Le Recueil Chartier d’Antoinette de Maignelais, maîtresse du roi Charles VII

Le manuscrit qui a été proposé comme le numéro 18 de la vente du 25 mai 2016 chez Christie’s à Londres est un manuscrit dont on avait perdu la trace depuis 1937. C’est à ce moment-là qu’il fut vendu chez Sotheby’s à Londres à la librairie Maggs. Le collectionneur alsacien Maurice Burrus l’a acheté en 1938 et après sa mort en 1959 le manuscrit est resté dans la famille, jusqu’à maintenant.<--break->

A la vente du mois de mai, le manuscrit n’a pas été vendu (cf. les résultats de la vente, ou encore cet article dans la New York Times) et nous attendons de savoir ce qu’il va devenir. Seulement quelques rares photos du manuscrit sont disponibles pour l’instant, sur le site de Christie’s, sur Twitter (ici, ici, ici) ou des blogs (ici).

[NB : Mise à jour du 6 mars 2018 : après plus d’un an et demi d’incertitude du devenir du manuscrit, il a maintenant non seulement été acquis par une collection publique, mais a aussi été numérisé et mis à la disposition de tous, grâce à la Beinecke Library : New Haven, Yale University, Beinecke Library, MS 1216.]

Le manuscrit

Comme nous pouvons le lire dans le catalogue de la vente Sotheby’s le contenu textuel du manuscrit est comme suit :

  • f.1-17, Alain Chartier,Le quadrilogue invectif
  • f.18-38v, Alain Chartier, Le livre des quatre dames
  • f.39-40v, Alain Chartier, Le lay de paix
  • f.41-83, Alain Chartier, Le livre d’espérance
  • f.83-86, Alain Chartier, Le bréviaire des nobles
  • f.86-91, Michault Taillevent, Le débat du cuer et de l’œil
  • f.91-93, Alain Chartier, Le débat du réveille-matin
  • f.93-94, Alain Chartier, Le lay de plaisance
  • f.94v-99, Alain Chartier, La belle dame sans mercy
  • f.99, Anon., La requeste baillée aux dames contre l’acteur
  • f.99v-100, Lettres envoyées par les dames à l’auteur
  • f.100v-102, Alain Chartier, L’excusation aux dames
  • f.102-104v, Oton de Grandson (?), La belle dame a mercy
  • f.104v-112, Alain Chartier, Le débat des deux fortunés d’amour
  • f.112-113, La complainte contre la mort
  • f.113v, trois rondeaux
  • f.113v-121v, Achille Caulier, L’ospital d’amours
  • f.121v-122, quatre rondeaux
  • f.122v-128, Achille Caulier, La cruelle femme en amours
  • f.128-131v, Alain Chartier et autres auteurs, balades et rondeaux (la fin est manquante)
  • f.132-136v, Simon Gréban, Epitaphe de Charles VII

Le manuscrit enferme donc toute une série de textes poétiques en langue française, surtout d’Alain Chartier. Ils sont illustrés de vingt-et-une splendides illustrations qui devraient être mieux étudiés [voir récemment Serchuk, 2015, p. 74, 93 (n. 34), 98 (n. 43), 99], ce qui sera possible maintenant que de meilleures photos sont disponibles. Dans ce billet nous voudrions nous concentrer sur les nombreux éléments héraldiques et emblématiques et proposer un destinataire.

A l’aide des notices des catalogues de vente de 1937 et 2016 on reconstitue aisément la provenance plus tardive du manuscrit :

  • Louis-Jean Gaignat (1697-1768)
  • Vente Gaignat, Paris, le 10 avril 1769, no. 1796
  • Librairie De Bure
  • Louis de La Baume le Blanc, duc de La Vallière (1708-1780)
  • Vente De La Vallière, Paris, le 12 janvier 1784, no. 270
  • Abbé Lecuy (1740-1834)
  • Henry Pelham-Clinton, 7e duc de Newcastle (1864-1928)
  • Vente Sotheby’s, Londres, le 6 décembre 1937 (Vente Clumber Park), no. 941
  • Librairie Maggs
  • Maurice Burrus (1882-1959)
  • Les héritiers de Maurice Burrus
  • Vente Christie’s, Londres, le 25 mai 2016 (Vente Maurice Burrus), no. 18

Les enluminures

Les débuts des textes ont été marqués par vingt-deux feuillets enluminés, dont huit pourvus de grandes miniatures et encadrements sur fond doré et douze de (au total treize) petites miniatures et des encadrements sur fond clair. Les miniatures (sauf la dernière) ont été attribuées au Maître de Dunois [Avril & Reynaud, 1993, p. 37]. Ce miniaturiste, autrefois connu comme « Le principal collaborateur du Maître de Bedford », a été défini à partir des Heures Dunois (London, BL, Yates Thomson 3). La liste suivante nous permettra de décrire les détails héraldiques et emblématiques et de seulement mentionner de façon succincte les autres éléments iconographiques.

  • f. 1: Une grande miniature où l’on voit un château et une dame représentant la France, ainsi que des personnages représentant les trois états qui apparaissent à l’auteur Alain Chartier. Les toits et tours du château sont pourvus de douze bannières avec les armes de France (« d’azur à trois fleurs de lis d’or »). La dame porte une longue robe des couleurs rouge, blanc, bleu (fleurdelisé) et or. Sur sa manche nous voyons les armes du dauphin de France (écartelé de France et de Dauphiné). Dans la marge inférieure nous voyons deux lettres reliées par un lacs d’amour, « A-A » avec au milieu un arbre à pensées dans lequel se trouve un petit animal qui semble être un écureuil. Un oiseau vole juste à côté de l’arbre et quelques petits éléments décoratifs pourraient se blasonner comme « de gueules à une fleur de lis d’or ». Les pensées semblent pousser dans l’arbre et dans ces fleurs on retrouve les couleurs rouge, blanc et bleu. Les pensées vont se retrouver par centaines à travers tout le manuscrit, surtout dans les initiales, dans des petits écussons (« d’or à une pensée au naturel ») dans les marges de feuillets avec ou sans miniatures, puis parmi la décoration des marges. L’écureuil ne revient plus après le frontispice. Les lettres « A-A » se retrouvent sur (presque) tous les feuillets décorés.
  • f. 18: Grande miniature: les quatre dames lamentent le sort de leurs maris à Azincourt, pendant que l’auteur Alain Chartier les écoute. Dans les marges les lettres « A-A » et des écussons (« d’or à une pensée au naturel »).
  • f.39: Une petite miniature avec la personnification de la Paix qui porte une image du Christ au-dessus de la terre. Dans la marge inférieure les lettres « A-A » et l’arbre à pensées.
  • f.41: Une grande miniature: les personnifications Mélancolie, Indignation et Désespérance combattent l’auteur Alain Chartier, tandis qu’Entendement vient à son secours (le personnage nu et ailé). Dans la marge inférieure les lettres « A-A » et l’arbre à pensées (au pied de l’arbre un grand escargot qui fait écho aux houppes du lac d’amour). Associés à l’arbre nous voyons des petits carreaux rouges portant des dessins en or dont trois, sur la gauche, pourraient se blasonner « de gueules à la croix enhendée (fleuronnée, florencée) d’or ». Des pensées poussent dans l’initiale.
  • f.42: Petite miniature: Chartier confrontant Défiance. Dans la marge inférieure les lettres « A-A »; des pensées poussent dans les marges.
  • f.42v: Petite miniature: Indignation qui apparait à Chartier. Dans la marge inférieure les lettres « A-A »; des pensées poussent dans les marges.
  • f.42v: Une deuxième petite miniaturesur le même feuillet avec Désespérance qui apparait à Chartier. Dans la marge inférieure les lettres « A-A »; des pensées poussent dans les marges.
  • f.46v: Petite miniature: Entendement urge Chartier de prier pour la libération des vices. Dans la marge inférieure nous voyons les lettres « A-A »; des pensées y poussent aussi, ainsi que dans les initiales.
  • f.47: Petite miniature: Entendement mène les vertus à Chartier, observés par les vices bannies. Dans la marge inférieure les lettres « A-A »; des pensées poussent dans les marges et dans les initiales.
  • f.48: une espace vide où une petite miniature avait été prévue à l’origine.
  • f.83: Petite miniature: Noblesse montre son bréviaire; ce bréviaire a une reliure de luxe couvert d’un luxueux drap fleurdelisé. Dans la marge inférieure les lettres « A-A »; des pensées poussent dans les marges et dans l’initiale.
  • f.86: Petite miniature: le duel judiciaire entre Cœur et Œil devant Amours; les deux adversaires portent des armoiries, « de sable aux larmes d’argent » et « d’argent aux pensées au naturel ». Dans la marge inférieure les lettres « A-A »; des pensées poussent dans l’initiale.
  • f.91: Pas de miniature, mais des marges décorées. Dans la marge inférieure les lettres « A-A »; des pensées poussent dans l’initiale et dans les marges; des écussons « d’or à la pensée au naturel ».
  • f.93: pas de miniature, mais des marges décorées. Dans la marge latérale les lettres « A-A ». Des pensées poussent dans l’initiale.
  • f.94v: Grande miniature: l’auteur Alain Chartier rencontre Belle Dame et son amant rejeté et il enregistre leur conversation; Belle Dame porte une robe d’or semé de pensées. Dans la marge inférieure les lettres « A-A » ; des pensées poussent dans les initiales; un arbre à pensées est entouré d’une chaine à laquelle deux quadrupèdes (des oursou des singes) sont attachés.
  • f.100v: Grande miniature: Amours menace Chartier dans un rêve ; ensuite, l’auteur présente son explication aux dames. La robe d’Amours est « d’or semé de lettres A d’azur »; les hennins pointus de deux des quatre dames sont « d’or semé de lettres A » (d’azur/de gueules); la robe d’une troisième est d’argent semé de pensées. Des pensées poussent dans les initiales, des écussons et les marges; les lettres « A-A » se retrouvent dans la marge latérale épaulant l’arbre à pensées; par-dessus deux ours emmuselés qui se tiennent par les pattes avant.
  • f.102: Petite miniature: la dame, reconnaissante, accueille son amant; ils jouent aux cartes et elle glisse un anneau à son doigt. Des pensées poussent dans les marges et dans l’initiale.
  • f.104v: Petite miniature: Chartier observe les amants, certains tristes et autres joyeuses, avec leurs dames. Des pensées poussent dans les marges et dans l’initiale; dans la marge inférieure les lettres « A-« .
  • f.112: Petite miniature: la Mort qui tue la dame devant son amant. Des pensées poussent dans les marges et dans l’initiale; dans la marge latérale les lettres « A-A ».
  • f.113v: Pas de miniature, mais des marges décorées. Des pensées poussent dans les marges et dans l’initiale; dans la marge inférieure les lettres « A-A ».
  • f.115: Grande miniature: l’Amoureux éconduit est accueilli par Bel Accueil à l’Hôpital d’Amour qui est bâti sur un rocher de rubis; il repart guéri par un baiser. Des pensées poussent dans la marge et les initiales; deux oiseaux se regardent des deux côtés d’une branche de penséesdans la marge latérale ; dans la marge inférieure les lettres « A-A » et l’arbre à pensées; au pied de l’arbre un oiseau suivi de cinq poussins.
  • f.122v: Grande miniature: Belle Dame, condamnée par la Cour d’Amour, est emmené vers sa mort. Deux dames de la Cour d’Amour portent des hennins d’or semés de lettres « A ». Des pensées poussent dans la marge et dans les initiales et elles sont, dans l’initiale principale, accompagnées de trois autres fleurs (avec cinq pétales en forme de cœur) et d’un petit animal long et brun; juste en face de l’animal un petit carreau avec une pointe de rouge dedans; dans la marge inférieure les lettres « A-A » et l’arbre à pensées; au pied de l’arbre encore un oiseau avec cinq poussins.
  • f.132: Grande miniature ajoutée postérieurement par une autre main: la mort de Charles VII à sa cour et les rêves de Gréban (l’auteur du texte) de bergers et des nobles qui lamentent la mort du roi. Le roi est assis sur un trône semé de fleurs de lis, mais sur le château dans lequel le roi et sa cour se trouvent figurent deux drapeaux à l’hermine de Bretagne. Dans deux miniatures dans la marge latérale des femmes se recueillent à côté de la tombe du roi dont l’effigie est vêtue d’une robe fleurdelisée et dont la tombe porte une inscription « Cy gît Charles, roy victorieux de France, le septième de ce nom ». Trois femmes écrivent sur la tombe dans la première image et une femme écrit sur une tablette (?) dans la deuxième. Par-dessus du titre du texte nous retrouvons les lettres « A-A », ici pour la première fois liés non pas par un simple lac d’amour, mais par une cordelière. Dans l’entrecolonne figure une lettre « A » toute seule accompagnée d’une pensée. L’initiale a été effacée, mais il est très probable qu’il s’y trouvait un champ d’hermine, comme sur les drapeaux.

Les personnages

Le catalogue de vente Sotheby’s de 1937 a voulu reconnaitre Anne de Beaujeu comme commanditaire du manuscrit, mais ce n’était qu’une hypothèse peu étayée qui a été mis en doute souvent depuis [voir dernièrement Serchuk, 2015, p. 99]. En effet Anne de Beaujeu (1461-1522) nous situe non seulement trop tard dans le temps pour l’enluminure du manuscrit, mais n’explique pas non plus bien les lettres « A-A ». Nous proposons ici une autre candidate.

Peu avant 1450, arrive une jeune fille à la cour de Charles VII, Antoinette de Maignelais (v.1434-1474). Son père est Jean de Maignelais (mort avant 1462), capitaine de Gournay-sur-Aronde et de Creil, et sa mère Marie de Joui. Jean de Maignelais est le frère de Catherine de Maignelais qui, elle, est mariée à Jean Soreau. Ces deux derniers sont les parents d’Agnès Sorel. En tant que cousine germaine d’Agnès Sorel, la célèbre maîtresse du roi, Antoinette avait donc une bonne introduction à la cour de Charles VII. Mais Agnès Sorel meurt le 9 février 1450. Par la suite c’est Antoinette qui va rapidement prendre sa place. Comme il avait fait pour Agnès Sorel, Charles VII lui comble de dons : la seigneurie de l’Ile d’Oléron, celle de Marennes, etc. Le roi lui assure une place à la cour en tant qu’épouse de son fidèle serviteur André de Villequier (+1454). Le mariage a lieu en octobre 1450. [Dreux du Radier, 1827, p. 212-216 ; Fresne de Beaucourt, 1881-1891, t. V, p. 57-64, 74, 79]

André de Villequier est un noble normand qui était arrivé à la cour en 1442. Il était rapidement devenu chambellan et un des principaux conseillers du roi (ses « mignons ») qui lui comble de dons : la seigneurie de Montmorillon en 1446, celle de Saint-Sauveur-le-Vicomte en 1449, etc. [Gaussin, 1982, p. 127 ; Fresne de Beaucourt, 1881-1891, t. V, p. 85 ; La Nicolière, 1859, p. 330-334]

Le mariage entre Antoinette et André ne devait pas durer très longtemps, car le mari meurt en avril 1454. Après sa mort, Antoinette reste à la cour en tant que favorite du roi et mène un état digne d’une reine. Elle reste la maîtresse en titre du roi jusqu’à sa mort en 1461. Après, elle quitte la cour en suivant François II (1435-1488), duc de Bretagne. On la retrouve donc à la cour de Bretagne où elle devient maîtresse du duc François II, qui n’est pas en très bons termes avec le nouveau roi de France Louis XI (1423-1483). Entre 1462 et 1470, Antoinette a de lui une série d’enfants (elle avait déjà deux enfants de son mariage, ainsi que, probablement, au moins une fille de Charles VII). Il semble qu’elle meurt en 1474. [Dreux du Radier, 1827, p. 212-216 ; La Nicolière, 1859, p. 330-334 ; Fresne de Beaucourt, 1881-1891, t. VI, p. 7-11, 23, 424-425, 436-438]

Antoinette de Maignelais, femme, puis veuve d’André de Villequier: voilà une femme au plus proche de Charles VII et un couple dont les prénoms commencent avec « A-A ».

La lecture des signes

Paul Durrieu a déjà publié il y a un siècle à propos de la bibliophilie des filles et petites-filles d’Agnès Sorel (Durrieu, 1922). Antoinette de Maignelais est moins connue que sa cousine et n’a pas encore été reconnu comme possesseur de manuscrits jusqu’à maintenant. Mais elle se révèle la parfaite destinatrice du beau recueil qui nous occupe ici.

Les « A-A » dans les marges et surtout les lettres « A » sur plusieurs importantes personnages féminins dans les miniatures et la lettre « A » toute seule dans l’entrecolonne du fol. 132 indiquent ceci [on retrouve la présence de lettres « A » sur un collier qu’Antoinette donne à François II de Bretagne en 1468 ; La Nicolière, 1859, p. 333]. Par conséquence on peut supposer que les pensées, l’emblème le plus répandu dans le manuscrit, sont emblématiques d’Antoinette. En effet, sur le fol. 132 la lettre « A » seule est accompagnée d’une seule pensée.

Or, les armoiries des seigneurs de Maignelais (ou Magnelay) sont attestées de porter anciennement une quintefeuille (attesté pour 1237 par Demay, 1875, no. 439). Il se peut très bien que l’usage emblématique de la pensée, fleur à cinq pétales, réfère aussi à cette tradition familiale (à côté d’autres associations, les emblèmes étant essentiellement polysémiques). La couleur « or » semble avoir une signification particulière dans le manuscrit : Belle Dame porte « d’or semé de pensées » et nous retrouvons cette disposition sur les écussons à travers la plupart des textes du manuscrit : « d’or à une pensée au naturel ». Les fonds sur lesquels sont peintes les pensées de la plupart des initiales et marges est d’or. Ces petits écus que l’on trouve à travers le manuscrit pourraient peut-être aussi se lire comme « d’or à une quintefeuille ».

Est-ce que certains éléments emblématiques pourraient être liés à l’autre « A », le mari, André de Villequier ? Il me semble très bien possible qu’il ait utilisé l’écureuil qui figure dans l’arbre à pensées au fol. 1. Peut-être que l’oiseau (un martinet noir ? ; une hirondelle ?) qui figure souvent à côté des lettes « A-A », à côté de l’arbre à pensées ou dans l’entrecolonne des feuillets enluminés peut être emblématique aussi, mais c’est difficile à confirmer.

Il y a, en revanche, aussi les ours qui reviennent deux fois dans les marges (f. 94v, f. 100v). Le heaume des armoiries d’André est attesté comme une tête d’ours emmuselé (Demay, 1885, no. 4300 ; Gandilhon 1933, no. 306). Du coup, la possibilité de l’utilisation d’un ours ou de deux ours comme emblème d’André de Villequier semble assez vraisemblable. On pourrait également supposer que les deux ours qui se serrent dans les pattes avant sur le feuillet 100v font non seulement référence au mari défunt d’Antoinette, mais au couple d’Antoinette et André. Serait-ce un hasard que les deux ours sont enchaînés au frontispice de La Belle Dame sans Mercy et enlacés à celui de l’Excusation aux dames…? [Il est à remarquer que le motif des deux ours se retrouve dans d’autres manuscrits illuminés par le Maître Dunois, comme notamment les Heures de Guillaume de Jouvenel des Ursins (Paris, BNF, NAL 3226), où leur signification emblématique est évidente ; je remercie Kay Sutton pour cette observation]

Il y a également un élément héraldique à mentionner. La famille Villequier porte « de gueules semé de billettes d’or, à la croix enhendée (fleuronnée, florencée) du même » [De Boos, 2001, no. 258; Demay, 1885, no. 4300 ; Douet d’Arcq, 1863, no. 2651 ; Gandilhon 1933, no. 306]. La famille Maignelais porte « de gueules à la bande d’or ». Ces deux écus (et aussi les armoiries parties d’Antoinette) sont donc constitués de deux couleurs seulement qui sont exactement celles que nous retrouvons dans les toutes petites décorations autour des emblèmes (notamment autour des lettres « A-A ») sur plusieurs feuillets décorées du manuscrit (fol. 1, 18, 41, 100v, 122v). Il se peut donc très bien que ces petits éléments sont significatifs. Sur deux feuillets ils peuvent se blasonner comme « de gueules à la fleur de lis d’or » (f. 1r, 100v), mais sur un feuillet on voit clairement à trois reprises « de gueules à la croix enhendée (fleuronnée, florencée) d’or » (f. 41) des armes de Vilequier.

Nous pensons donc que le manuscrit ait été exécuté pour Antoinette de Maignelais. Il est, en revanche plus difficile de dire avec certitude qui l’a commandité. Il est très bien possible que ce soit le roi Charles VII qui l’ait commandité en don pour elle. Antoinette a été pendant une décennie sa maîtresse ‘officielle’ et il lui a comblé de dons. Le fait que l’emblématique est aussi omniprésent (avec notamment les « A-A » qui réfèrent non seulement à Antoinette, mais aussi à son mari André), tandis qu’il n’y a pourtant pas d’armoiries ou d’ex-libris clair pourrait, peut-être, mieux se comprendre dans le contexte de la position délicate qu’elle avait à la cour, celle de maîtresse. Mais une commande par sa propre initiative (ou éventuellement de son mari) n’est pas à exclure non plus.

En tout cas, c’est la propriétaire Antoinette qui a fait ajouter les derniers feuillets, après la mort du roi en 1461. C’est un ajout très personnel pour elle qui s’est d’abord fait en mémoire de Charles VII, car le texte est une épitaphe du roi. Au fol. 132r on retrouve toujours les lettres « A-A » qui mentionnent donc son mari défunt, André de Villequier, mais, pour la première fois, Antoinette est également représentée seule, avec la lettre « A » dans l’entrecolonne. Il ne faut pas s’étonner de la référence au mari, car il fait partie de l’identité de la veuve qu’est Antoinette ; les armoiries qu’elle portait entre son mariage et sa mort restèrent toujours des armoiries parties, Villequier à dextre (attesté pour 1454 par Douët d’Arcq, 1863, no. 2651 et Gandilhon 1933, no. 199, pour 1457 par Roman, 1909, no. 6782 et pour 1463 par Lobineau, 1707, col. 1223 ; par ailleurs, Lobineau décrit un chevron pour Magnelais au lieu d’une bande, mais cela s’explique car il a dû croire voir un demi chevron). Et enfin, les armes de Bretagne sur les drapeaux et dans l’initiale, réfèrent à François II de Bretagne auprès de qui Antoinette continue désormais sa vie de courtisane.

Ce manuscrit était sans doute un objet précieux pour Antoinette de Maignelais. Les textes parlent tous de l’amour, à une lectrice qui a mené une vie de maîtresse. On y trouve des hommages à son mari, au roi Charles VII et à François II de Bretagne, les trois hommes de sa vie.

A part les armes de Bretagne, on trouve un autre élément emblématique qui semble référer à François II de Bretagne. Sur le feuillet 132r une cordelière en argent a pris la place du lac d’amour entre les « A-A », directement à côté des drapeaux d’hermine. La cordelière a en effet été utilisé par François II (autour de ses armoiries) et réfère aux Franciscains et à son saint patron [Hablot, 2001, Devisier, p. 273, 278-279]. Il est d’ailleurs à remarquer que la notice dans le catalogue Sotheby’s de la vente Clumber décrit que les lettres « A-A » sont liés par un « widow’s girdle », donc une cordelière en tant que signe de veuvage. Je pense, toutefois, que nous n’avons pas affaire ici à un signe de veuvage (même si, en effet, Antoinette était veuve). La cordelière a seulement été associée au veuvage depuis la mort du mari d’Anne de Bretagne (1477-1514) en 1498 [Hablot, 2001, Devisier, p. 278-282]. Il est à remarquer que sur le feuillet 132r les deux A du « A-A » se distinguent sensiblement entre eux. Est-ce que nous devons lire ici la suggestion que ce A se transforme en une autre lettre ?

Les « A-A » semblent indiquer que le manuscrit ait été écrit et enluminé à l’intention d’Antoinette de Maignelais entre 1450 et 1454, avant la mort d’André. Mais il n’est pas du tout à exclure que c’était après, entre 1454 et 1461, quand Antoinette était à la cour de France en tant que maîtresse du roi Charles VII et veuve d’André. Les derniers feuillets dont le catalogue Christie’s situe l’enluminure dans le sud-est de la France, vers 1480-1490, ont, selon nous, plutôt été ajoutés entre 1461 et 1474 en Bretagne. On a affaire ici à un manuscrit hautement personnel. Le contenu, des textes qui parlent de l’amour et des dames tout le long, est particulièrement approprié à cette dame Antoinette de Maignelais qui a passé sa vie comme maîtresse du roi de France, puis du duc de Bretagne.

Hanno Wijsman

(publié 13 mai 2016 ; adapté le 24 mai 2016 ; re-publié le 4 août 2016)

Auparavant publié sous l’URL suivant : http://www.libraria.fr/fr/blog/chartier-maignelet

Bibliographie succincte :

Avril & Reynaud, 1993 :
François Avril & Nicole Reynaud, Les Manuscrits à peintures en France, 1440-1520, Paris, 1993, p. 36-37.

Cayley & Wijsman, 2015 :
Emma Cayley & Hanno Wijsman, « The Bilingual Chartier: Authorial Duality and Identity in the French and Latin Œuvre of Alain Chartier », dans : Daisy Delogu, Joan E. McRae and Emma Cayley (éds.), A Companion to Alain Chartier (c.1385-1430). Father of French Eloquence, Leiden-Boston : Brill, 2015, p. 57-71.

De Boos, 2001 :
Emmanuel de Boos, Dictionnaire du blason, Paris, 2001.

Demay, 1875 :
Germain Demay, Inventaire des sceaux de Picardie, Paris, 1875.

Demay, 1885
Germain Demay, Inventaire des sceaux de la Collection Clairambault à la Bibliothèque nationale, Paris, 1885.

Douët d’Arcq, 1863 :
Louis Douët d’Arcq, Inventaires et documents publiées par l’ordre de l’empereur. Collection de Sceaux. Tome I, Paris, 1863.

Durrieu, 1922 :
Paul Durrieu, « Les filles d’Agnès Sorel« , Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 66ᵉ année, N. 3, 1922, p. 150-168.

Dreux du Radier, 1827 :
Jean-François Dreux du Radier, Mémoires historiques, critiques et anecdotes des reines et régentes de France, vol. III,‎ Paris, 1827.

Fresne de Beaucourt, 1881-1891 :
G. du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, tomes I-VI, Paris, 1881-1891 (notamment tome V et tome VI).

Gandilhon 1933 :
René Gandilhon, Inventaire des sceaux du Berry antérieurs à 1515, précédé d’une étude de sigillographie et de diplomatique, Bourges, 1933.

Gaussin, 1982 :
Pierre-Roger Gaussin, « Les conseillers de Charles VII (1418-1461) », Francia, 10, 1982, p. 63-127.

Hablot, 2001 :
Laurent Hablot, Mise en signe du prince, mise en scène du pouvoir. Les devises et l’emblématique des princes en France et en Europe à la fin du Moyen Age­, thèse de doctorat, Université de Poitiers, 2001.

La Nicolière, 1859 :
S. de La Nicolière, « Le collier d’Antoinette de Maignelais. Documents inédits sur l’histoire de Bretagne. XVe siècle », Bulletin de la société archéologique et historique de Nantes et de la Loire-inférieure, t. I, 1859, p. 330-334, ici p. 333.

Lobineau, 1707 :
Dom Gui Alexis Lobineau, Histoire de Bretagne composé sur les titres et les auteurs originaux. Tome II contenant les preuves et pièces justificatives, Paris, 1707

McRay 2004 :
Joan E McRay (éd.), Alain Chartier, The Quarrel of the Belle Dame sans Mercy, New York-London, 2004.

McRay 2015 :
Joan E McRay, « A Community of Readers: The Quarrel of the Belle Dame sans Mercy », Daisy Delogu, Joan E. McRae and Emma Cayley (éds.), A Companion to Alain Chartier (c.1385-1430). Father of French Eloquence, Leiden-Boston, 2015, p. 200-222

Roman, 1909 :
J. Roman, Inventaire des sceaux de la collection des pièces originales du cabinet des titres à la Bibliothèque nationale. Tome Ier, Paris, 1909.

Serchuk 2015 :
Camille Serchuk, « The Illuminated Manuscripts of the Works of Alain Chartier », Daisy Delogu, Joan E. McRae and Emma Cayley (éds.), A Companion to Alain Chartier (c.1385-1430). Father of French Eloquence, Leiden-Boston, 2015, p. 72-118

Je remercie Emma Cayley pour avoir partagé ses photos et son enthousiasme, Kay Sutton, Joan McRay, Emma Cayley et Laurent Hablot pour les discussions stimulantes, ainsi que Kay Sutton et Eugenio Donadoni pour m’avoir donné accès au manuscrit.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.