclesiasticum officium dei frati predicatori », dans Boyle-Gy 2004, p. 379-443, ici p. 428-431.

Dans une bibliothèque, banc ou pupitre servant à la mise à disposition et à la consultation aisée des livres ; le pupitre est fait pour que les livres de taille importante puissent y être ouverts et consultés aisément.

Attestation :

  • 1264 c. Humbert de Romans, Expositio super Constitutiones fratrum praedicatorum, c. 13 (de officio librarii)[138]

« Item, ad ipsum [librarium] pertinet providere quod in aliquo loco silentii et apto, sit aliquis pulpitus magnus, vel plures, in quibus legentur aliqui libri bene legibiles, quibus frequentius fratres indigent cum habentur, ut est Biblia glossata in toto, vel in parte, Biblia sine glossis, Summae de casibus, et Gaufredi, et De vitiis et virtutibus, et De quaestionibus, Concordantiae, Interpretationes, Decreta, Decretales, Distinctiones morales, Sermones varii de festis et dominicis per totum annum, Historiae, Sententiae, Chronica, Passiones, et Legendae sanctorum, Historia ecclesiastica, et similia multa, ut communitas fratrum in promptu possit illa habere »

Attestation :

  • 1525 circa : Inventaire de la bibliothèque de l’abbaye de Vauluisant, O. Cist., Yonne[139].

« … Sunt enim singula pulpita singulis ac propriis numeris in fronte signata, libri vero cuiuslibet pulpiti, certis litteris distincti atque ut libri iidem, <si> urgente forsan necessitate aliave de causa e suo loco tollantur, eo quo depositi sunt loco recollocari valeant, notavi in singulorum primordiis librorum numerum pulpiti cui supponi debeant. »

Voir contexte à l’article Appendicula*.

Il est parfois associé à un ensemble mobilier plus complexe, siège ou meuble de rangement ; certains livres peuvent y être enchaînés (voir ici cathedra*).

Dans un couvent dominicain, pièce attenant au bâtiment ou à l’étage du dortoir dans laquelle les frères dispensés d’assister à l’office choral (notamment les lecteurs et maîtres en théologie) récitaient leur office.

  • 1264 c. Humbert de Romans, Expositio super Constitutiones fratrum praedicatorum, c. 17 (de officio custodis dormitorii)[140]

« Item, debet providere quod in pulpito seu in loco in quo fratres remanentes a choro in matutinis vel aliis horis solent dicere officium in dormitorio, seu in cellis, semper inveniantur libri parati ad dicendum officium, et lumen de nocte, et absconsa et alia hujusmodi necessaria ad officium dicendum. Debet etiam interdum illos qui extraordinarie veniunt illuc ad officium dicendum juvare, cum indigent adjutorio; praecipue si fuerint infirmi, vel justo impedimento detenti, ut non venirent cum aliis hora sua[141]. »

Voir aussi :

biblia pulpitalis*, cathedra

Rédigé par :

Martin Morard [complété le 15.6.2013]

331.                   Quaternarius

Signification(s)

Ce terme n’a rien à voir avec l’histoire du livre, mais nous le signalons ici pour éviter les malentendus qu’il pourrait susciter en raison de sa ressemblance avec les dérivés de quaternus ‘cahier’. « De quaternaria : espèce de surplis [vêtement de choeur porté par les ecclésiastiques sur la robe talaire] ; on nommait quaterniers à Vienne [Isère. France] les chapelains majeurs de St-Maurice » [U. Chevallier, « Pouillé de Vienne », dans Documents inédits relatifs au Dauphiné: Les Cartulaires de lʹéglise et de la ville de Die, le nécrologe de Saint-Robert-de-Cornillon, un hagiologe et deux chroniques de Vienne, une chronique des Évêques de Valence, le cartulaire dauphinois de l’Abbaye de St.-Chaffre, les pouillés des diocèses de Vienne, Valence, Die et Grenoble, Grenoble, 1868, p. 27]

332.                   Quaternio [25.01.2017]

Signification(s)

Quaternion. Terme désignant en principe un cahier de quatre bifeuillets.

Voir aussi :

Quaternus, quaternullus

Rédigé par :

Martin Morard

333.                   Quaternullus [26.01.2017]

Signification(s)

Cahier de petites dimensions, plutôt que cahier de moins de huit feuillets[142].

Attestation :

  1. Inventaire de la librairie pontificale d’Avignon, n° 1178

« Item quidam liber medicinalis, coopertus corio albo, qui incipit in secundo folio : caprinum, et finit in penultimo folio ante duos parvos quaternullos : diximus ». [143]

Rédigé par :

Jérémy Delmulle

334.                   Quaternus [25.01.2017]

Signification(s)

Cahier. Terme générique désignant en général tout assemblage de plusieurs feuillets de parchemin ou de papier. Selon les coutumes locales et les périodes, la composition des cahiers varie. On ne peut donc déduire à priori le nombre de feuillets d’un ouvrage par le simple fait du recours au mot quaternus. Reliés, les cahiers forment un codex* ; emboîtés ou simplement associés, ils forment un cartabellus*. Dans les inventaires et catalogues, il est souvent fait mention de cahiers indépendants ou non reliés, mentionnés en vrac et sans détail de contenu. L’absence de custodia* a conduit à la perte de la majorité d’entre eux.

Voir aussi :

Quaternio, quaternullus

Rédigé par :

Martin Morard

335.                   Quinternus

Autre(s) formes(s)

 Quinterno

336.                   Rapiarius (T) [14.11.2011]

Autre(s) formes(s)

 Rapiarium, rapilarius, rapularius [mendose scriptum].

Synonyme(s)

Apiarius, Granarius, Rapularius*, Vade mecum

Signification(s)

  1. Du latin rapio : emporter, piller. Forme de recueil contenant des textes souvent brefs, voire de simples citations, extraits de toutes sortes de sources. Il existe des rapiaria dans toutes les disciplines : philosophie, théologie, médecine, etc.

Attestation :

  • Epistolae obscurorum virorum, 1, 42 (Appendicis 1), hrsg. Eduard Böcking, Ulrichi Hutteni operum supplementum, Bd. 1, Leipzig, 1864, p. 63

« Habui etiam mecum tunc unum rapiarium quod intitulavi ‘Vade mecum in medicina’, ut soleo semper habere, quando ambulo transcampis ad visitandos pacientes vel ad materialia emenda. In hoc habeo etiam varias questiones que sunt valde subtiles in arte medicinali. Ex illo rapiario enucleavi mihi unam questionem cum suis notabilibus et argumentis pro et contra, cum quibus volui armatus venire contra illum quem dicebant tam scientiosum [Erasmus], ut possem tamen experientiam facere an etiam aliquis sciat in medicina vel non. »

Le genre a eu beaucoup de succès dans chez les clercs et les religieux qui rassemblaient de la sorte citations et belles feuilles lues au fil de leurs lectures, des sermons, des cours, des conversations entendues. Le rapiarium est devenu un genre caractéristique des milieux de la devotio moderna à la fin du Moyen Âge.

  1. A la fin du Moyen Âge, le rapiarium devient un recueil dévotionnel structuré caractéristique des milieux de la devotio moderna.

Attestation :

  • Johannes Trithemius, De laude scriptorum, c. 10, éd. Klaus Arnold, Würzburg, 1973, p. 74

« Fratres enim scriptores qui volunt in studio divinarum scripturarum proficere, faciant sibi libellos, quos rapiarios vocant, ut quando libros sanctorum patrum scribendo transcurrunt, si quid memoratu dignum invenerint, exempli sagacissime apis colligent et sententias utiles quasi odoriferos flores in alveario sui voluminis proferre sciant. Hoc venerablis Beda monachus fecisse legitur, hoc Rabanus abbas, hoc Bonaventura cardinalis, hoc alii complures doctissimi viri actitasse meorantur. Multum quippe ad intelligentiam Sacre Scripture proficit, qui hunc discendi ordinem custodit. »

La confection de rapiaria finit même par répondre aux conseils des formateurs religieux :

Attestation :

  • Thomas a Kempis, Dialogus noviciorum, 1, prologus, p. 3 dans Opera omnia, t. 7, éd. Michael Joseph Pohl, Freiburg in Breisgau, 1902-1922

« Verba doctorum et exempla bonorum […] a studiosis fratribus frequenter pensari debent et in libris vel tabulis tamquam in cophinis ad utilitatem legentium diligenter inseri et conservari. »

Bibliographie

Staubach, « Diversa raptim undique collecta : Das Rapiarium im geistlichen Reformprogramm der Devotio moderna », 2000, ici p. 132.

Rédigé par :

Martin Morard

337.                   Rapularius (T) [14.11.2011]

Autre(s) formes(s)

Rapularium, rapilarius.

Forme corrompue de raptarius*.

Signification(s)

A la fin du xiiisiècle, le Catholicon  de Jean de Gênes fait dériver la forme rapularius du lieu où l’on cultive les raves.

  • Jean Balbi de Gênes, Catholicon, « Rapa »

« … Raparius –ii : locus ubi rapae crescunt, quod et hoc rapularium dicitur. »

  • 1450 c. : Köln, GB 8° 76 (provenance : Kreuzherren-Bibliothek)
  1. 1r : « Iste libellus […] vocatur R<apularius>, eo quod in eo multa ac diversa raptim undique collecta sint. »
  2. 2r : « In isto libello qui vocatur R<apularius> frarum sancte Crucis habentur multa bona collecta ex diversis libris et diversis temporibus. »

Bibliographie :

Staubach, « Diversa raptim undique collecta : Das Rapiarium im geistlichen Reformprogramm der Devotio moderna »,  2000, p. 116.

Voir aussi Raptarius, granarius, Vade mecum

Rédigé par :

Martin Morard

338.                   Rasura tituli

339.                   Ratio e auctoritas

Bibliographie

Rizzo 1984, p. 293

340.                   Ravolto

341.                   Reale (charta)

342.                   Recenso

Rizzo 1984, p.   277.

343.                   Recognoso

Rizzo 1984, p.   279.

344.                   Reconditus in armario

345.                   Redigere

Rizzo 1984, p.   307.

346.                   Repositorium (B) [20.07.2012]

Autre(s) formes(s)

Repositoire (français)

Signification(s)

Réserve, dépôt de livre, lieu ou meuble dans lequel sont conservés certaines collections de livres d’une maison religieuse.

Attestation :

  • Jacques Echard, Notes sur la Bibliothèque des Grands Augustins de Paris, Paris, Archives nationales, M 801,

« 108 in repositorio videtur hic codex geminus 149 et eiusdem auctoris ».

Bibliographie

– Ducange, art. « Repositorium ».

– Claire Angotti, « La bibliothèque des Grands Augustins de Paris », à paraître.

Rédigé par :

Martin Morard

347.                   Restituo

Rizzo 1984, p.   280.

348.                   Revestiaire (B)

Signification(s)

Sacristie, lieu proche de l’église où le clergé revêt les ornements liturgiques et où sont parfois conservés certains livres liturgiques.  (Article en préparation)

Rédigé par :

Monique Peyrafort-Huin

349.                   Revideo

Bibliographie

Rizzo 1984, p.   282.

350.                   reviso

Bibliographie

Rizzo 1984, p.   282.

351.                   Rosa

352.                   Rota

Autre(s) formes(s)

 Ruota

Expression(s)

Studium de rota. = Ruota da studiare (ital.)

Rota ad tenendum libros

Rota librorum = Ruota da libro (ital.)

353.                   Rotulus- i m. (C)

1.1 Rouleau composé de pièces de papyrus ou de parchemin cousues l’une sous l’autre et se déroulant verticalement. A distinguer du volumen*.

1.2 Sens dérivé : volume, livre, tome. Exemple : un rouleau d’Exultet.

  1. Sens dérivé : paperolle insérée dans un livre
  • vers 1582: Mont-Dieu, chartreuse, collectaire Charleville-Méziere, Archives départementales des Ardennes, H364

Renvois manuscrits, dans les marges du volume, aux nombreuses paperolles interfoliées au fil des évolutions de la liturgie cartusienne, contenant le texte des nouveaux offices liturgiques : « Vide in rotulo…. » (f. 15, 25, 51, 54bis, 57bis, etc.

Martin Morard

354.                   Rubeus

355.                   Rubrica

356.                   Rubrum

357.                   Sachet

358.                   Sanil

Signification(s)

Demi-satin ou samit d’origine orientale, de même fabrication que le satin mais beaucoup plus solide (Gay, II, 323).

359.                   Sayette

Signification(s)

Petite étoffe de laine parfois mêlé d’un peu de soie (Havard, IV, 894).

360.                   Scannum (M) [11.11.2013]

Autre(s) formes(s)

 Scampnum, scaneum, scamnum, scannum

Signification(s)

Meuble d’un bibliothèque destiné à recevoir des livres classés. Les inventaires ou catalogues anciens sont souvent structurés en fonction des « scamna » ou unités matérielles sur ou dans lesquelles sont rangés les ouvrages.

Attestation :

Les 8 sections de la bibliothèque, réparties chacune à gauche et à droite d’une travée centrale, sont appelées indifféremment « scannum », mais l’explicit de l’inventaire « Finis descriptionis librorum predictarum bibliothecarum » suppose que « bibliotheca » et « scannum » soient implicitement considérés comme synonymes.

Rédigé par :

Martin Morard

361.                   Scartabellum [22.5.2016]

Synonyme(s)

cartabellus*

Signification(s)

Forme italienne de cartabellus* (voir supra).

Cahier de notes autographes ou livre assimilé.

Du Cange traduit scartabellus par « codex cartaceus » en renvoyant à note additionnelle concernant la Vie d’Antonin de Florence (OP + 1459) publiée par les Bollandistes dans les  Acta Sanctorum (7 mai) et à eux communiquée par le dominicain florentin  Raphael Badius (+ 1695). Cette note reproduit une marque d’usage figurant dans un des volumes de l’exemplaire autographe de la Somme d’Antonin de Florence, conservé au couvent dominicain de Santa Maria Novella, concédé ad usum à fr. Julian de Lapaccinis de Florence, lequel serait mort deux ans avant Antonin (soit en 1457)[144].

Attestation :

  • vers 1450-1457 circa : Marque d’usage [145]

« Denique succedebat hic Titulus: ‘Originalia primæ Partis Summæ Fr. Antonini de Florentia, Ordin. Prædicat. Archiep. Florentini, quibus agitur de Anima, et ad ipsam pertinentibus: concessa ad usum fratris Juliani de Lapaccinis de Florentia, et signatus iste scartabellus : D’. Est autem codex iste etiam apud prænominatos Patres S. Mariæ Novellæ, uti et autographum Sancti volumen | alterum, repositum in prædicto Sacrario inter Reliquias, eodem modo coopertum atque sic prænotatum. »

Rédigé par :

Martin Morard

362.                   Scedula-ae f.

363.                   Scheda (schedula)

Bibliographie

Rizzo 1984, p.   305.

364.                   Scogius (C) [12.01.2017]

Autre(s) formes(s)

scogilum

Signification(s)

Etui ou boîte protectrice.

Attestation :

  • Benoît XIII, Inventaire après décès de la Grande Librairie, n° 72[146]

« Item quedam pulcra Biblia pendens in uno clavo in dicta libraria cum suo scogio de corio, scripta in pergameno, cum tabulis copertis de pano de cirico rubeo et viridi operato ad ciconias rubeas et leopardos albos, cum tribus clausoriis argenti, et incipit in secunduo folio et primo colundello || plus in deserto, et finit scribitur ebreorum || cum suo scogio de corio ad arma domini Benedicti ».

Rédigé par :

Martin Morard

365.                   Scolastica (T)

Titre de forme appliqué en priorité à l’Histoire scolastique de Pierre le Mangeur, mais l’exemple du catalogue de Clairvaux de 1472 (no 1403-1409) montre que d’autres ouvrages analogues, classiques, patristiques ou médiévaux, peuvent être rangés sous cette même rubrique.

  • 1472 : Clairvaux, Catalogue de Pierre de Virey, Clairvaux 1, p. 240-242.

Voir aussi :

Glosa scolastica*

Rédigé par :

Martin Morard

366.                   Scrinium

Signification(s)

Archives

367.                   Scriptura

Bibliographie

Rizzo 1984, p.   212.

368.                   Scriptura

369.                   Scrittura corsiva

Bibliographie

Rizzo 1984, p. 135

370.                   Sedes

371.                   Sedile

372.                   Semimissale, semibreviarium, demi journel (T)

Signification(s)

Titre de forme appliqué à des livres liturgiques (missel, bréviaire, diurnal) contenant les textes adéquats du temporal et du sanctoral, nécessaires à la célébration liturgique de l’été (de Pâques à la saint André) ou de l’hiver (de l’Avent à Pâques).

Voir aussi :

Semipsalteria*

373.                   Semipsalteria (T)

Signification(s)

Psautiers à demi-vers ou psautiers aide-mémoire qui ne contiennent que le premier hémistiche de chaque verset, ou une ligne de texte par verset.

Attestation :

Voir Clairvaux (1472), Catalogue de Pierre de Virey, Clairvaux 1, p. 340-341.

Synonyme(s)

Psautier à demi-vers

Rédigé par :

Martin Morard

374.                   Sententia (T) [17.7.2013]

Signification(s)

  1. Glose ou élément composant une glose. Voir ici Glosa / sententia interlinearis*.
  2. Formule brève résumant un argument de doctrine ou un bref raisonnement théologique, généralement élaborée à partir du texte d’un Père ou d’une autorité ecclésiaste repris avec plus ou moins de fidélité. Les sentences circulent généralement sous forme de recueil plus ou moins articulés en fonction de titres ou de thèmes théologiques.

Attestation :

1264-1267 c. Thomas de Aquina in Expositionem continuam super evangelia, epistula dedicatoria ad Hannibaldum

« Ministerium expositionis adhibui sacrorum doctorum sententias compilando »[147].

Rédigé par :

Martin Morard

375.                   senza mende

Bibliographie

Rizzo 1984, p.  215.

376.                   Seratura

377.                   Signaculum

378.                   Signatum a modum nocissinum

379.                   Signeau, Signet

Bibliographie

Cigneau, sceau, poinçon, signet de livre (Havard, IV, 1011).

380.                   Solarium

381.                   Spalmus, Spalterium (T) [26.6.2013]

Les graphies médiévales Spalterium, Spalmus sont fréquentes dans les manuscrits et témoignent d’une étape de la migration du phonème Psal– vers les formes vernaculaires salmsalter– des langues romanes méditérranéennes comme l’occitan, l’italien et l’espagnol: salmista, salmo, salmodiare, saltar. L’effacement des consonnes sonores devant le –s est un mécanisme récurrent de la phonétique historique, mais cette inversion consonnantique préalable est rarement signalée par les éditeurs de texte. Il faut se garder d’en conclure trop vite à l’origine méditerranéennes des manuscrits concernés. Avant de se fixer dans certaines langues modernes, le phénomène a pu apparaître sporadiquement dans d’autres aires linguistiques, spécialement dans les milieux cosmopolites soumis à de forts brassages de population, tels les universités, les grandes villes européennes et les ordres mendiants.

Le phénomène est observé dès le xiie siècle, par exemple :

  • St-Victor de Marseille, inventaire de la fin du xiie s. (D. Nebbiai, La bibliothèque de l’abbaye de St-Victor, p. 154, n. w.)
    Voir aussi Madrid, BN, 220, f. 1r[148].
  • 1276-1280 c. : Mateo d’Aquasparta, Postille super Psalmos, prol., Assisi, 67, f. 3 [1] ra : « Monet igitur primo eum qui vult spalmis ! intendere ad repellendum… »
  • 1498: Studium dominicain de Padoue, catalogue de la bibliothèque (éd. L. Gargan, Lo studio teologico… a Pavia, 1971, p. 255, n. 1)
  • XVIe siècle, ms. Basel A VII 2 : Mattheus Adrigani, Psalterium hebraicum cum latina translatione, Bâle le 9 avril 1513, coloph. f. 273r-v:

« Literam e litera verbum e verbo librum spalterium de lingua sancta ad linguam latinam ad virum honorandum et dignum peritissimum et doctum in omnibus septem artibus et scienciis ego Matheus Adriani Hispanus medicinarum doctor in arte cabalistica et lingua hebreorum peritus in peregrinacione ad terram sanctam in civitate Basilea transtuli amatorem et inquisitorem linguarum sciencie naturalis et carminum nomen eius magister Iohannes Amerbachio et fecit mecum tot bona Deus retribuet ei…. » (d’après Die hebräischen Handschriften, Katalog auf Grund der Beschreibungen von Joseph Prijs redigiert von Bernhard und David Prijs Mit einem Anhang von Stephen G. Burnett und einem Beitrag von Thomas Willi, Basel 1994 (Die Handschriften der Universitätsbibliothek Basel), p. 19).

Bibliographie

Morard, La harpe des clercs, note générale 24, p. 2684.

382.                   Spissitudo

383.                   Stall

384.                   Stampa

385.                   Staulum

386.                   Stille (T) [29.9.2017]

Signification(s)

Titre métaphorique désignant des commentaires bibliques suivis : “Stille verborum magistri Brunonis”[149]. L’expression, attestée au début du 12e siècle, pourrait être une réminiscence de Grégoire le Grand, qui appelle “stillae” les saints prédicateurs et leurs enseignements[150].

Voir aussi :

Postilla*

Rédigé par :

Martin Morard

387.                   Studium (B) [23.7.2013]

Signification(s)

  • Lieu où l’on étudie, école.

Le terme est utilisé surtout dans le cadre des ordres mendiants où il existe différents niveaux de studia en fonction du degré d’avancement des étudiants : studium conventuel, studium provincial, studium generale ou solemne, mais aussi des studia spécialisés dans l’enseignement de certaines disciplines : studia artium, theologiae, linguarum, biblie…

Le terme existe aussi dans d’autres contextes ecclésiastiques : En 1286, Arnaud de Villemur, abbé de Saint-Sernin de Toulouse, à la demande de l’abbé de Grandselve Bertrand, « concessit licentiam construendi ecclesiam in studio theologiae quod hic abbas instituerat in urbe Tolosa. » (Gallia christiana, t. 13, col. 96 d’après Martène, Thesaurus anecdotorum, t. 1, col. 1210.

Le studium, sans être à proprement parler l’équivalent d’une bibliothèque, est une personnalité morale qui peut posséder des livres et devient alors quasi équivalement de la bibliotheca communis des chanoines :

Attestation :

« Legamus eidem conventui fratrum predicatorum Rhotomagensium Summam que dicitur catena aurea pro communi studio. » [Il s’agit probablement de la ]

388.                   Suggestum (M) [7.6.2013]

Signification(s)

Présentoir (?).

Terme rare à la signification probable, désignant un meuble de bibliothèque destiné à supporter les livres offerts à la consultation sur place.

Synonyme(s)

crédence, table, banc.

Attestation :

  • XVIe s. 2/2, Paris, Collège de Sorbonne : Tabula in universum indicans libros singularum disciplinarum (Paris, Mazarine, 4204, f. 1[152]) :

« Primo suggestu continentur glosae in biblia, Lyr. ord<inariae>, interl<ineares> et quidam alii interpretes in Pentateuchum.

Secundo suggestu interpretes bibliorum à Pentateucho usque ad Salomonem

Tertio suggestu… »

[Dans la suite du document, « suggestu » est omis et donc implicite]

Du Cange, art. Suggestum, ignore cette acception bibliothéconomique ; il fait dériver le mot de « suggerere » (présenter les oblats en vue de l’action eucharistique) et mentionne l’usage du substantif au  Haut Moyen-Âge (conciles espagnols) dans un contexte liturgique. Il hésite sur la signification mot. Il s’agirat pour lui soit d’une « crédence », soit des oblats eux-mêmes, appelés aussi « suggerenda », c’est-à-dire le pain et le vin eucharistiques présentés aux célébrants pour l’action au moment de l’offertoir.

En conséquence, le mot français « présentoir » nous paraît le plus adéquat pour traduire le Suggestum de plan d’orientation de la Sorbonne découvert et analysé par Gilbert Fournié, sans qu’il permette de préciser pour autant la morphologie du meuble en question. Il pourrait s’agir d’un synonyme des « bancs »* qui occupent la même place dans les inventaires médiévaux de bibliothèques.

Rédigé par :

Martin Morard

389.                   Summa de abstinentia (T) [19.11.2010]

Signification(s)

Titre le plus courant d’un recueil théologique très diffusé, attribué à Nicolas de Biar, O.P. (fin xiiie siècle), également intitulé parfois Dictionnarium pauperum, Flos theologiae ou Pharetra.

Rédigé par :

Martin Morard

390.                   Summa Archiepiscopi (T) = Summa Hostiensis* [16.6.2013]

391.                   Summa aurea (T) [16.6.2013, rév. 2.5.2016]

Signification(s)

Titre donné assez tardivement (voir notices respectives) à plusieurs ouvrages médiévaux et modernes :

  • Guillaume Perrault (+1261) Summa de uitiis et uirtutibus: pr. [Basel, not after 1474] (Goff P89), &c.; B7.†¶24 (‘summa aurea’, anon.) [Sharpe]
  • Guillaume / William de Drogheda (†1245), Summa aurea: ed. L.Wahrmund, Quellen zur Geschichte des römisch-kanonischen Processes im Mittelalter (Innsbruck 1904–1931), 2/2; cf. Sharpe, Latin Writers, 765.

Olim : B120.584 ; BA1.†1554b (‘summa aurea aduocatorum’, anon.) ; UC26.*162x, UC48.†185 (‘summa aurea ordinis iudiciarii’, anon.)

  • Jean d’Andrée (12701348) Novellae in Decretales: pr. Venice 1489 (GW 1729), &c.; Schulte, 2. 219–21. A20.†1348 ‘summa aurea Iohannis Andree super Hostiensi et Innocencio’) Summa de sponsalibus et matrimoniis: pr. Basel 1473/5 (GW 1751), &c.; Schulte, 2. 214–16. A16.*281x = A17.*16x BM1.258c (‘glosa aurea J. A. super quarto decretalium’), 285h FA8.104c (‘tractatus Iohannis Andree super 4um decretalium’) SS1.¶1353b, SS1.1391a UC2.108c, UC18.7f (‘libellus I. A. et uocatur summa aurea’)
  • XVe s. : Summa Guillelmi Altissiodorensis: Aucun des titres médiévaux conservés dans les manuscrits et dans les catalogues anciens répertoriés à ce jour (Sharpe 1997) ne contient l’expression « Summa aurea » qui a été appliquée à cette œuvre pour la première fois par l’édition princeps de 1500 :

Attestation :

1500 : Summa aurea in quatuor libros sententiarum, Parisiis, impensis Nicolaï Vaultier et Durandi Gerlier, 1500, 206-24 f. ,[153].

  • XVIe s. : Summa aurea armilla nuncupata casus omes ad animarum curam attinentes breviter complectens a reveren. Patre Fratre Batholomaeo Fumo Villauren. Placentino, ordinis fratrum praedicatorum ac hereticae pravitatis inquisitore edita, Venetiis 1587 apud Marcum Antonium Zalterium.

Voir aussi :

Summa Hostiensis (Henri de Suze)*, Catena aurea (Thomas d’Aquin)*

392.                   Summa compendiosa (T) = Summa Hostiensis [16.6.2013]

393.                   Summa copiosa (T) = Summa Hostiensis [16.6.2013]

Attestation :

1304 (25 août). Donation livres par Guillaume de Pierre Godin au couvent dominicain de Bayonne[154]

« … Summa Ostiensis que dicitur copiosa… »

Rédigé par :

Martin Morard

394.                   Summa Guillelmi Altissiodorensis (+1231) [2.5.2016]

Voir aussi :

Summa aurea*

Signification(s)

La totalité des manuscrits médiévaux répertoriés pour l’édition critique de la Summa la qualifient simplement de « Somme » de Guillaume d’Auxerre (j’omets ici le détail des variantes du nom d’auteur : Willelmus, Guilhelmi, Altissiodorensis, … )[155]

  • 13e siècle : Summa magistri Guilermi… (passim) ; v. g. ex legato Stephani Gebennis Paris, BnF, lat. 16386 : prov.
  • Summa Altissiodorensis
  • 13e siècle : Summa theologica : Worcester, Bibl. cap. cod. 44.

Les catalogues anciens des bibliothèques anglaises confirment cette analyse[156].

Rédigé par :

Martin Morard

395.                   Summa Hostiensis (T) [16.6.2013]

Autre(s) formes(s)

Summa Ostisensis, Summa copiosa, Summa compendiosa, Summa aurea, et même Summa que dicitur Catena aurea (voir Testament de Nicolas de Fréauville, Libraria), Summa super titulis decretalium.

Somme de droit canonique d’Henri de Suse (Segusio), cardinal archevêque d’Ostie (†1271).

Rédigé par :

Martin Morard

396.                   Supputacio librorum

397.                   Sutus

398.                   Symbolum – symbola

Signification(s)

Symbolum -i, n. (plur. symbola) , dans le cas de livres glosés ou de chaînes exégétiques, désigne les lemmes attributifs, généralement rubriqués dans le texte ou en marge, qui indiquent le nom des auteurs sous l’autorité desquels sont placés les sentences, gloses ou extraits qui composent le livre.

Attestation :

  • 1739 : Bernard de MONTFAUCON, « Notae cujusdam in Codices Mazarinaeos § IV» in Bibliotheca bibliothecarum novissima, t. 2., Paris, 1739, p. 1309 :

« 1. Catena in duodecim prima Lucae capita luculentissima ex sexaginta fere Patrum Symbolis contexta: cuius vix sextam partem continet ea quam Corderius Latinam edidit ex Caesareo codice in qua etiam suis autoribus ascribuntur, quae illa non raro ementitis tribuit. Habuit sanctus Thomas similem ex qua auream suam in Lucam Catenam magna parte corrasit. Sunt autem horum autorum symbola ».

Note :

Il s’agit de Nicetas Heracleensis, Catena graecorum patrum in Lc. 1-12, Paris, BnF, grec 208, Regius 2440, 14e siècle. Le terme symbolum ne figura pas dans le manuscrit, mutilé du début et sans titre ancien.

Rédigé par :

Martin Morard (25.8.2021)

399.                   Synodale [28.8.2012]

Signification(s)

Statuts synodaux ou recueil des décisions signifiées par l’évêque diocésain à son clergé à l’occasion d’un synode diocésain.

Rédigé par :

Martin Morard (version 28.1.2017)

400.                   Tabula [13.10.2010]

Signification(s)

Du latin tabula-ae f.

  1. Ais ou plat d’une reliure.

Attestation :

  • 1381 : Assise, Libraria publica, p. 78

« Biblia omnium maior […] cum postibus sive tabulis bullatis et cathena. »

Signification(s)

  1. Tablette d’une étagère ou d’un banc de bibliothèque

Attestation :

  • 1683 : Toulouse, Couvent des Jacobins (O. P.), Catalogue de la bibliothèque, passim.[157]

Signification(s)

  1. Liste décrivant de manière sommaire ou abrégée les parties ou le contenu d’un ouvrage.
  2. Tableau d’affichage monastique, généralement proche de l’entrée de l’église ou du chapitre, sur lequel le sacristain ou le moine responsable indique les fonctions liturgiques ou les offices que chaque moine doit remplir à tour de rôle. On parle par exemple de la « tabula ecclesie » ou de la « tabula claustri ».

Expression(s)

Tabula argentea

Tabula bullata

Tabula fracta

Tabula in rubro et in caustro

Tabula papirea

Tabula rubro scripta

Tabula transversaliter scripta

Rédigé par :

Martin Morard

401.                   Tabularium (B) [8.4.2012]

Autre(s) formes(s)

Tabelarium

Petite bibliothèque, local où sont conservés des archives, voir des livres et des archives simultanément, comme cela a pu être montré à propos de la bibliothèque du dortoir de l’abbaye de Clairvaux.

Attestation :

  • 1520 : Clairvaux, Bibliothèque du dortoir (Vernet 1979, p. 42)

« Tabula librorum tabularii huius dormitorii » (Troyes, BM, ms. 1310, plat inférieur)

Bibliographie

Vernet 1979, p. 42-43.

Rédigé par :

Martin Morard

402.                   Tabulatus

403.                   Tascabilis (C)

Signification(s)

De l’italien tasca : livre qui peut être contenu dans une « poche », c’est-à-dire dans une besace, parfois aussi dans les poches d’un habit dont les dimensions médiévales n’étaient pas celles de nos vêtements modernes.

Bibliographie

Ruzzier, Entre université et ordres mendiants, 2010.

404.                   Teca librorum

405.                   Terminologia scripture Italia meridionale

406.                   Textus (C) [5.11.2010]

Autre(s) formes(s)

Texte, Teste (français)

Signification(s)

Du latin textus-us m. : recueil ; voir

Terme qui désigne la matérialité d’une œuvre mise par écrit sur un support (rouleau ou livre). Isolé dans certains contextes, le mot désigne par antonomase le texte biblique mis par écrit et continu, distingué des lectionnaires liturgiques qui ne contiennent que des péricopes (passages liturgiques lus au cours de la messe), comme le montre ci-après l’exemple tiré des coutumes de Saint-Victor de Paris, où textus est nettement distingué des evangelia [exemple 6. Le mot peut aussi désigner un manuscrit contenant une partie du texte biblique. Le plus souvent les catalogues de bibliothèques précisent le mot par un complément : textus biblie, textus evangeliorum, textus epistolarum. Le mot textus seul ne permet pas de connaître a priori le contenu exact du livre biblique ainsi désigné. Souvent, textus désigne néanmoins le livre des évangiles, considéré comme contenant la quintessence de l’Ecriture [exemples 7 et 11].

Synonyme(s)

Biblia ; Bibliotheca*.

Voir aussi :

Textus argenteus*, Textus aureus*.

Attestation :

  1. xie siècle : Catalogue d’une bibliothèque indéterminée[158]

« Missalis unus.

Textus unus.

Lectionarius unus. »

Attestation :

  1. xiie siècle : Canonicorum regularium ordinis Arroasiensis constitutiones, cap. 179 (De cantore)[159]:

« Debent etiam illi noti esse omnes libri ministerio ecclesiae necessarii, collectanei scilicet, textus, epistolarii, quatinus si quisquam eorum quibus ipsi sunt necessarii deuiatus perdiderit signum, aut non poterit reperire locum, ipse sine mora inueniat ei. »

Attestation :

  1. 1106circa : Cantatorium sancti Huberti[160]

« Que licet deperierint vel temporum vetustate vel vastatorum distractione ex eis tamen quedam nostris adhuc temporibus supersunt ecclesie. Superest optimus sanctorum evangeliorum textus auro gemmisque paratus. Superest psalterium auro scriptum per denos psalmos capitalibus litteris distinctum. Superest in uno volumine maximo super totum psalterium beati Augustini expositio. »

[Ce n’est pas le texte des évangiles seul qui subsiste, mais bien le manuscrit dans lequel il est copié, dont la reliure est ornée d’or et de pierreries.]

Attestation :

  1. 1141-1157: Abbaye O.S.B. de Saint-Ouen, acte d’achat de biens[161] 

« De predicto argento itaque ista redempta sunt : terra de Behoreal […] et optimus textus Aecclesiae et turibula et candelabra ».

Voir discussion à la source 6.

Attestation :

  1. xiie siècle  (fin): Abbaye O.S.B. de Saint-Ouen, inventaire de la cathédrale[162] 

« Octo textus : tres magni de auro et de gemmis, et quartus quem dedit Rotrodus, Rothomagensis archiepiscopus [+1183], argenteus, et quatuor parvi de argento, quorum duo sunt deaurati, et nonus, quem Amicus thesaurarius dedit, de asmaus ».

Léopold Delisle laisse entendre qu’il s’agirait de Nouveaux Testaments, en sous-entendant que le grand nombre de textus ne pouvait concerner que le texte des évangiles. Ce qui reste à démontrer.

Du fait de leur classement parmi les vases et objets précieux (en raison de leurs reliures précieuses), et non parmi les livres, on est sûr qu’il s’agissait de livres des Ecritures destinés à l’usage liturgique, mais rien ne permet d’en préciser le contenu. Plus loin, on trouve encore : « Textus argenteus dearatus (!) epistolarum », ce qui laisse entendre que par défaut Textus désigne un texte complet de l’Ecriture sainte. Rien ne permet en tout cas de l’exclure.

Attestation :

  1. xiie siècle : Liber ordinis Sancti Victoris Parisiensis, cap. 20[163]

« Ad officium sacristae pertinet omnia, quae in thesauro sunt, custodire: reliquias et omnia ornamenta altaris et sanctuarii ac tocius ecclesiae, sive in auro, sive in argento, sive in ostro et palliis et tapetibus et cortinis, sacras quoque vestes et pallas et manutergia, calices et textus et cruces et thuribula et candelabra et cetera vasa, quae vel ad ministerium, vel ad ornatum altaris et sanctuarii tocius que ecclesiae pertinent, libros quoque missales, epistolares et evangelia. »

Attestation :

  1. 1250 environ: Vienne (Isère), Ordinaire de la cathédrale[164]

« Diaconus vero post receptionem benedictionem deferens textum cum subdiacono et thurificario ascendat ad ambonem ad pronunciandum sanctum euvangelium In principio. »

Attestation :

  1. 1263: Toulouse, Saint-Sernin[165]

« Item textum biblie nove magne. »

Attestation :

  1. 1496 ca : Avignon, Collège Saint-Bernard, dit Collège de Sénanque, Inventaire de l’église[166]

« [3] Item unum textum Evangeliorum de membranis in pergameno. »

Attestation :

  1. 1502 : Fécamp, Inventaire[167]

[1] « Le grand texte des Evangillez couvert d’argent doré […]

[2] Item ung aultre moyen texste [sic] d’evangille en parchemin couvert d’argent doré […]

[4] Item ung aultre texste d’evangillez couvert d’argent […]. »

Attestation :

  1. 1505, 12 mai : Fécamp, Inventaire[168]

[1] « Item, ung texte d’Evangille, couvert de boys et d’argent, par dessus […]

[2] Item ung autre beau texte d’Evangille, couvert d’argent doré […]. »

Attestation :

  1. 1631: Pierre le Juge, Histoire généralle des vie et miracles de ste. Geneviefve. Avec les office, prieres et oraisons, Paris, Dugast, 1631, p. 405 :

« Le troisième lundi [de Carême], ils [les chantres de la cathédrale Notre-Dame] souloient [= avaient l’habitude] venir sollemnellement en ladite église [Sainte-Geneviève de Paris] où, tandis qu’ils disoient leur prière devant l’autel, un diacre se revestoit et s’en alloit, accompagné de deux aultres à la porte de l’église […] et donnoit le texte à baiser à tous les chanoines l’un après l’autre… » [Dans ce cas, le geste de vénération par un baiser d’un texte biblique présenté par un diacre indique avec une quasi certitude le livre des évangiles.]

Bibliographie

Du Cange, « 1 textus », t. 8, t. 8, col. 91-92.

Rédigé par :

Martin Morard (modifié 6.5.2019)

407.                   Textus argenteus (C R) [5.11.2010]

Signification(s)

L’expression désigne soit une copie du texte biblique (complet ou partiel) à l’encre d’argent soit un manuscrit de ce même texte dont les plats de reliure sont argentés, recouverts de plaques d’orfèvrerie ou d’apparence argentée.

Attestation :

  • 1263: Toulouse, Saint-Sernin (§ 5, Archives départementales de la Haute Garonne, 101 H 519 n° 2487, éd. M. Morard, p. 248)

« … Crucem eburneam, aliam argenteam, aliam cristallinam, aliam auri calcatam, aliam que stat ad altare, textum evangelicum argenteum, quatuor baculos cohopertos argento. »

Voir aussi :

Textus*, Textus aureus*.

Rédigé par :

Martin Morard

408.                   Textus aureus (C R)

Signification(s)

L’expression désigne soit une copie crysographe du texte biblique (complet ou partiel), soit – le plus souvent semble-t-il – un manuscrit de ce même texte dont les plats de reliure sont dorés, recouverts de plaques d’orfèvrerie ou d’apparence dorée. Il est possible que cet usage codicologique, concernant initialement les textes sacrés, soit à l’origine de l’application de l’adjectif aureus à tout type de texte assimilé par analogie à l’Ecriture sainte, tout comme on dit en français, pour souligner la portée et la valeur d’une expression ou d’une affirmation qu’elle est « parole d’Evangile » ou que quelqu’un « parle d’or ».

Attestation :

  • 1217, 2 novembre : Testament de Philippe de Dreux, évêque de Beauvais puis archevêque de Reims[169]:

« Do, lego ecclesie Beati Petri Belvacensis, preter textum aureum quem jam dederam […]. Item, do, lego ecclesie Sancti Luciani unum textum aureum. »

Nombreux autres exemples cités par

Bibliographie

Du Cange, « 1 textus » t. 8, col. 91b.

Voir aussi :

Aureus*, Textus*, Textus argenteus*.

Rédigé par :

Martin Morard (première rédaction 5.11.2010, révisé le 5.10.2021)

409.                   Textus epistolarum [5.11.2010]

Signification(s)

Texte des épîtres pauliniennes et catholiques du Nouveau Testament ou épistolier*. A ne pas confondre avec un recueil de correspondance ou de lettres d’auteur profane.

Voir aussi :

Textus*, Epistolarium*

Rédigé par :

Martin Morard

410.                   Theologia (T) [9.11.2010]

Signification(s)

Du grec θεος = dieu et λογια = paroles

  1. Bible, Ecriture-Sainte, au sens de discours qui vient de Dieu.

Voir Humbert de Romans, O.P. (vers 1260), De eruditione praedicatorum[170] : « Sacra Scriptura dicitur theologia a Θεος, quod est Deus, et λογος, quod est sermo, quia omnes sermones eius a Deo sunt et de Deo et ad Deum. »

Attestation :

  • 1640 environ : Lérins (Saint-Honorat), O.S.B, Bibliotheca Lerinensis antiqua, f. 6v

« S. Caesarius […], Dialogus Augustini et Orosii sive casus collecti in theologia super officiis ecclesiae. »

Signification(s)

  1. Théologie, tout type d’étude ou d’écrit à caractère théologique (au sens de discours sur Dieu et sur ce qui en relève).

411.                   Thesaurus (4.8.2012)

Autre(s) formes(s)

Trésor. Tesaurus

Signification(s)

  1. Ensemble d’objets précieux appartenant à une personne morale (monastère, église, etc.), ou à des princes. On y trouve également des livres qui ne sont pas nécessairement des livres liturgiques.
  2. Lieu ou meuble dans lequel est conservé le trésor.

Rédigé par :

Martin Morard

412.                   Tiretaine

Signification(s)

Sorte de tissu.

413.                   Titres des livres au Moyen Âge [31.3.2011] (T)

Signification(s)

La typologie historique des titres de livres médiévaux est une discipline encore peu développée. A ce jour, l’article fondamental reste celui de Paul Lehman, « Mittelalterliche Büchertitel », [1948-1953], 1962. Depuis, l’accumulation des éditions de catalogues anciens et le traitement électronique de leur contenu, en cours dans plusieurs centres européens, devrait, en principe, permettre d’aider notamment à l’identification des textes. Il faut cependant remarquer avant toute chose que le Moyen-Âge, plus que l’ère moderne, pratique abondamment le genre du recueil qui, sous une même reliure, abrite des textes relativement courts de nature très diverse. Lorsqu’il s’agissait de les décrire dans des inventaires ou des catalogues, il était rare qu’on en fasse l’inventaire exhaustif. On aimait alors à désigner la partie pour le tout et à donner aux recueils le nom de leur première ou de leur principale unité, sans que leur contenu ne s’y réduise. Le titre d’un ouvrage peut alors être l’arbre qui cache la forêt.

Concernant l’analyse des titres proprement dits, notons qu’il existe deux genre fondamentaux de titres dont la signification, l’histoire, le statut ne sont pas exactement identiques.

Au sens moderne, on entend par titre une expression de longueur variable qui, placée en tête d’une unité textuelle, sert à l’identifier, à la distinguer des autres.

Au sens ancien, et spécialement dans les listes de livres et les catalogues, le titre n’est pas toujours une expression discriminante ; il se contente très souvent de décrire le genre, le type, la fonction, le statut, la qualité (… aureus) du livre mentionné. Il donne alors lieu à des confusions et des quiproquo qu’il revient à l’historien des textes de prévenir.

On peut aborder la problématique des titres anciens en étudiant d’abord les termes simples, puis les locutions associant plusieurs termes.

Nota bene : les titres cités dans cet article qui font l’objet d’une notice ailleurs dans ce lexique sont signalés par une astérisque.

  • Titres génériques décrivant le livre comme objet

Biblia

Liber

Libellus

Opus

Textus

Corpus

(Postilla)

  • Titres exprimant une opération

Ces titres sont en lien avec l’acte ou l’opération dont est né le contenu du livre.

Scriptum : du verbe scribere exprimant une chose écrite

Scriptura : du verbe scribere exprimant une chose écrite

Tractatus : du verbe tractare : commenter systématiquement.

Commentarius / commentarium

Glossa : du verbe glossare : commenter brièvement, annoter

Lectio : du verbe legere : lire

Excerptum / excerpta : du verbe excerpo : cueillir, recueillir

Cursus : du verbe currere : parcourir

Expositio : du verbe exponere : exposer

Explicatio : du verbe explicare : déplier, dé-envelopper des notions complexes

Reportatio : du verbe reportare : prendre en note un discours oral

  • Titres désignant la matière ou le contenu du livre

Ces titres peuvent être ou non précédés d’un titre générique ou d’un titre exprimant une opération : Cursus de musica, Lectio in Matheum

  • a. Objet :

In / super + nom d’un auteur et/ou d’un livre commenté (à l’accusatif ou au ablatif : la plupart des commentaires, anonymes ou non, sont fréquemment désignés sous cette forme brève.

Exemple: In Aristotilem, Super Psalterium

  • b. Auteurs objets de l’action

Ex + nom d’œuvre ou d’auteur : (Excerpta) ex doctorum scriptis

  • c. Auteurs cause de l’action

Ab / a suivi du nom des acteurs de l’opération : (Excerptum) a magistris Parisiensibus e doctoribus antiquis

  • d. Thème ou discipline :

De + nom d’un auteur et/ou d’un thème ou d’une discipline du savoir ou d’un titre de livre  : la plupart des commentaires, anonymes ou non, sont fréquemment désignés sous cette forme brève.

Exemples :

De decem preceptis

= Corpus des sermons sur les dix commandements (par exemple Thomas d’Aquin).

= voir aussi F. Titres pris de l’incipit du texte.

De prophetia

De musica

  • Titres associés à la forme matérielle du livre ou à sa partition

Les ouvrages ainsi désignés n’ont souvent plus grand chose à voir avec le sens propre des objets désignés, surtout lorsqu’ils sont accompagnés d’adjectifs. Dans tous les cas de figure, il faut chercher l’analogué, autrement dit l’aspect en fonction duquel il y a analogie entre l’objet exprimé par le titre et le livre désigné ; par exemple : Rotulus pugillaris désigne plus un rouleau, mais tout petit livre qui tient dans la main. Volumen, bien évidemment, n’a plus que rarement au Moyen Âge son sens premier de rouleau de parchemins assemblés.

Bibliotheca

Pandectes

Codex

Epitome

Rotulus (pugillaris / manuale)

Schedula

Pittacium, Pittaciolum, Pittaciolus : morceau de cuir ou de parchemin => liste, mémoire, état ; le titre apparaît au ixe siècle et est synonyme de schedula, breve, epistola

Tomus

Volumen

Enchiridion, voir manuale : qui tient dans la main, maniable

Manuale, voir enchiridion : qui tient dans la main, maniable

  • Titres métaphoriques associés à la finalité du contenu du livre, à sa méthode ou à sa fonction

Les ouvrages ainsi désignés le sont en vertu d’un point commun entre la chose désignée par le titre (Flores, Catena, etc.) et le contenu ou la forme du livre. Le plus souvent le lien est à chercher avec le contenu de l’ouvrage ou sa méthode (Catena désigne la mise bout à bout de fragments extraits d’autres ouvrages, etc.). On peut classer ces titres en fonction des analogués auxquels ils renvoient :

monde animal

Apiarius

Formicarius

Philomena

monde végétal

Cedrus

Flores

Margarita

monde horticole

Hortus

Manipulus florum

Grannarius (voir Rapiarius)*

instruments de musique

Cithara

Plectrum

Psalterium*

armes

Pharetra

Sagittarius

liquides

Liquor

Stilla (verborum) (xiie siècle ¼)[171]

objets divers

Candela

Catena

Causonetarius (?); par ex. : « Causonetarius in vulgari ytalico de lion berno (?) » (Lübeck, Universitätsbibl., Philos. 2° 561 all., § 35) [sens douteux]

Crinale ; par ex. : « Crinale de beata Virgine tempore paschali » (Lübeck, Universitätsbibl., Theol. pract. 8° 1057 all., f. 83-85)

Manipulus

Paradisus

Promptuarius

Rapiarius*

Rapularius

Speculum

Stimulus

Voir aussi Aureus*

  • Titres pris de l’incipit du texte de l’œuvre

Par exemple :

De decem preceptis = Laurent d’Orléans, O. P., ‘Somme le roi’ :

1307. Catalogue de la bibliothèque des dominicains de Dijon : « Item liber quidem in gallica qui incipit De decem preceptis et loquitur de virtutibus et viciis. Prior frater Iohannes de Manso habet. » [éd. A. Dondaine, « La bibliothèque du couvent des Dominicains de Dijon au début quatorzième siècle (1307) », dans AFP, t. 7, 1937, p. 112-133, ici p. 132.117]

1338. Catalogue de la bibliothèque de la Sorbonne (1338) : « Romantium de decem preceptis, sine rigmo, et dicitur gallice : le livre roiaus de vices et virtus. Incipit : Ce sont le dix commandemens » [Delisle, Cabinet des manuscrits, t. 3, p. 107].

Rédigé par :

Martin Morard [complété 9.10.2012]

414.                   Titulus

Voir aussi :

Titre*.

415.                 Transversaliter scriptus

416.                   Treillis

Signification(s)

Sorte de grosse toile (Huguet).

417.                   Triangulare: voir triangulus

418.                   Triangulus (M) [26.7.2012]

Autre(s) formes(s)

 Triangolo (ital.)

Signification(s)

Pupitre en forme de prisme oblong, à base rectagulaire et à arrête sommitale unique qui prend son nom de la forme triangulaire dessinée par ses deux sections latérales, généralement verticales ; au cours des célébrations liturgiques, les livres utilisés pour le chant choral sont disposés sur les plans opposés du triangle. Par extension, on peut aussi appeler triangle des pupitres pyramidaux.  Certains triangles ont des dimensions monumentales dépassant la taille humaine.

Un triangle peut contenir deux espaces de rangement, destinés aux livres ou à d’autres objets : a) l’intérieur du prisme auquel on accède soit par les côtés ouverts, soit en soulevant les plans formant battants ; b) le triangle est parfois posé sur un meuble formant pied à l’intérieur duquel peuvent être conservés toutes sortes d’objets. Chez les cisterciens de Melsa (exemple B) le triangle équivaut à un véritable chapier de sacristie.

Le triangle est généralement placé au milieu du chœur, de manière à ce que les chantres puissent se placer autour de lui. Certains pivotent sur leur axe et peuvent être disposés parallèlement ou perpendiculairement aux stalles du chœur.

Attestation :

  • a) 1212 : Novara, inventaire de la cathédrale de Novara, col. 1192-1194.

« In triangolo duo sequenciarii de missa et alii quaterni ».

Attestation :

  • b) 1396 : Melsa, abbaye O.Cist. (diocèse d’York), inventaire de biens, p. lxxx

« In triangulo in ecclesia » [suit une liste d’une vingtaine d’ornements liturgiques importants : chapes, chasubles, aubes, cordons, etc. à l’exclusion de toute pièce d’orfèvrerie ; ici ecclesia ne désigne pas nécessairement le chœur ]Livre contenant les épîtres lues à la messe, orné d’une pierre rangé dans le triangle].

Attestation :

  • c) 1397 : Lille, Collégiale Saint-Pierre, p. 757

« Epistolare cum lapide magno existens in triangolo » [Livre contenant les épîtres lues à la messe, orné d’une pierre rangé dans le triangle].

Rédigé par :

Martin Morard

419.                   Tricolumpnatus (C)

Autre(s) formes(s)

Tricolunpnatus

Signification(s)

Mis en page sur trois colonnes.

Attestation :

  • 1381 : Assise, Libraria secreta, n°189, p. 170 :

« Psalterium glosatum et per totum tricolunpnatum ».

Voir aussi :

Columna, colundellus, bicolumpnatus

Rédigé par :

Martin Morard

420.                   Trippe de velours (M) [16.11.2011]

Signification(s)

Étoffe de velours de laine sur fil, genre de panne (Gay, II, 425).

421.                   Vacheta

422.                   Vade mecum (T)

Voir aussi :

Rapiarium, Rapularius, grannarius, Vade mecum

423.                   Varieta

Bibliographie

Rizzo 1984, p.  213

424.                   varius

Bibliographie

Rizzo 1984, p.   213.

425.                   Velutus

426.                   Vestiarium (B) [1.5.2011]

Autre(s) formes(s)

Vestiaire (français)

Signification(s)

  1. Vestiaire : chez les chanoines réguliers et dans le monachisme bénédictin, lieu où son entreposés les vêtements ordinaires des religieux sous la garde d’un religieux, lui-même appelé vestiaire. A ne pas confondre avec le revestiaire* destiné aux ornements liturgiques.

Attestation :

  • vie siècle : Regula sancti Benedicti [Nursiae], c. 55

« De vestiario et calciario fratrum. »

Attestation :

  • 1480 : Cîteaux, p. 386.

« Sequuntur libri existentes in cofro seu archa iuxta gradus ascensus ad vestiarium in libraria »

Bibliographie

Edmond Martène, Commentarius in Regula sancti Benedicti, PL 66, 771-794.

Signification(s)

  1. Synonyme de revestiarium* : dans certains ordres religieux, notamment chez les chartreux, pièce voisine du chœur de l’église conventuelle où le clergé revêt les ornements liturgiques et où sont entreposés certains objets et livres liturgiques.

Attestation :

  • 1259 (avant) : Statuta antiqua ordinis cartusiensium, 5.5, 5.10, 13.8, 13.28, 13.40, 14.4, 43.1, 43.9.

« Sacerdos misssa celebraturus quando ad preparandum se accedit ad gradum altaris flexis genibus dicit pater noster, deinde induitur in ecclesia non assistente conventu ; cum conventus adest, induitur in vestiario ; casula tamen semper foris induitur… »

Attestation :

  • 1869 : Ordinarium cartusiense, 25, Grenoble, 1869, p. 218-219.

« Sacerdos hebdomadarius […] vestiarium ingreditur, manus lavat, et induitur primum cuculla ecclesiastica, deinde sacerdotalibus vestibus, excepta casula… »

Synonyme(s)

Revestiarium

Rédigé par :

Martin Morard

427.                   Vestiarium in libraria (B M)

428.                   Volumen-inis n. (T C) [2011, révision 20.2.2019]

Autre(s) formes(s)

Volume (français)

Synonyme(s)

Liber, livre ; tome

Signification(s)

Le terme volumen / volume peut renvoyer soit à une entité codicologique matérielle indépendante (sens 1 et 2), soit aux divisions d’une oeuvre (sens 3 et 4).

  1. Rouleau composé de pièces de papyrus ou de parchemin cousues l’une à côté de l’autre et se déroulant latéralement. A distinguer du rotulus*.
  2. Codex ou volume pouvant contenir une ou plusieurs oeuvres, un ou plusieurs ‘livres ».

Attestation :

1304 (25 août). Donation de livres par Guillaume de Pierre Godin au couvent dominicain de Bayonne[172]

« Item volumen unum continens libros Ambrosii videlicet Exameron qui est primus et novem alios quorum ultimum est De officiis. »

  1. Partie d’un ouvrage (« livre ») composé de plusieurs unités intellectuelles réparties en autant d’unités codicologiques (« volumes »).

Attestation :

vers 579 . Italie. Gregoire le Grand, Moralia in Iob, epistola ad Leandrum[173]

« Quibus nimirum multa iubentibus dum parere modo per expositionis ministerium, modo per contemplationis ascensum, modo per moralitatis instrumentum volui, opus hoc, per triginta et quinque volumina extensum, in sex codicibus explevi ».

Grégoire semble avoir utilisé au sens matériel les termes de volumen et de codex : les Moralia (opus) déroulaient sur « 35 rouleaux » (volumina) le volume de « six codex » (codices), autrement dit, les Moralia, initialement écrites sur 35 rouleaux, ont été diffusées en six recueils de cahiers (codices). Mais cette acception première du vocabulaire a dérivé vers une signification abstraite, du fait de l’évolution des modalités concrète des techniques de la copie manuscrite (nombre de feuillet par volume x surface d’une page x nombre de lignes par page x nombre de lettres par ligne). Les rouleaux initiaux de l’oeuvre, déjà dématérialisés par leur transformation en 6 codices par leur premier éditeur, ont finalement reçu le titre de « livres » sans que leur nombre n’évolue, tandis que les multiples copies de l’oeuvre occupent de deux à plus de dix volumes. C’est ce seul sens dérivé qu’a retenu le traducteur des Sources chrétiennes, délaissant peut-être un peu trop hâtivement le sens originel du vocabulaire grégorien : « J’ai achevé en six volumes cet ouvrage de trente cinq livres »[174]

  1. ‘Volume’ au sens de partition intellectuelle d’une oeuvre, a également cours dans certains inventaires rédigés en français au 16e siècle (information communiquée par François Bougard, 20.2.2019).

Les mots ‘livre’ et ‘volume’ peuvent donc avoir été utilisés l’un pour l’autre en fonction des contextes. Ils peuvent être pris l’un comme l’autre au sens matériel ou au sens intellectuel.

Expression(s)

Volumen (non) coopertum

Volumen antiquum

Volumen corrosum et putridum

Volumen deletum et corrosum

Volumen grossum

Volumen illuminatum

Volumen in infirmitorio

Volumen incathenatum

Volumen incathenatum super analogio

Volumen incathenatum super tumbam

Volumen magnum

Volumen maior

Volumen mediocre

Volumen modicum

Volumen non habens intitulationem

Volumen parvum

Rédigé par :

Martin Morard

429.                   Yvor : voir Ivor

 

 

responsable editorial

Martin Morard (CNRS-IRHT)

rédacteurs

François Bougard, Jérémy Delmulle, Elise Herbeaux, Donatella Nebbiai, Martin Morard, Monique Peyrafort, Anne-Marie Turcan-Verkerk.

Le fichier papier « terminologie », alimenté par Donatella Nebbiai à la section de codicologie de l’IRHT à partir de documents italiens et français, a été généreusement mis à notre disposition pour le présent travail auquel il a été intégralement intégré. Qu’elle en soit vivement remerciée.

argumentaire

Le lexique médiéval du livre et des bibliothèques est souvent ambigu et polysémique. Les graphies anciennes des vocables déroutent le lecteur. Leur interprétation se satisfait rarement d’équivalences simples.

Cette page propose de signaler les principaux sens du vocabulaire concernant les livres et les bibliothèques attesté dans les documents anciens, actes de la pratique, catalogues et inventaires anciens, testaments, comptes, titres de livres et de manuscrits  – titres uniformes[1] et  titres de forme[2]  –,  littérature médiévale, etc.

Pour la nomenclature ancienne des écritures, on se reportera en priorité au fichier manuel de la section de paléographie de l’IRHT.

Les notices proposeront en priorité des définitions appuyées sur les inventaires de bibliothèques françaises et les documents analysés dans le répertoire des Bibliothèques médiévales de France (Répertoire BMF).

[1] On entend ici par “titre uniforme” les titres uniformisés – et souvent simplifies – de certaines oeuvres ; par exemple “Magna glosatura” désigne la Glose de Pierre Lombard sur les Psaumes et saint Paul

[2] On entend ici par “titre de forme” les noms génériques donnés à certains types de livres; par exemple “Diurnal” désigne des bréviaires contenant les prières des heures de l’office célébrées le jour, mais il peut contenir soit le Temporal seul, soit le Sanctoral seul, soit les deux.

chaque notice comporte

– un mot-vedette, le sigle du champ lexical auquel appartient le terme étudié (à la suite de l’entrée principale), la date de rédaction de la notice

– formes variantes, synonymes,  expressions apparentées

– citations référencées de documents historiques attestant les significations proposées

– le nom des auteurs de la notice et la date de révision de la notice

Principales sources citées

Assise, Libraria publica, 1381 = « Inventarium anni 1381 », dans C. Cenci, Bibliotheca manuscripta, t. 1, p. 77-167.

Assise, Libraria secreta, 1381 = « Inventarium anni 1381 », dans C. Cenci, Bibliotheca manuscripta, t. 1, p. 167-371.

Avignon, Collège Saint-Bernard, dit Collège de Sénanque, Inventaire de l’église (vers 1496) = *Avignon, AM, Pintat 5/163, f. 31-41 (anc. Grandes Archives, Boîte 5, n° 163, dit aussi « Cartulaire »).

Bibliothèque pontificale = Jullien de Pommerol (Marie-Henriette) – Monfrin (Jacques), La bibliothèque pontificale à Avignon et à Peñiscola pendant le Grand Schisme d’Occident et sa dispersion : Inventaires et concordances, 1-2, Roma, 1991 (Collection de l’École française de Rome, 141).

Cathédrale de Bayeux, inventaire du trésor (1476) = Caen, AD du Calvados, série G, Bibliothèque du Chapitre de Bayeux, ms. 199, f. 77-99v.

Cîteaux, 1480 = Inventaire dressé par Jean de Cirey, abbé de Cîteaux, entre 1480 et 1482, éd. Henri Omont, Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France, t. 5 : Dijon, Paris, 1889, p. 339-452.

Chronica cassinensis [1075-1140] : [Leo Ostiensis], Chronica monasterii Casinensis ([Petrus Diaconus, †1140 ] Redactio II-III, codd. CDMS), Hannover, ed. H. Hoffmann,  Hannover, 1980, eMGH SS 34, p. 16-607.

Clairvaux, Bibliothèque du dortoir, 1520 = éd. A. Vernet et al., La bibliothèque de l’abbaye de Clairvaux du xiie au xviiie siècle, t. 1, Paris, 1979, p. 585-639.

Commentarius Porretanus in I Cor. = Commentarius Porretanus in primam epistolam ad Corinthios [I Cor. 1-12, 4], éd. Artur Michael Landgraf, Città del Vaticano, 1945 (Studi e testi 117) [commentaire jugé d’inspiration porrétaine, édité à partir du ms. Paris, Arsenal, lat. 1116].

Corbie, xie siècle = Delisle, Cabinet des manuscrits, t. 2, p. 427.

Desachy 2012 : Matthieu Desachy, Deux bibliophiles humanistes. Bibliothèques et manuscrits de Jean Jouffroy et d’Hélion Jouffroy, Paris, 2012 (Documents, études et répertoires, 82).

Deslandes 1896 = Deslandes, « Le Trésor de l’église Notre-Dame de Bayeux, d’après les inventaires manuscrits de 1476-1480 et 1498 conservés à la Bibliothèque du chapitre de Bayeux », Bulletin archéologique du CTHS, 1896, p. 340-450.

Dijon OP 1307 : Inventaire des livres des dominicains de Dijon, 1307 et suiv., AD Côte d’Or, H53 (cartulaire 221), Cartulaire du couvent dominicain de Dijon, f. 145r=p. 1-f. 146v=p. 5, éd. éd. A. Dondaine, « La bibliothèque du couvent des Dominicains de Dijon au début quatorzième siècle (1307) », dans AFP, t. 7, 1937, p. 112-133 et M. Morard, éd., Libraria.#

Du Cange (comité) = fichier du Comité Du Cange, section de lexicographie de l’Institut de recherche et d’histoire des textes.

Du Cange : Du Cange (Charles) et alii, Glossarium mediae et infimae latinitatis, [Paris, 1678], éd. augm., 10 vol., Niort, 1883‑1887.

Florence, San Marco, xve s. 4/4 : Ullman-Stadter 1972 : Berthold L. Ullman, Philip Α. Stadter, The Public Library of Renaissance Florence. Niccolò Niccoli, Cosimo de Medici and the Library of San Marco, Padoue, 1972 (Medioaevo e Umanesimo 10), p. 125-267.

Gorze, xie siècle = Germain Morin, « Le catalogue des manuscrits de l’abbaye de Gorze au xie siècle », Rev. Bénédictine, 22 (1905), p. 3-11 ; A. Wagner, Gorze au xie siècle, Nancy-Turnhout, 1995, p. 137-180.

Humbert de Romans 1956 : Humbert de Romans, Opera de vita regulari, éd. J.-J. Berthier, Turin, 2 vol., 1956.

Jumièges (1170-1220 ca.) = Annales (Les) de l’abbaye Saint-Pierre de Jumièges, Chronique universelle des origines au xiiie siècle, éd. dom Jean Laporte, Rouen, p. 26-103.

Lérins (Saint-Honorat), O.S.B, Bibliotheca Lerinensis antiqua (1640 ca.) = « Bibliotheca Lerinensis antiqua continens volumina ex membranis confecta », Nice, AD des Alpes Maritimes, H 132, 16 f. [édition en préparation].

Lérins (Saint-Honorat), O.S.B, Inventaire des biens (1742) = Nice, AD des Alpes Maritimes, H 126.

Lille, collégiale Saint-Pierre, collégiale : éd. Chrétien Dehaisnes, Documents et extraits concernant l’histoire de l’art dans la Flandre, l’Artois, et le Hainaut avant le XVe siècle, 2 vol., Lille, 1886, ici t. 2, p. 756-759.

Melsa, abbaye O.Cist. (diocèse d’York), inventaire de biens (1396) : Edward August Bond, Thomas Burton, Chronicon monasterii de Melsa, Londres, 3 vol., 1867-1868, ici t. 3, p. lxxvii-c. [d’après ms. London, British Library, Cotton Vitellius, C.VI, f. 235-245.]

Novara, inventaire de la cathédrale de Novara, 1212, éd. Historiae patriae monumenta. Chartarum I, 1836, col. 1192-1194.

Paris, Saint-Victor, O.S.A., Jean de Toulouse = Mémorial (Le) de Jean de Toulouse, prieur vicaire de Saint-Victor de Paris, J.-B. Capit éd., 2 vol., Turnhout, 2001.

Perugia, San Domenico = Inventari di libri di San Domenico di Perugia (1430-80), Tommaso Kaeppeli (éd.), Rome, 1962 (Sussidi eruditi, 15).

Philippe de Dreux, évêque de Beauvais puis archevêque de Reims, testament (1217, 2 novembre) : Ed. Olivier Guyotjeannin, « Le testament de l’évêque de Beauvais Philippe de Dreux (2 novembre 1217) », dans Retour aux sources. Textes, études et documents d’histoire médiévale offerts à Michel Parisse, Paris, 2004, p. 143-154 (éd. de ces extraits p. 147 et p.149).

Pise, Chartreuse de Calci, Inventaire 1379 = Pise, Chartreuse de Calci, Inventaire 1379, n° 134 Giovanna Murano, éd., I manoscritti del fondo Certosa di Calci nella Biblioteca Medicea Laurenziana di Firenze, Firenze, 1996.

Saint Evroult d’Ouche, xiie siècle 1/2 ca. = Inventaire des livres de l’abbaye Saint-Evroult d’Ouche, Paris, BNF, lat. 10062, f. 80v, éd. Henri Omont, Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France, t. 2 : Rouen… Alençon, Paris, 1888, p. 468-469.

Saint Martin des Champs, nécrologe, dans Obituaires de la province de Sens, t. 1: Diocèses de Sens et Paris, 1re partie, Auguste Molinier, éd., Paris, 1902 (Recueil des historiens de la France. Obituaires, 1), p. 439.

San Martino al Cimino [O. Cist.], catalogue de 1305 = Città del Vaticano, Archivio del Capitolo di San Pietro, Abbazie n. 1b, f. 19-26, éd. P. Egidi, « L’abbazia di San Martino… », Rivista storica benedittina, 2 (1907), p. 481-552 ; 3 (1908), p. 543s.

Saint-Maximin, O. P., 1508 = Inventaire dressé par ordre de la Cour des comptes de Provence, Arch. dép. des Bouches du Rhône, B 1226, f. 24-30, éd. Montagnes (Bernard), « La Bibliothèque de Saint-Maximin en 1508 », dans Livres et bibliothèques (XIIIeXVe siècle), Cahier de Fanjeaux 31 (1996), p. 241-259, ici p. 251-259.

Toulouse, Saint-Sernin (1263) = Inventaire des biens de l’abbaye de Saint-Sernin de Toulouse (1263), Archives départementales de la Haute Garonne, 101 H 519 n° 2487, éd. Martin Morard, Saint-Sernin.

Toulouse, Saint-Sernin (1246) = Inventaire des biens de l’abbaye de Saint-Sernin de Toulouse (1246), Toulouse, Archives de la paroisse Saint-Sernin, SSin no 4, inventaire C. Saint-Martin no 2486, C. Douais (éd.), Inventaire des biens meubles et immeubles de l’abbaye de Saint-Sernin de Toulouse dressé le 14 septembre 1246, Paris, 1886, p. 3-28.

Zwettl (O. Cist., Autriche), inventaire de la bibliothèque, vers 1405 = Theodor Gottlieb (éd.), Mittelaterliche Bibliothekskataloge œsterreichs, t. 1, p. 519.

Bibliographie sommaire

N.B. : dans les notices, les références bibliographiques abrégées sont celles du Répertoire BMF, Bibliothèques médiévales de France. Répertoire des catalogues, inventaires, listes diverses de manuscrits médiévaux (VIIIe-XVIIIe s.), dir. A.-M. Turcan-Verkerk, M. Peyrafort-Huin, édition électronique provisoire.

Atsalos (Basile), La terminologie du livre manuscrit à l’époque byzantine, 1re partie : terme désignant le livre et l’écriture, Tessalonica, 1971 (Ellhnika aρaρthma, 21).

Boyle-Gy 2004 : Aux origines de la liturgie dominicaine : le manuscrit Santa Sabina XIV L 1, dir. Léonard E. Boyle OP (†) , Pierre-M. Gy OP, collab. Pawel Krupa OP, Paris, CNRS Editions ; Roma, Ecole française de Rome, « Collection de l’École française de Rome, 327 ; Documents, études et répertoires, 67 », 2004, 456 p.- [40] p. de pl. en noir et en coul. ; 24 cm.

Cenci (Cesare), Bibliotheca manuscripta ad sacrum conventum assisiensem, 2 vol., Assisi, 1981.

Du Cange (Charles ) et alii, Glossarium mediae et infimae latinitatis, [Paris, 1678], éd. augm., 10 vol., Niort, 1883‑1887.

Ehrle (Franciscus), Historia bibliothecae Romanorum pontificum, tum Bonifatianae, tum Avenionensis, I, Roma, 1890.

Faider (Paul), « Notes lexicographiques à propos de la ‘pecia’ et de la transcription des livres au XIIIe et au XIVe siècle », dans ALMA, t. 12, 1937, p. 153-161. [Concerne le vocabulaire de la production du livre ; moins pointu que le précédent.]

Gallo (A.), « Contributo alla storie delle scritture… », Bulletino dell’Istituto storico italico del Medioevo, 47, 1932 .

Gasparri (Françoise), « Sur la terminologie médiévale des écritures », dans ALMA, t. 65, 2007, p. 261-277.

Gay-Stein 1928 :  Gay (Victor), Glossaire archéologique du Moyen-Âge et de la Renaissance, 1 vol., Paris, 1887, revu et complété par Henri Stein, 2 vol., Paris, 1928.

Genest 1989 :  Genest (Jean-François), « Le mobilier des bibliothèques », dans Vocabulaire du livre et de l’écriture au Moyen ÂgeMoyen Âge, Turnhout, 1989, p. 136-154.

Godefroy (Frédéric), Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du xie siècle…, 9 vol., Paris, 1880.

Gottlieb (Theodor), Mittelaterliche Bibliothekskataloge Œsterreichs, t. 1, Wien, 1915.

Gy (Pierre-Marie), « The Different Forms of Liturgical Libelli », dans Fountains of Life. Mélanges en mémoire de N. K. Rasmussen, Washington, 1991.

Gasnault 1980 : Gasnault (Pierre), « Observations paléographiques et codicologiques tirées de l’inventaire de la librairie pontificale de 1369 », Scriptorium, 34, 2, 1980, p. 269-275.

Guineau 2005 : Guineau (Bernard), Glossaire des matériaux de la couleur et des termes techniques employés dans les recettes de couleurs anciennes, Turhout, 2005 (De diversis artibus, t. 73, n. s. 36).

Häring (Nicolaus M.), « Commentary and Hermeneutics », dans Renaissance and Renewal in the twelfth century, Robert Louis Benson, Giles Constable, Carol Dana Lanham, Cambridge (MA), 1982, repr. 1999, p. 173-200.

Havard (Henry), Dictionnaire de l’ameublement et de la décoration depuis le xiiie siècle jusqu’à nos jours, 4 vol., Paris, s.d. (éd. ap. 1878).

Hervier (Dominique), Pierre Le Gendre et son inventaire après décès, étude historique et méthodologique, Paris, 1977.

Huguet (Edmond), Dictionnaire de la langue française du xvie siècle, 7 vol., Paris, 1925.

Laborde (Léon de), Glossaire français du Moyen Âge à l’usage de l’archéologue et de l’amateur des Arts, précédé de l’inventaire des bijoux de Louis duc d’Anjou, dressé vers 1360, Paris, 1872.

Lehmann (Paul), « Mittelalterliche Büchertitel », dans Erforschung des Mittelalters, t. 5, Stuttgart, 1962, p. 1-93 [réédition légèrement augmentée d’études parues d’abord dans Stizungsberichten-Ber. der Bayer. Akademie den Wissenschaften. Philos.-hist. Klasse, 1948, München, 1949, Heft. 4 et 1953, Heft 3].

Lehoux (Françoise), Gaston Olivier, aumônier du roi Henri II : bibliothèque parisienne et mobilier du xvie siècle, Paris, l’auteur, 1957.

Lexikon des gesamten Buchwesens, S. Corsten, G. Pflug, Fr. A. Schmidt-Künsemüller, éd., 8 vol. parus, Suttgart, 1985-2009.

MBKDS : Mittelalterliche Bibliothekskataloge Deutschlands und der Schweiz, 1-4/2, München, 1918-1979 ; Ergänzungsband : Handschriftenerbe des deutschen Mittelalters 1/1-3, München, 1989-1990.

Meyer 2005 : Meyer (Christian), « Le Pulpitarium des frêres prêcheurs », Archivum Fratrum Praedicatorum 75 (2005), p. 5-28.

Morard 2008 : Morard (Martin), La harpe des clercs. Réceptions médiévales du Psautier latin entre usages populaires et commentaires scolaires, thèse de doctorat en histoire, dir. J. Verger, 3 vol., Paris IV-Sorbonne, 2008.

Morard, Saint-Sernin = Morard (Martin), « Les livres des chanoines de Saint-Sernin de Toulouse d’après les inventaires de 1246 et 1263 », dans Universitas scolarium. Mélanges offerts à Jacques Verger par ses anciens étudiants, dir. C. Giraud, M. Morard, Paris, 2011, p. 201-265.

Moussy (Claude Jean-Marie), Appellations latines des titres de livres, dans Titres et articulations du texte dans les oeuvres antiques, 1997, p. 1-7.

Muzerelle (Denis), Vocabulaire codicologique. Répertoire méthodique des termes français relatifs aux manuscrits avec leurs équivalents en anglais, italien, espagnol, Edition hypertextuelle, Version 1.1, 2002-2003 ; édition imprimée : Paris, 1985. [Pour la terminologie moderne des bibliothèques et du livre, nombreux exemples illustrés.]

Paul (André), « Les diverses dénominations de la Bible », dans Recherches de science religieuse, 83 (1995), p. 373-402.

Rizzo 1984 : Rizzo (Sylvia), Il lessico filologico degli Umanisti, Roma, 1984 (Sussidi eruditi, 26) [Excellent outil pour la terminologie relative au livre imprimé et manuscrit].

Ruzzier (Chiara), Entre Université et Ordres mendiants : la miniaturisation de la Bible au xiiie siècle, Thèse de doctorat en histoire, Paris 1 – Panthéon Sorbonne, 2010.

Savino (Giancarlo), « Nomenclatura codicologica della libreriadi Sozomeno », Bibliofilia 86 (1984), disp. 2, p. 173-178.

Sharpe (Richard), Titulus. Indentifying Medieval Latin texts. An Evidence-Based Approach, Turnhout, 2003.

SOPMA = Kæppeli (Thomas), Panella (Emilio) [t. 4], Scriptores Ordinis Prædicatorum Medii Ævi, 4 vol., Romae ad S. Sabinae,, Istituto storico domenicano, 1970-1975-1980-1993.

Staubach (Nicolas), « Diversa raptim undique collecta : Das Rapiarium im geistlichen Reformprogramm der Devotio moderna », dans Literarische Formen des Mittelalters : Florilegen, Kompilationen, Kollektionen, her. Kaspar Elm, Wiesbaden, 2000, p. 115-147.

Teeuwen (Mariken), The Vocabulary of Intellectual Life in the Middle Ages, Turnhout, 2003 (civicima. Etudes sur le vocabulaire intellectuel du Moyen Âge 10) [Utile pour repérer les termes traités dans les volumes de CIVICIMA].

Titres et articulations du texte dans les oeuvres antiques. Actes du Colloque International de Chantilly 13-15 décembre 1994, J.-C. Fredouille et alii (éd.), Paris, 1997 (Collection des Etudes Augustiniennes. Série Antiquité 152).

Vernet 1979 : A. Vernet et al., La bibliothèque de l’abbaye de Clairvaux du xiie au xviiie siècle, t. 1, Paris, 1979.

Vigili : M.-H. Laurent, Fabio Vigili et les Bibliothèques de Bologne au début du xvie siècle d’après le ms. Barb. lat. 3185, Città del Vaticano, 1943 (Studi e testi 105).

Vocabulaire du livre et de l’écriture au Moyen Âge, Actes de la table ronde Paris 24-26 septembre 1987, éd. O. Weijers, Turnhout, 1987 (CIVICIMA 2).

Typologie des lexèmes

B = bâtiment

C = codicologie

L = liturgie

M = mobilier

E = écriture, paléographie, couleurs

P = personnel

R = reliure

T = titre de livre ou élément textuel

Abréviations

Pour les abréviations bibliographiques et les références aux éditions de catalogues anciens, voir ci-après BIBLIOGRAPHIE

[1] Humbert de Romans, De officiis ordinis, c. 25, dans Opera de vita regulari, t. 2, p. 299 : « Cum autem aliquas falsitates manifestas, vel defectus, vel errores invenit in libris in quibus praevidet lectiones, si fuerint libri de domo, debet hujusmodi falsitates ostendere librario si sunt libri de communi ; vel fratribus quibus sunt assignati, si non fuerint de communi ».

[2] Morard, Martin, « Inventaire — Dijon, O.P. (H) – 1307 », dans Libraria, Éditions d’inventaires, Paris, IRHT, 2013 (Ædilis, Sites de programmes scientifiques, 4) [En ligne] http://www.libraria.fr/fr/editions/inventaire-—-dijon-o-p-h-1307 et id, Dijon, Couvent O.P. – 1307 », dans Libraria, BMF : Notices , Paris, IRHT, 2013 (Ædilis, Sites de programmes scientifiques, 4) [En ligne] http://www.libraria.fr/en/BMF/dijon-couvent-op-1307.

[3] Latinitatis Italicae medii aevi lexicon (saec. V ex. – saec. XII in.), éd. F. Arnaldi, P. Smiraglia, ed. altera aucta addendis quae confecerunt L. Celentano, A. De Prisco, A.V. Nazzaro, I. Polara, P. Smiraglia, M. Turriani, Firenze, 2001 (Millennio medievale, 29), « Addenda, fasc. 1 », p. 1002.

[4] « Alaparum autem nomine barbaro, glossariorum scriptoribus ignoto, tabulas exteriores intelligi quibus Evangeliorum liber compactus fuerat, non videtur in dubium verti posse. » (« Observationes ad Vitam sancti Petri », reprod. dans PL, 106, col. 518A).

[5] Agnellus Ravennas, Liber pontificalis Ecclesiae Ravennatis, éd. D. Mauskopf-Deliyannis, Turnhout, 2006 (CCCM, 199), p. 174.

[6] Ibid., p. 350.

[7] A. Blaise, Dictionnaire  latin-français  des  auteurs  du  Moyen  Âge, Turnhout,  Brepols,  1975 (Corpus Christianorum, Continuatio medievalis), art. « Alapa ».

[8] Pau, AD des Pyrénées-Atlantiques, H 55 ; cf. BMF – Guillelmus de Petri Godino – 1304.

[9] Paris, BnF, lat. 656, f. 77v

[10] « Appendaria » (par C. du Cange, 1678), dans du Cange, et al., Glossarium mediae et infimae latinitatis, éd. augm., Niort : L. Favre, 1883‑1887, t. 1, col. 326a. http://ducange.enc.sorbonne.fr/APPENDARIA

[11] Paris, BnF, lat. 13070, f. 277 et lat. 17174, f. 282 [copies] ; édition François Bougard, à paraître en 2011.

[12] Delisle, Cabinet des manuscrits, t. 2, p. 427.

[13] Mathier Desachy, « Les livres des chanoines de Rodez », dans Livres et bibliothèques (xiiie-XVe siècle), Cahiers de Fanjeaux 31, Toulouse, p. 157-184, ici p. 159.

[14] Voir Pierre Lévèque, Aurea catena Homeri. Une étude sur l’allégorie grecque, Paris, 1959.

[15] . Mollat, éd., Etienne Baluze. Vitae paparum Avinionensium, t. 3, 2e éd., Paris, 1921, p. 334 :  « Legamus […] Summam que dicitur Catena aurea pro communi studio, ita quod nulla ratione aliis usibus applicetur ». Sur ce texte, cf. M. Morard,  « Nicolaus de Freavilla, O.P. – 1321 », dans Libraria, CNRS, Paris, IRHT, 2013 (Ædilis, Sites de programmes scientifiques, 4) [En ligne] http://www.libraria.fr/en/BMF/nicolaus-de-freavilla-op-1321.

[16] Quétif (Jacques), Echard (J.), Scriptores ordinis predicatorum, t. 1, Paris, 1719, p. 329 suivi par J.-B. De Rubeis, De gestis et scriptis … sancti Thomae Aquinatis…, in : Thomae de Aquino Opera omnia, t. 1, Venise, 1775, p. CVIII

[17] Morard, Martin, « Inventaire — Dijon, O.P. (H) – 1307 », dans , Éditions d’inventaires, Paris, IRHT, 2015 (Ædilis, Sites de programmes scientifiques, 4) [En ligne] http://www.libraria.fr/fr/editions/inventaire-—-dijon-o-p-h-1307

[18] Sharpe, A Handlist, 2013, p. 393.

[19] Cf. « Batticum » (par les Bénédictins de St. Maur, 1733–1736), dans du Cange, et al., Glossarium mediae et infimae latinitatis, éd. augm., Niort : L. Favre, 1883‑1887, t. 1, col. 605c. http://ducange.enc.sorbonne.fr/BATTICUM qui renvoit à Athanase le Bibliothécaire (815-880), Historiae de vitis romanorum pontificum continuatio : « Evangelium ex auro mundissimo cum gemmis » d’après une leçon variante signalée par Muratori, t. 3, p. 193, col. 2 (= PL 128, 1218, mais la Patrologie ne donne pas la leçon « batticis ».

[20] Muzerelle, Vocabulaire, art. « bossette, bouillon, boulon, cabochon », fig. 301, F

[21] Todi, Biblioteca comunale, cod. 185, f. 48v, éd. Enrico MENESTO, « Gli inventarî trecenteschi della biblioteca del convento francescano di San Fortunato di Todi », in : Immagini del Medioevo saggi di cultura mediolatina, Spoleto, 1994, p. 191-232, ici p. 232.

[22] Uguccione da Pisa, Derivationes, art. Bibo (B64), éd. E. Cecchini, Firenze, 2004, voir en particulier t. 2, p. 124-125.

[23] Mot d’origine grecque mais qui n’est attesté qu’en latin.

[24] A partir du VIe siècle.

[25] Paris, BNF, naf 7111 [coll. Brienne, t. 140], fol. 61-66v, au fol. 63 (copie moderne). Edition : Delisle, Cabinet, t. I, p. 11 (extrait).

[26] Pau, AD des Pyrénées-Atlantiques, H 55 ; cf. BMF – Guillelmus de Petri Godino – 1304.

[27] Obituaires de la province de Sens, t. 1: Diocèses de Sens et Paris, 1re partie, Auguste Molinier, éd., Paris, 1902 (Recueil des historiens de la France. Obituaires, 1), p. 439, notice d’Evrard, prieur de Saint-Martin, décédé le 18 mai 1262 (15 des calendes de juin).

[28] Plus tard on trouvera aussi des locutions comme bibliotheca divinae legis, etc.

[29] V. Tirelli, « La biblioteca della cathedrale di Cremona », Italia medioevale e umanistica, 7 (1964), éd. ici p. 72.

[30] Ed. Olivier Guyotjeannin, « Le testament de l’évêque de Beauvais Philippe de Dreux (2 novembre 1217) », dans Retour aux sources. Textes, études et documents d’histoire médiévale offerts à Michel Parisse, Paris, 2004, p. 143-154 (éd. de ces extraits p. 147 et p.149), ici p. 149. Texte communiqué par Monique Peyrafort.

[31] Gerland de Besançon, In Ps. prol., (Besançon, BM 34), éd. M. Morard, La harpe des clercs, p. 2083-2095, ici p. 2094.

[32] Mémoires de la Société des antiquiares de la Morinie, Paris- Saint-Omer, 1864, p. 262.

[33] Gerland de Besançon, In Ps. prol., (Besançon, BM 34), éd. M. Morard, La harpe des clercs, p. 2083-2095, ici p. 2094.

[34] REW5, n°1866. Französisches Etymologisches Wörterbuch, art. « charta. II.15 », p. 629 (https://apps.atilf.fr/lecteurFEW/index.php/page/view), de préférence au Trésor de la langue française informatisé , art. « cartable » : . « Étymol. et Hist. 1. 1635 (MONET, Abr. du parallèle des lang. fr. et lat. : Cartable, livre blanc à écrire); 2. 1810 (E. MOLARD, Le Mauvais lang. corrigé, p. 62 : Cartable. Dites grand portefeuille); 1814 (JOUY, L’Hermite de la Chaussée d’Antin, t. 5, p. 138). Se rattache au lat. charta (carte*), mais l’origine de la 2e partie du mot est obscure. Dep. Spitzer ds Z. rom. Philol., t. 43, 1923, p. 322, l’hypothèse couramment reçue (BL.-W.5; DAUZAT 1973; v. aussi FEW t. 2, p. 630b) est celle d’un emprunt au latin médiéval monastique c(h)artabulum (le suff. -abulum exprimant la notion de contenance, cf. cunabula, acetabulum, digitabulum, turibulum), attesté dans le domaine ital. en 1368 au sens de « registre » (DEI, s.v. cartabello); cependant l’apparition tardive du mot fr. et sa rareté en lat. médiév. sont difficiles à expliquer; d’autre part, l’alternance du suff. -ulum/-ellum que Spitzer invoque pour expliquer l’a. prov. cartabel « feuille volante » (fin XIIIe s. ds RAYN.) et l’ital. cartabello, scartabello (XVe s. ds DEI), si elle est fréquente en lat. vulg., fait difficulté pour la lang. savante (FEW, loc. cit.; COR., s.v. cartapacio). COR. et DEI, loc. cit., DEVOTO, s.v. cartabello expliquent le groupe de mots romans correspondant à cartable par un chartae tabula/tabella, ces 2 derniers mots étant bien attestés en lat., mais le syntagme ne semblant pas l’être en lat. médiéval. L’hypothèse d’un emprunt à l’espagnol cartapel « ensemble de feuilles volantes » (EWFS2), relativement récent (1612 ds COR.) fait difficulté du point de vue phonétique ; l’espagnol est plutôt emprunté (avec influence de papel « papier ») à l’ancien provençal cartabel. »

[35] Französisches Etymologisches Wörterbuch, art. « charta. II.15 », p. 629 (https://apps.atilf.fr/lecteurFEW/index.php/page/view).

[36] Cf. Bailly, Dictionnaire grec-français : πωλέεω. Gaffiot, Dictionnaire latin-français, qui ignore l’acception codicologique du terme.

[37] La documentation du Novum glossarium mediæ latinitatis (Institut de France, Paris) ne contient aucune fiche aux entrées c(h)artabellus, c(h)artapellus ou scartabellus. Je remercie Renaud Alexandre, rédacteur du au sein de la section de lexicographie latine de l’IRHT (CNRS-comité Du Cange), pour cette information (communication écrite du 27.5.2016.

[38] neque ] in M

[39] veneris] + et m

[40] Compendium medicine… tam morborum universalium quam particularium nondum medicis sed et cyrurgicis utilissimum, Lyon : Jacobus Saccon pour Vincentius de Portonariis, 1510, f. 297vb-298ra ; j’ai collationné le passage dans le ms. Madrid, Bibl. Nac., 1199, f. 144rb (v. 1300).

[41] Cf. Ernest Wickersheimer, « Gilbert, Gilbert l’Anglais,Gilbert de Aquila », Dictionnaire biographique des médecins en France au Moyen Âge (nouvelle édition sous la direction de Guy Beaujouan), t. 1, Paris, 1979, p. 191-192 rejette l’identification de « Gilbert l’Anglais » avec Gilbert de Montpellier ; t. 3, Danielle Jacquart, Supplément , p. 88 invite à la prudence. En revanche, Monica H. Green, « Gilbertus Anglicus », Medieval Science, Technology, and Medicine: An Encyclopedia ; dir. Thomas F. Glick, Steven John Livesey, Faith Wallis,  New-York, 2005, p. 196-197 est moins réservée.

[42] Ed. Martin Morard, à paraître, d’après le ms.  Firenze, Laurenziana, Conv. soppres. 240, f. 163ra-rb, début 14e s.

[43] Sur les recueils de sermons, voir par exemple Nicole Bériou, L’avènement des maîtres de la Parole: la prédication à Paris au XIIIe siècle, 2 vol., Paris, 1998.

[44] ed. Azaïs, v. 24721.

[45] Ed. Azaïs, cartapels : ms. B, cartels : ms. C dont la copie date de Toulouse vers 1340, cf. Hiromi Haruna-Czaplicki, « Les manuscrits occitans enluminés du Breviari d’amor », Cahier de Fanjeaux 51, Toulouse, 2016, p. 37-85, ici p. 70.

[46] Cf. Diego Ciccarelli , « I sermones antoniani del cod. 15 della Biblioteca Alagoniana di Siracusa », Le Fonti e la teologia dei Sermoni antoniani, Antonino Poppi (éd.), Padova, 1982, p. 269-281. D’après Scriptorium 38/2 (1985), « Bulletin codicologique », n. 431, p. 124*. Référence communiquée par Donatella Nebbiai.

[47] D’après la transcription en ligne, publiée sur le site de la « Società Romana di Storia Patria », ASC, Notai, Sezione I, voll. 649/4-14 e 650*  [ver. 1.1]. [consultation en date du 27.5.2016].

[48] Erik Drigsdahl & CHD Center for Håndskriftstudier i Danmark, « Cisio Janus in Latin and French – Printed Hore from Paris 1488-1530 ».

[49] Theodor Gottlieb (éd.), Mittelaterliche Bibliothekskataloge œsterreichs, t. 1, p. 519, lignes 1 et 20.

[50] Kopenhagen, Det Kongelige Bibliotek; GKS 79 2, 7 recto.

[51] Cf. H. J. HERMANN, Die westeuropäischen Handschriften und Inkunablen der Gotik und der Renaissance mit Ausnahme der Niederländischen Handschriften. 1. Englische und Französische Handschriften des XIII. Jahrhunderts. (Beschreibendes Verzeichnis der illuminierten Handschriften in Österreich. VIII. Band: Die illuminierten Handschriften und Inkunabeln der Nationalbibliothek in Wien). Leipzig 1935, p. 85 ; pl. 24.

[52] BnF, lat. 411, f. 1ra rubrique marg. sup.

[53] Gasnault 1980, p. 272.

[54] Jordi Rubió i Balaguer, Sobre biblioteques i biblioteconomia, Barcelona 1995 (Biblioteca Abat Oliba, 155), p. 99, n. 6.

[55] « Crinale » (par C. du Cange, 1678), dans du Cange, et al., Glossarium mediae et infimae latinitatis, éd. augm., Niort : L. Favre, 1883‑1887, t. 2, col. 620a. http://ducange.enc.sorbonne.fr/CRINALE

[56] Luigi Frati, Statuti di Bologna dall’anno 1267, Bologna 1876, vol. 2, p. 205.

[57] Bibliothèque pontificale, t. 1, p. 113-115.

[58] Toulouse, Archives de la paroisse Saint-Sernin, SSin no 4 no 2486, C. Douais (éd.), Inventaire des biens meubles et immeubles de l’abbaye de Saint-Sernin de Toulouse dressé le 14 septembre 1246, Paris, 1886, p. 3-28, ici n°56.

[59] The Chartae of the Carthusian General Chapter. A Supplement, Ms. Grande-Chartreuse 1 Cart. 16, éd. John Clark, Salzburg, 2009 (AC 100:44), p. 43.

[60] Par exemple, Jean de Aversa le jeune, In Ps., Paris, BnF, n.a.l. 1759, f. 80-132v: Italie méridionale, 1340-1375 environ.

[61] Edition M. Morard, in Glossa ordinaria in Mc. 1, Glossae Scripturae Sacrae-electronicae (Gloss-e), https://gloss-e.irht.cnrs.fr

[62] cf. ibid., f. 7v : « Role fait par moy Dom Venans  Delisle de Marseille, en rescevant le soin de la sacrestie du Reverendissime Pere Dom Honoré Dedons  abbé titulaire le 4 mai 1666 le tout fait en présence du Révérendissime Dom Mauro de Gérin abbé de ce monastère ».

[63] Delisle, Cabinet des manuscrits, t. 2, p. 262.

[64] éd. L. Delisle, « Notice sur Orderic Vital », dans Auguste Le Prevost et al., Orderici Vitalis… Historiae ecclesiasticae libri tredecim, t. 5, Paris, 1855, p. I-CVI, ici XVII, voir aussi p. XIX.

[65] Martin Morard; « Daniel de Lérins et le Psautier glosé :nouveau regard sur la Glose de la Bible à la fin du xie siècle », Revue Bénédictine,  121 (2011), p. 393-445, ici p. 437

[66] éd. L. Delisle, « Notice sur Orderic Vital », dans Auguste Le Prevost et al., Orderici Vitalis… Historiae ecclesiasticae libri tredecim, t. 5, Paris, 1855, p. I-CVI, ici XVII, voir aussi p. XIX.

[67] Todi, Biblioteca comunale, cod. 185, f. 3r, éd. Enrico MENESTO, « Gli inventarî trecenteschi della biblioteca del convento francescano di San Fortunato di Todi », in : Immagini del Medioevo saggi di cultura mediolatina, Spoleto, 1994, p. 191-232, ici p. 199.

[68] Cf. Histoire littéraire de la France, t. 10, nouv. éd., Martin Paulin, Paris, 1868, p. 170 ; cf. PL 162 : « Anselmus Scholasticus et canonicus Laudunensis ».

[69] Pour ignorer cette édition, l’éditeur de Jean de Toulouse (voir note précédente) considère à tort la date de 1610 comme une erreur.

[70] Giovanna Murano, I manoscritti del fondo Certosa di Calci nella Biblioteca Medicea Laurenziana di Firenze, Firezne, 1996, p. 48.

[71] Référence à préciser.

[72] Summa quae dicitur Verbum adbreviatum (textus conflatus), CCCM196, éd. M. Boutry, 2004, lin. 15.

[73] Edité in Thomae Aquinatis Opera omnia, t. 23, Parme, 1869, p. 325-511, ici p. 413a29.

[74] Voir ici le catalogue du trésor de la cathédrale de Cremone (1201), cité dans l’article « Nabla », qui distingue les « nabla intercisa », du commentaire de Gilbert [de la Porrée] sur les Psaumes.

[75] Giovanna Murano, I manoscritti del fondo Certosa di Calci nella Biblioteca Medicea Laurenziana di Firenze, Firezne, 1996, p. 47.

[76] Cf. Hilary Jenkinson, Beryl Formoy, ed., « Select Cases in the Exchequer of Pleas edited, from the records in the Public Record Office », The Publications of the Selden Society, t. 48, (1932 for 1931), p. 72.

[77] Éd. : Bénédictins du Bouveret, Colophons de manuscrits occidentaux des origines au 16e siècle, Fribourg (CH), t. 4, 1976, n° 12508  (signalé dans Rev. Bén. 48, 1936, p. 75, n. 3); autres colophons du même copiste, Leonardo Sanuto, cf. ibid. 12509, 13063 et bibliographie citée.

[78] Les usages de catalographie française (Ecole nationale des chartes, Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France) qualifient de “recueil composite”, une entité codicologique homogène, souvent copiée d’une seule main, mais contenant plusieurs textes de nature et d’auteurs différents”. D. Muzerelle, Vocabulaire codicologique : répertoire méthodique des termes français relatifs aux manuscrits, Paris 1985 (en ligne) ignore le “recueil composite” qui ne doit pas être confondu ni avec le “volume composite” défini comme un « volume formé par la réunion d’unités codicologiques indépendantes » [mais homogène textuellement], ni avec le « recueil factice » (hétérogène codicologiquement et textuellement), ni avec le « recueil composite » (homogène codicologiquement, hétérogène textuellement). [Martin Morard, 4.12.2020]

[79] Terme et document repérés par François Bougard.

[80] [Fauris de Saint-Vincens (Alexandre-Jules-Antoineà ], Lettres inédites de M. de Peiresc, communiquées à M. Millin, par L.P.D.S.V., Aix, 1816, p. 18.

[81] Angelo Maria Bandini, Catalogus codicum Latinorum Bibliothecae Mediceae Laurentianae sub auspiciis Pet Florentiae, 1774, die 1. mensis Ianuarii 1774.

[82] Giovanna Murano, I manoscritti del fondo Certosa di Calci nella Biblioteca Medicea Laurenziana di Firenze, Firezne, 1996, p. 45.

[83] Par exemple : Compte de l’abbaye de Saint-Amand en 1552, cités dans « Documents pour divers points d’histoire et d’archéologie locale », Bulletin de la Commission des antiquités de la Seine inférieure, 13 (1906), p. 394 : « Payé pour unes matines pour Baugueroult, x deniers. »

[84] Voir Charles du Cange (1678), « Matutini-Matutinalis liber », dans du Cange, et al., Glossarium mediae et infimae latinitatis, éd. augm., Niort : L. Favre, 1883‑1887, t. 5, col. 312b. P. Carpentier (1766), « Matutinale » , dans du Cange, et al., Glossarium mediae et infimae latinitatis, éd. augm., Niort : L. Favre, 1883‑1887, t. 5, col. 311c. Petit Littré, éd. A. Beaujean, Paris, 1959, p. 1317 : « Livre d’église contenant les prières du matin ».

[85]         Archives de Seine inférieure, Cahier de la judiriction du chapitre : Jean Boivin, écrivain [copiste] et vendeur de livres au Portail des Boursiers, le 2 octobre 1406, fait saisir les matines du clerc Gilles Le Loup, d’après Bulletin de la Commission des antiquités de la Seine inférieure, 13 (1906), p. 398.

[86] Cf. Mittelalterliche Bibliothekskataloge Deutschlands und der Schweiz, IV/3 : Register, München, 2009 (, p. 196.

[87] Cf. P. Carpentier (1766), « Matutinale » , dans du Cange, et al., Glossarium mediae et infimae latinitatis, éd. augm., Niort : L. Favre, 1883‑1887, t. 5, col. 311c. « … Matines quo præsertim significatur officium B. M. V. vel libellus sacrarum precum. »

[88] Repris à la lettre par Sainte-Palaye, M. de La Curne de (Jean-Baptiste de La Curne), Dictionnaire historique de l’ancien langage françois, ou Glossaire de la langue franxoise depuis son origine jusqu’au siecle de Louis XIV, éd. L. Favre, t. 7, Niort, 1875, p. 256 qui renvoie à [Archives nationales] J.J. 142.

[89] Trévoux, Dictionnaire universel.

[90] Paul Lorain, Tableau de l’instruction primaire en France d’après des documents authentiques et notamment d’après les rapports adressés au ministre de l’instruction publique par les 490 inspecteurs chargés de visiter toutes les écoles de France, à la fin de 1833, Paris, 1837, p. 349 : « Loir-et-Cher ; arr. de Vendôme. – Le Psautier, la vie de Jésus, la Doctrine chrétienne, la Civilité et les contrats sont généralement les livres mis entre les mains des enfants. Ces ouvrages ne paraissent pas, aux yeux des instituteurs instruits, pouvoir servir beaucoup au développement de l’intelligence des enfants. » P. 362 : « Manche ; arr. de Saint-Malo, canton de la La Haye du Puits. – Les écoles primaires rurales sont encore réduites à la lecture presque exclusive des livres latins, les grandes et petites matines, le psautier, etc. Le très petit nombre de livres français est, ou incomplet, ou mal choisi. » Le Dictionnaire de l’Académie française, dans son édition de 1838, t. 2, p. 178, ignore complètement cette acception codicologique du mot « matines ».

[91] Paul Lorain, Tableau de l’instruction primaire en France d’après des documents authentiques et notamment d’après les rapports adressés au ministre de l’instruction publique par les 490 inspecteurs chargés de visiter toutes les écoles de France, à la fin de 1833, Paris, 1837, p. 349 : « Manche ; arr. de Saint-Lô. – Après l’abécédaire, on fait lire les enfants dans deux petits abrégés de psautier, connus sous les noms de « Petites et grandes matines ». Ces livres doivent être supprimés, puisqu’on les fait lire ensuite dans le psautier lui-même. » – Sur l’usage médiéval du psautier en milieu populaire et pour l’apprentissage de la lecture, voir Martin Morard, La harpe des clercs : réceptions médiévales du Psautier entre pratiques populaires et commentaires scolaires, thèse de doctorat en Histoire, Paris-IV – Sorbonne, 2008, 3 vol., 2870 p., ici p. 933-965.

[92] P. Carpentier (1766), « Matutinale » , dans du Cange, et al., Glossarium mediae et infimae latinitatis, éd. augm., Niort : L. Favre, 1883‑1887, t. 5, col. 311c. : « Charta ann. 1214. apud Muratori, tom. 5. Antiq. Ital. mediae ævi, col. 519 : « Et dicit, quod dictæ ecclesiæ dedit… antiphonarium unum de die et alium de nocte, et unum psalterium, et unum Matutinale. »

Rouen, 7 juin 1529, dans un contrat de tabellionnage il est rappellé que le 22 octobre 1526, Guillaume Challenge, chanoine de Rouen, promet de donner aux Filles-Dieu de Rouen pour la dot de Madeleine du Mesnil « ung psaultier et unes matines » ; même deux livres donnés le 13 juin 1534 pour la dot de Jeanne Frontin par ses parents (« Documents pour divers points d’histoire et d’archéologie locale », Bulletin de la Commission des antiquités de la Seine inférieure, 13 (1906), p. 334).

[93] Archives nationales, P 133414 (pieces provenant de la Chambre des comptes d’Angers), f. 61, d’après Gabriel Bianciotto, Le roman de Troyle, Rouen, 1994, p. 198 : « A Hervé Giellin, secretaire dudit seigneur, ledit jour [5 mai 1447], la somme de trois florins six gros pour acheter du parchemin a faire unes petites matines pour donner à la seneschalle d’Anjou. »

[94] Testament de Guillaume Louvet (1444), laïc et riche commerçant de la paroisse Saint-Sauveur de Montivilliers (Seine-Maritime) qui lègue des grandes matines et des matines à fermoir d’argent, d’après Charles de Robillard de Beaurepaire, Notes et documents concernant l’état des campagnes de la haute Normandie dans les derniers temps du Moyen Age, Évreux, Rouen, 1865, mention p. 405.

[95] Transaction au sujet d’un mobilier (18 février 1488) : « … 2 landiers, unes grandes matines à femme, 3 tasses d’argent et toutes ses robes… », cité dans « Documents pour divers points d’histoire et d’archéologie locale », Bulletin de la Commission des antiquités de la Seine inférieure, 13 (1906), p. 165.

[96] Clairvaux 1 et 2.

[97] Peyrafort-Huin.

[98] Nebbiai, Saint-Victor.

[99] Bibliothèques ecclésiastiques, 1.1 et 1.2.

[100] Cf. Frédéric Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du 9e au 15e siècle, Paris, 1881.

[101] François du Harley, abbé commandataire de Saint-Victor de Paris.

[102] Cité par Pierre Bayle, « Tillet (Jean de) », dans Dictionnaire historique et critique, t. 4, 5e éd. 1740, p. 364, note B.

[103] Sur le malentendu soulevé par ce terme, voir M. Morard, « Sacramentarium immixtum et uniformisation romaine : De l’Hadrianum au Supplément d’Aniane », Archiv für Liturgiewissenschaft, 46, no 1-2 (2004), p. 1-30.

[104] Voir C. du Cange, « Missale (2) : Missale mixtum », dans id. et al., Glossarium mediae et infimae latinitatis, éd. L. Favre, 10 vol., Niort, 1883-1887, ici t. 5, col. 419a : « Ubi, ni fallor, præter ea quæ ad missam spectant, alia occurrunt. Testamentum Mascaronæ Comitis Ruthenens. anno 1291 apud Baluz. tom. 2. Hist. Arvern. [Histoire généalogique de la maison d’Auvergne, 1708] pag. 550 : Donamus Fratribus Minoribus unum missale mixtum ad opus dictæ capellaniæ. » Voir aussi id., « Mixtum (3) », ibid., col. 431b : « Liber, ni fallor, ecclesiasticus. Hist. Abbatiæ Condomensis pag. 507 : ‘Scripsit manu propria libros ecclesiasticos, videlicet duo missalia, duos graduales sive jornaria, duo prosaria, et unum mixtum. »

[105] Voir Robert Amiet, « Les livres liturgiques et le calendrier du diocèse d’Elne », dans Liturgie et musique (ixe-xive s.), Toulouse, 1982 (Cahiers de Fanjeaux, 17), p. 139-154, ici 143.

[106] Cette interprétation rejoint celle d’Alexandre Lesleus, Missale mixtum secundum Regulare Beati Isidori, dictum Mozarabes, Rome, 1755, et de Faustinus Arevalus, Isidoriana sive in editionem operum sancti Isidori Hispalensis prolegomena, 1796, c. 88 ; voir PL 81, 678.

[107] Missale mixtum secundum regulam beati Isidori dictum mozarabes, Tolède, 1500, rééd. PL 85, 109-1036C.

[108] L’usage a perduré à Saint-Sernin au xive s. ; voir Aimé-Georges Martimort, « Répertoire des livres liturgiques du Languedoc antérieurs au concile de Trente », dans Liturgie et musique, cité n. 68, p. 51-80, ici 76. Voir encore le missel Toledo, Cathedral, Reservado 2 et Reservado 3, daté de 1478 en colophon, f. 1r : « Incipit missale mixtum secundum consuetudinem ecclesie toletane. » Sur les liturgies hispano-languedociennes, voir Liturgie et musique, cité n. 68, passim.

[109] V. Tirelli, « La biblioteca della cathedrale di Cremona », Italia medioevale e umanistica, 7 (1964), éd. p. 72-76.

[110] Pau, AD des Pyrénées-Atlantiques, H 55 ; cf. BMF – Guillelmus de Petri Godino – 1304.

[111] Ullman-Stadter 1972, p. 205.

[112] Martin Morard, « La dédicace et le Principium biblique de Dominique Grima », édition à paraître.

[113] Glosa ordinaria marg. in Deut. 34, 10, éd. Rusch, Strasbourg, 1480/1481, facsim. Brepols, t. 1, Turnhout, 1999, p. 428b : « ET NON SURREXIT etc. Hoc (ut ferunt[113]) Hesdras de suo adiecit, qui bibliotecam a Caldeis exustam divino sensu reparavit, et litteras quibus Iudei nunc utuntur invenit ; unde et velox scriba appellatus est ».

[114] Cf. Papias Vocabulista, [Elementarium doctrinae erudimentum], Venetiis 1496, réimpr. Torino, 1966, p. 41a : « Biblus / biblos : iuncus, codex, liber vel duplex funis de nave. Bibliotheca : librorum reconditio nam bibli libri dicuntur quia ex biblis quasi iuncis fiebant. Idem bibliotecarius repositor librorum. Bubula : papyrus dicta quod humorem bibat. »

[115] Ed. : Biblia sacra iuxta latinam vulgatam, t. 11, Rome, 1957, p. 62, note 11.

[116] Histoire littéraire de la France, t. 10, nouv. éd., Martin Paulin, Paris, 1868, p. 182.

[117] Ehrle , p. 323 ; cf. Bibliothèque pontificale, p. 474.

[118] Promptuarium ne figure pas dans les index de D. Williman, Bibliothèques ecclésiastiques 1 et M.-H. Julien de Pommerol, Bibliothèques ecclésiastiques 2.

[119] Cf. Anne-Elyse Lebourgeois, Le Promptuarium exemplorum.

[120] Mittelalterliche Bibliothekskataloge Deutschlands und der Schweiz, 1-4/2, München, 1918-1979 ; Ergänzungsband : Handschriftenerbe des deutschen Mittelalters 1/1-3, München, 1989-1990.

[121] Ehrle , p. 323 ; cf. Bibliothèque pontificale, p. 474.

[122] Archivio secreto vaticano, Collectorie 469B, d’après la datation proposée par J. Monfrin, « À propos de la bibliothèque d’Eugène IV », dans Mélanges de l’Ecole française de Rome. Moyen-Age, Temps modernes¸ 99 (1987), p. 101-121, correspond au n° 42 de la bibliothèque d’Eugène IV ; cf. Eugène Mûntz et Paul Fabre, La Bibliothèque du Vatican au XVe siècle d’après des documents inédits. Contributions pour servir à l’histoire de l’humanisme, Paris, 1887 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 48).

[123] MBKDS, 4/1, p. 585.140.

[124] MBKDS, 4/2, p. 633.109.

[125] MBKDS, 3/1, p. 32.

[126] MBKDS, 1, p. 122.22-1238.

[127] V. Tirelli, « La biblioteca della cathedrale di Cremona », Italia medioevale e umanistica, 7 (1964), éd. p. 72-76, ici § 73.

[128] M.-L. Laurent (éd.), Fabio Vigili et les bibliothèques de Bologne, p. 265, § 634-639, 649.

[129] Todi, Biblioteca comunale, cod. 185, f. 33v, éd. Enrico MENESTO, « Gli inventarî trecenteschi della biblioteca del convento francescano di San Fortunato di Todi », in : Immagini del Medioevo saggi di cultura mediolatina, Spoleto, 1994, p. 191-232, ici p. 216.

[130] Humbert de Romans, MOPH 5 (1233-1376), p. 42, vel Humbert de Romans 1956, t. 2, p. 503.

[131] Par exemple, Wolfenbütel, Guelf. 1099.

[132] Chapitre général de Bologne (admonitiones) : « Item. Ne aliquo modo fiant discantus a fratribus nostris in ecclesiis nostris vel alienis. » [MOPH 3 (1220-1303), p. 23)].

[133] Chapitre général de Londres : « Item. Prohibemus. ne fratres nostri cantent nisi in ea voce in qua cantus inchoatus est, non in octava. » Chapitre général de Paris (1303) « Item. Cum ex diversitate cantus multa deformitas appareat, quod quidem regule nostre manifestius repugnat, districte prohibemus, ne in conventibus nostris in choro cantetur quippiam vel legatur, nisi quod legendum fuerit vel cantandum secundum nostri ordinis instituta. » [MOPH 4 (1304-1378): Ordinaciones et admoniciones, p. 17-18)]

[MOPH 4 (1304-1378): Ordinaciones et admoniciones, S. 1. Digitale Bibliothek Spezial: Constitutiones et Acta Ordinis Fratrum Praedicatorum, S. 982 (vgl. MOPH 4, S. 17)]

[MOPH 3 (1220-1303): Digitale Bibliothek Spezial: Constitutiones et Acta Ordinis Fratrum Praedicatorum, S. 278 (vgl. MOPH 3, S. 53)]

[134] Sur la polyphonie à Notre-Dame et ledit Liber, cf. Guillaume Gross, Chanter en polyphonie à Notre-Dame de Paris aux xiie et xiiie siècles,  Turnhout, 2008, p. 92-101 qui note : « Nous ne savons pas exactement ce qu’est le magnus liber organi » (p. 95).

[135] Cf. Boyle-Gy 2004, p. 12 et 207.

[136] Les constitutions de 1862 rapelleront l’interdit : « Discantus in nostris Ecclesiis non fiant. Bononiae 1252. ordin. 4. Item (scilicet ordinamus) ne aliquo modo fiant discantus a Fratribus in Ecclesiis nostris, vel alienis. [FONTANA/LO-CICERO: CONSTITUTIONES (1862): De Cantu, p. 1] ; ibid. « 10. Neque discantus fiant. » [FONTANA/LO-CICERO: CONSTITUTIONES (1862): De Choro, p. 5]. [ACTA CAPITULI GENERALIS (1924): Constitutiones, S. 263. Digitale Bibliothek Spezial: Constitutiones et Acta Ordinis Fratrum Praedicatorum, S. 13520 (vgl. PCG 1924*, S. 193)] : « …semper vero sine discantu et octava. »

[137]

[138] Humbert de Romans, Opera de vita regulari, éd. J.-J. Berthier, Turin, 1956, t. 2, p. 265.

[139] Paris, BnF, lat. 13070, f. 277 et lat. 17174, f. 282 [copies] ; édition François Bougard, Pierre Petitmangin, Patricia Stirnemann, La Bibliothèque et l’abbaye cistercienne de Vauluisant, Paris, 2013.

[140] Humbert de Romans, Opera de vita regulari, éd. J.-J. Berthier, Turin, 1956, t. 2, p. 274.

[141] Cod. Vien.: quod non dixerunt cum aliis horam suam.

[142] Gasnault 1980, p. 270.

[143] Éd. [Franz] Ehrle, Historia bibliothecae Romanorum pontificum tum Bonifatianae tum Avenionensis, Romae 1890, t. 1, p. 375.

[144] D’après le Necrologio di Santa Maria Novella, éd. Stefano Orlandi, t. 2, Firenze, 1955, p. 275

[145] Acta Sanctorum, Mai, t. 7, appendice au 10 mai, Paris-Rome, 1866, p. 671 (al. p. 682, col. 682E).  Cf. « 1 scartabellus » (par les Bénédictins de St. Maur, 1733–1736), dans du Cange, et al., Glossarium mediae et infimae latinitatis, éd. augm., Niort : L. Favre, 1883‑1887, t. 7, col. 341a. http://ducange.enc.sorbonne.fr/SCARTABELLUS1.

[146] Bibliothèque pontificale, t. 1, p. 382.

[147] Cf. Gregorius Magnus, Moralia in Iob, epist. dedic., Sources chrétiennes 32, p. 117 : « Quibus nimirum multa iubentibus dum parere modo per expositionis ministerium, modo per contemplationis ascensum, modo per moralitatis instrumentum volui, hoc opus per triginta et quinque volumina extensum, in sex codicibus explevi. »

[148] Liste de livres (provenance à définir, l’origine du manuscrit est probablement le nord de la France) : « Augustinus super Spalterium » [texte signalé par par Dominique Stuzmann, 26.6.2013].

[149] Troyes, Bibl. mun. 1507, début du xiie s. Commentaire attribué à Roscelin de Compiègne, sur la foi de la suscription de seconde main qui se lit dans un seul manuscrit tardif et incomplet (Arsenal 83, fin xiie s., In Ps. 1-25). Cf. M. Morard, « Le Commentaire des Psaumes et les écrits attribués à saint Bruno le Chartreux : codicologie et problèmes d’authenticité », dans Bruno et sa postérité spirituelle, Actes du colloque international des 8 et 9 octobre 2001 à l’Institut catholique de Paris, dir. Alain Girard, Daniel Le Blévec et Nathalie Nabert, Salzburg, 2003 (Analecta cartusiana 189), p. 21-39, en particulier § 3.2.

[150] Cf. Gregorius Magnus, Moralia in Iob, lib. 29, 27, CCSL 143B, p. 1472.9-13 : «  Stillae enim roris ipsi sancti praedicatores sunt, qui arua pectoris nostri inter mala uitae praesentis, quasi inter tenebras siccae noctis arentia, gratia supernae largitatis infundunt. De his stillis contumaci iudaeae dicitur: propterea prohibitae sunt stillae pluuiarum, et serotinus imber non fuit.  Ipsae quippe stillae roris sunt quae stillae pluuiarum.  Quando enim dispensatione aliqua praedicationem temperant, quasi rorem tenerum aspergunt. Quando uero ea quae de supernis sentiunt uirtute qua praeualent loquuntur, quasi ubertim manantem pluuiam fundunt».

[151] Baluze-Mollat, Vitae paparum Avenionensium, t. 3, Paris, 1921, p. 334.

[152] Plan d’orientation imprimé de la bibliothèque du collège de Sorbonne découvert par Gilbert Fournié et présenté à l’IRHT le 7 juin 2013 ; publication à paraître.

[153] Réimpr. :  Frankfurt am Main, 1964

[154] Pau, AD des Pyrénées-Atlantiques, H 55 ; cf. BMF – Guillelmus de Petri Godino – 1304.

[155] J. Ribailler, éd., Guillelmus Autissiodorensis, Summa aurea, t. 1, Quaracchi, 1980 (Spicilegium Bonaventurianum 16), p. 7 se contente d’indiquer que Summa aurea n’est pas le titre original de l’œuvre; voir aussi J. Ribailler, éd., Guillelmus Autissiodorensis, Summa aurea, t. 7, SB 20, 1986 : description des manuscrits.

[156] Cf. Sharpe (Richard), A Handlist of the Latin Writers of Great Britain and Ireland before 1540, Turnhout, 1997 (Publications of the Journal of Medieval Latin, 1), p. 750-751.

[157] Toulouse, Bibl. mun. 883.

[158] Delisle, Cabinet des manuscrits, t. 2, p. 447, n°60.

[159] Canonicorum regularium ord. Arroasiensis constitutions, éd. L. Milis, 1970 (CCM 20), ligne 59.

[160] K. Hanquet (éd.), La chronique de Saint-Hubert dite Cantatorium, Recueil de textes pour servir à l’étude de l’histoire de Belgique, t. 2, Bruxelles, 1906, p. 8, ligne 14.

[161] Archives départementales de la Seine-Maritime, fonds de Saint-Ouen, document édité et analysé par Delisle Léopold. « Documents sur les livres et les bibliothèques au Moyen Âge », Bibliothèque de l’école des chartes. 1850, tome 11, p. 216-231, édition p. 219-220, ici p. 220.

[162] Bibliothèque municipale de Rouen, ms 38, 101Y, document édité et analysé par Delisle Léopold. « Documents sur les livres et les bibliothèques au Moyen Âge », Bibliothèque de l’école des chartes. 1850, tome 11, p. 216-231, édition p. 217.

[163] Liber ordinis Sancti Victoris Parisiensis, L. Jocqué, L. Milis (éd.), Turnhout, 1984 (CM 61), ligne 2.

[164]. ms. Grenoble, BM, 131, f. 17, éd. U. Chevallier, Ordinaire de l’église cathédrale de Vienne, Paris, 1923, p. 13.

[165] Archives départementales de la Haute Garonne, 101 H 519 n° 2487, éd. M. Morard, Universitas scolarium, Mélanges offerts à Jacques Verger.

[166] Texte communiqué par Monique Peyrafort.

[167] Rouen, AD de la Seine-Maritime, 7 H 54 (éd. : Beaurepaire (Charles de), « Anciens inventaires du trésor … » (voir notice Fécamp_A), p. 153-170 et 399-411 (édition incomplète p. 407-409 et qui ne suit pas l’ordre actuel des feuillets microfilmés) ; transcription IRHT). Texte communiqué par Monique Peyrafort.

[168] Rouen, AD de la Seine-Maritime, 7 H 54 ; voir note précédente.

[169] Ed. Olivier Guyotjeannin, « Le testament de l’évêque de Beauvais Philippe de Dreux (2 novembre 1217) », dans Retour aux sources. Textes, études et documents d’histoire médiévale offerts à Michel Parisse, Paris, 2004, p. 143-154 (éd. de ces extraits p. 147 et p.149). Texte communiqué par Monique Peyrafort.

[170] Dans id., Opera de vita regulari, éd. J.-J. Berthier, t. 2, Rome, 1888, p. 375.

[171] Cf. Gregorius Magnus, Moralia in Iob, 29, 27, CCSL 143B, p. 1472.9-10 : « Stillae enim roris ipsae sancti praedicatores sunt ».

[172] Pau, AD des Pyrénées-Atlantiques, H 55 ; cf. BMF – Guillelmus de Petri Godino – 1304.

[173] Gregorius Magnus, Moralia in Iob, epistola ad Leandrum, § 1, CCSL 143, p. 3.89-90 = id., Registrum epistolarum, MGH Epp. 1, ind. 13, ep. 5, 53a, p. 355.30.

[174] Trad. André de Gaudemaris, SChr. 32, p. 117.

Publication d’un article de Stéphane Lecouteux sur les réseaux de confraternité

Stéphane Lecouteux (Caen, Craham) vient de publier sur le carnet Col&Mon (Analyse spatiale et temporelle du phénomène religieux) un article détaillé et illustré dont l’objectif est de mettre en lumière l’importance de la connaissance des réseaux de confraternité pour la compréhension des déplacements humains et pour la perception des différents types d’échanges ayant existé entre les communautés religieuses tout au long du Moyen Âge : échanges spirituels, intellectuels, culturels et artistiques, notamment. Il s’agit d’une présentation de quelques résultats des recherches menées dans le cadre de sa thèse de doctorat Réseaux de confraternité & Histoire des bibliothèques. L’exemple de l’abbaye bénédictine de la Trinité de Fécamp (thèse de doctorat de l’Université de Caen Normandie et de l’École Pratiques des Hautes Études, dir. Catherine Jacquemard et Anne-Marie Turcan Verkerk, soutenue à Caen le 23 novembre 2015, téléchargeable sur HAL). L’enquête menée dans le cadre de cette thèse a permis de mettre en lumière le rôle essentiel des réseaux de confraternité pour la création et l’enrichissement des bibliothèques monastiques.

Stéphane Lecouteux, « Les réseaux de confraternité : une clef pour la compréhension de la mobilité monastique et l’analyse des échanges entre communautés religieuses » [en ligne : https://colemon.hypotheses.org/565]

Un collectionneur de livres astrologiques dévoilé ?

Les inventaires de la librairie royale réunie par Charles V et Charles VI (1364-1422) constituent une source inépuisable pour appréhender les collections particulières qui sont venues se fondre dans les bibliothèques du Louvre et des autres résidences royales[1]. J’ai déjà eu l’occasion de souligner combien ces inventaires, dont le plus ancien (inventaire A) [2] remonte à 1373 / 1380, écrasent la perspective chronologique des manuscrits qui y sont recensés. En outre, le relativement faible nombre de manuscrits retrouvés (200 environ sur 1200 décrits, tous inventaires confondus) interdit bien souvent d’acquérir des certitudes, du fait même de l’imprécision des inventaires : les descriptions des armes ou des titres données par les inventaires sont bien souvent trop vagues pour acquérir une certitude quant à l’identification des possesseurs de mss.

Continuer la lecture

Reconstructing the Sorbonne Library in the Bibale Database: New Paths through Old Matter

By Antoine Brix, PhD [1]

The rise of the digital age has prompted new ideas and new challenges in the humanities. It has generated new aspirations shared by a generation of historians, and among them many are medievalists. The full and comprehensive reconstruction of libraries from the past and dispersed book collections stands out as one of these new aspirations of medievalists in the digital era. Sure enough, there is a rich bibliography to remind one that Gutenberg-era scholars did try their hand at writing the history of long-gone libraries. Yet previously one did not endeavour to describe all aspects of such libraries, from book acquisitions to losses, from bequests to loans, from what texts these books preserved to what material they were made of, from how books were read to how books were referred to, and so forth. In other words, scholars in the print era had no ambition of considering everything, simply because the heterogeneous results of such a multi-faceted inquiry would not fit all at once in a single printed monography; there was no satisfying way of displaying rich and diverse data so that readers would really find their way into it, and benefit from such a reading. Continuer la lecture

Liber Pilosus: Cistercian bindings from Clairvaux Abbey bound in seal skin

Clairvaux Abbey, founded in 1115 and governed by the future Saint Bernard until his death in 1153, housed an exceptional library which was one of the most important in the western world. While the abbey enjoyed remarkable prosperity as early as the 1130s, the initial collection was formed from the donations of the first monks to arrive at Clairvaux and then from the Abbey’s own scriptorium, as well as from donations. At the end of the 12th century, Clairvaux library held around 350 volumes in different parts of the abbey, depending on their intended use. During the 13th century, the library expanded through purchases, attaining 1,000 volumes by the beginning of the 14th century. The collection continued to grow throughout the middle ages, as is attested to by an inventory drafted in 1472 for l’abbé Pierre de Virey by Jean de Voivre, the then librarian of Clairvaux, which recorded 1,790 works. Continuer la lecture

Liber Pilosus : les reliures cisterciennes de Clairvaux recouvertes de peau de phoque

L’abbaye de Clairvaux, fondée en 1115 et gouvernée par le futur saint Bernard jusqu’à sa mort en 1153, abritait une exceptionnelle bibliothèque figurant parmi les plus riches d’Occident. Alors que l’abbaye jouissait d’une remarquable prospérité dès les années 1130, la constitution du fonds initial se fit grâce aux dons des premiers moines venus de Cîteaux, puis par la production du scriptorium de l’abbaye, ainsi que par des donations. A la fin du siècle, la bibliothèque de Clairvaux possédait environ 350 volumes, conservés dans différents lieux de l’abbaye, selon les usages auxquels ils étaient destinés. Dès le milieu du 13e siècle, la bibliothèque s’enrichit, principalement grâce à des achats, jusqu’à atteindre 1 000 volumes au début du 14e siècle. La collection continua à se développer tout au long du Moyen Âge, ce dont témoigne un inventaire rédigé en 1472 pour l’abbé Pierre de Virey par Jean de Voivre, alors bibliothécaire à Clairvaux, répertoriant 1 790 ouvrages. Continuer la lecture

J. Delmulle – Présence des Pères grecs (annexes)

Vous trouverez dans ce document PDF les annexes d’un article qui vient de paraître :

Jérémy Delmulle, « Présence des Pères grecs dans les bibliothèques anciennes de France du VIIIe au XIIe siècle : le témoignage des inventaires », dans Transmission et réception des Pères grecs dans l’Occident, de l’Antiquité tardive à la Renaissance. Entre philologie, herméneutique et théologie. Actes du colloque international organisé du 26 au 28 novembre 2014 à l’Université de Strasbourg, éd. E. Prinzivalli, F. Vinel et M. Cutino, collab. I. Perée, Paris, Institut d’Études augustiniennes, 2016 (Collection des Études augustiniennes. Série Moyen Âge et Temps Modernes, 53), p. [305]-336 + 39* p. d’annexes. Continuer la lecture

Le Recueil Chartier d’Antoinette de Maignelais, maîtresse du roi Charles VII

Le manuscrit qui a été proposé comme le numéro 18 de la vente du 25 mai 2016 chez Christie’s à Londres est un manuscrit dont on avait perdu la trace depuis 1937. C’est à ce moment-là qu’il fut vendu chez Sotheby’s à Londres à la librairie Maggs. Le collectionneur alsacien Maurice Burrus l’a acheté en 1938 et après sa mort en 1959 le manuscrit est resté dans la famille, jusqu’à maintenant.<--break->

A la vente du mois de mai, le manuscrit n’a pas été vendu (cf. les résultats de la vente, ou encore cet article dans la New York Times) et nous attendons de savoir ce qu’il va devenir. Seulement quelques rares photos du manuscrit sont disponibles pour l’instant, sur le site de Christie’s, sur Twitter (ici, ici, ici) ou des blogs (ici).

[NB : Mise à jour du 6 mars 2018 : après plus d’un an et demi d’incertitude du devenir du manuscrit, il a maintenant non seulement été acquis par une collection publique, mais a aussi été numérisé et mis à la disposition de tous, grâce à la Beinecke Library : New Haven, Yale University, Beinecke Library, MS 1216.]

Le manuscrit

Comme nous pouvons le lire dans le catalogue de la vente Sotheby’s le contenu textuel du manuscrit est comme suit : Continuer la lecture

Inventaire des livres et manuscrits de l’abbaye de Gembloux – 1795

Fondée par Guibert, moine de Gorze, et son aïeule Gista vers 922, l’abbaye de Gembloux faisait partie de la congrégation de Bursfeld en 1505. Elle possédait une bibliothèque très importante ainsi qu’un scriptorium et une école abbatiale fondés par l’abbé Olbert (1012-1048) ; ce dernier a doté la bibliothèque d’au moins 150 volumes. À la suite de l’annexion par la France le 1er octobre 1795, l’abbaye a été supprimée en 1796, ses biens ont été confisqués par l’État révolutionnaire français (et vendus en 1797).
Quant à la bibliothèque, elle a été dispersée en 1794 : après l’arrivée à Gembloux des militaires français les religieux ont été expulsés de l’abbaye, cependant avant leur départ ils ont pu cacher les livres dans les maisons aux environs de Gembloux. Continuer la lecture

Les Heures Gros-Carondelet vendues à Hambourg : informations supplémentaires sur le manuscrit

Le 21 mai 2012, la maison de vente Ketterer Kunst à Hamburg a vendu (Auktion: 391 : Wertvolle Bücher, no. 6) un beau manuscrit flamand complètement inconnu à la recherche jusqu’à maintenant, les Heures Gros-Carondelet. Nous proposons ici un petit développement à propos du contexte de la genèse de ce manuscrit tout en y incluant quelques informations supplémentaires. Continuer la lecture

La bibliothèque du collège parisien de la Sorbonne : une bibliographie

La bibliothèque du collège parisien de la Sorbonne : une bibliographie (par Claire Angotti, Gilbert Fournier, Donatella Nebbiai)

La bibliothèque du collège de Sorbonne, fondé vers 1260 à Paris par Robert de Sorbon avec le soutien du roi, a été l’une des plus importantes collections de livres connues au Moyen Age (plus de 1000 volumes à la fin du 13e siècle) et a joué un rôle important dans les processus de diffusion et de validation des savoirs. Née comme bibliothèque d’étude pour les théologiens, elle s’est imposée, en quelques décennies seulement, comme la bibliothèque générale de tous les étudiants parisiens. Continuer la lecture