Un collectionneur de livres astrologiques dévoilé ?

Les inventaires de la librairie royale réunie par Charles V et Charles VI (1364-1422) constituent une source inépuisable pour appréhender les collections particulières qui sont venues se fondre dans les bibliothèques du Louvre et des autres résidences royales[1]. J’ai déjà eu l’occasion de souligner combien ces inventaires, dont le plus ancien (inventaire A) [2] remonte à 1373 / 1380, écrasent la perspective chronologique des manuscrits qui y sont recensés. En outre, le relativement faible nombre de manuscrits retrouvés (200 environ sur 1200 décrits, tous inventaires confondus) interdit bien souvent d’acquérir des certitudes, du fait même de l’imprécision des inventaires : les descriptions des armes ou des titres données par les inventaires sont bien souvent trop vagues pour acquérir une certitude quant à l’identification des possesseurs de mss.

Parfois même, les descriptions de volumes ne comportent aucun nom ou référence à une marque de possession. On remarque ainsi dans plusieurs de ces inventaires une série de six volumes tous recouverts d’une même reliure, « couvert de soie tennee, ouvree d’arbrez vers et de roses blanchez, et fermoers d’argent » (articles A 57-62)[3], reliure dont il serait intéressant d’identifier le possesseur primitif (peut-être, comme je l’avais initialement pensé, un condamné frappé par des mesures de confiscation ?). Cinq de ces volumes traitent d’astrologie, le sixième de géomancie, disciplines qui, à l’évidence, désignent un homme comme le possesseur de ce groupe de volumes, et un homme intéressé par la science des astres. D’après la reliure, plutôt luxueuse, il ne s’agit pas d’un « homme du commun », mais peut-être d’un riche seigneur, voire d’un prince.

Tous ces volumes sont des traductions en français ; l’un, le livre de géomancie (A 61) a été traduit en 1347 à la demande d’un seigneur normand, Pierre de Préaux, trois autres traductions d’ouvrages astrologiques (A 58, A 59, A 62) ont été réalisées à la demande du dauphin Charles, toutes ces mises en français étant réalisées avant l’accession au trône de France de ce dernier : en 1349 pour le A 62, entre 1359 et 1362 pour le A 58, en 1361 pour le A 59.

Les deux lions en grisaille du Paris, BnF, fr. 1348, f. 1r (A 58).

Quatre de ces livres ont été identifiés, ce qui donne un taux de survie assez exceptionnel (deux tiers) ; tous les quatre portent des marques de possession qui les rattachent au duc de Normandie et dauphin, le futur Charles V  : au bas du f. 1 du Paris, BnF, fr. 1348 (A 58), on voit encore deux lions en grisaille « tout à fait analogues à ceux qu’on voit souvent sur les manuscrits de Charles V » et l’on distingue « un écu, jadis sans doute fleurdelisé, mais dont le blason est aujourd’hui complètement effacé »[4] ; le Bruxelles, KBR, ms. 10319 (A 59) est, d’après le colophon daté de 1361 (f. 175v), une traduction commandée par le dauphin Charles, dont le portrait orne la miniature initiale (f. 3)[5] ; le Cambridge, Trinity College, Wren Library, ms. O.9.35 (1447) (A 61), lui, pose problème ; la traduction en français du traité de Guillaume de Moerbeke est incontestablement datée de 1347, d’après le colophon du texte (f. 112) ; on est en droit

Signature du dauphin Charles, aujourd’hui effacée, au f. 139v du Cambridge, Trinity College, Wren Library, ms. O.9.35 (1447) (A 61).

de se demander si cette date de texte peut s’appliquer à l’exemplaire[6] sur lequel le dauphin Charles a apposé sa signature, aujourd’hui effacée (f. 139v) ; quant au Paris, BnF, naf 18867 (A 62), autre traduction commandée en 1349 par le dauphin Charles[7], il présente (f. 1) les armes du dauphin que « Charles Monseigneur » est le premier héritier de la couronne de France à porter, précisément à partir de 1349.

Les armoiries du dauphin Charles au f. 1 du Paris, BnF, naf 18867 (A 62).

Goût marqué pour l’astrologie qui apparaît alors comme une science de gouvernement, volonté de lire ces textes en français[8], marques de possession : plusieurs indices pointent donc vers Charles V, non pas le roi, mais le dauphin, et ce, au moment même[9] où le jeune prince commence à porter ce dernier titre. L’inscription de ce groupe de mss dans les premiers articles du catalogue rédigé en 1373 (A 58-62) pourrait encore renforcer cette hypothèse. Or, le parti pris par L. Delisle de fusionner les notices des différents inventaires (A à H) et, surtout, de reclasser celles-ci selon l’ordre systématique alors en usage à la Bibliothèque nationale, explique certainement que R. Delachenal, qui avait pourtant mis en relation les commandes par le dauphin de traductions d’ouvrages astrologiques avec son installation à l’hôtel Saint-Pol (après 1361)[10], n’ait pas repéré les commandes de traductions plus anciennes, ni le type de reliure qui unit ce groupe de volumes : dans la publication de L. Delisle, ces articles sont en effet séparés les uns des autres[11].

Une question demeure concernant la traduction commandée par Pierre de Préaux (A 61) ; on a jusque-là pensé qu’il s’agissait d’un exemplaire confisqué à Pierre de Préaux après son bannissement (1343)[12]. La traduction ayant été achevée en 1347, le recueil A 61 (complet dès l’origine ou complété par la suite ?) pourrait ne pas être entré par confiscation. Il pourrait s’agir d’un présent fait par le sire de Préaux aux héritiers de Philippe VI et futurs rois de France, Jean II le Bon ou, plus probablement encore, Charles V, sans doute vers 1347 ou peu après, soit pour rentrer en grâce, soit pour remercier d’être rentré en grâce ; on constate en effet qu’en 1347 Pierre de Préaux est capitaine des frontières de Caux, puis qu’en 1350-1351, il bénéficie d’un mandement de 1000 Francs par ordre du roi Jean le Bon[13] : les mesures de bannissement levées, il aurait donc regagné la faveur des (futurs) successeurs de Philippe VI. Quant à savoir s’il s’agit d’un exemplaire exécuté pour Pierre de Préaux et parvenu, par la suite, entre les mains du jeune Charles ou d’un exemplaire commandé par le seigneur normand pour le jeune prince, la miniature qui orne l’initiale de la traduction dans le ms. de Cambridge (f. 1) ferait plutôt pencher pour la première solution[14].

Miniature du f. 1r du Cambridge, Trinity College, Wren Library, ms. O.9.35 (1447) (A 61).

Si cette identification, quasi certaine, se vérifiait, l’intérêt de ce petit groupe de mss ne résiderait donc pas tant dans le fait de réaffirmer ce penchant, bien connu[15], du « roy astrologien » pour une science du quadrivium parfois suspecte aux yeux de l’Eglise, mais elle aurait le mérite d’isoler un petit groupe de volumes, tous recouverts d’une splendide reliure délicatement brodée, qui constitue certainement la pierre angulaire d’une collection que commençait à réunir un tout jeune prince (sur les conseils d’un proche ? lequel ? Les éléments manquent pour le déterminer) ; pour les traductions d’avant 1350, il est possible que « Charles Monseigneur », alors âgé d’une dizaine d’années tout au plus (il est né en 1338), ait trouvé dans la commande et la réunion de traductions astrologiques un dérivatif aux malheurs du temps : la Peste qui décime jusqu’à la famille royale ? le voyage en Dauphiné qui l’éloigne des siens ? la maladie qui le cloue dans cette province jusqu’en octobre 1349 ? Si elle se vérifiait, cette identification prouverait l’extraordinaire précocité de ce jeune prince que les épreuves personnelles et politiques des années suivant le désastre de Poitiers allaient contribuer à mûrir plus rapidement encore. Les commandes de traductions effectuées entre 1359 et 1362 sont peut-être l’indice d’un retour du dauphin à une passion de sa prime jeunesse, en un moment où la libération du roi Jean II le Bon par les Anglais l’écarte, de fait, des cercles de pouvoir, et en une période de doute qui le pousse à scruter son avenir dans le ciel, alors que les deuils personnels le frappent une fois encore[16] ? La présence de marques personnelles sur trois de ces volumes (A 58, A 61, A 62) montre en tout état de cause le prix que Charles V leur accordait.

Si elle était avérée, cette très probable attribution aurait en outre le mérite de combler certaines lacunes de l’inventaire des trésors du dauphin dressé à la veille de son avènement[17], et quasiment muet sur les livres du jeune « Charles le Sage ».

Monique Peyrafort-Huin, novembre 2019

 

[1] Une reconstitution de la librairie royale est en préparation sous la direction de M.-H. Tesnière, avec la collaboration de V. de Becdelièvre, F. Féry-Hue et de moi-même.

[2] Selon le sigle adopté par L. Delisle (Recherches sur la librairie de Charles V, III : Inventaire des livres ayant appartenu aux rois Charles V et Charles VI et à Jean, duc de Berry, Paris, 1907). Dans la suite de cette note, je désigne les mss par le sigle de ce premier inventaire suivi de leur numéro d’ordre. Dans l’attente de l’ouvrage en préparation, on peut se reporter aux articles de la publication de L. Delisle (LD) : LD 672 (A 57), LD 691 (A 58), LD 696 (A 60), LD 705 (A 62), LD 723 (A 59), LD 749 (A 61).

[3] L’article A 58 ne décrit pas de reliure, mais la présence de cette même couvrure est expressément mentionnée dans la copie B de l’inventaire de 1373/1380 (B 59) ; les autres articles du groupe se contentent d’un laconique « de meismes », en référence à la reliure décrite à l’article A 57.

[4] R. Delachenal, « Note sur un manuscrit de la bibliothèque de Charles V », dans Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, t. 71, 1910, p. 33-38 (n. 2, p. 34) ; de fait, on distingue encore dans le coin inférieur droit de l’écu (le quatrième quartier d’un écartelé ?) des traces d’azur (pour des armes « d’azur semé de fleurs de lys d’or » ?) ; pourrait-on rapprocher les traces de dessin encore visibles dans l’écu des armes du dauphin peintes dans l’écartelé apposé dans la marge inférieure du ms. A 62 (Paris, BnF, naf 18867, f. 1) ? On ajoutera aux remarques de R. Delachenal que le destinataire qui, dans la miniature initiale, reçoit le livre des mains du traducteur, semble être un jeune homme.

[5] La librairie des ducs de Bourgogne : manuscrits conservés à la Bibliothèque royale de Belgique, éd. C. Van Hoorebeeck, B. Bousmanne 2, Textes didactiques, Turnhout, 2003, p. 170-174.

[6] Cette date de 1347 a été retenue par le Catalogue des manuscrits datés britannique, mais, peut-être, sans suffisamment discuter s’il s’agissait d’une date de texte recopiée et si cette date s’appliquait à une partie ou à la totalité du volume (P. Robinson, Catalogue of dated and datable manuscripts, c. 737-1600, in Cambridge libraries, I, Text, II, Plates, Woodbridge, 1988 : t. I, n° 389, p. 105 et t. II, pl. 151). En tout état de cause le manuscrit ne doit pas être très éloigné de la date de la traduction.

[7] D’après la rubrique initiale (f. 1).

[8] Sur cette politique de traductions, bien connue, voir S. Lusignan, Parler vulgairement. Les intellectuels et la langue française aux XIIIe et XIVe siècles, Paris-Montréal, 1987, p. 129-171 ; et, tout récemment, J.-P. Boudet, « Astrologie et politique dans la crise du milieu du XIVe siècle : le Livret des elections universelles des douze maisons de Pèlerin de Prusse », dans Astrologie et politique entre Moyen Âge et Renaissance, p. 95-119 (à paraître dans Micrologus Library ; je remercie vivement J.-P. Boudet de m’avoir libéralement communiqué cet article qui rencontre sur plusieurs points certaines constatations avancées dans la présente contribution).

[9] Même si l’on écarte la traduction de 1347 (A 61), dont on ne sait quand elle entra réellement dans la bibliothèque du roi (Philippe VI ?) ou de ses successeurs, la plus ancienne mise en français exécutée à la demande de Charles (A 62) remonte à 1349.

[10] R. Delachenal, art. cit., p. 37 ; voir aussi R. Delachenal, Histoire de Charles V, II (1358-1364), Paris, 1909, p. 279 et n. 1 ; les traductions commandées par le dauphin à son astronome Pèlerin de Prusse (A 673, notamment) ne portent pas le type de reliure étudié ici, mais en 1360, le traducteur astronome était attaché à l’hôtel de « Monseigneur Charles… » (Paris, BnF, fr. 7855, p. 505-512 [p. 509] ; R. Delachenal, Histoire […], II […], p. 278-279 et n. 1, p. 295, n. 3, repris par J.-P. Boudet, art. cit., p. 100, n. 23), celle demandée à Robert Godefroy (R. Delachenal, art. cit., p. 37) fait partie du groupe traité ici (A 59).

[11] Contrairement à l’ordre transmis par l’inventaire A ; voir, ci-dessus, la n. 2.

[12] Voir R. Cazelles, La société politique et la crise de la royauté sous Philippe de Valois, Paris, 1958 (Bibliothèque elzévirienne ; n. sér., Etudes et documents), p. 151-155 ; F. Avril, « Les livres de Charles V au château de Vincennes », dans Vincennes aux origines de l’état moderne : actes du colloque « Les Capétiens et Vincennes au Moyen Age », Vincennes, 1994, éd. par J. Chapelot et E. Lalou, Paris, 1996, p. 329-340 (p. 333 et n. 9).

[13] Gallia regia ou Etat des officiers royaux des bailliages et des sénéchaussées de 1328 à 1515, par G.  Dupont-Ferrier, 1-6, Paris, 1942-1966, t. 2, n° 6255.

[14] Le personnage, coiffé d’un chaperon, auquel un traducteur offre son travail, ne ressemble en rien à un membre de la famille royale (on peut comparer avec les portraits du jeune Charles V, tel que celui du Bruxelles, KBR, ms. 10319, f. 3 [A 59]), mais évoque peut-être davantage un seigneur normand, d’aspect modeste.

[15] « […] le tres sage et debonnaire roy Charles le Quint, lequel tant estudia et ayma ceste science de astrologie, en congnoissant et voyant l’utillité d’icelle […] » le Recueil des plus celebres astrologues de Simon de Phares, éd. J.-P. Boudet, t. 1, Edition critique, Paris, 1997 (Société de l’Histoire de France, 515), p. 22 ; sur ce penchant marqué du roi, voir aussi J.-P. Boudet, « Charles V, Gervais Chrétien et les manuscrits scientifiques du collège de Maître Gervais », dans Médiévales, 52, printemps 2007, p. 15-38 [p. 24 et n. 37, et p. 25-26].

[16] F. Autrand, Charles V, Paris, 1994, p. 414 (perte de ses jeunes enfants) et 421-423 (exclusion du pouvoir) ; voir aussi les remarques de J.-P. Boudet sur les deuils réitérés connus en 1360 par le dauphin et sa femme, deuils qui inspirent un chapitre en particulier des Elections universelles de Pèlerin de Prusse, ainsi que sur la dimension politique de cette quête astrologique (art. cit., p. 106-107, 109-113).

[17] D. Gaborit-Chopin, éd. L’Inventaire du trésor du dauphin futur Charles V, 1363 : les débuts d’un grand collectionneur, Nogent-le-Roi, 1996 (Archives de l’art français, Nouvelle période, 32).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.