Séminaire HBA du 20 janvier 2017 : Alessandra Panzanelli Fratoni & Yann Sordet

La prochaine séance du séminaire « Histoire des bibliothèques anciennes« , organisé par la section de codicologie de l’IRHT, aura lieu le vendredi 20 janvier, de 10h à 13h, à l’IRHT (site Iéna – 40, av. d’Iéna – Paris 16e, dans la salle Jeanne-Vielliard).

Nous aurons le plaisir d’entendre deux conférences :

Alessandra Panzanelli Fratoni (University of Oxford) : Prospero Podiani e un progetto di biblioteca universale nell’Italia del Rinascimento: «De Bibliothecis instituendis, disponendis et informandis»

Résumé : Nel progetto di Podiani interessa mettere in evidenza la coesistenza dei due aspetti implicati nella fondazione della biblioteca: 1) l’operazione in sé come atto di politica culturale (de Bibliothecis instituendis); 2) Il lavoro di organizzazione e ordinamento interno delle raccolte, espresso negli altri due verbi che compongono il titolo del trattato (disponendis et informandis). Podiani delinea così uno specifico disciplinare e mostra di averne una consapevolezza su cui merita riflettere. Quella che intende costruire è una biblioteca funzionale allo studio di ogni parte del sapere: una raccolta universale; la selezione si applica non alle discipline bensì alla bontà delle edizioni: nella biblioteca ideale si cercherà di avere i testi di quegli autori che meglio hanno trattano ogni porzione di conoscenza, nelle loro edizioni migliori.

Si tratta quindi di un progetto ambizioso di biblioteca universale e sceltissima, che la testimonianza di Rocca, pubblicata venti anni dopo la redazione del De Bibliothecis, sembra attestare come realizzato: « Prosper Podianus, civis Perusinus, animi nobilitate ac magnitudine in hac praesertim re praestanda, hoc est in Bibliotheca instituenda, Principibus viris aetate nostra haudquaquam cedere debere iudicatur: extruxit enim Bibliothecam Perusiae mira manuscriptorum codicum, omniumque librorum, qui ad hanc usque diem in lucem prodierunt, varietate refertissimam« .

Yann Sordet (Bibliothèque Mazarine) : Des difficultés de penser l’espace à travers l’inventaire

Résumé : Tablettes, armoires, coffres, pupitres… les indices matériels qui figurent dans les inventaires anciens de bibliothèques sont autant de balises qui, renvoyant à un contenant ou à un séparateur, permettent d’entrevoir les relations entre organisation textuelle, bibliographique et matérielle de la collection. Confrontés à d’autres sources (descriptions ou représentations figurées, témoignages archéologiques, marques portées sur les volumes), ils doivent permettre de penser, avec plus ou moins de précision, la topographie d’une collection à un instant T. Le cas de la dernière bibliothèque de Mazarin est à cet égard singulier : l’inventaire est exhaustif, il a été dressé « sur pièce » et d’un seul mouvement, mais les marqueurs topographiques n’y sont pas explicites. Comment, partant, « déplier » virtuellement le contenu de cet inventaire linéaire dans un espace dont, par ailleurs, on connaît mieux aujourd’hui les trois dimensions ? L’exercice est sans doute vain – du moins ses attendus scientifiques peuvent paraître anecdotique – mais il permet d’appréhender le rapport entre le temps et l’espace d’une bibliothèque, et nous donne l’illusion d’approcher la perception qu’en avaient ses contemporains.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.